0 00 4 minutes 7 jours 55

 

Le 9 septembre, une nouvelle loi a été adoptée pour indemniser les citoyens des dommages causés par le vaccin expérimental COVID-19 (virus CCP).

Bien que la nouvelle loi entre en vigueur en décembre 2021, les Suédois ayant subi des dommages avant cette date seront indemnisés rétroactivement pour leurs ennuis.

Le ministère suédois des affaires sociales a confirmé que le Pays allongé assume l’entière responsabilité des effets indésirables graves du vaccin approuvé pour une utilisation d’urgence. Le pays indemnise déjà les dommages pharmaceutiques subis lors de l’inoculation.

La ministre suédoise des Affaires sociales, Lena Hallengren, de centre-gauche et sociale-démocrate, estime que la promulgation de cette loi est dans l’intérêt public de l’État pour compléter l’assurance pharmaceutique.

« L’État prend sur lui de payer la compensation pour les dommages dus aux vaccins approuvés contre le COVID-19, dans les cas où un vaccin n’est pas couvert par l’assurance pharmaceutique, ou si l’argent de l’assurance pharmaceutique ne suffit pas », a-t-elle déclaré dans un communiqué.

Le conseil de l’assurance médicale, qui examine si les dommages subis à cause d’un médicament sont indemnisables, a limité la responsabilité de l’assurance pour les dommages en série causés par le vaccin en décembre 2020. BL comprend que cela a involontairement créé une faille dans l’indemnisation des personnes blessées dans ces circonstances.

« Les blessures en série sont celles dans lesquelles plusieurs personnes subissent le même type de blessure », précise le ministère dans le communiqué.

Les limitations de l’assurance pharmaceutique signifient qu’il existe une protection plus faible pour les éventuelles blessures en série causées par les vaccins que pour les autres médicaments. Le gouvernement a proposé dans son budget 2022 d’allouer 10 millions de couronnes suédoises (1,1 million de dollars) au fonds d’indemnisation.

Les États-Unis sont moins chanceux à cet égard. Maglio Christopher et Toale ont précédemment déclaré à Reuters que le cabinet d’avocats de Floride représentait de nombreuses personnes affirmant avoir subi des blessures à cause de vaccins Pfizer, Moderna ou Johnson & Johnson. Dans ces cas, les plaignants n’ont pas de chance.

« Notre cabinet a conclu qu’il n’y a rien que nos avocats puissent faire pour vous aider de manière significative [si vous avez été blessé par le vaccin contre le virus CCP] », a déclaré le cabinet sur son site web.

En attendant, la faculté de droit de l’université George Washington estime que les plaignants du vaccin contre le virus CCP n’ont que deux droits.

« Vous avez le droit de déposer une plainte et vous avez le droit de perdre », a déclaré Renée Gentry, directrice de la Vaccine Injury Litigation Clinic, selon l’agence de presse.


La NOTICE des Soi-disant VACCINS PFIZER

Laisser un commentaire