Mis en avant

Premier article de blog

BIENVENUE  FRANCE MEDIAS NUMERIQUE !

Vous êtes sur le site de France Médias Numérique, une nouvelle forme de médias qui s’efforce de montrer la vérité au peuple Français sur les événements majeurs qui se produisent dans leur pays et dans le monde.

L’objectif est de fournir des informations vérifiables que les consommateurs d’informations peuvent vérifier par eux-mêmes, et de les transmettre à leurs concitoyens qui peuvent penser par eux-mêmes. Il y aura également une perspective originale dans les articles de commentaires.

Dans les semaines à venir, ce site sera en cours de développement. Le site officiel sera annoncé sur mes canaux de médias sociaux, où les gens pourront me suivre et attendre le lancement de France médias numérique.

D’ici là, soyez éternellement vigilants, car c’est le véritable prix de la liberté.

Votre fidèle serviteur, Mohamed Tahiri
Fondateur de France Médias Numérique

cropped-logo.jpg

https://www.facebook.com/moa.tahri

mohamedtahiri-2

SOUTENIR & FAIRE UN DON

NOUS NE SOMMES RIEN SANS LES AUTRES. NOUS SOMMES FAIT POUR ÊTRE ENSEMBLE ET C’EST ENSEMBLE QUE NOUS VIVONS LE MIEUX ! MERCI DE VOULOIR M’AIDER !

1,00 €

Ils ont perdu une bataille… Le coup de bluff de Macron

Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, lors d'un discours le 12 juillet, un élargissement...
Le président de la République Emmanuel Macron a annoncé, lors d’un discours le 12 juillet, un élargissement du pass sanitaire pour convaincre les Français de se faire vacciner contre le Covid-19.


Examen du projet de loi relatif à la crise sanitaire 22 Juillet 2021

Je ne connaît la source. Je viens de recevoir ça :

A FAIRE CIRCULER EN MASSE À TOUS VOS CONTACTS !


Ils ont perdu une bataille… Le coup de bluff de Macron
Une bonne nouvelle : L’Ivermectine est désormais scientifiquement reconnu comme médicament efficace, en prophylaxie et pour le traitement de Covid-19 par des chercheuses de l’institut Pasteur en France. Les résultats de leurs études ont été publiés dans la revue EMBO Molecular Médecine le 12 juillet 2021, c’est donc récent. Une analyse des résultats d’autres recherches publiée dans l’American journal of Thérapeutiques appelle durement, preuves à l’appui, à passer outre les directives des agences sanitaires et à inclure L’Ivermectine dans la norme de traitement.
Le gouvernement de Macron était forcément au courant de ces récents résultats. Son intervention du 12 juillet dernier était un gros coup de bluff pour liquider le stock de vaccins qui a coûté une fortune aux contribuables. *Qui paiera l’addition du stock invendu de vaccins qu’il essaie de fourguer par la brutalité aux Français?* Pas étonnant, si les médias, les scientifiques faussaires et autres obligés de Big Pharma font très peu de publicité sur l’Ivermectine, un antiparasitaire très connu et peu coûteux. Selon des scientifiques américains une seule dose de l’Ivermectine est capable in vitro d’éradiquer tout le matériel génétique du SARS-Cov-2 en 48 heures. Plusieurs pays ont, depuis peu, déjà adopté ce médicament contre le Covid-19 avec des résultats très satisfaisants. Et le corpus des données cliniques et de connaissances scientifiques soutenant l’efficacité de l’Ivermectine continue à s’enrichir. La crédibilité des autorités sanitaires est bien entamée.
Rapprochez-vous, au plus vite , de notre médecin traitant car plusieurs autres molécules font l’objet d’ études actuellement pour arriver à bout du virus covid-19.Les médecins sont informés de l’évolution de ces recherches. Et la majorité d’entre eux demandent humblement qu’on les laisse faire leur job tranquillement pour venir à bout du virus. On les en a étrangement empêchés pendant des mois.
Aussi, il est important de savoir que les vaccins actuels contre le Covid-19 bénéficient d’une autorisation *provisoire* de mise sur le marché. Ils peuvent donc être retirés du marché à tout moment car contrairement à L’Ivermectine leur innocuité n’est pas définitivement avérée. En cas d’accident sanitaire touchant les personnes actuellement vaccinées, la responsabilité des laboratoires ne sera point engagée et les clauses sont claires à ce sujet.
Il ne nous reste plus qu’à sommer nos gouvernants de mettre sans délai, à disposition des populations, des thérapies reconnues scientifiquement efficaces et peu coûteuses. Les citoyens ont le droit de choisir, en accord avec leurs médecins traitants le traitement qui leur convient contre le Covid-19.


Notre droit de savoir, Conscience citoyenne


Avec le pass sanitaire, Macron fait le pari de la vaccination à marche forcée

Pour arrêter la 4e vague causée par le variant Delta, Emmanuel Macron tente d’imposer le vaccin pour tous sans le rendre obligatoire. Mais on s’en approche.

SCIENCE – “Reconnaître le civisme et faire porter les restrictions sur les non-vaccinés plutôt que sur tous”. Emmanuel Macron a été clair dans son discours ce 12 juillet. Face à la nouvelle vague de Covid-19, la France a un “atout maître, le vaccin”. Et l’idée, c’est de renforcer le mur vaccinal à marche forcée.

Si le président a rendu la vaccination obligatoire pour les soignants, il a renvoyé le débat de son élargissement à toute la population à une possible aggravation de la situation après la rentrée ou à l’automne. En attendant, Emmanuel Macron a préféré rendre le vaccin non pas obligatoire, mais très nécessaire, grâce à un pass sanitaire étendu à la quasi-totalité des activités réalisées dans la sphère publique. Tout en prévoyant pour l’automne la fin de la gratuité des tests PCR, qui sont aujourd’hui une alternative au vaccin.

Des décisions drastiques qui vont créer de nombreux débats, mais jugés indispensables par le président face à situation qui n’est pas réjouissante du côté de l’épidémie de Covid-19. Le nombre de cas augmente de manière exponentielle depuis plusieurs jours en France, porté par la dominance du variant Delta, bien plus contagieux.

Si les hospitalisations sont au plus bas, on voit bien au Royaume-Uni qu’elles montent lentement, mais sûrement. Pire: les modèles de l’Institut Pasteur estiment qu’avec la couverture vaccinale attendue fin août, la vague hospitalière pourrait égaler en septembre celle de l’automne 2020.

En élargissant drastiquement le pass sanitaire et en annonçant le futur déremboursement des tests PCR dits de “confort”, Emmanuel Macron espère réussir à faire deux choses. D’abord, “pousser le maximum [des Français] à aller [se] faire vacciner” (le site Doctolib a d’ailleurs été pris d’assaut pendant l’allocution), mais aussi à réduire la circulation du coronavirus en éloignant les non-vaccinés des lieux à risque, sans entraver la liberté des vaccinés et sans imposer de nouvelles fermetures.

Le bâton plutôt que la carotte

Pendant toute le campagne de vaccination, le gouvernement a misé sur une méthode douce pour faire grimper le nombre de doses injectées. Le nudge, une théorie qui a le vent en poupe, théorise l’idée que des petits riens peuvent inciter à sauter le pas de la vaccination. À l’instar des SMS personnalisés, d’un café après la piqûre, de rendez-vous simplifiés ou encore de loteries pour les vaccinés.

Mais à l’heure du variant Delta, la crainte de l’exécutif, c’est que la carotte ne suffise plus. Certes, le nombre de nouvelles doses injectées augmente doucement depuis une semaine, mais le rythme est bien trop faible pour atteindre rapidement une couverture vaccinale de 80% la population; pour l’heure 40% des Français ont un schéma vaccinal complet.

Mais à l’heure du variant Delta, la crainte de l’exécutif, c’est que la carotte ne suffise plus. Certes, le nombre de nouvelles doses injectées augmente doucement depuis une semaine, mais le rythme est bien trop faible pour atteindre rapidement une couverture vaccinale de 80% la population; pour l’heure 40% des Français ont un schéma vaccinal complet.

Synthèse des indicateurs de suivi de l’épidémie COVID-19

https://www.data.gouv.fr/fr/datasets/synthese-des-indicateurs-de-suivi-de-lepidemie-covid-19/


Pour autant, rendre la vaccination obligatoire pour tous semble compliqué. Même la décision de l’imposer aux soignants (d’ici au 15 septembre) a mis du temps à faire consensus au sein des chercheurs et autorités de santé.

Plutôt que de lancer une bombe, Emmanuel Macron a donc choisi un bâton déguisé en baguette magique, un pass sanitaire devenu sésame de toute activité sociale publique.

Pourquoi dérembourser les tests PCR?

Mais s’il ouvrira les portes des bars, restaurants et cinémas (voir la vidéo ci-dessous), le pass sanitaire n’est pas parfait. On peut très bien être négatif à un test PCR la veille et contaminant le lendemain. Surtout, reste à voir à quel point ce dispositif sera appliqué avec rigueur. L’exemple d’un gigantesque cluster dans une boite de nuit néerlandaise pourtant soumise au précieux sésame l’a bien montré.


Et justement, Emmanuel Macron a annoncé que “dès cet automne, les tests PCR seront rendus payants, sauf prescription médicale, ceci pour encourager la vaccination plutôt que la multiplication des tests”. Le timing n’est pas anodin. Si l’on se fait vacciner à la fin juillet, il faudra attendre la mi-septembre pour disposer d’un schéma de vaccination complet, et donc du pass sanitaire.

En rendant les tests payant, le président force un peu plus pour rendre les lieux collectifs accessibles uniquement ou presque aux personnes vaccinées. Logique d’un point de vue épidémiologique: selon les modèles de l’institut Pasteur, il est quasiment inutile de cibler les vaccinés avec des mesures visant à réduire le nombre de contacts pour faire baisser la circulation du virus.

Reste à voir si ce pass vaccinal qui ne dit pas son nom fera sens socialement, éthiquement et pratiquement. Quel sera le ressenti des hésitants et des opposés aux vaccins? Comment les restaurateurs vont-ils pouvoir jouer le jeu, notamment en terrasse dans des lieux de passage? Quelle part des non-vaccinés vont accepter de marcher pour éviter le bâton? Des réponses à ces questions dépendent “l’unité” du pays évoquée par Emmanuel Macron, mais aussi le futur de l’épidémie de coronavirus.


À voir également sur France médias numérique: L’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron


France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Les dirigeants révèlent le secret du Père Fauci au monde entier ! Ils sont malades !


Une nouvelle de Fauci est apparue, montrant que le médecin américain savait que l’hydroxychloroquine (HCQ) était un remède très efficace contre le coronavirus mais a tout de même décidé de mentir au public et d’affirmer le contraire.

En outre, Fauci s’est entendu avec d’autres entités de l’État profond pour empêcher la distribution de HCQ et l’approbation d’un traitement pour le COVID-19. Il l’a fait malgré les études positives qui montrent que c’est un remède très efficace !

Rejoignez Mohamed Tahiri sur Telegram Chanel ici : https://t.me/Mohamed_Tahiri

Il y a quinze ans, Fauci était un fervent partisan de HCQ, ayant déclaré qu’il était politiquement incorrect de le faire; HCQ œuvre dans la lutte contre le SRAS, un cousin du coronavirus.

Fauci a déclaré en 2005 : « l’infection par le SRAS-CoV a complètement aboli. » Cependant, cette histoire a changé en 2020 lorsque le coronavirus a fui et Fauci décide que le remède HCQ ne fonctionne pas pour traiter la maladie.
Le pharmacologue du Maryland, Philip Gatti, a envoyé un courrier à Fauci : « Existe-t-il des indications/données pour étayer cette affirmation de la Chine (publication ci-jointe) selon laquelle la chloroquine/hydroxychloroquine peut réduire les infections à COVID-19 et les maladies pulmonaires ?

« Il n’y a pas de données dans ce bref rapport, et je n’ai donc aucun moyen d’évaluer leur réclamation », a répondu Fauci. « Il y a beaucoup de ces types de réclamations qui circulent. J’aimerais voir leurs données.

Fauci a doublé en déclarant que l’hydroxychloroquine est dangereuse.

Une fois qu’il a partagé les données, Fauci a continué de doubler l’affirmation selon laquelle HCQ n’était pas efficace dans la lutte contre le COVID-19.

L’année dernière, lors de son apparition sur CNN, il a averti les téléspectateurs que le HCQ, et sa prophylaxie, comme l’a fait Trump, était dangereux.

Il semble que Fauci ait voulu dire le contraire de Trump que de partager la vérité avec les Américains. Le prix de son entêtement a payé de nombreuses personnes qui sont mortes parce qu’elles n’ont pas utilisé ce remède.

« Lorsque les livres d’histoire seront écrits, le Dr Tony Fauci deviendra l’un des plus grands meurtriers de masse de notre époque », a écrit Jim Hoft pour TGP. « Il a financé la recherche sur le coronavirus aux États-Unis, puis il l’a financée en Chine après son interdiction ici. Puis il a minimisé la gravité de la maladie. Puis il a menti sur le traitement réussi du dangereux agent pathogène artificiel. Fauci est un tueur. Arrêtez Fauci.

À ce stade, Fauci est la personne la plus détestée au monde et il a même dépassé l’eugéniste Bill Gates. Mais, la bonne chose est que justice viendra !


France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Bill Gates et George Soros achètent une société de dépistage du COVID

L : Milliardaire financier des groupes de gauche, George Soros. 
(@Elregreso777/Twitter). 
R : Bill Gates, le 2 juin 2021. (Casper Star-Tribune/Capture d’écran via TheBL/YouTube).

France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci

Les milliardaires controversés Bill Gates et George Soros se sont associés via leurs sociétés pour acquérir un laboratoire spécialisé dans la production de tests pour détecter la présence du virus COVID-19 ou CCP (Parti communiste chinois) chez les personnes. 

Mologic Ltd. est une société qui utilise une technologie d’écouvillonnage nasal profond, qui est également utilisée pour tester une éventuelle contamination par des maladies telles que la dengue, la bilharziose et la cécité des rivières, selon Forbes le 19 juillet. 

Ces tests, également appelés tests de flux latéral, produisent des résultats rapidement, mais leur précision n’est pas fiable, donc un deuxième test doit les confirmer avant qu’ils ne soient officiellement confirmés. 

La technologie du flux latéral est appliquée à d’autres tests, tels que le test de grossesse Clearblue de renommée mondiale lancé en 1988.

Cet achat coûtera 41 millions de dollars et fait partie de l’initiative Global Access Health (GAH), qui implique le Fonds de développement économique Soros et la Fondation Bill et Melinda Gates.

Selon les rapports de GAH, les produits de Mologic Ltd. cibleront spécifiquement la région dite du sud mondial, qui intègre l’Amérique latine, l’Asie, l’Afrique et l’Océanie.

Mologic Ltd. a été précédemment contracté par la Fondation Bill et Melinda Gates pour la création du Center for Advanced Rapid Diagnostics (CARD) pour les soins de santé à livraison rapide.

Il a également été impliqué dans l’alliance mondiale de diagnostic Find basée à Genève au nom de l’Organisation mondiale de la santé.

L’entreprise a été subventionnée avec l’argent des contribuables britanniques, qui a contribué à environ 1 million de dollars, selon The Telegraph. 

Cependant, le gouvernement birman n’a pas utilisé les produits de Mologic Ltd., basée à Bedford, apparemment en raison de défauts dans les kits ou parce qu’ils sont considérés comme trop difficiles à administrer. 

L’association des magnats Gates et Soros est frappante, compte tenu des récits controversés qui entourent souvent leurs activités à impact mondial. 

D’une part, Gates est impliqué dans la production de vaccins contre le virus du PCC, ce qui suscite des critiques pour ses éventuelles aspirations à contrôler la population de la planète et ses éventuels projets pour la réduire.

À cet égard, en décembre 2019, il est devenu connu que la Fondation Bill et Melinda Gates a financé un projet qui vise à stocker les antécédents de vaccination d’une personne dans un motif de teinture, invisible à l’œil nu, qui est administré sous la peau.

Ce « colorant spécialisé », qui serait administré avec un vaccin, pourrait permettre de conserver « un patient hospitalisé » l’ensemble de ses antécédents de vaccination, sans avoir à porter de passeport ou de papier, permettant également une surveillance citoyenne. 

Les secteurs de gauche et mondialistes sont de puissants alliés de Gates et promeuvent l’idée que l’homme d’affaires veut investir ses millions pour aider la planète à atteindre zéro émission de carbone, éradiquer la pauvreté et la maladie en promouvant la vaccination et ses technologies controversées dans les pays du tiers monde.

D’autre part, Soros est célèbre pour avoir financé des milliers de mouvements de gauche dans le monde, dans le but apparent de déstabiliser les gouvernements traditionnellement établis. Il est également la force motrice du mouvement controversé du Nouvel Ordre Mondial (NWO).  

Par coïncidence, la Fondation Gates a annoncé le 30 juin qu’elle investira 2,1 milliards de dollars sur cinq ans, dont 1,4 milliard de dollars iront au « planning familial », terme utilisé par Planned Parenthood pour désigner les avortements.

Le même jour, l’Open Society de Soros a annoncé le don de 100 millions de dollars pour soutenir des causes « féministes ». Les deux projets seraient orientés dans la direction voulue par le NWO. 


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Sénateur Ron Johnson : Les données d’Israël montrent que 84 % des nouveaux cas de COVID concernent des personnes vaccinées (VIDEO)


Mercredi matin, le sénateur Ron Johnson (R-WI) a rejoint Maria Bartiromo dans Mornings with Maria.

Cette visite est intervenue après que le sénateur Rand Paul a annoncé qu’il  appelait le DOJ à inculper au pénal le  Dr Tony Fauci pour avoir menti au Congrès.

Le monstrueux Fauci a financé des recherches dangereuses sur le gain de fonction à Wuhan, en Chine, puis a menti à ce sujet lors d’un témoignage devant le Sénat américain.

Vous pouvez retrouver la vidéo 2018 du Dr Fauci  annonçant qu’il rétablit la recherche sur le gain de fonction  et défend son utilisation.

Oui, une autre preuve que Fauci est un menteur compulsif et un mégalomane.

Ce matin, au cours de la conversation, le sénateur Johnson a également rendu compte des défaillances des vaccins COVID.

Le sénateur Ron Johnson a déclaré :

« Le peuple américain mérite la vérité. Vraiment, les gens du monde méritent la vérité à ce sujet, et malheureusement à cause de la cabale entre les médias sociaux, les médias grand public et nos agences fédérales de santé et le grand gouvernement, nous n’obtenons pas la vérité. La vérité a été dissimulée pendant des mois, qu’il s’agisse de recherche sur le gain de fonction, ou d’efficacité d’un traitement précoce. Je ne peux pas expliquer tout ça Maria, tout ce que je sais, c’est que quelque chose a déraillé ici. J’essaye de chercher des réponses. Cela n’a tout simplement pas de sens pour moi…  Je viens de recevoir ce matin des données d’Israël. Cela montre que la population est à environ 84% vaccinée. Mais les nouveaux cas de COVID en Israël sont d’environ 84% avec des individus vaccinés. Il semble certainement que le vaccin Pfizer ne fonctionne pas avec la variante Delta. »

Superbe.


France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Attention image choquante !

Vaccination Covid-19 : ouverture de 5 nouveaux centres dans le département  - Ville de Chaville

France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci

Centre de vaccination…
Nous verrons beaucoup plus de cela. S’il vous plaît, passez le mot, empêchez tout le monde de prendre cette piqûre mortelle.


Statistiques et recherche: France

Vaccination contre le coronavirus (COVID-19)

26,6% de la population mondiale a reçu au moins une dose d’un vaccin COVID-19, et 13,2% sont complètement vaccinés. 3,73 milliards de doses ont été administrées dans le monde et 30,84 millions sont désormais administrées chaque jour. Seulement 1,1%  des habitants des pays à faible revenu ont reçu au moins une dose.

Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Docteur Fauci à menti !


Le sénateur Rand Paul (R-KY) a annoncé il y a quelques instants sur Hannity qu’il allait envoyer une lettre au DOJ demandant un renvoi au pénal du Dr Fauci pour avoir menti sous serment au Congrès sur le financement du laboratoire de Wuhan.

Pourquoi Fauci tremble-t-il ? Des images montrent des mains qui tremblent pendant l’interrogatoire du sénateur Rand Paul.

Alors que le sénateur Rand Paul a mis le Dr Anthony Fauci dans les cordes hier, les mains du médecin-chef de l’OMS semblent trembler de façon alarmante alors qu’il se ronge les ongles nerveusement.

Au cours de l’audition au Sénat visant à déterminer si l’Institut national de la santé a financé des recherches au laboratoire de Wuhan qui ont pu conduire à l’épidémie de coronavirus, Fauci était visiblement irrité par les accusations.

Lorsqu’il a eu le temps de s’exprimer, il a catégoriquement nié que l’Institut national de la santé ait jamais financé la « recherche sur le gain de fonction » au laboratoire de Wuhan, comme le prétendait Paul.

Pourra-t-il se défaire des derniers coups portés par un vieil adversaire ?

Le sénateur Rand Paul, R-Ky., L’un des principaux critiques de droite de la réponse américaine au COVID-19, dit maintenant qu’il ne se fera pas vacciner contre le virus.

L’ultimatum est venu lors d’une interview avec l’animateur de radio WABC 770 AM John Catsimatidis, au cours de laquelle le libertaire du Kentucky l’a qualifié de « décision personnelle » informée par son précédent combat avec COVID-19 en mars 2020.

«Jusqu’à ce qu’ils me montrent des preuves que les personnes qui ont déjà eu l’infection meurent en grand nombre, ou sont hospitalisées ou tombent très malades, j’ai simplement pris ma décision personnelle de ne pas me faire vacciner parce que j’ai déjà eu la maladie. et j’ai une immunité naturelle maintenant », a déclaré Paul.

La déclaration de Paul, ophtalmologiste de profession, va à l’encontre des recommandations officielles des Centers for Disease Control, qui encourage la vaccination des personnes qui ont déjà contracté le virus. Les chercheurs tentent toujours de déterminer combien de temps dure l’immunité naturelle – certains rapports suggérant que la protection du corps peut diminuer après aussi peu que 90 jours.

Paul s’est engagé dans plusieurs poussées publiques avec le Dr Anthony Fauci, le conseiller médical en chef de la Maison Blanche, sur des conseils que Paul considère comme trop stricts. Fauci, pour sa part, a souligné que la vitesse à laquelle nous vaccinons les individus est également la vitesse à laquelle le pays reviendra à la normale.

Au cours de son entretien dimanche, Paul a comparé la forte recommandation du CDC pour la vaccination COVID-19 à « Big Brother », une référence à l’état de surveillance dystopique dans le roman 1984 de George Orwell.

«Vont-ils aussi me dire que je ne peux pas avoir de cheeseburger pour le déjeuner? Vont-ils me dire que je ne dois manger que des carottes et réduire mes calories?» Ajouta Paul. « Tout cela serait probablement bon pour moi, mais je ne pense pas que mon grand frère devrait me dire de le faire. »

Dimanche, 38,9% de tous les Américains sont entièrement vaccinés contre le COVID-19, selon le CDC.


Veuillez ALERTER tous les membres de la famille, les amis et les proches !

France médias numérique


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

COVID : l’entrée des vaccinés en Israël est à nouveau reportée en raison d’une épidémie

L'aéroport Ben Gourion PRESQUE vide la semaine dernière.  (Crédit photo : AVSHALOM SASSONI/FLASH90)
L’aéroport Ben Gourion PRESQUE vide la semaine dernière.
(Crédit photo : AVSHALOM SASSONI/FLASH90)

Au milieu des inquiétudes suscitées par le nombre croissant de cas de coronavirus, la police utilisera un système basé sur SMS pour vérifier l’emplacement des personnes mises en quarantaine.

Par ROSSELLA TERCATIN   18 JUILLET 2021 21:59


Les touristes vaccinés ne seront pas autorisés à entrer en Israël le 1er août, comme cela avait été précédemment prévu, a déclaré dimanche le directeur général du ministère de la Santé, le professeur Nachman Ash, annonçant également que les autorités discuteraient de mesures visant à restreindre tous les voyages.« Nous reportons la date d’entrée des touristes ; cela ne se produira pas le 1er août », a-t-il déclaré, ajoutant qu’aucune nouvelle date n’avait été fixée. « Malheureusement, la situation actuelle ne nous permet pas d’autoriser les touristes à entrer. « Le directeur général a également averti le public qu’avec la variante Delta qui fait rage dans le monde entier, ce n’est pas le moment de voler à l’étranger. Il a déclaré que les autorités examinaient comment restreindre les voyages, soit en élargissant la liste des pays soumis à une interdiction de voyager ou à un avertissement de voyage sévère, soit par d’autres moyens. La Douzième chaîne a rapporté que les responsables de la santé envisageaient plusieurs options de recommandation à soumettre au cabinet, notamment la fermeture de l’aéroport pour les voyages non essentiels et l’obligation pour tous les voyageurs de se mettre en isolement, quel que soit leur statut vaccinal et le pays d’où ils partent. Cependant, selon le rapport, la recommandation la plus probable sera d’élargir considérablement la liste des pays soumis à une interdiction de voyager ou à un avertissement de voyage – dans les deux cas, tous les rapatriés doivent être mis en quarantaine, pour le premier groupe, les Israéliens sont interdits de visite à moins d’obtenir une autorisation. du comité gouvernemental spécial dévoué. Plus tôt dimanche, le Premier ministre  Naftali Bennett a  rencontré des ministres et des responsables pour travailler sur le renforcement de l’application de la réglementation sur les coronavirus, qui depuis la semaine dernière relève de la responsabilité du ministère de la Sécurité publique.

Les autorités s’efforcent de garantir que le système d’exécution combinera l’utilisation de moyens technologiques ainsi que des agents de police et des inspecteurs locaux. « Notre objectif est d’établir des directives sensées, parallèlement à une application agressive et efficace contre les contrevenants », a déclaré Bennett. « Quiconque enfreint les directives met en danger sa santé et celle du reste des citoyens d’Israël. Nous ne permettrons pas cela. La variante Delta monte en flèche partout dans le monde ; la mise en œuvre des réglementations sur le terrain est un élément essentiel dans la lutte contre la pandémie pour vaincre la mutation. »Il a été décidé que les porteurs de coronavirus vérifiés qui enfreignent l’isolement seront inculpés au pénal. En outre, Bennett a demandé au ministère et au procureur général de réglementer l’aspect juridique de l’utilisation d’outils technologiques pour surveiller les personnes en quarantaine, notamment en permettant à la police de vérifier l’emplacement des personnes isolées via un système SMS. Il a été annoncé que la priorité dans l’application sera donnée aux mariages et autres événements considérés comme présentant un risque élevé de propagation des infections. À partir de mercredi, l’accès aux mariages et aux fêtes en salle avec plus de 100 participants sera limité uniquement aux personnes vaccinées, rétablies ou ayant un test corona négatif, ou aux détenteurs de ce que le gouvernement a surnommé un « Happy Badge ».Ash a déclaré que dans les prochains jours, ils recommanderaient au cabinet de rétablir le système de laissez-passer vert complet. Jusqu’à fin mai, le système était utilisé pour plusieurs lieux et activités, notamment des restaurants, des synagogues et des gymnases. En outre, il a déclaré qu’ils se préparent pour l’année scolaire et espèrent que les tests rapides seront un élément essentiel du plan pour que les écoles fonctionnent en toute sécurité. Dimanche également, le ministère de la Santé a annoncé que les participants aux camps d’été seront invités à présenter un passeport vert, un certificat de rétablissement ou un test de coronavirus négatif effectué dans les 72 heures précédentes. L’exigence s’applique également aux programmes extérieurs. Alors que de plus en plus de personnes doivent être testées, le ministre de la Santé Nitzan Horowitz a annoncé que le nombre de stations de test à travers le pays augmenterait et que leurs heures d’ouverture seraient étendues. Alors qu’à l’heure actuelle, les seuls tests largement disponibles sont les tests PCR, le gouvernement travaille également à rendre les tests rapides – également appelés antigènes -, ainsi que les tests à domicile, facilement disponibles. Plus tôt dans la journée, Horowitz a déclaré qu’il existait la possibilité d’un autre verrouillage, mais le gouvernement ne l’envisage pas pour le moment et l’objectif est de l’éviter. « Bien sûr, il est possible qu’il y ait un autre verrouillage, mais nous n’en discutons pas maintenant », a déclaré Horowitz à la radio de l’armée. « Tout le monde peut comprendre que s’il y a une énorme épidémie ici, y compris une morbidité grave, nous y arriverons. Nous prenons des mesures pour ne pas en avoir besoin. »Quelque 430 nouveaux porteurs de virus ont été identifiés samedi, avec 1,47 % des 33 000 tests traités donnant un résultat positif. La veille, il y avait 1 120 cas sur 76 000 tests – le plus élevé depuis mars. Début juin, Israël enregistrait 10 à 20 nouveaux cas par jour. La nouvelle épidémie a apparemment commencé dans certaines écoles et s’est rapidement propagée. Si l’augmentation de la morbidité grave – considérée comme le paramètre le plus important – est restée limitée, le nombre de patients dans un état grave est néanmoins en augmentation. Soixante-trois patients étaient dans un état grave dimanche matin. Il y a quatre semaines, ils étaient 19.Au plus fort de la pandémie en janvier, il y avait environ 1 200 patients dans un état grave, un nombre qui a imposé une pression sans précédent sur le système de santé du pays. Des mois auparavant, les experts suggéraient que les hôpitaux pourraient traiter jusqu’à 700 à 800 patients graves sans compromettre la qualité des soins. Ash a déclaré que le nombre de patients graves devrait encore augmenter. Vendredi, Bennett a déclaré que le vaccin Pfizer est moins efficace contre la variante Delta, qui représente actuellement la grande majorité des cas en Israël. « Nous ne savons pas exactement dans quelle mesure le vaccin aide, mais c’est nettement moins », a-t-il noté. Israël mène des recherches pour comprendre ce qui cause la baisse d’efficacité, a déclaré Ash, et si le temps écoulé depuis la réception des deux injections est l’élément central ou si d’autres facteurs – comme l’âge ou les maladies de fond – ont un rôle important.


Veuillez ALERTER tous les membres de la famille, les amis et les proches !

France médias numérique


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Aux États-Unis, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle.

La Cour suprême des Etats-Unis est la garante de la Constitution. Mais l'interprétation du texte de 1787 et de ses amendements varie entre juges conservateurs et libéraux.

Veuillez ALERTER tous les membres de la famille, les amis et les proches !

France médias numérique

DERNIÈRES NOUVELLES !

La Cour suprême a annulé la vaccination universelle

Aux États-Unis, la Cour suprême a annulé la vaccination universelle.

Bill Gates, le spécialiste américain en chef des maladies infectieuses Fauci et Big Pharma ont perdu un procès devant la Cour suprême des États-Unis, n’ayant pas réussi à prouver que tous leurs vaccins au cours des 32 dernières années étaient sans danger pour la santé des citoyens !

Le procès a été intenté par un groupe de scientifiques dirigé par le sénateur Kennedy.

Robert F. Kennedy Jr. : « Le nouveau vaccin COVID doit être évité à tout prix.

J’attire de toute urgence votre attention sur des questions importantes liées à la prochaine vaccination contre le Covid-19.

Pour la première fois dans l’histoire de la vaccination, les vaccins dits à ARNm de dernière génération interfèrent directement avec le matériel génétique du patient et modifient donc le matériel génétique individuel, ce qui constitue une manipulation génétique, ce qui était déjà interdit et était auparavant considéré comme un crime.

Le VACCIN coronavirus N’EST PAS UN VACCIN ! ATTENTION !

Qu’est-ce qui a toujours été un vaccin ?
C’était toujours l’agent pathogène lui-même – un microbe ou un virus tué ou atténué, c’est-à-dire affaibli – et il était introduit dans l’organisme afin de produire des anticorps. Pas même un vaccin contre le coronavirus !

Ce n’est pas du tout cela !
Il fait partie du tout nouveau groupe de prétendus « vaccins » à ARNm (ARNm). Une fois à l’intérieur d’une cellule humaine, l’ARNm reprogramme l’ARN / ADN normal, qui commence à fabriquer une autre protéine.

Cela n’a rien à voir avec les vaccins traditionnels ! C’est-à-dire qu’il s’agit d’un instrument d’influence génétique. Une arme biologique génétique ! C’est-à-dire qu’ils vont détruire tous les terriens, et les survivants deviendront des OGM !

Après le vaccin ARNm sans précédent, les vaccinés ne pourront plus traiter les symptômes du vaccin de manière complémentaire.

Les personnes vaccinées devront en assumer les conséquences, car elles ne pourront plus être guéries par la simple élimination des toxines du corps humain, comme c’est le cas pour une personne présentant un défaut génétique (syndrome de Down, syndrome de Klinefelter, syndrome de Turner, insuffisance cardiaque génétique, hémophilie, mucoviscidose, syndrome de Rett, etc. ), car le défaut génétique est éternel !

Cela signifie clairement :
si un symptôme de la vaccination se développe après la vaccination ARNm, ni moi ni aucun autre thérapeute ne peut vous aider, car
LES DOMMAGES CAUSÉS PAR LA VACCINATION SERONT GÉNÉTIQUEMENT Irréversibles.

Vaccination –
Les bio-armes de génocide du 21ème siècle.

L’ancien scientifique en chef de Pfizer, Mike Yeedon, a une fois de plus exprimé sa position selon laquelle il est maintenant trop tard pour sauver ceux qui ont été injectés avec une substance publiquement appelée « le vaccin Covid-19 ».

Il encourage ceux qui n’ont pas encore reçu l’injection mortelle à se battre pour leur vie, celle de leur entourage et celle de leurs enfants.

L’immunologiste de renommée internationale poursuit en décrivant un processus qui, selon lui, tuera la grande majorité des gens :
« Immédiatement après la première vaccination, environ 0,8% des personnes meurent dans les deux semaines.
L’espérance de vie moyenne des survivants sera de deux ans maximum, mais elle diminue également à chaque nouvelle « injection ». « 

D’autres vaccins sont encore en cours de développement pour provoquer la détérioration de certains organes, notamment le cœur, les poumons et le cerveau.

Après deux décennies passées chez Pfizer, le professeur Yedon connaît bien les fonctions et les objectifs de recherche et développement du géant pharmaceutique Pfizer, et affirme que le but ultime du régime actuel de « vaccination » ne peut être qu’un événement démographique massif qui rendra toutes les guerres mondiales réunies, comme la mise en scène de Mickey.

« Des milliards de personnes ont déjà été condamnées à une mort certaine, inévitable et douloureuse. Tous ceux qui reçoivent l’injection mourront prématurément, et trois ans est une estimation généreuse de la durée de leur survie. »

La bonne nouvelle ou mauvaise nouvelle est que… la majorité de ces personnes seront mortes dans les 3 prochaines années.

Regarder la notice est vide !

Partager pour sauver des vies !

Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Résultat des tests PCR !

Un test de dépistage du coronavirus pratiqué à la salle de l'Aubette, place Kléber, Strasbourg.

Le test virologique PCR (de réaction en chaîne par polymérase) permet de déterminer si une personne est porteuse du virus au moment du test. ll consiste à repérer la présence du virus SARS-CoV-2 (responsable de la maladie Covid-19) dans l’organisme de la personne, plus précisément dans ses voies respiratoires hautes.



Vous en pensez quoi ?

Est-ce que ces gouvernements sont sérieux ou mafieux ?

Il est temps que le peuple se réveille de cette imposture !

M.T


Selon différentes études et articles les tests PCR n’ont pas été conçus pour suivre une épidémie et ne permettent de définir si une personne est contagieuse ou malade mais attestent juste de la présence d’un fragment d’ARN du virus SARS-CoV-2. Selon ces études il faudrait surtout utiliser ces tests pour les personnes avec des symptômes, ayant côtoyé des malades ou les personnes à risque afin de limiter les entrées aux urgences. Le suivi des cas positifs via des statistiques tel qu’il est réalisé actuellement ne semble pas utile pour analyser la dangerosité de l’épidémie et encore moins pour mettre en place des politiques de confinement…

Les médias et le gouvernement ne cessent de nous rabâcher les oreilles avec les fameux cas positifs détectés par les tests RT-PCR.

On a constaté une flambée de l’épidémie en France les jours avant le confinement or ces tests PCR ne sont pas un bon indicateur de la dangerosité réelle des cas positifs détectés.

 Des tests PCR conçus pour répliquer l’ADN

Le test RT-PCR (transcription inverse et réaction en chaîne par polymérase) a été conçu à la base pour répliquer l’ADN et non pour détecter des virus.

On convertit d’abord les molécules d’ARN du virus en ADN complémentaire grâce à la transcription inverse pour essayer de déceler des fragments d’ARN du virus (voir la description complète du test par l’Université de Saclay). Ils sont notamment utilisés par la police scientifique ou pour la recherche scientifique.

Le Professeur Stephen A Bustin a noté que dans ce processus de conversion de l’ARN en cADN le total d’ADN complémentaire obtenu avec le même morceau d’ARN peut varier d’un facteur 10 : un point corroboré par cette étude notamment.

Ce qui déjà en soi fausse potentiellement le test mais là n’est pas le problème le plus important.

Un test PCR détecte un morceau d’ARN mais est peu fiable pour dire si un patient est contaminant, malade ou pas alors qu’un patient n’est plus contagieux 5 jours après les symptômes

Les tests PCR seraient de mauvais tests de contagiosité alors qu’un patient modéré n’est plus contagieux 5 jours après les symptômes selon une synthèse publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases de l’Université d’Havard. 

Cette synthèse (newsletter 17) a été publiée en français par l’excellent site sur le Covid : https://fr.calameo.com/books/0062827604d46f21a78dd (newsletter 17).

La détection d’un cas 5 jours après les symptômes ne sert donc pas à grand chose.

Un test PCR peut détecter des fragments d’ADN 45 jours après une contamination

De lus l’autre grand problème du test PCR est qu’il détecte des fragments d’ARN du virus et que ces fragments peuvent être présents longtemps après l’infection soit jusqu’à 45 jours voire plus selon une étude italienne publiée dans BMJ et relayée dans un article d’Industrie et Techno.

Ce qui veut dire qu’un patient positif n’est plus forcément contagieux mais a juste eu le virus à un moment T que l’on ne peut pas définir.


Pour 90% voire plus des tests PCR positifs, les malades n’auraient pas de symptômes

Selon un article de France Soir, on peut estimer que 90% des cas positifs ne sont ni malades ni contagieux ce qui fausse totalement les données sur l’ampleur de l’épidémie en France…

Les chiffres avancés sont même encore plus importants actuellement en Italie. Selon le virologue Giogio Palu, 95% des personnes infectées par le Coronavirus n’ont pas de symptômes.

Des confinements qui ne sont pas justifiables sanitairement

« En tant que citoyen je suis contre une nouveau confinement (en Italie) car cela serait un suicide économique. Et en tant que docteur je suis contre le confinement car avec des interdictions de sorties, les personnes qui souffrent d’autres maladies comme le cancer (150000 décès par an en France contre moins de 20000 décès en surmortalité cette année), n’auront pas accès aux traitements » rapporte le quotidien autrichien Salzburger Nachrichten.

Un test inadapté selon son inventeur pour détecter les infections virales

L’inventeur des tests PCR, Kary Mullis, qui a reçu le prix Nobel de Chimie en 1993, qualifiait ses tests d’inappropriés pour détecter une infection virale.

« Le {PCR} se distingue de cela. C’est un procédé qui est utilisé pour faire beaucoup de choses à partir de quelque chose. Ça ne dit pas si vous êtes malades. Ça ne dit pas que la chose que vous avez contractée va réellement vous nuire… » indique-t-il dans une vidéo diffusée lors de l’événement Corporate Greed & Aids qui a eu lieu le 12 Juillet 1997 à Santa Monica, CA animé par Esai Morales

Car pour une infection virale on veut détecter une infection et non un fragment de virus.

« Il faut avoir un important nombre de virus pour causer des symptômes. Un nombre énorme. On ne commence pas par un test mais par l’examen des poumons. Je suis sceptique quand au fait qu’un test PCR soit utile. C’est un grand outil de recherche mais un mauvais outil pour la médecine clinique » estime le Dr David Rasnick, biochimiste, développeur de protease et ancien fondateur de Viral Forensics dans cet article. Selon lui aucune personne bien portante ne devrait être testée.

Des tests peu précis

Les tests PCR n’ont pas par ailleurs d’étalon or pour détecter leur précision comme leur sensibilité et leur spécificité comme l’explique cet article avec un virus isolé et purifié. Jessica C. Watsonde de l’université de Bristol indique dans son étude qu’il a « un manque d’étalon or pour les tests Covid ». Ainsi elle note que « l’interprétation d’un test Covid dépend de deux choses : sa précision et les pré-tests ou la probabilité qu’une personne soit infectée ». Pas très précis donc…Un calcul montre dans son étude que moins l’on sait si l’on eu le malheur de croiser le Covid via des symptômes ou autres, moins le test se révèle fiable. Un calculateur est disponible dans son étude et vous pouvez le tester par vous même : https://www.bmj.com/content/369/bmj.m1808.

Ainsi selon cette étude il faudrait faire passer un test PCR à quelqu’un s’il a des symptômes typiques du Covid, si il a eu un risque d’exposition ou si il vit dans un région à forte prévalence. Le problème est qu’il n’y a pas de symptômes véritablement spécifiques au Covid.

Ce qui est confirmé par une étude allemande qui indique : « la valeur prédictive positive ou négative réelle d’un test PCR ne dépend pas uniquement de sa précision opérationnelle. La probabilité pré-test, qui indique à quel point le risque estimé de maladie est avant le test, est également décisive ». Ce qui veut dire que moins on a eu la chance d’être malade (symptômes, milieu infecté…), moins le résultat du test sera correct! »

Selon différents experts américain cités par le New York Times, « les tests standards diagnostiquent comme positif un grand nombre de personnes qui pourraient porter des quantités insignifiantes de virus et la plupart de ces gens ne sont pas contagieux ».

Le virus n’aurait pas été totalement purifié lors de l’examen au microscope

Ce très bon article de journalistes allemand remet aussi en question le fait que le virus n’a pas été totalement  purifié afin que ses extraits d’ARN puissent être totalement validés lors d’un test PCR. Les journalistes ont demandé à des équipes de chercheurs s’ils avaient réussi à isoler un virus Sars-Cov-2 purifé dans leurs microscopes électroniques et aucun n’a répondu oui. A noter que l’isolement d’un virus n’est pas pareil que sa purification. La séparation d’un objet de toute autre chose qui n’est pas cet objet est un pré requis pour prouver l’existence d’un virus comme la prix Nobel de Physique  Marie Curie l’a prouvé en purifiant 100 mg de radium chloride in 1898 en l’extrayant de tonnes de pechblende.

« Ainsi, les auteurs de quatre des principaux articles du début de 2020 affirmant la découverte d’un nouveau coronavirus admettent qu’ils n’avaient aucune preuve que l’origine du génome du virus était des particules de type viral ou des débris cellulaires, purs ou impurs, ou des particules de toute nature…Cela signifie en fait qu’on ne peut pas conclure que les séquences génétiques d’ARN, que les scientifiques ont prélevées dans les échantillons de tissus préparés dans les essais in vitro mentionnés et pour lesquelles les tests PCR sont finalement «calibrés», appartiennent à un virus spécifique – dans ce cas SRAS-CoV-2. »indique l’article.

La question des cycles d’amplification CT se pose

« Le test RTPCR utilisé comme test de contagiosité a beaucoup trop de faux positifs , il faut un « cut off » sur le niveau d amplification si on veut les fiabiliser dans cet usage ; sauf à accepter l’impact socio-économique de l’isolement de personnes non contagieuses » a indiqué à Industrie et Technologies, le médecin généraliste Yvon Le Flohic.

Afin de rendre ce test plus fiable beaucoup s’accordent sur le fait qu’il faut baisser le nombre de cycles d’amplification.

Dans les tests PCR en France on amplifie d’un facteur 40-42 cycles alors qu’en Espagne on est passé à seulement 30-35 et seulement 25 en Allemagne. Du coup on trouve bien moins de cas en Allemagne. Le juriste allemand Reiner Fuellmich a publié une vidéo relayée par Mediapart sur ce problème des tests PCR.

Pour les médecins ces tests très (trop) sensibles sont intéressant puisque la Sécurité Sociale donne 30 euros en plus pour toute consultation Covid. La Sécurité Sociale donnait même 55 euros pour tout signalement d’un patient atteint du Covid mais a du rétropédaler face à la réaction du grand public.

Au delà d’un CT de 35, la probabilité qu’une personne soit contaminante devient très faible

Selon les auteurs américains de l’université d’Harvad ayant fait une synthèse ( https://fr.calameo.com/books/0062827604d46f21a78dd newsletter 17)., « la charge virale diminue d’un facteur de 1,5 pour chaque augmentation d’unité de valeur du CT. La probabilité de retrouver du virus vivant est de 8% lorsque le CT est supérieur à 35. Plus le CT est bas plus la personne est très probablement contaminante au delà de 35, la probabilité devient très faible ».

Une étude réalisée à l’IHU de Marseille (encore et toujours à la pointe) et citée par Infectious Disease Advisor a montré qu’aucune culture n’avait isolé de virus chez les patients ayant eu des tests positifs avec des CT de plus de 34.

On voit donc que le fait de suivre la gravité l’épidémie avec les test PCR actuels , c’est comme conduire avec de la buée sur le pare brise: il y en a partout. Ce n’est pas comme cela que l’on peut contrôler une épidémie.

Que peut-on tirer comme conclusions de tout cela ?

Tout d’abord et c’est le plus important que les valeurs de cas positifs relayés par les gouvernements ne sont pas des indicateurs fiables de l’étendue de l’épidémie et ne devraient pas permettre de mettre en place des mesures comme le confinement. Ils ne permettent pas de façon sure de définir ni la gravité ni la contagiosité des cas positifs, sans compter le fait que de nombreuses personnes se font tester plusieurs fois.

Par ailleurs ces tests PCR présentent de nombreuses lacunes et imprécisions du fait :

– du processus de conversion de l’ARN en cADN qui varie d’un facteur 10 en fonction des laboratoires concevant les tests PCR,

– de la non purification du virus qui signifie que les fragments d’ARN utilisés pour calibrer les tests PCR ne sont pas sûrs à 100% de provenir du SARS-Cov-2,

– que du fait de l’imprécision des tests, la précision de leurs résultats augmente si l’on a eu des symptômes, si l’on a cotoyé des malades ou si l’on est dans une zone fortement touchée, ce qui revient à dire qu’ils sont peu sûrs,

– que les valeurs des CT n’étant pas équivalente d’un laboratoire à l’autre leurs résultats sont très variables et sont donc difficilement utilisables (et manipulables) pour faire des statistiques fiables d’un pays à l’autre par exemple et que sans harmonisation de ceux-ci on peut leur faire dire tout et n’importe quoi…

 – que selon plusieurs études des CT trop élevés vraisemblablement supérieurs à 35 entrainent une majorité de faux positifs.

Il en ressort ainsi que les laboratoires devraient faire des test avec un CT précis et affichés de même que pour le facteur de conversion d’ARN en cADN et que les tests devraient être réservés aux personnes ayant eu des symptômes ou des risques de côtoyer des malades car les tests se sont révélés plus cohérents dans ces cas.

Les tests devraient aussi être effectués en priorité aux personnes à risque avec symptômes afin de les traiter rapidement, puisque ce sont elles qui engorgent potentiellement les urgences. En faisant des tests massifs on oblige ceux réellement malades à attendre ou à avoir des difficultés à se faire dépister et donc à avoir potentiellement des complications.

Rien ne sert de faire peur en publiant quotidiennement les nouveaux cas positifs puisque parmi ceux-ci la grande majorité ne sont pas malades ou contagieux au moment du test et que du fait des variations de CT un grand nombre sont faux positifs ou non contagieux.

Puisque l’on connaît désormais les personnes à risques selon les statistiques des décès (moyenne d’age de 81%, 65% d’hommes, comorbidités comme le diabète, l’obésité les maladies cardiovasculaires) il faut tester, surveiller et isoler quand ils sont malades ces personnes, particulièrement dans les hébergements collectifs comme les EHPAD.

Il faut demander avec véhémence aux personnes symptômatiques de se faire tester ou à toutes personnes et entourage d’un malade afin de remonter les chaînes de transmission. Et surtout il faut que ces personnes malades s’isolent véritablement.

Dans tous les cas il faudrait établir très rapidement une norme de CT maximum alors que la plupart des scientifiques s’accordent sur une valeur maximum de 35. Mais même ainsi le résultat d’un test est loin d’être sûr à 100%.

En conclusion, les tests PCR ne peuvent pas être un indicateur de la gravité d’une épidémie : « les données générées par ces tests RT-PCR ne justifient pas de faire peur aux citoyens qui ont été testés positifs et d’imposer des mesures de confinement qui plongent de nombreuses personnes dans la pauvreté, le désespoir ou le suicide ».

Compte-rendu des médecins : les vaccins à ARNm favorisent les défaillances cardiaques


France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour . C’est gratuit 

Merci


Selon le médecin canadien, le nouveau type de vaccins, les vaccins à ARNm sont potentiellement plus nocifs pour le système cardiovasculaire et peuvent comporter de nombreux risques.

Rejoignez Mohamed Tahiri Telegram Chanel ici : https://t.me/Mohamed_Tahiri

Le Dr Charles Hoffe, qui pratique la médecine à Lytton BC Canada, a publié ses dernières réflexions sur COVID 19 et les vaccins le 6 juillet. En bref, ses conclusions sont que la plupart de ses patients personnels ont contracté des caillots sanguins microscopiques après avoir pris les vaccins à ARNm, et ceux pourrait éventuellement affaiblir le cœur.

« Hoffe explique qu’une injection de Moderna contient 40 000 milliards de molécules d’ARNm, et 75 % d’entre elles devraient être absorbées dans les cellules du receveur. »

« Mais le seul endroit où elles [les molécules d’ARNm] peuvent être absorbées est autour de vos vaisseaux sanguins et l’endroit où elles sont absorbées dans les réseaux capillaires – les plus petits vaisseaux sanguins où le flux sanguin ralentit et où les gènes sont libérés », a-t-il déclaré. mentionné.

« Votre corps se met ensuite au travail en lisant puis en fabriquant des milliards et des milliards de ces protéines de pointe. Chaque gène peut produire de très nombreuses protéines de pointe. Le corps reconnaît alors qu’il s’agit de corps étrangers, il fabrique donc des anticorps contre lui, vous êtes alors protégé contre COVID. »

Alors que les protéines de pointe ont tendance à faire partie du bouclier externe du virus, lorsqu’elles atteignent les vaisseaux humains où il n’y a pas de virus réel, les protéines fusionneront à leur tour avec «la paroi cellulaire de votre endothélium vasculaire».

Cependant, les vaisseaux sanguins sont censés être tapissés de cellules lisses pour faciliter la circulation sanguine.

C’est à ce moment-là que les caillots sanguins commencent à apparaître, car les plaquettes sanguines essaieront de réparer les vaisseaux sanguins et les capillaires incrustés de protéines de pointe en produisant les caillots.

Ainsi, lorsque la plaquette traverse le capillaire, elle frappe soudainement tous ces pics de COVID et il devient absolument inévitable que des caillots sanguins se forment pour bloquer ce vaisseau », a noté le médecin.

Contrairement aux rares caillots sanguins que les principaux médias peuvent rapporter, Hoffe a déclaré que les caillots qu’il a détectés chez ses patients étaient microscopiques, qui ne sont pas visibles dans les tomodensitogrammes et les IRM et ne peuvent être reconnus que via un type de test sanguin connu sous le nom de D-dimère.

Alors que Hoffe s’aventurait à effectuer le test D-dimère sur ses patients vaccinés, qui prenaient les doses d’ARNm soit de Pfizer soit de Moderna, il a découvert des résultats alarmants : 62% d’entre eux avaient des caillots sanguins microscopiques.

« La partie la plus alarmante de ceci est qu’il y a certaines parties du corps comme le cerveau, la moelle épinière, le cœur et les poumons qui ne peuvent pas se régénérer. Lorsque ces tissus sont endommagés par des caillots sanguins, ils sont définitivement endommagés », a révélé Hoffe.

Source: principia-scientific.com & thebl.tv


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/
%d blogueurs aiment cette page :