1 00 6 minutes 1 semaine 68

 

Les données du Center for Disease Control (CDC) montrent que les taux de mortalité liés au coronavirus aux États-Unis au cours des dix premiers jours de septembre 2021 sont presque deux fois plus élevés qu’au cours des dix premiers jours de septembre 2020.

Les données du Center for Disease Control (CDC) montrent que les taux de mortalité dus au coronavirus aux États-Unis au cours des dix premiers jours de septembre 2021 sont presque deux fois plus élevés qu’ils ne l’étaient au cours des dix premiers jours de septembre 2020, quelques mois avant que le premier vaccin contre le coronavirus ne reçoive une autorisation d’utilisation d’urgence de la Food and Drug Administration (FDA) le 11 décembre.
La quatrième vague de la pandémie de COVID-19 aux États-Unis semble être presque deux fois plus meurtrière que la deuxième vague, qui s’est produite des mois avant que des centaines de millions de personnes soient vaccinées contre le coronavirus. Selon les données des CDC, les taux de mortalité liés au coronavirus aux États-Unis au cours des dix premiers jours de septembre 2021 sont presque deux fois plus élevés qu’au cours des dix premiers jours de septembre 2020. (LIRE PLUS : Le directeur du CDC admet que ceux qui ont été « vaccinés tôt » courent un « risque accru de maladie grave » et que l’efficacité des vaccins « diminue »).

Du 1er au 10 septembre 2020, le nombre de décès quotidiens dus au COVID-19 aux États-Unis n’a jamais dépassé 960, selon les données des CDC. Du 1er au 10 septembre 2021, les taux de décès quotidiens atteignent 1 860. La Food and Drug Administration (FDA) américaine a délivré la première autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour le premier vaccin COVID-19 le 11 décembre 2020, et environ 179 millions d’Américains auraient été « entièrement vaccinés » depuis lors. (LIRE PLUS : Pfizer va  » exiger  » la prise de la pilule COVID deux fois par jour en plus des vaccins)

Alors que l’administration Biden et les autorités sanitaires internationales insistent sur le fait que l’épidémie actuelle de coronavirus est une « pandémie de personnes non vaccinées », des études indiquent que les personnes vaccinées meurent du COVID à un taux plus élevé que les personnes non vaccinées, alors que les médias grand public se démènent pour les justifier. « À première vue, cela peut sembler alarmant, mais c’est exactement comme on pourrait s’y attendre », rapporte The Conversation.

« Le rapport montre que 163 des 257 personnes (63,4%) qui sont décédées de la variante delta dans les 28 jours suivant un test COVID positif entre le 1er février et le 21 juin, avaient reçu au moins une dose de vaccin. »

Quelques jours avant le discours de Joe Biden annonçant une série de mandats de vaccination contre le coronavirus, les CDC ont discrètement modifié la définition du terme « vaccin » alors que des personnes vaccinées continuent d’être infectées par le coronavirus, a précédemment rapporté National File.

Le 26 août 2021, la définition du terme « vaccin » sur le site web des CDC était « un produit qui stimule le système immunitaire d’une personne pour produire une immunité contre une maladie spécifique. » La définition du terme « vaccination » était alors « l’acte d’introduire un vaccin dans l’organisme pour produire une immunité contre une maladie spécifique. »

Depuis le 7 septembre, la nouvelle définition du terme « vaccin » sur le site Web des CDC est la suivante : « une préparation utilisée pour stimuler la réponse immunitaire de l’organisme contre des maladies ». La nouvelle définition du terme « vaccination » décrit « l’action d’introduire un vaccin dans le corps pour produire une protection contre une maladie spécifique. »

Le National File avait également fait état d’une nouvelle étude d’Oxford révélant que les personnes « totalement vaccinées » sont porteuses d’une charge virale de COVID-19 251 fois supérieure à la normale, les experts craignant que les personnes vaccinées ne constituent un risque pour celles qui n’ont pas reçu le vaccin COVID-19. Les vaccins semblent permettre aux personnes vaccinées de porter des charges virales anormalement élevées sans tomber malades, les transformant en super propagateurs qui présentent des symptômes plus tard, contribuant ainsi aux « cas révolutionnaires » chez les personnes entièrement vaccinées. (LIRE PLUS : Le Premier ministre israélien déclare que le vaccin COVID-19 de Pfizer  » s’est estompé « , les gens doivent  » rapidement  » prendre une troisième dose)

L’étude a porté sur des travailleurs de la santé qui n’ont pas pu quitter l’hôpital pendant deux semaines. L’étude a montré que des travailleurs entièrement vaccinés, environ deux mois après l’injection, ont porté et transmis le virus à leurs collègues vaccinés après l’infection.

Ils ont également transmis le virus à des personnes non vaccinées, y compris à leurs patients. Le vaccin utilisé dans l’étude était le vaccin Oxford/AstraZeneca (AZD1222).


La NOTICE des Soi-disant VACCINS PFIZER

 

Une réflexion sur “ Le CDC affirme que le COVID est plus mortel aujourd’hui, dans la soi-disant quatrième vague, qu’il ne l’était lorsque personne n’était vacciné pendant la deuxième vague.

  1. En disant que les vaccinés donnent le virus à des personnes l’ayant eu qui ont eu une dose de ce vaccin comme oblige Macron, cela ne peut que les rendre plus malades. L’immunité naturelle, ces gens là, l’avaient. Ils savaient qu’il ne fallait pas vacciner une personne l’ayant eu. Ils l’ont fait quand même. Combien de personnes ne savent pas que nous avons une immunité naturelle qui nous protège 2 fois plus que ce vaccin ont pu accepter cette dose ? À cause du chantage fait pour le pass et travailler. Je ne comprends pas pourquoi on n’arrête pas au plus vite ces vaccinations. Israël nous fait une bonne démonstration que les élites juives sionnistes n’étaient nullement des victimes en 1940 et n’hésitaient pas à assassiner le peuple juif . Aujourd’hui, nous voyons bien que tous les élites juifs ont gardé tous leus tableaux, comme Fabius, Sarkozy, etc… Cela change toute l’histoire et on comprend mieux l’antisémitisme des gens qui ne savent pas faire la différence entre un sioniste et un juif. C’est pour ça que certains s’en sont bien sortis comme Léon Bloom.

Laisser un commentaire