1 00 4 minutes 1 mois 77

L’organisme de surveillance de l’UE signale une inflammation rare du corps après la vaccination par Covid-19

L’Agence européenne des médicaments (EMA) examine un lien possible avec une maladie inflammatoire rare, après qu’un cas a été signalé au Danemark.

L’évaluation intervient après qu’un garçon de 17 ans ait reçu un vaccin Pfizer et se soit ensuite plaint de cette affection.

La myocardite et la péricardite, deux maladies inflammatoires du cœur, ont été ajoutées récemment à la liste des effets secondaires potentiels rares des deux vaccins ARNm (Pfizer et Moderna).

Rapport du Sénat  Enregistré à la présidence du Sénat
le 6 juillet 2021 

Il est important de noter que la pharmacovigilance examine tous les effets
survenant après une vaccination (sans qu’un lien autre que temporel avec le
vaccin soit connu). Elle doit par la suite évaluer la probabilité d’un lien de causalité,
c’est-à-dire que cet effet soit effectivement dû à la vaccination. Des analyses
statistiques, épidémiologiques et cliniques sont déployées, afin de confirmer ou
d’infirmer un lien causal entre la vaccination et l’effet observé.
Cette évaluation rigoureuse est nécessaire afin d’éviter d’inférer à tort des
effets indésirables de la vaccination. De nombreux biais peuvent en effet conduire
à des conclusions hâtives. Par exemple, la campagne vaccinale en France a ciblé en
priorité des personnes âgées résidant en EHPAD, à faible espérance de vie

1: un décès survenant dans les jours suivant la vaccination n’était en conséquence pas
nécessairement associé à celle-ci.
Au 10 juin 2021, les CRPV ont évalué près de 49 000 déclarations d’effets
indésirables pour un total de plus de 42 millions d’injections en France, concernant
en grande majorité des effets attendus et non graves. Selon l’ANSM, ces données
confirment la balance bénéfices/risques favorable de l’ensemble des vaccins utilisés
en France dans les populations ciblées par la stratégie vaccinale2.

2. Mieux apprécier le rapport bénéfices/risques associé au vaccin
Le bénéfice associé au vaccin peut être individuel ou collectif, direct ou
indirect, comme l’illustre la décision récente d’étendre la vaccination aux
adolescents

3. Dans son avis du 3 juin 2021

4, la HAS dressait la liste des bénéfices
que pourrait apporter la vaccination des adolescents :
– un bénéfice individuel direct, contre des formes sévères rares de
Covid-19 pouvant survenir chez les adolescents, et particulièrement
ceux qui ont des comorbidités ;
– un bénéfice individuel direct sur le plan psychologique et social, en
évitant les fermetures de classes et leurs effets sur la santé mentale …


L’histoire d’une overdose de « vermifuge pour chevaux » démystifiée: nous n’avons pas de tel médecin et traitons les gens comme d’habitude, selon l’hôpital

L’histoire de l’overdose de vermifuge pour chevaux est démentie : Nous n’avons pas de tel médecin et traitons les gens normalement, selon l’hôpital.

Une histoire choquante prétendait qu’un hôpital de l’Oklahoma devait refuser des victimes de coups de feu parce que de nombreuses personnes avaient fait une overdose de « vermifuge pour chevaux » dans le but de traiter elles-mêmes le Covid-19. La sensation a été détruite par manque de preuves.

Il s’avère que l’histoire était de la merde de cheval de haut en bas.

 

Une réflexion sur “ VACCINATION COVID19, la myocardite et la péricardite, deux maladies inflammatoires du cœur, à répétition ! CHEZ LES ENFANTS ET ADULTES

  1. Qu’il y ait plus de morts non étonnant. Il serait temps de réagir, malgré ce qui a été dit avec Veran, il fait comme si rien n’était. En plus 8l a insulté un enfant. Cela devient très grave. Le Conseil Constitutionnel est complice de tout ce qui arrive en ce moment et je ne vois rien bouger.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.