4 21 12 minutes 2 mois 6058

Malgré les efforts déployés pour dénigrer l’ivermectine en la qualifiant de « pâte de cheval » et pour empêcher les médecins de la prescrire et les patients de l’utiliser, les dernières recherches montrent que ce médicament sûr et peu coûteux est efficace pour maintenir les patients atteints de COVID hors de l’hôpital. France médias numérique subit la censure sur de nombreux réseaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à nos meilleures nouvelles du jour C’est gratuit . Un patient atteint de diabète de type 1 m’a appelé pour me dire que le pharmacien de notre Walgreens local avait refusé de remplir l’ordonnance que j’avais rédigée pour l’ivermectine, alors j’ai appelé pour demander pourquoi. Le jeune pharmacien, sorti de quelques années de l’école de pharmacie, m’a informé qu’il ne comprenait pas pourquoi j’utilisais l’ivermectine pour le traitement précoce du COVID car « le SARS-CoV-2 n’a pas d’exosquelette ». J’ai expliqué que je n’utilisais pas l’ivermectine comme médicament antiparasitaire, mais qu’elle possédait des données impressionnantes en tant qu’anti-inflammatoire et antiviral. De plus, en tant que pédiatre, j’ai plus de 40 ans d’expérience dans la gestion de plusieurs maladies virales. Il est utile de traiter les virus tôt, souvent avec des remèdes naturels peu coûteux, plutôt que de « rester à la maison jusqu’à ce que vous ayez des problèmes respiratoires, puis d’aller à l’hôpital » comme l’ ont conseillé les responsables publics américains pour COVID. Le pharmacien ne croyait pas à mon explication initiale. « Je ne vais pas remplir des ordonnances d’ivermectine qui sont utilisées à des doses pseudo-vaccinales », m’a-t-il dit. J’ai été surpris qu’un jeune pharmacien ait pu annuler la prescription d’un médecin expérimenté, supprimant ainsi une option de prévention et de traitement peu coûteuse pour des patients sélectionnés au milieu d’une pandémie. L’éducateur médical en moi est intervenu. « Je serais heureux de vous envoyer quelques références sur l’utilisation de l’ivermectine pour le traitement et la prévention. Il existe des études impressionnantes en Argentine, au Pérou, en Afrique et en Inde qui suggèrent des résultats bien meilleurs que ceux que nous obtenons ici aux États-Unis avec notre objectif unique sur les vaccins. » Il m’a dit que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis ne recommandait pas l’ivermectine pour COVID. J’ai demandé à voir la documentation et il a accepté de me la faxer. J’ai remis en main propre 93 références et un excellent article de synthèse aux Walgreens. Le pharmacien a renvoyé un message du 5 mars sur le site Web de la FDA intitulé «Pourquoi vous ne devriez pas utiliser l’ivermectine pour traiter ou prévenir le COVID-19». Le lendemain, j’ai reçu un avis qu’une pharmacie de Virginie du Nord ne remplirait aucune ordonnance d’ivermectine si le code de diagnostic mentionnait COVID. J’avais rédigé une ordonnance d’ivermectine pour un patient qui a des antécédents de mauvaises réactions aux vaccins et d’importantes maladies auto-immunes. Son âge adolescent signifie qu’il présente un très faible risque de décès du COVID lui-même. Sur la base de mon expérience en tant que médecin pendant plus d’une décennie, je m’inquiétais des événements indésirables potentiels s’il recevait le vaccin COVID. J’ai creusé dans les données sur l’ivermectine, et cela semblait être une excellente option pour lui d’avoir sous la main un traitement précoce de COVID s’il tombait malade. Un pharmacien dans une pharmacie, qui n’a jamais examiné mon patient ni appris ses nombreux antécédents médicaux, a eu raison de mon meilleur jugement médical en refusant d’exécuter l’ordonnance. Le même jour, lors d’une conversation avec une pharmacie de préparation, nous avons appris qu’une famille d’un patient avait dû se rendre à l’hôpital en justice pour obtenir un traitement à l’ivermectine. Gardez à l’esprit que le profil d’innocuité de l’ivermectine est excellent et que le médicament est spectaculairement moins cher que la grande majorité des interventions hospitalières.

Trois jours plus tard, lors d’un appel zoom avec un collègue dont les parents vivent dans le Colorado, j’ai appris qu’un pharmacien d’une grande pharmacie refusait non seulement de remplir d’ivermectine pour des patients de 86 et 87 ans qui détenaient des ordonnances valides, mais le Le pharmacien a pris l’initiative de rappeler aux autres pharmacies King Soopers de l’État de ne pas exécuter ces ordonnances non plus. Mon analyse de la littérature médicale est que l’ivermectine a un bilan d’innocuité impressionnant et de nombreuses études du monde entier suggèrent qu’elle peut réduire la morbidité et la mortalité dues au COVID 19 . Deux médecins qui étaient en réalité dans l’unité de soins intensifs pour traiter de vrais patients, le Dr Paul Marik et le Dr Pierre Kory, ont examiné leur expérience antérieure avec des patients souffrant de la même maladie et examiné les stratégies de traitement pour déterminer ce qui pourrait être utile. Comme le Dr Anthony Fauci nous a conseillé de « rester à la maison et d’attendre le vaccin », les médecins de première ligne ont pris soin des patients avant eux, tirant de précieuses leçons sur ce qui a fonctionné et ce qui n’a pas fonctionné. Venons-en aux faits saillants, en citant directement l’ article de synthèse de Kory et al, janvier 2021 :

Kory et Marik ont ​​compilé huit études (trois études contrôlées randomisées et cinq études contrôlées observationnelles) démontrant l’efficacité dans la prévention du COVID-19 avec une transmission significativement réduite. Ils ont trouvé 19 études contrôlées qui ont montré des impacts significatifs sur le temps de récupération, le séjour à l’hôpital, la diminution des charges virales, des réductions de la durée de la toux et une diminution de la mortalité. Dans l’histoire médicale pré-COVID, cet ensemble de recherches sur l’ivermectine serait applaudi pour avoir apporté de la valeur au milieu d’une pandémie. À l’ère médicale pré-COVID, le jugement et l’expérience des cliniciens au chevet du patient comptaient pour quelque chose. Avant COVID, nous avons appris aux étudiants en médecine à utiliser des compétences d’observation pointues et à conserver des enregistrements précis indiquant si le patient s’est amélioré ou s’est détérioré après les stratégies de traitement utilisées. À l’ère du COVID, les pharmaciens qui reprochent aux médecins que « COVID n’a pas d’exosquelette » refusent aux patients l’ivermectine – un traitement précoce sûr, bon marché, efficace et potentiellement salvateur .

Ivermectine

Si vous ou vos patients éprouvez des difficultés à faire remplir les ordonnances d’ivermectine pour la prévention ou le traitement de la COVID 19, consultez cette excellente ressource de la Front Line COVID 19 Critical Care Alliance . Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux des auteurs et ne reflètent pas nécessairement les points de vue de Children’s Health Defence.

4 commentaires sur « La recherche est claire : l’ivermectine est un traitement sûr et efficace contre le COVID. Alors pourquoi n’est-il pas utilisé ? »

  1. Pourquoi l’Ivermectine n’est pas utilisé, dites-vous avec une fausse ingénuité ?
    parce que le but , c’est la santé MAIS pas celle des humains, celle de Pfizer et comparses dont la seule valeur qui compte c’est d’amasser les milliards de dollars et surtout pas de sauver ces humains. J’entendais même sur CNEWS hier soir un vendu être certain que Pfizer aurait le prix Nobel de médecine l’an prochain. Moi, je les vois plus prêts de la case prison.
    Qui va y pourvoir ? les avocats occidentaux, qui prendront le relais des avocats indiens., parce qu’ils sont super motivés à faire le job.
    Si on apprend en fac qu’une épidémie dure une vingtaine de mois environ, une pandémie décalée peut durer davantage. On le voit bien en Russie où c’est grave en ce moment, car on échappe pas à la nécessité in fine, de réadapter l’immunité NATURELLE, qui bouge tous les jours de notre vie.
    Si seulement ces actes de voyous pouvaient stipuler l’immunité mentale des peuples, qui passe par l’aiguisage du discernement, gageons que bien des auteurs d’ouvrages vont y contribuer…

  2. Très bon article, il y en a des centaines sur des sites similaires… mais l’état ne veut pas voir il veut injecter… on peut supposer de larges rétrocommissions ou autres avantages similaires. Merci pour ce travail!

    1. Vous avez tout à fait raison. L’iIvermectime qui a fait fait ses preuves en Inde ne rapportait pas assez d’argent pour eux. Un pharmacien qui ose changer le traitement en le proposant, je n’en ai pas vu beaucoup, ce vaccin leur a rapporté beaucoup d’argent. Ils n’auraient pas couru ce risque pour rien n’avoir en plus. IGNOBLE, mais VRAI.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.