1 00 6 minutes 2 mois 1045

Une enquête indépendante a révélé que des dizaines de femmes ont été exploitées et maltraitées sexuellement par des travailleurs humanitaires de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) lors de l’épidémie d’Ebola en République démocratique du Congo entre 2018 et 2020. L’enquête a été lancée en octobre de l’année dernière par une commission indépendante coprésidée par Aïchatou Mindaoudou, l’ancienne ministre des Affaires étrangères et du Développement social du Niger, et Madame Julienne Lusenge, militante des droits humains et défenseure des survivantes de violences sexuelles en période de conflit, de la RDC. L’enquête a examiné les allégations d’exploitation et d’abus sexuels lors de la réponse à la dixième épidémie de virus Ebola dans deux provinces de l’est de la RDC, le Nord-Kivu et l’Ituri. De graves plaintes pour abus, dont neuf allégations de viol, ont été déposées par 83 femmes et filles âgées de 13 à 43 ans, l’âge moyen étant de 20 ans. Mardi, le panel mandaté par l’OMS a déclaré avoir constaté que 21 de ces allégations étaient spécifiquement formulées contre des employés de l’OMS liés à la mission 2018-2020. Les auteurs de l’OMS comprenaient du personnel local et international. Les victimes se sont vu promettre des emplois en échange des échanges sexuels et les actes ont eu lieu dans des hôtels et d’autres logements loués par les auteurs. La plupart des victimes n’ont pas obtenu les emplois qui leur avaient été promis et ont été continuellement abusées sexuellement par les agresseurs. Certaines femmes qui ont rejeté les avances sexuelles ont ensuite été licenciées de leur emploi. Selon le rapport, les abus ont conduit à 29 grossesses et 22 cas d’accouchements réels, certains des auteurs forçant les femmes à avorter. L’enquête a été ouverte après que plus de 50 femmes se soient manifestées, affirmant que des travailleurs humanitaires de l’OMS et d’autres ONG de premier plan les avaient maltraitées en exigeant des relations sexuelles en échange d’un emploi pendant la crise d’Ebola au Congo, a révélé une enquête menée par The New Humanitarian et la Fondation Thomson Reuters. L’organisme des Nations Unies a déclaré que sur la base de ses conclusions, l’organisation interdirait aux auteurs identifiés de travailler à nouveau avec l’OMS et en informerait l’ensemble du système des Nations Unies. Quatre des auteurs identifiés qui travaillaient encore pour l’organisation au moment où les allégations ont été révélées verront également leur contrat résilié. Les autorités nationales de la RDC mèneront également d’autres enquêtes sur la question tandis que l’OMS informera également les autorités nationales des pays des auteurs présumés. L’OMS a déclaré qu’elle ne connaissait pas l’identité des victimes et des survivants, mais qu’elle se souciait de leur fournir un soutien, y compris un soutien médical et psychosocial, et une assistance pour l’éducation de leurs enfants. Alors que l’enquête de la commission indépendante est maintenant terminée, l’OMS a déclaré qu’elle disposait toujours d’un mécanisme de signalement anonyme permettant aux victimes de signaler les cas d’exploitation et d’abus sexuels. L’OMS a également reconnu que certains membres du personnel avaient agi avec négligence et n’avaient pas répondu de manière appropriée aux allégations d’abus, qui constituaient une « faute professionnelle » qui était « aussi grave que les événements eux-mêmes ». La commission a fait plusieurs recommandations, dont une enquête pour identifier les personnes responsables de la non-activation des procédures d’enquête, notant que deux hauts fonctionnaires avaient été mis en congé administratif pendant que l’enquête se déroulait. D’autres membres du personnel qui ont été identifiés comme étant potentiellement impliqués dans la faute professionnelle font également l’objet d’une enquête. L’OMS a déclaré qu’elle examinerait également ses politiques et processus concernant l’exploitation et les abus sexuels et identifierait toute « lacune » qui ne protège pas adéquatement les individus. Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que l’inconduite n’était pas seulement une « trahison écœurante des personnes que nous servons », mais aussi une trahison de « nos collègues qui se mettent en danger pour servir les autres ». « C’est un jour sombre pour l’OMS. Mais en mettant en lumière les échecs des individus et de l’organisation, nous espérons que les victimes sentent que leurs voix ont été entendues et mises en œuvre », a déclaré Ghebreyesus. « Je suis désolé. Je suis désolé pour ce qui vous a été fait par des personnes employées par l’OMS pour vous servir et vous protéger.

Une réflexion sur “ Une enquête révèle que 21 membres du personnel de l’OMS ont maltraité plus de 80 femmes et filles en République démocratique du Congo

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.