Rapport du FBI – Abus rituel satanique


satantic_ritual_abuse


De la même unité du FBI représentée dans le film Silence of the Lambs, ce rapport de l’unité des sciences comportementales du FBI sur les abus rituels sataniques est objectif et révélateur. Cultwatch recommande que tout agent d’application de la loi envisageant d’agir contre une personne accusée d’abus rituel satanique lise d’abord ce rapport dans son intégralité.

1992 FBI Report – Satanic Ritual Abuse

par Kenneth V. Lanning, agent spécial superviseur Unité des sciences du comportement National Center for the Analysis of Violent Crime

Introduction

Depuis 1981, j’ai été affecté à l’unité des sciences comportementales de l’Académie du FBI à Quantico, en Virginie, et je me suis spécialisé dans l’étude de tous les aspects de la victimisation sexuelle des enfants. L’unité des sciences comportementales du FBI fournit une assistance aux professionnels de la justice pénale aux États-Unis et dans les pays étrangers. Il tente de développer des applications pratiques des sciences du comportement au système de justice pénale. À la suite de la formation et de la recherche menées par l’Unité et de ses succès dans l’analyse des crimes violents, de nombreux professionnels communiquent avec l’Unité des sciences du comportement pour obtenir de l’aide et des conseils sur les crimes violents, en particulier les cas considérés comme différents, inhabituels ou bizarres. Ce service est fourni gratuitement et n’est pas limité aux crimes relevant de la compétence d’enquête du FBI.

En 1983 et 1984, lorsque j’ai commencé à entendre des histoires de ce qui ressemblait à une activité satanique ou occulte en relation avec des allégations de victimisation sexuelle d’enfants (allégations que l’on a appelé le plus souvent « rituel » la maltraitance des enfants), j’avais tendance à les croire. J’avais eu affaire à des comportements bizarres et déviants pendant de nombreuses années et j’avais depuis longtemps réalisé que presque tout était possible. Juste au moment où vous pensez que vous avez tout entendu, le long vient un autre cas étrange.

L’idée qu’il y ait quelques individus rusés et secrets en position de pouvoir quelque part dans ce pays qui tuent régulièrement quelques personnes dans le cadre d’un rituel ou d’une cérémonie satanique et qui s’en sortent est certainement possible. Mais le nombre de cas présumés a commencé à croître et à augmenter. Nous avons maintenant des centaines de victimes qui affirmant que des milliers de délinquants abusent et même assassinent des dizaines de milliers de personnes dans le cadre de cultes sataniques organisés, et il y a peu ou pas de preuves corroborantes. La raison même pour laquelle de nombreux « experts » citent pour croire ces allégations (c’est-à-dire de nombreuses victimes, qui ne se sont jamais rencontrées, rapportant les mêmes événements) est la principale raison pour laquelle j’ai commencé à remettre en question au moins certains aspects de ces allégations.

J’ai consacré plus de sept ans à temps partiel, et onze ans à temps plein, de ma vie professionnelle à la recherche, à la formation et à la consultation dans le domaine de la victimisation sexuelle des enfants. Les questions d’exploitation et d’abus sexuels d’enfants constituent une grande partie du travail de ma vie professionnelle. Je n’ai aucune raison de nier leur existence ou leur nature. En fait, j’ai fait tout ce que je peux pour sensibiliser les gens au problème. Certains m’ont même reproché d’avoir contribué à créer l’hystérie qui a conduit à ces allégations bizarres. Je ne peux accepter aucun revenu extérieur et je suis payé le même salaire par le FBI, que les enfants soient maltraités et exploités ou non – et que le nombre soit d’un ou d’un million. En tant que personne profondément préoccupée par la question et engagée professionnellement dans cette question, je n’ai pas remis en question à la légère les allégations de centaines de victimes d’abus et d’exploitation sexuels d’enfants.

En réponse aux accusations de quelques-uns selon lesquelles je suis un « sataniste » qui a infiltré le FBI pour faciliter la dissimulation, comment quelqu’un (ou devrait-il avoir à) réfuter de telles allégations? Bien que réticent à donner de la dignité à des accusations aussi absurdes par une réponse, tout ce que je peux dire à ceux qui ont fait de telles allégations qu’ils ont tort et à ceux qui ont entendu de telles allégations est d’examiner attentivement la source.

La raison pour laquelle j’ai adopté la position que j’ai n’est pas parce que je soutiens ou crois au « satanisme », mais parce que je crois sincèrement que mon approche est la stratégie d’enquête appropriée et la plus efficace. Je crois que mon approche est dans l’intérêt supérieur des victimes d’abus sexuels sur des enfants. Il aurait été facile de s’asseoir, comme beaucoup l’ont fait, et de ne rien dire publiquement au sujet de cette controverse. J’ai pris la parole et publié sur cette question parce que je suis préoccupé par la crédibilité de la question de l’abus sexuel des enfants et outré que, dans certains cas, des individus s’en sortent en molestant des enfants parce que nous ne pouvons pas prouver qu’ils sont des adorateurs du diable sataniques qui se livrent à un lavage de cerveau, à des sacrifices humains et au cannibalisme dans le cadre d’une vaste conspiration.

Il existe de nombreux points de vue valables permettant d’évaluer les allégations d’abus et d’exploitation sexuels des victimes. Les parents peuvent choisir de croire simplement parce que leurs enfants font des allégations. Le niveau de preuve nécessaire peut être minime car les conséquences de la croyance sont au sein de la famille. Un parent m’a dit à juste titre : « Je crois ce que mon enfant a besoin que je croie ».

Les thérapeutes peuvent choisir de croire simplement parce que leur évaluation professionnelle est que leur patient croit la victimisation et la décrit de manière si vivante. Le niveau de preuve nécessaire peut ne pas être plus qu’une évaluation thérapeutique parce que les conséquences sont entre le thérapeute et le patient. Aucune corroboration indépendante ne peut être exigée.

Un travailleur social doit disposer de preuves plus réelles et tangibles de l’abus afin de prendre des mesures de protection et d’engager une procédure judiciaire. Le niveau de preuve nécessaire doit être plus élevé car les conséquences (refus de visite, placement en famille d’accueil) sont plus importantes.

L’agent chargé de l’application de la loi traite avec le système de justice pénale. Les niveaux de preuve nécessaires sont le soupçon raisonnable, la cause probable et le doute raisonnable, car les conséquences (enquête criminelle, perquisition et saisie, arrestation, incarcération) sont très importantes. Cette discussion se concentrera principalement sur le système de justice pénale et le point de vue des forces de l’ordre. Le niveau de preuve nécessaire pour donner suite à des allégations d’actes criminels doit être plus élevé que le simple fait que la victime l’ait allégué et que cela soit possible. Cela ne nie en rien la validité et l’importance de la perspective parentale, thérapeutique, de bien-être social ou de toute autre perspective de ces allégations.

Cependant, lorsque les thérapeutes et autres professionnels commencent à dispenser des formations, à publier des articles et à communiquer par le biais des médias, les conséquences deviennent plus importantes, et le niveau de preuve doit donc être plus élevé. La quantité de corroboration nécessaire pour agir sur des allégations d’abus dépend des conséquences d’une telle action. Nous devons nous préoccuper de la diffusion et de la publication d’allégations non corroborées d’abus sexuels bizarres. Il faut diffuser l’information pour encourager la communication et la recherche sur ce phénomène. Toutefois, les risques de « contagion » des intervenants et des victimes et d’hystérie publique sont des aspects négatifs potentiels d’une telle diffusion. En raison de la nature hautement émotionnelle et religieuse de ce sujet, il est plus probable que la diffusion de l’information aboutisse à une sorte de prophétie auto-réalisatrice.

Si des allégations aussi extrêmes doivent être diffusées au grand public, elles doivent être présentées dans le contexte d’une appréciation et d’une évaluation, au moins du point de vue professionnel du diffuseur et, au mieux, du point de vue professionnel des autres personnes concernées. C’est ce que je vais tenter de faire dans cette discussion. L’appréciation et l’évaluation de telles allégations sont des domaines où les forces de l’ordre, la santé mentale et d’autres professionnels (anthropologues, folkloristes, sociologues, historiens, ingénieurs, chirurgiens, etc.) peuvent s’entraider pour valider ces cas individuellement et en général.
APERÇU HISTORIQUE
Pour tenter de traiter les allégations extrêmes de ce qui constitue les réseaux sexuels d’enfants, il est important d’avoir une perspective historique des attitudes de la société à l’égard des abus sexuels sur les enfants. Je vais donner ici un bref aperçu des attitudes récentes aux États-Unis, mais ceux qui souhaitent obtenir des informations plus détaillées sur ces attitudes sociétales, en particulier dans d’autres cultures et dans un passé plus lointain, devraient se référer au livre de Florence Rush The Best Kept Secret : Sexual Abuse of Children (1980) et au livre de Sander J. Breiner Slaughter of the Innocents (1990).
L’attitude de la société à l’égard des abus sexuels et de l’exploitation des enfants peut se résumer en un mot : déni. La plupart des gens ne veulent pas en entendre parler et préfèrent prétendre que la victimisation sexuelle des enfants n’existe tout simplement pas. Aujourd’hui, cependant, il est difficile de prétendre que cela n’arrive pas. Les histoires et les rapports sur la victimisation sexuelle des enfants sont quotidiens.
Il est important que les professionnels qui s’occupent des abus sexuels envers les enfants reconnaissent et apprennent à gérer ce déni d’un problème grave. Les professionnels doivent surmonter ce déni et encourager la société à traiter, signaler et prévenir la victimisation sexuelle des enfants.
Cependant, certains professionnels, dans leur zèle à sensibiliser la société américaine à cette victimisation, ont tendance à exagérer le problème. Il n’est pas rare de voir des présentations et des ouvrages contenant des affirmations mal documentées ou trompeuses sur le fait qu’un enfant sur trois est victime d’agressions sexuelles, que l’industrie de la pédopornographie représente 5 milliards de dollars, que les réseaux d’esclavage des enfants existent et que 50 000 enfants sont enlevés par des inconnus. Le problème est déjà suffisamment grave ; il n’est pas nécessaire de l’exagérer. Les professionnels devraient citer des études réputées et scientifiques et noter les sources d’information. S’ils ne le font pas, lorsque les exagérations et les déformations sont découvertes, leur crédibilité et la crédibilité de la question sont perdues.
LE « DANGER DE L’ÉTRANGER ».
Dans les années 1950 et 1960, la littérature et les discussions sur les abus sexuels à l’encontre des enfants étaient principalement axées sur le « danger étranger » – le vieil homme sale à l’imperméable froissé. Si l’on ne pouvait nier l’existence des abus sexuels sur les enfants, on décrivait la victimisation en termes simplistes de bien et de mal. L’approche du « danger étranger » pour prévenir les abus sexuels sur les enfants est très claire. Nous savons immédiatement qui sont les bons et les méchants et à quoi ils ressemblent.
Le FBI a distribué une affiche qui résume bien cette attitude. Elle montrait un homme, chapeau bas, caché derrière un arbre avec un sac de bonbons dans les mains. Il attendait une gentille petite fille qui rentrait seule de l’école. En haut, on pouvait lire : « Garçons et filles, coloriez la page, mémorisez les règles. » En bas, on pouvait lire : « Pour votre protection, n’oubliez pas de refuser les cadeaux des inconnus et de refuser les promenades proposées par des inconnus. » L’affiche oppose clairement le mal du délinquant à la bonté de l’enfant victime.
Le mythe de l’agresseur d’enfants comme étant un vieil homme sale dans un imperméable ridé est maintenant réévalué, en fonction de ce que nous savons maintenant sur les types de personnes qui agressent les enfants. Le fait est qu’un pédophile peut ressembler à n’importe qui et même être quelqu’un que nous connaissons et apprécions.
Il existe un autre mythe qui est toujours d’actualité et qui est beaucoup moins susceptible d’être discuté. Il s’agit du mythe de l’enfant victime, une petite fille tout à fait innocente qui se promène dans la rue en s’occupant de ses affaires. Il est peut-être plus important de dissiper ce mythe que celui du méchant délinquant, surtout lorsqu’on parle de l’exploitation sexuelle des enfants et des réseaux pédophiles. Les enfants victimes peuvent être des garçons comme des filles, et toutes les victimes ne sont pas des petits « anges ».

La société semble avoir du mal à traiter tout cas d’abus sexuel dans lequel l’agresseur n’est pas complètement « mauvais » ou la victime n’est pas complètement « bonne ». Les enfants victimes qui, par exemple, se comportent simplement comme des êtres humains et répondent à l’attention et à l’affection des délinquants en retournant volontairement et à plusieurs reprises au domicile de ces derniers sont troublants. Nous sommes troublés de voir les victimes dans la pédopornographie ricaner ou rire. Lors des conférences professionnelles sur l’abus sexuel des enfants, la prostitution enfantine n’est presque jamais abordée. C’est la forme de victimisation sexuelle des enfants la plus éloignée du stéréotype de la jeune fille innocente victime. Les enfants prostitués, par définition, participent à leur victimisation et en sont souvent les auteurs.
De plus, les enfants prostitués et les participants aux réseaux sexuels d’enfants sont souvent des garçons. Un thérapeute m’a récemment dit que les données d’un chercheur sur la maltraitance des enfants étaient trompeuses parce que beaucoup des enfants victimes en question étaient des enfants prostitués. Cela implique que les enfants prostitués ne sont pas de « vrais » enfants victimes. Dans un sondage effectué par le Los Angeles Times, seulement 37 pour cent des personnes interrogées pensaient que la prostitution des enfants constituait un abus sexuel des enfants (Timnik, 1985). Que cela semble juste ou non, lorsque des adultes et des enfants ont des relations sexuelles, l’enfant est toujours la victime.
L’ABUS SEXUEL INTRAFAMILIAL DES ENFANTS
Au cours des années 1970, principalement à la suite du mouvement féministe, la société a commencé à en savoir plus sur la victimisation sexuelle des enfants. Nous avons commencé à nous rendre compte que la plupart des enfants sont agressés sexuellement par quelqu’un qu’ils connaissent et qui est généralement un membre de la famille – un père, un beau-père, un oncle, un grand-père, un frère aîné ou même une parente. Certains atténuent la difficulté d’accepter ce fait en adoptant le point de vue selon lequel seuls les membres de groupes socio-économiques autres que le leur adoptent un tel comportement.
Il est rapidement apparu que les mises en garde contre l’acceptation de cadeaux de la part d’inconnus ne suffisaient pas à prévenir les abus sexuels sur les enfants. Par conséquent, nous avons commencé à élaborer des programmes de prévention fondés sur des concepts plus complexes, tels que les bons et les mauvais touchers, la sensation de « dégoût » et le droit de l’enfant de dire non. Ce n’est pas le genre de choses que l’on peut communiquer facilement et efficacement en cinquante minutes à des centaines d’enfants entassés dans un auditorium d’école. Ce sont des questions très difficiles, et les programmes doivent être soigneusement élaborés et évalués.
À la fin des années 1970, l’abus sexuel d’enfants est devenu presque synonyme d’inceste, et l’inceste signifiait des relations sexuelles père-fille. Par conséquent, l’intervention en matière d’abus sexuel d’enfants s’est concentrée sur l’inceste père-fille. Aujourd’hui encore, la grande majorité du matériel de formation, des articles et des livres sur le sujet font référence à l’abus sexuel d’enfants uniquement en termes d’inceste intrafamilial père-fille.
L’inceste est, en fait, une relation sexuelle entre des individus de tout âge trop proches pour se marier. Il ne doit pas nécessairement impliquer un adulte et un enfant, et il va au-delà de l’abus sexuel sur enfant. Mais surtout, l’abus sexuel sur enfant va au-delà de l’inceste père-fille. L’inceste intrafamilial entre un adulte et un enfant est peut-être la forme la plus courante d’abus sexuel sur enfant, mais ce n’est pas la seule.
Les progrès réalisés dans les années 1970 en reconnaissant que les abus sexuels sur les enfants n’étaient pas simplement le résultat du « danger de l’étranger » ont constitué une percée importante dans la lutte contre le déni de la société. Cependant, la bataille n’est pas terminée. La voix persistante de la société qui nous ramène au concept plus simple du « danger de l’étranger » ne disparaîtra peut-être jamais. C’est la voix du déni.

RETOUR AU « DANGER DE L’ÉTRANGER ».
Au début des années 1980, la question des enfants disparus a pris de l’importance et s’est concentrée principalement sur l’enlèvement de petits enfants par des étrangers. Les fugues, les abandons, les enlèvements par des personnes n’ayant pas la garde de l’enfant, les enlèvements d’adolescents par des personnes n’appartenant pas à la famille – tous des problèmes majeurs dans le cadre de la question des enfants disparus – étaient presque oubliés. Les gens ne voulaient plus entendre parler de bons et de mauvais touchers et du droit de l’enfant à dire « non ». Ils voulaient qu’on leur explique, en trente minutes ou moins, comment ils pouvaient protéger leurs enfants contre les enlèvements par des inconnus. Nous étions de retour à l’horrible mais simple et clair concept de « danger de l’étranger ».
Dans le zèle émotionnel suscité par le problème des enfants disparus, des histoires d’horreur isolées et des chiffres déformés étaient parfois utilisés. On a fait croire au public américain que la plupart des enfants disparus avaient été enlevés par des pédophiles – un nouveau terme pour désigner les agresseurs d’enfants. Les médias, les profiteurs et les zélateurs bien intentionnés ont tous joué un rôle important dans ce battage médiatique et cette hystérie autour des enfants disparus.
L’AGRESSEUR PAR CONNAISSANCE
Ce n’est que récemment que la société a commencé à aborder ouvertement une pièce essentielle du puzzle de l’abus sexuel des enfants : l’agression par une connaissance. Il semble que ce soit l’aspect du problème le plus difficile à affronter pour nous. Les gens semblent plus enclins à accepter qu’un père ou un beau-père, surtout s’il appartient à un autre groupe socio-économique, soit un agresseur d’enfants qu’un curé, un voisin, un agent de police, un pédiatre, un agent du FBI ou un chef scout. L’agresseur par connaissance, par définition, est l’un d’entre nous. Ces types d’agresseurs ont toujours existé, mais notre société n’a pas voulu accepter ce fait.
Malheureusement, l’une des principales raisons pour lesquelles le système de justice pénale et le public ont été contraints d’affronter le problème de l’agression par une connaissance est la prépondérance des poursuites judiciaires découlant de la négligence de nombreuses institutions.
L’une des conséquences malheureuses de la préférence de la société pour le concept du « danger de l’étranger » est ce que j’appelle la culpabilité du « dire non, crier et dire ». C’est le résultat des programmes de prévention qui disent aux enfants victimes potentielles d’éviter les abus sexuels en disant non, en criant et en racontant. Cela peut fonctionner avec l’étranger qui se cache derrière un arbre. Les adolescents séduits par un chef scout ou des enfants qui participent activement à leur victimisation se sentent souvent coupables et s’en veulent parce qu’ils n’ont pas fait ce qu’ils étaient « censés » faire. Ils peuvent ressentir le besoin de décrire leur victimisation d’une manière plus acceptable socialement, mais parfois inexacte, qui les soulage de cette culpabilité.
Alors que la société américaine est de plus en plus consciente du problème de l’agresseur par connaissance et des problèmes connexes tels que la pornographie infantile, la voix qui nous rappelle le « danger de l’étranger » persiste.
LE SATANISME : UNE NOUVELLE FORME DE « DANGER ÉTRANGER ».
Dans la version actuelle du « danger étranger », ce sont les adorateurs du diable satanique qui enlèvent les enfants et en font des victimes. Nombreux sont ceux qui, au début des années 1980, nous ont mis en garde contre les pédophiles qui enlevaient 50 000 enfants par an, et qui affirment aujourd’hui qu’ils n’avaient tort que sur l’identité des ravisseurs, et non sur le nombre d’enfants enlevés. Il s’agit encore une fois du désir d’une explication simple et claire d’un problème complexe.
Pour ceux qui s’y connaissent en criminologie, l’une des plus anciennes théories du crime est la démonologie : C’est le diable qui vous pousse à agir. Il est donc encore plus facile de traiter avec le pédophile qui est le « pilier de la communauté ». Ce n’est pas sa faute, ce n’est pas notre faute. Nous n’aurions jamais pu savoir ; c’est le diable qui l’a poussé à le faire. Cette explication est extrêmement séduisante car, à l’instar du « danger de l’étranger », elle présente une lutte claire et nette entre le bien et le mal pour expliquer l’enlèvement, l’exploitation et la maltraitance des enfants.
En ce qui concerne les abus « rituels » sataniques, nous n’en sommes peut-être pas aujourd’hui au même point que l’inceste dans les années 1960, mais au même point que les disparitions d’enfants au début des années 1980. Les meilleures données actuellement disponibles (les 1990 National Incidence Studies on Missing, Abducted, Runaway, and Thrownaway Children in America) estiment le nombre d’enlèvements d’enfants stéréotypés entre 200 et 300 par an, et le nombre d’homicides d’enfants par des inconnus entre 43 et 147 par an. Environ la moitié des enfants enlevés sont des adolescents. Les faits d’aujourd’hui sont sensiblement différents des perceptions d’hier, et ceux qui ont exagéré le problème, aussi bien intentionnés soient-ils, ont perdu toute crédibilité et ont porté atteinte à la réalité du problème.

FORMATION DES FORCES DE L’ORDRE
La croyance selon laquelle il existe un lien entre le satanisme et le crime n’est certainement pas nouvelle. Comme indiqué précédemment, l’une des plus anciennes théories concernant les causes de la criminalité est la démonologie. La peur des activités sataniques ou occultes a connu des pics de temps en temps au cours de l’histoire. À la fin des années 70, l’inquiétude portait principalement sur les morts et les mutilations « inexpliquées » d’animaux et, ces dernières années, elle s’est focalisée sur les abus sexuels sur les enfants et sur le prétendu sacrifice humain d’enfants disparus. En 1999, elle se concentrera probablement sur l’imminence de la « fin du monde ».
Aujourd’hui, le satanisme et une grande variété d’autres termes sont utilisés de manière interchangeable en référence à certains crimes. Cette discussion analysera la nature des crimes « sataniques, occultes et rituels », principalement en ce qui concerne l’abus des enfants, et se concentrera sur les réponses appropriées des forces de l’ordre. Récemment, un grand nombre de séminaires et de conférences sur l’application de la loi ont porté sur les crimes sataniques et rituels. Ces conférences de formation portent des titres divers, tels que « L’occulte dans le crime », « Les cultes sataniques », « Séminaire sur les crimes rituels », « Influences sataniques dans les homicides », « Crimes occultes, satanisme et suicide des adolescents » et « Abus rituels des enfants ».
La conférence typique dure de un à trois jours, et beaucoup d’entre elles incluent les mêmes présentateurs et instructeurs. Une grande variété de sujets sont généralement abordés au cours de cette formation, soit sous forme de présentations individuelles par différents instructeurs, soit regroupés par un ou plusieurs instructeurs.
Les sujets typiquement abordés sont les suivants :
Aperçu historique du satanisme, de la sorcellerie et du paganisme de l’Antiquité à l’époque moderne. Nature et influence des jeux de rôle fantastiques, tels que « Donjons et Dragons ». Paroles, symbolisme et influence du rock and roll, du heavy metal et du black metal. Les gangs d’adolescents « stoners », leurs symboles et leur vandalisme. Le suicide des adolescents qui s’adonnent à l’occultisme. Les crimes commis par des pratiquants sataniques autoproclamés, y compris les profanations et les vols de tombes et d’églises, les mutilations d’animaux et même les meurtres. Les abus rituels d’enfants dans le cadre de cérémonies bizarres et de sacrifices humains. Groupes sataniques organisés, traditionnels ou multigénérationnels impliqués dans des conspirations organisées, comme la prise de contrôle de crèches, l’infiltration de services de police et le trafic de victimes de sacrifices humains. La théorie de la « Grande Conspiration », qui implique que les satanistes sont responsables de choses comme Adolph Hitler, la Seconde Guerre mondiale, l’avortement, les drogues illégales, la pornographie, le Watergate et l’Irangate, et qu’ils ont infiltré le ministère de la Justice, le Pentagone et la Maison Blanche.
Au cours des conférences, ces neuf domaines sont liés entre eux par l’utilisation libérale du mot « satanisme » et de certains symboles communs (pentagrammes, 666, démons, etc.). L’implication est souvent que tous font partie d’un continuum de comportement, d’un problème unique ou d’une conspiration commune. Les distinctions entre les différents domaines sont floues, même si parfois un présentateur tente de les faire. Les informations présentées sont un mélange de faits, de théories, d’opinions, de fantasmes et de paranoïa, et parce que certaines d’entre elles peuvent être prouvées ou corroborées (symboles sur les albums de rock, graffitis sur les murs, profanation de cimetières, vandalisme, etc. Le matériel produit par les organisations religieuses, les photocopies et les diapositives d’articles de journaux, les cassettes vidéo d’émissions de télévision à sensation sont utilisés pour compléter la formation et sont présentés comme des « preuves » de l’existence et de la nature du problème.
Tout cela est compliqué par le fait que presque toutes les discussions sur le satanisme et l’occulte sont interprétées à la lumière des croyances religieuses des personnes présentes. La foi, et non la logique et la raison, régit les croyances religieuses de la plupart des gens. Par conséquent, certains agents des forces de l’ordre, normalement sceptiques, acceptent les informations diffusées lors de ces conférences sans les évaluer de manière critique ni remettre en question les sources.

Les agents qui ne dépendent normalement pas des groupes religieux pour obtenir des renseignements criminels, qui savent que les comptes rendus médiatiques de leurs propres affaires sont notoirement inexacts, qui se moquent des comptes rendus télévisés des comportements bizarres et qui plaisantent à leur sujet, adoptent soudainement ce genre de matériel lorsqu’il est présenté dans le contexte d’une activité satanique. Les personnes qui ne font pas partie des forces de l’ordre semblent encore plus susceptibles de le faire. D’autres disciplines, notamment les thérapeutes, ont également organisé des conférences de formation sur les caractéristiques et l’identification des abus « rituels » sur les enfants. Rien de ce qui est dit lors de ces conférences ne changera les croyances religieuses des personnes présentes. Ces conférences illustrent la nature hautement émotionnelle, l’ambiguïté et la grande variété des termes utilisés dans ce domaine.
DÉFINITIONS
Les mots « satanique », « occulte » et « rituel » sont souvent utilisés de manière interchangeable. Il est difficile de définir précisément le « satanisme ». Nous ne tenterons pas de le faire ici. Cependant, il est important de comprendre que, pour certaines personnes, tout système de croyance religieuse autre que le leur est « satanique ». L’ayatollah Khomeini et Saddam Hussein ont qualifié les États-Unis de « Grand Satan ». Au Parlement britannique, un leader protestant a appelé le pape l’Antéchrist. Dans un livre intitulé Préparez la guerre (1987,) Rebecca Brown, M.D. a un chapitre intitulé « Le catholicisme romain est-il de la sorcellerie ? » Le Dr Brown énumère également parmi les « portes » vers le pouvoir satanique et/ou l’infestation par les démons les éléments suivants : les diseurs de bonne aventure, les horoscopes, les serments de fraternité, le végétarisme, le yoga, l’auto-hypnose, les cassettes de relaxation, l’acupuncture, le biofeedback, les jeux de rôle fantastiques, l’adultère, l’homosexualité, la pornographie, le judo, le karaté et la musique rock. Le Dr Brown affirme que la musique rock « était un plan soigneusement orchestré par nul autre que Satan lui-même » (p. 84). Les idées exprimées dans ce livre peuvent sembler extrêmes, voire humoristiques. Cependant, ce livre a été recommandé comme une référence sérieuse dans le matériel de formation des forces de l’ordre sur ce sujet. Dans les livres, les conférences, les documents à distribuer et les conversations, j’ai entendu tous les éléments suivants être qualifiés de satanisme :

  • l’Église de Satan
  • Ordo Templi Orientis
  • Temple de Seth
  • Démonologie
  • Sorcellerie
  • Occulte
  • Paganisme
  • Santeria
  • Vaudou
  • Rose-Croix
  • Franc-maçonnerie
  • Chevaliers Templiers
  • Gangs de Stoner
  • Musique Heavy Metal
  • Musique Rock
  • KKK
  • Nazis
  • Skinheads
  • Scientologie
  • Église de l’Unification
  • La Voie
  • Hare Krishna
  • Rajneesh
  • Cultes religieux
  • Nouvel âge
  • Astrologie
  • Channeling
  • Méditation Transcendantale
  • Médecine holistique
  • Le bouddhisme
  • Hindouisme
  • Mormonisme
  • Islam
  • Église orthodoxe – Catholicisme romain
    Lors des conférences de formation des forces de l’ordre, ce sont la sorcellerie, la santeria, le paganisme et l’occultisme qui sont le plus souvent désignés comme des formes de satanisme. Il s’agit peut-être d’une question de définition, mais ces éléments ne sont pas nécessairement identiques au satanisme traditionnel. Le culte des déesses lunaires et de la nature et la pratique de rituels de fertilité ne sont pas du satanisme. La santeria est une combinaison du catholicisme romain du 17e siècle et du paganisme africain.

Occulte signifie simplement « caché ». Tous les crimes non signalés ou non résolus peuvent être considérés comme occultes, mais dans ce contexte, le terme fait référence à l’action ou à l’influence de pouvoirs surnaturels, à une connaissance secrète de ceux-ci ou à un intérêt pour les phénomènes paranormaux, et n’implique pas le satanisme, le mal, les méfaits ou le crime. En effet, historiquement, les principaux crimes méritant d’être considérés comme des « crimes occultes » sont les fraudes perpétrées par les guérisseurs, les diseurs de bonne aventure et les « médiums » qui, moyennant rémunération, prétendent guérir, organisent la visite d’êtres chers décédés et commettent d’autres crimes financiers contre les crédules.

Beaucoup d’individus définissent le satanisme d’un point de vue totalement chrétien, en utilisant ce mot pour décrire le pouvoir du mal dans le monde. Avec cette définition, tous les crimes, en particulier ceux qui sont particulièrement bizarres, répugnants ou cruels, peuvent être considérés comme de nature satanique. Pourtant, il est tout aussi difficile de définir précisément le satanisme que de définir précisément le christianisme ou tout système de croyance spirituel complexe.

QU’EST-CE QUE LE RITUEL?

La plus grande confusion concerne le mot « rituel ». Lors des conférences de formation sur ce sujet, rituel en vient presque toujours à signifier « satanique » ou au moins « spirituel ». Le terme « rituel » peut faire référence à une cérémonie religieuse prescrite, mais dans son sens plus large, il désigne tout acte ou série d’actes habituellement répétés. La nécessité de répéter ces actes peut être culturelle, sexuelle ou psychologique ainsi que spirituelle.

Les rituels culturels pourraient inclure des choses telles que ce qu’une famille mange le jour de Thanksgiving, ou quand et comment les cadeaux sont ouverts à Noël. Les cérémonies d’initiation des fraternités, sororités, gangs et autres clubs sociaux sont d’autres exemples de rituels culturels.

Depuis 1972, j’ai donné des conférences sur le rituel sexuel, qui n’est rien de plus que de s’engager à plusieurs reprises dans un acte ou une série d’actes d’une certaine manière en raison d’un besoin sexuel. Afin de devenir excité et / ou satisfait, une personne doit s’engager dans l’acte d’une certaine manière. Ce rituel sexuel peut inclure des choses telles que les caractéristiques physiques, l’âge ou le sexe de la victime, la séquence particulière des actes, l’apport ou la prise d’objets spécifiques et l’utilisation de certains mots ou expressions. C’est plus que le concept de M.O. (Méthode d’opération) connu de la plupart des policiers. M.O. est quelque chose qui est fait par un délinquant parce que cela fonctionne. Le rituel sexuel est quelque chose qui est fait par un délinquant en raison d’un besoin. Les actes déviants, tels que uriner, déféquer ou même éviscérer une victime, sont beaucoup plus susceptibles d’être le résultat d’un rituel sexuel que d’un rituel religieux ou « satanique ».

>Dans une perspective d’enquête criminelle, deux autres formes de ritualisme doivent être reconnues. Le _Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders_ (DSM-III-R) (APA, 1987) définit le « trouble obsessionnel-compulsif » comme « des comportements répétitifs, intentionnels et intentionnels qui sont effectués en réponse à une obsession, ou selon certaines règles ou de manière stéréotypée » (p. 247). Un tel comportement compulsif implique souvent des rituels. Bien qu’un tel comportement implique généralement des activités non criminelles telles que le lavage excessif des mains ou la vérification que les portes sont verrouillées, le ritualisme parfois compulsif peut faire partie d’une activité criminelle.

Certains joueurs ou allumeurs de feu, par exemple, sont considérés par certaines autorités comme motivés en partie par de telles contraintes. Le rituel peut aussi provenir d’hallucinations psychotiques et de délires. Un crime peut être commis de manière précise parce qu’une voix a dit au délinquant de le faire de cette façon ou parce qu’une mission divine l’exigeait.

Pour rendre cela plus déroutant, les rituels culturels, religieux, sexuels et psychologiques peuvent se chevaucher. Certaines personnes psychotiques sont préoccupées par les délires religieux et entendent la voix de Dieu ou de Satan leur dire de faire des choses de nature religieuse. Les délinquants qui se sentent peu ou pas du tout coupables de leurs crimes peuvent avoir besoin de peu de justification pour leur comportement antisocial. En tant qu’êtres humains, cependant, ils peuvent avoir des craintes, des inquiétudes et de l’anxiété à l’intention de s’en tirer avec leurs actes criminels. Il est difficile de prier Dieu pour qu’il réussisse à faire des choses qui vont à l’encontre de ses commandements.

Un système de croyances spirituelles négatives peut répondre à leur besoin humain d’aide et de croyance en un plus grand pouvoir ou pour faire face à leurs superstitions. Le ritualisme compulsif (p. ex. propreté excessive ou peur de la maladie) peut être introduit dans le comportement sexuel. Même de nombreuses personnes « normales » ont besoin d’ordre et de prévisibilité et peuvent donc s’engager dans des rituels familiaux ou de travail. En cas de stress ou en période de changement, ce besoin d’ordre et de rituel peut augmenter.

Le crime rituel peut répondre aux besoins culturels, spirituels, sexuels et psychologiques d’un délinquant. Les crimes peuvent être motivés par des rituels ou avoir des éléments rituels. Le comportement rituel peut également répondre aux besoins criminels de base pour manipuler les victimes, se débarrasser des rivaux, envoyer un message aux ennemis et intimider les co-conspirateurs. Les dirigeants d’un groupe peuvent vouloir jouer sur les croyances et les superstitions de ceux qui les entourent et essayer de convaincre les complices et les ennemis qu’eux, les dirigeants, ont des pouvoirs spéciaux ou « surnaturels ».

Le point important pour l’enquêteur criminel est de réaliser que la plupart des comportements criminels rituels ne sont pas motivés simplement par des cérémonies sataniques ou religieuses. Lors de certaines conférences, les présentateurs ont tenté de faire la distinction entre les abus « rituels », « ritualisés » et « rituels » à l’égard des enfants. Toutefois, ces distinctions subtiles ne semblent pas avoir de valeur significative pour l’enquêteur criminel.

QU’EST-CE QUE LA MALTRAITANCE « RITUELLE » DES ENFANTS?

Je ne peux pas définir précisément l’expression « violence rituelle à l’égard des enfants » et je préfère ne pas utiliser ce terme. Je suis souvent obligé de l’utiliser (comme tout au long de cette discussion) afin que les gens aient une idée de ce dont je parle. L’utilisation de ce terme, cependant, est source de confusion, trompeuse et contre-productive. Le nouveau terme « abus rituel satanique » (abrégé « SRA ») est encore pire. Certaines observations sont toutefois importantes pour la compréhension des enquêtes. La plupart des gens utilisent aujourd’hui le terme pour désigner l’abus d’enfants qui fait partie d’un système de croyance spirituelle maléfique, qui presque par définition doit être satanique.

Le Dr Lawrence Pazder, coauteur de _Michelle Remembers_, définit la « violence ritualisée à l’égard des enfants » comme « des agressions physiques, émotionnelles, mentales et spirituelles répétées combinées à l’utilisation systématique de symboles et de cérémonies secrètes conçues pour retourner un enfant contre lui-même, sa famille, la société et Dieu » (présentation, Richmond, Virginie, 7 mai 1987). Il affirme également que « l’agression sexuelle a une signification rituelle et n’est pas destinée à la gratification sexuelle ».

Cette définition peut avoir de la valeur pour les universitaires, les sociologues et les thérapeutes, mais elle crée des problèmes potentiels pour l’application de la loi. Certains actes commis avec des enfants (c.-à-d. embrasser, toucher, paraître nu, etc.) peuvent être criminels s’ils sont commis à des fins de satisfaction sexuelle. Si les actes rituels ont en fait été accomplis à des fins d’endoctrinement spirituel, des poursuites potentielles peuvent être compromises, en particulier si les actes peuvent être défendus en tant qu’expression religieuse protégée par la Constitution. La mutilation des organes génitaux d’un bébé pour un plaisir sexuel sadique est un crime. La circoncision des organes génitaux d’un bébé pour des raisons religieuses n’est probablement pas un crime. L’intention des actes est importante pour les poursuites criminelles.

Toutes les activités rituelles motivées spirituellement ne sont pas sataniques. La Santeria, la sorcellerie, le vaudou et la plupart des cultes religieux ne sont pas du satanisme. En fait, la plupart des abus spirituels ou religieux sur les enfants n’ont rien à voir avec le satanisme. La plupart des mauvais traitements infligés aux enfants que l’on pourrait qualifier de « rituels » selon diverses définitions sont plus susceptibles d’être de nature physique et psychologique que sexuelle. Si une distinction doit être faite entre la maltraitance satanique et nonsatanique des enfants, les indicateurs de cette distinction doivent être liés à des symboles, artefacts ou doctrines sataniques spécifiques plutôt qu’à la simple présence d’un élément ritualiste.

Toutes ces activités rituelles avec un enfant ne sont pas un crime. Presque tous les parents ayant des croyances religieuses endoctrinent leurs enfants dans ce système de croyances. La circoncision masculine pour des raisons religieuses est-elle une maltraitance d’enfant? La circoncision religieuse des filles est-elle abusive? Le fait d’avoir un enfant agenouillé sur un sol dur récitant le chapelet constitue-t-il de la maltraitance d’enfant? Le fait qu’un enfant chante une prière satanique ou assiste à une messe noire constitue-t-il de la maltraitance des enfants ? Une croyance religieuse dans les châtiments corporels constitue-t-elle un mauvais traitements infligés aux enfants? La prise en charge collective des enfants dans une commune ou une secte constitue-t-elle une maltraitance des enfants ? Le fait que des actes en question aient été accomplis avec l’autorisation de leurs parents a-t-il une incidence sur la nature de l’infraction? De nombreux actes rituels, qu’ils soient sataniques ou non, ne sont tout simplement pas des crimes. Ouvrir la boîte de Pandore de l’étiquette de la maltraitance des enfants comme « ritualiste » simplement parce qu’elle implique un système de croyances spirituelles signifie appliquer la définition à tous les actes de tous les systèmes de croyances spirituelles. Le jour viendra peut-être où beaucoup de ceux qui sont à l’avant-garde de l’inquiétude au sujet des abus rituels regretteront d’avoir ouvert la boîte.

Lorsqu’une victime décrit et qu’une enquête corrobore ce qui ressemble à une activité rituelle, plusieurs possibilités doivent être envisagées. L’activité rituelle peut faire partie de la religiosité excessive des délinquants mentalement perturbés, voire psychotiques. C’est peut-être une partie mal comprise du rituel sexuel. L’activité rituelle peut être accessoire à tout abus réel. Le délinquant peut être impliqué dans une activité rituelle avec un enfant et peut également maltraiter un enfant, mais l’un peut avoir peu ou rien à voir avec l’autre.

Le délinquant peut se livrer délibérément à des activités rituelles avec un enfant dans le cadre de la violence et de l’exploitation de l’enfant. La motivation, cependant, peut ne pas être d’endoctriner l’enfant dans un système de croyance, mais de réduire les inhibitions de, de contrôler, de manipuler et / ou de confondre l’enfant. Dans toute la tourmente autour de cette question, il serait très efficace pour tout agresseur d’enfants d’introduire délibérément des éléments rituels dans son crime afin de confondre l’enfant et donc le système de justice pénale. Cela rendrait cependant l’activité M.O. et non rituelle.

L’activité rituelle et la maltraitance des enfants peuvent faire partie intégrante d’un système de croyances spirituelles. Dans ce cas, le plus grand risque concerne les enfants des praticiens. Mais cela est vrai de tous les cultes et religions, pas seulement des cultes sataniques. Il existe un risque élevé d’abus pour tous les enfants élevés dans un groupe isolé du courant dominant de la société, surtout si le groupe a un chef charismatique dont les ordres sont incontestés et obéis aveuglément par les membres. Le sexe, l’argent et le pouvoir sont souvent les principales motivations des dirigeants de ces sectes.

QU’EST-CE QUI REND UN CRIME SATANIQUE, OCCULTE OU RITUEL ?

Certains répondraient qu’il s’agit des croyances spirituelles du délinquant ou de son appartenance à une secte ou à une église. Si tel est le critère, pourquoi ne pas étiqueter les crimes commis par les protestants, les catholiques et les juifs de la même manière? Les atrocités de Jim Jones en Guyane sont-ils des crimes chrétiens ?

Certains répondraient qu’il s’agit de la présence de certains symboles en la possession ou au domicile de l’auteur. Que signifie alors trouver un crucifix, une Bible ou un chapelet en la possession ou chez un voleur de banque, un escroc, un agresseur d’enfants ou un meurtrier? Si différents criminels possèdent les mêmes symboles, font-ils nécessairement partie d’un grand complot?

D’autres répondraient que c’est la présence de certains symboles tels que les pentagrammes, les croix inversées et le 666 sur les lieux du crime. Que signifie alors trouver une croix peinte en aérosol sur un mur ou sculptée dans le corps d’une victime? Qu’est-ce que cela signifie pour un agresseur, comme dans un cas récent présenté par mon unité, de laisser une Bible liée à sa victime de meurtre? Qu’en est-il de la possibilité qu’un délinquant ait délibérément laissé de tels symboles pour le faire passer pour un crime « satanique »?

Certains diront que c’est la bizarrerie ou la cruauté du crime: mutilation corporelle, amputation, consommation de sang, consommation de chair, consommation d’urine ou de matières fécales. Cela signifie-t-il que toutes les personnes impliquées dans le meurtre de la luxure, le sadisme, le vampirisme, le cannibalisme, l’urophilie et la coprophilie sont des satanistes ou des praticiens occultes? Qu’est-ce que cela dit des crimes bizarres de tueurs psychotiques tels que Ed Gein ou Richard Trenton Chase, qui ont tous deux mutilé leurs victimes dans le cadre de leurs délires psychotiques? Un crime qui n’est pas sexuellement déviant, bizarre ou exceptionnellement violent peut-il être satanique? La criminalité en col blanc peut-elle être satanique ?

Quelques-uns pourraient même répondre que c’est le fait que le crime a été commis à une date avec une signification satanique ou occulte (Halloween, veille de mai, etc.) ou le fait que l’auteur prétend que Satan lui a dit de commettre le crime. Qu’est-ce que cela signifie pour les crimes commis à l’Action de grâces ou à Noël? Qu’est-ce que cela dit des crimes commis par des auteurs qui prétendent que Dieu ou Jésus leur a dit de le faire? Une note d’intérêt est le fait que dans le document et le matériel de référence que j’ai recueillis, le nombre de dates avec une signification satanique ou occulte varie de 8 à 110.

Ceci est aggravé par le fait qu’il est parfois dit que les satanistes peuvent célébrer ces fêtes plusieurs jours de chaque côté de la date officielle ou que les anniversaires des praticiens peuvent également être des jours fériés. Les noms exacts et les dates exactes des fêtes et la signification des symboles énumérés peuvent également varier selon qui a préparé le matériel. Le document est souvent distribué sans identifier l’auteur ni documenter la source originale de l’information. Il est ensuite fréquemment photocopié par les participants et transmis à d’autres policiers sans que personne ne connaisse vraiment sa validité ou son origine.

La plupart, cependant, répondraient probablement que ce qui rend un crime satanique, occulte ou rituel est la motivation du crime. C’est un crime qui est spirituellement motivé par un système de croyances religieuses. Comment alors qualifier les crimes véritables suivants ?

Les parents défient une ordonnance du tribunal et envoient leurs enfants dans une école chrétienne non agréée. Les parents refusent d’envoyer leurs enfants dans une école parce qu’ils attendent la seconde venue du Christ. Les parents ont battu leur enfant à mort parce qu’il ou elle ne suivra pas leur croyance chrétienne. Les parents violent les lois sur le travail des enfants parce qu’ils croient que la Bible exige un tel travail. Des individus bombardent une clinique d’avortement ou enlèvent le médecin parce que leur système de croyances religieuses dit que l’avortement est un meurtre. Un agresseur d’enfants lit la Bible à ses victimes afin de justifier ses actes sexuels avec elles. Les parents refusent un traitement médical vital pour un enfant en raison de leurs croyances religieuses. Les parents meurent de faim et battent leur enfant à mort parce que leur ministre a dit que l’enfant était possédé par des esprits démoniaques.

Certaines personnes diront que les chrétiens qui ont commis les crimes ci-dessus ont mal compris et déformé leur religion tandis que les satanistes qui commettent des crimes suivent la leur. Mais qui décide de ce qui constitue une mauvaise interprétation d’un système de croyances religieuses? Les individus qui ont commis les crimes décrits ci-dessus, même s’ils étaient malavisés, croyaient qu’ils suivaient leur religion telle qu’ils la comprenaient. La religion a été et est utilisée pour justifier des comportements sociaux tels que les croisades, l’Inquisition, l’apartheid, la ségrégation et la violence récente en Irlande du Nord, en Inde, au Liban et au Nigeria.

Qui décide exactement de ce que croient les « satanistes » ? Dans ce pays, nous ne pouvons même pas nous mettre d’accord sur ce que croient les chrétiens. Lors de nombreuses conférences d’application de la loi, le _Satanic Bible_ est utilisé pour cela, et il est souvent contrasté ou comparé à la Bible judéo-chrétienne. Le _Satanic Bible_ est, en substance, un court livre de poche écrit par un homme, Anton LaVey, en 1969.

Le comparer à un livre écrit par plusieurs auteurs sur une période de milliers d’années est ridicule, même en ignorant la possibilité de révélation divine dans la Bible. Ce que les satanistes croient ne se limite certainement pas à l’interprétation de quelques livres par d’autres personnes. Plus important encore, il est sujet à un certain degré d’interprétation par les croyants individuels tout comme le christianisme est. Beaucoup ont admis que les « satanistes » affirment qu’ils ne croient même pas en Dieu, en le diable ou en aucune divinité suprême. Le comportement criminel d’une personne affirmant croire en une religion n’implique pas nécessairement la culpabilité ou le blâme envers d’autres personnes partageant cette croyance. De plus, le simple fait de revendiquer l’appartenance à une religion ne fait pas nécessairement de vous un membre.

Le fait est que beaucoup plus de crimes et d’abus d’enfants ont été commis par des zélotes au nom de Dieu, de Jésus, de Mahomet et d’autres religions dominantes que jamais au nom de Satan. Beaucoup de gens, y compris moi-même, n’aiment pas cette déclaration, mais la vérité est indéniable.

Bien que définir un crime comme satanique, occulte ou rituel impliquerait probablement une combinaison des critères énoncés ci-dessus, je n’ai pas été en mesure de définir clairement un tel crime. Chaque définition potentielle présente un ensemble différent de problèmes lorsqu’elle est mesurée par rapport à une perspective objective, rationnelle et constitutionnelle. Dans un crime avec plusieurs sujets, chaque délinquant peut avoir un motif différent pour le même crime. Dont la motivation détermine l’étiquette du crime? Il est difficile de compter ou de suivre quelque chose que vous ne pouvez même pas définir.

J’ai découvert, cependant, que les faits des soi-disant « crimes sataniques » sont souvent très différents de ce qui est décrit lors des conférences de formation ou dans les médias. L’implication réelle du satanisme ou de l’occulte dans ces cas s’avère généralement secondaire, insignifiante ou inexistante. Les enquêtes sur les crimes occultes ou rituels effectuées par les États du Michigan (1990) et de la Virginie (1991) n’ont fait que confirmer cette « découverte ». Certains agents d’application de la loi, incapables de trouver des crimes « sataniques » graves dans leurs communautés, supposent qu’ils sont simplement chanceux ou vigilants et que les problèmes graves doivent se trouver dans d’autres juridictions. Les agents des autres juridictions, également incapables de le trouver, assument la même chose.

ANNEAUX SEXUELS MULTIDIMENSIONNELS POUR ENFANTS

Au début de 1983, j’ai été contacté pour la première fois par un organisme d’application de la loi pour obtenir des conseils dans ce qui était alors considéré comme un cas inhabituel. La date exacte du contact est inconnue car son importance n’a pas été reconnue à l’époque. Dans les mois et les années qui ont suivi, j’ai reçu de plus en plus de demandes de renseignements sur « ce genre de cas ». Les demandes d’assistance provenaient (et continuent de venir) de tous les États-Unis. Bon nombre des aspects de ces cas variaient, mais il y avait aussi quelques points communs. Dès le début, cependant, une question particulièrement difficile et potentiellement importante a commencé à émerger.

Ces affaires portaient et continuent d’impliquer des allégations non fondées d’activités bizarres qui sont difficiles à prouver ou à réfuter. Toutefois, bon nombre des allégations non fondées ne semblent pas s’être produites ou semblent même possibles. Ces cas semblent remettre en question la crédibilité des victimes d’abus et d’exploitation sexuels d’enfants. Ce sont les cas les plus polarisants, frustrants et déconcertants que j’ai rencontrés en plus de 18 ans d’étude des aspects criminels du comportement sexuel déviant. J’ai cherché des réponses en privé, mais je n’ai rien dit publiquement au sujet de ces cas jusqu’en 1985.

En octobre 1984, les problèmes d’enquête et de poursuite de l’une de ces affaires en Jordanie, dans le Minnesota, sont devenus publiquement connus. En février 1985, à l’Académie du FBI, le FBI a parrainé et j’ai coordonné le premier séminaire national organisé pour étudier « ce genre de cas ». Plus tard en 1985, des conférences similaires parrainées par d’autres organisations ont eu lieu à Washington, D.C. Sacramento, Californie; et Chicago, Illinois. Ces cas ont également fait l’objet de discussions lors de nombreuses conférences régionales et nationales récentes portant sur la victimisation sexuelle des enfants et le trouble de la personnalité multiple. Peu de réponses sont venues de ces conférences. Je continue d’être contacté sur ces cas sur une base régulière. Des enquêtes ont été reçues d’agents d’application de la loi, de procureurs, de thérapeutes, de victimes, de familles de victimes et des médias de tous les États-Unis et maintenant de pays étrangers. Je ne prétends pas comprendre complètement toute la dynamique de ces affaires. Je continue à garder l’esprit ouvert et à chercher des réponses aux questions et des solutions aux problèmes qu’elles posent. Cette discussion est fondée sur mon analyse de plusieurs centaines de « cas de ce genre » sur lesquels j’ai consulté depuis 1983.

DYNAMIQUE DES AFFAIRES

Qu’est-ce que « ce genre de cas » ? Elles étaient et continuent d’être difficiles à définir. Ils impliquent tous des allégations de ce qui ressemble à de l’abus sexuel d’enfants, mais avec une combinaison de certaines dynamiques atypiques. Ces cas semblent avoir les quatre dynamiques suivantes en commun : (1) plusieurs jeunes victimes, (2) plusieurs délinquants, (3) la peur comme tactique de contrôle et (4) l’activité bizarre ou rituelle.

—- (1) PLUSIEURS JEUNES VICTIMES

Dans presque tous les cas, les sévices sexuels auraient eu lieu ou du moins auraient commencé lorsque les victimes avaient entre l’âge de la naissance et l’âge de six ans. Ce très jeune âge peut être une clé importante pour comprendre ces cas. En outre, les victimes ont toutes décrit plusieurs enfants maltraités. Le nombre variait de trois ou quatre à plusieurs centaines de victimes.

—- (2) DÉLINQUANTS MULTIPLES

Dans presque tous les cas, les victimes ont signalé de nombreux délinquants. Les chiffres allaient de deux ou trois à des dizaines de délinquants. Dans une affaire récente, les victimes ont affirmé que 400 à 500 délinquants étaient impliqués. Il est intéressant de noter que bon nombre des délinquants (peut-être jusqu’à 40 à 50 pour cent) étaient des femmes. Les délinquants multiples étaient souvent des membres de la famille et étaient décrits comme faisant partie d’un groupe sectaire, occulte ou satanique.

—- (3) LA PEUR COMME TACTIQUE DE CONTRÔLE

Les agresseurs d’enfants en général sont en mesure de garder le contrôle et d’assurer le secret de leurs victimes de diverses manières. Il s’agit notamment de l’attention et de l’affection, de la coercition, du chantage, de l’embarras, des menaces et de la violence. Dans presque tous les cas que j’ai étudiés, les victimes ont dit avoir eu peur et ont signalé des menaces contre elles-mêmes, leur famille, leurs amis et même leurs animaux de compagnie. Ils ont déclaré avoir été témoins d’actes de violence perpétrés pour renforcer cette crainte. Je crois que cette peur et la mémoire traumatisante des événements peuvent être une autre clé pour comprendre bon nombre de ces cas.

—- (4) ACTIVITÉ BIZARRE OU RITUELLE

C’est la dynamique la plus difficile de ces cas à décrire. « Bizarre » est un terme relatif. L’utilisation d’urine ou de matières fécales dans l’activité sexuelle est-elle bizarre, ou est-ce un aspect bien documenté de la déviance sexuelle, ou fait-elle partie des rituels sataniques établis? Comme discuté précédemment, l’aspect rituel est encore plus difficile à définir. Comment distinguez-vous les actes accomplis de manière précise pour améliorer ou permettre l’excitation sexuelle des actes qui répondent à des besoins spirituels ou se conforment à des cérémonies « religieuses »? Dans ces cas, les victimes rapportent des cérémonies, des chants, des robes et des costumes, des drogues, la consommation d’urine et d’excréments, des sacrifices d’animaux, des tortures, des enlèvements, des mutilations, des meurtres et même du cannibalisme et du vampirisme. Tout bien considéré, le mot « bizarre » est probablement préférable au mot « rituel » pour décrire cette activité.

Lorsque j’ai été contacté sur ces cas, il était très courant pour un procureur ou un enquêteur de dire que les victimes présumées ont été évaluées par un « expert » qui mettra en jeu sa réputation professionnelle sur le fait que les victimes disent la « vérité ». Lorsqu’on lui a demandé combien de cas cet expert avait précédemment évalués impliquant ces quatre dynamiques, la réponse a toujours été la même: aucun! Les experts n’avaient généralement traité que des cas d’abus sexuels intrafamiliaux en tête-à-tête. Récemment, une tendance encore plus inquiétante s’est développée. De plus en plus de victimes ont été identifiées ou évaluées par des experts qui ont été formés pour identifier et se spécialiser dans les abus rituels sataniques.

CARACTÉRISTIQUES DES ANNEAUX SEXUELS MULTIDIMENSIONNELS D’ENFANTS

Comme indiqué précédemment, un problème majeur dans la communication, la formation et la recherche dans ce domaine est le terme utilisé pour définir « ce genre de cas ». Beaucoup les qualifient de « cas d’abus rituels, rituels ou ritualisés d’enfants » ou de « cas d’abus rituel satanique (SRA) ». De tels mots ont des significations spécialisées pour beaucoup de gens et pourraient impliquer que tous ces cas sont liés à une activité occulte ou satanique. Si l’abus rituel n’est pas nécessairement occulte ou satanique, mais est « simplement » un abus grave, répété et prolongé, pourquoi utiliser un terme qui, dans l’esprit de tant de personnes, implique une motivation aussi spécifique?

D’autres qualifient ces cas de « cas multioffends/multivictim ». Le problème avec ce terme est que la plupart des cas de multirécidivistes et de victimes n’impliquent pas les quatre dynamiques discutées ci-dessus.

Faute d’un meilleur terme, j’ai décidé d’appeler « ce genre de cas » des « réseaux sexuels multidimensionnels d’enfants ». À l’heure actuelle, je semble être le seul à utiliser ce terme. Cependant, je ne sais pas s’il s’agit vraiment d’un type distinct d’affaire de réseau sexuel d’enfants ou simplement d’une affaire qui n’est pas traitée correctement.

Voici les caractéristiques générales de ces cas multidimensionnels d’anneaux sexuels d’enfants par opposition aux cas historiques plus courants d’anneaux de sexe d’enfants [voir ma monographie _Child Sex Rings: A Behavioral Analysis] (1989) pour une discussion des caractéristiques des cas historiques d’anneaux sexuels d’enfants]. [NOTE: La monographie est disponible en format PDF via le lien donné — flr]

—- (1) DÉLINQUANTES

Jusqu’à 40 à 50 % des délinquants dans ces cas seraient des femmes. Cela contraste fortement avec les réseaux sexuels historiques où presque tous les délinquants sont des hommes.

—- (2) AGRESSEURS SITUATIONNELS

Les délinquants semblent interagir sexuellement avec les enfants victimes pour des raisons autres qu’une véritable préférence sexuelle pour les enfants. Les enfants sont des victimes de substitution, et l’activité abusive peut avoir peu à voir avec la pédophilie [voir ma monographie _Child Molesters: A Behavioral Analysis_ (1987) pour une explication supplémentaire sur les types d’agresseurs]. [NOTE: La monographie est disponible en format PDF via le lien offert — flr]

—- (3) VICTIMES HOMMES ET FEMMES

Les garçons et les filles semblent être ciblés, mais avec une préférence apparente pour les filles. Presque tous les survivants adultes sont des femmes, mais les cas de garderie impliquent souvent des victimes masculines et féminines. La caractéristique la plus frappante des victimes, cependant, est leur jeune âge (généralement la naissance à six ans lorsque la violence a commencé.)

—- (4) MOTIVATION MULTIDIMENSIONNELLE

La gratification sexuelle ne semble être qu’une partie de la motivation de l’activité « sexuelle ». Beaucoup de gens soutiennent aujourd’hui que la motivation est « spirituelle » – peut-être une partie d’une cérémonie occulte. Je suis d’avis que la motivation est peut-être davantage liée à la colère, à l’hostilité, à la rage et au ressentiment à l’encontre de victimes faibles et vulnérables. Une grande partie des sévices rituels infligés aux enfants n’est peut-être pas de nature sexuelle. Une partie de l’activité peut, en fait, être de la violence physique dirigée contre des parties du corps sexuellement importantes (pénis, anus, mamelons).) Cela peut aussi expliquer en partie le pourcentage élevé de délinquantes. La violence physique des filles à l’égard des enfants est bien documentée.

—- (5) PORNOGRAPHIE ET ATTIRAIL

Bien que de nombreuses victimes de réseaux sexuels multidimensionnels affirment que des images et des bandes vidéo de l’activité ont été réalisées, aucun enregistrement visuel de ce type n’a été trouvé par les forces de l’ordre. Ces dernières années, les forces de l’ordre américaines ont saisi de grandes quantités de pornographie juvénile représentant des enfants dans une grande variété d’activités sexuelles et de perversions. Rien de tout cela, cependant, ne dépeint le genre d’activité bizarre et / ou rituelle décrite par ces victimes. Peut-être que ces délinquants utilisent et stockent leur pornographie et leur attirail d’une manière différente de celle des agresseurs d’enfants préférentiels (pédophiles). Il s’agit d’un domaine qui nécessite des recherches et des investigations supplémentaires.

—- (6) CONTRÔLE PAR LA PEUR

Le contrôle par la peur peut être la caractéristique primordiale de ces cas. Le contrôle est maintenu en effrayant les enfants. Un très jeune enfant peut ne pas être en mesure de comprendre l’importance d’une grande partie de l’activité sexuelle, mais comprend certainement la peur. Les histoires que les victimes racontent peuvent être leurs versions perçues de souvenirs traumatiques graves. Elles peuvent être victimes d’une enfance gravement traumatisée au cours de laquelle la violence sexuelle n’était qu’un des nombreux événements négatifs qui ont affecté leur vie.

Scénarios

Les cercles sexuels multidimensionnels d’enfants émergent généralement de l’un des quatre scénarios suivants : (1) survivants adultes, (2) cas de garderie, (3) cas familiaux/de quartier isolé, et (4) différends de garde et de visite.

—- (1) SURVIVANTS ADULTES

Dans les cas de survivants adultes, les adultes de presque tous âges – presque toujours des femmes – souffrent des conséquences d’une variété de problèmes personnels et d’échecs dans leur vie (p. ex. promiscuité, troubles de l’alimentation, abus de drogues et d’alcool, relations ratées, automutilation, chômage). À la suite d’un stress ou d’une crise précipitant, ils cherchent souvent une thérapie. Ils sont fréquemment hypnotisés, intentionnellement ou non, dans le cadre de la thérapie et sont souvent diagnostiqués comme souffrant de trouble de la personnalité multiple. Peu à peu, au cours de la thérapie, les adultes révèlent des souvenirs inédits de victimisation durant la petite enfance qui comprennent de multiples victimes et délinquants, la peur comme tactique de contrôle et des activités bizarres ou rituelles. Les survivants adultes peuvent également prétendre que les « indices » de certains événements de leur vie récente ont « déclenché » les souvenirs précédemment réprimés.

Les délinquants multiples sont souvent décrits comme des membres d’une secte ou d’un groupe satanique. Les parents, les membres de la famille, le clergé, les dirigeants civiques, les policiers (ou les personnes portant des uniformes de police) et d’autres membres éminents de la société sont souvent décrits comme étant présents et participant à l’exploitation. L’activité bizarre alléguée comprend souvent l’insertion de corps étrangers, le fait d’être témoin de mutilations et le fait que des actes sexuels et des meurtres soient filmés ou photographiés. Les auteurs de l’infraction pourraient encore harceler ou menacer les victimes. Ils se déclarent particulièrement effrayés à certaines dates et par certaines situations. Dans plusieurs de ces cas, les femmes (appelées « éleveuses ») affirment avoir eu des bébés qui ont été remis pour le sacrifice humain. Ce type de cas est probablement mieux caractérisé par des livres comme _Michelle Remembers_ (Smith &Pazder, 1980,) _Satan’s Underground_ (Stratford, 1988,) et _Satan’s Children_ (Mayer, 1991.)

Si et quand les thérapeutes en viennent à croire le patient ou décident que la loi l’exige, la police ou le FBI sont parfois contactés pour mener une enquête. Les thérapeutes peuvent également craindre pour leur sécurité parce qu’ils connaissent maintenant le « secret ». Les thérapeutes diront souvent aux forces de l’ordre qu’ils miseront leur réputation professionnelle sur le fait que leur patient dit la vérité. Certains survivants adultes s’adressent directement aux forces de l’ordre. Ils peuvent aussi aller d’un endroit à l’autre dans le but de trouver des thérapeutes ou des enquêteurs qui les écouteront et les croiront. Leur capacité à fournir des détails vérifiables varie et beaucoup ont été élevés dans des foyers apparemment religieux. Quelques survivants adultes font maintenant état d’avoir participé à des meurtres ou à des enlèvements d’enfants précis dont on sait qu’ils ont eu lieu.

—- (2) CAS DE GARDERIE

Dans les cas de garderie, les enfants qui fréquentent ou ont fréquenté une garderie décrivent progressivement leur victimisation au centre et à d’autres endroits où ils ont été emmenés par le personnel de la garderie. Il s’agit notamment de victimes et de délinquants multiples, de peur et d’activités bizarres ou rituelles, avec un nombre particulièrement élevé de délinquantes. Les descriptions de jeux étranges, l’insertion d’objets étrangers, la mise à mort d’animaux, la photographie d’activités et le port de costumes sont courants. Les récits des jeunes enfants, cependant, ne semblent pas aussi « bizarres » que ceux des survivants adultes, avec moins de récits de sacrifices humains.

—- (3) CAS FAMILIAUX/DE VOISINAGE ISOLÉ

Dans les cas familiaux/isolés du quartier, les enfants décrivent leur victimisation au sein de leur famille ou de leur famille élargie. Le groupe est souvent défini par une limite géographique, comme un cul-de-sac, un immeuble d’appartements ou un milieu rural isolé. De tels comptes sont plus courants dans les communautés rurales ou suburbaines avec de fortes concentrations de personnes religieusement conservatrices. Les histoires sont semblables à celles racontées dans le cadre des garderies, mais avec un plus grand nombre de délinquants de sexe masculin. La dynamique de base demeure la même, mais les victimes ont tendance à être âgées de plus de six ans, et le scénario peut également impliquer un conflit de garde ou de visite.

—- (4) DIFFÉREND RELATIF À LA GARDE ET AUX VISITES

Dans les cas de différend relatif à la garde ou à la visite, les allégations découlent d’un différend relatif à la garde ou à la visite d’au moins un enfant de moins de sept ans. Les quatre dynamiques décrites ci-dessus rendent ces cas extrêmement difficiles à gérer. Lorsqu’ils sont compliqués par les émotions fortes de ce scénario, les cas peuvent être accablants. Cela est particulièrement vrai si les enfants victimes de la divulgation ont été emmenés dans la « clandestinité » par un parent pendant le conflit de garde ou de visite. Certains de ces parents ou membres de la famille peuvent même fournir aux autorités des journaux intimes ou des enregistrements de leurs entretiens avec les enfants. Il est presque impossible d’évaluer avec précision un jeune enfant détenu isolément dans ce sous-sol tout en étant « débriefé » par un parent ou quelqu’un d’autre. Aussi bien intentionnés soient-ils, ces enquêteurs autoproclamés nuisent gravement à toute chance de valider ces cas objectivement.

POURQUOI LES VICTIMES ALLÈGUENT-ELLES DES CHOSES QUI NE SEMBLENT PAS ÊTRE VRAIES?

Une partie de ce que les victimes dans ces cas allèguent est physiquement impossible (la victime a découpé et remis ensemble, le délinquant a démonté le bâtiment et l’a ensuite reconstruit); certains sont possibles mais improbables (sacrifice humain, cannibalisme, vampirisme) ; certaines sont possibles et probables (pornographie juvénile, manipulation intelligente des victimes); et certaines sont corroborées (preuves médicales de traumatismes vaginaux ou anaux, aveux du délinquant).

Les crimes les plus importants allégués qui ne semblent pas être vrais sont le sacrifice humain et le cannibalisme par des cultes sataniques organisés. Dans aucun des cas multidimensionnels de réseaux sexuels d’enfants dont je suis au courant, les corps des victimes de meurtre n’ont été retrouvés – en dépit de fouilles majeures où les victimes d’abus affirment que les corps ont été localisés. Les explications présumées à cela sont les suivantes: les délinquants ont déplacé les corps après le départ des enfants, les corps ont été brûlés dans des fours portatifs à haute température, les corps ont été placés dans des tombes à impériale sous des corps légitimement enterrés, un membre morticien de la secte s’est débarrassé des corps dans un crématorium, les délinquants ont mangé les corps, les délinquants ont utilisé des cadavres et des fœtus avortés. , ou le pouvoir de Satan a fait disparaître les corps.

Non seulement aucun corps n’est retrouvé, mais, plus important encore, il n’y a aucune preuve matérielle qu’un meurtre a eu lieu. Beaucoup de ceux qui ne sont pas dans l’application de la loi ne comprennent pas que, s’il est possible de se débarrasser d’un corps, il est encore plus difficile de se débarrasser de la preuve physique qu’un meurtre a eu lieu, en particulier un sacrifice humain impliquant le sexe, le sang et la mutilation. Une telle activité laisserait derrière elle des traces de preuves qui pourraient être trouvées à l’aide de techniques modernes de traitement des scènes de crime en dépit des efforts extraordinaires déployés pour les nettoyer.

Les victimes de ces sacrifices humains et de ces meurtres seraient des enfants disparus, des enfants fugueurs et jetables, des abandonnés et des bébés de femmes éleveuses. Il est intéressant de noter que bon nombre de ceux qui épousent ces théories utilisent les chiffres et la rhétorique discrédités depuis longtemps de l’hystérie des enfants disparus au début des années 1980. Pourtant, « Stranger-Abduction Homicides of Children », un _Juvenile Justice Bulletin_ de janvier 1989, publié par le Bureau de la justice pour mineurs et de la prévention de la délinquance du département de la Justice des États-Unis, rapporte que les chercheurs estiment maintenant que le nombre d’enfants enlevés et assassinés par des membres non familiaux se situe entre 52 et 158 par an et que les adolescents âgés de 14 à 17 ans représentent près des deux tiers de ces victimes. Ces chiffres concordent également avec les études nationales sur les incidents de 1990 mentionnées précédemment.

Nous vivons dans une société très violente, et pourtant nous n’avons « qu’ » environ 23 000 meurtres par an. Ceux qui acceptent ces histoires de sacrifices humains massifs voudraient nous faire croire que les satanistes et autres praticiens occultes assassinent plus de deux fois plus de personnes chaque année dans ce pays que tous les autres meurtriers réunis.

De plus, dans aucun des cas que je connais, aucune preuve d’un culte satanique bien organisé n’a été trouvée. Beaucoup de ceux qui acceptent les histoires d’abus rituels organisés des enfants et de sacrifices humains vous diront que la meilleure preuve qu’ils ont maintenant est la cohérence des histoires de toute l’Amérique. Cela ressemble à un argument puissant. Il est intéressant de noter que, sans s’être rencontrées, les centaines de personnes qui affirment avoir été enlevées par des extraterrestres de l’espace racontent également des histoires et donnent des descriptions des extraterrestres qui se ressemblent. Cela ne veut pas dire que les allégations de sévices à enfant relèvent de la même catégorie que les allégations d’enlèvement par des étrangers de l’espace. Il ne vise qu’à illustrer que des personnes qui ne se sont jamais rencontrées peuvent parfois décrire des événements similaires sans nécessairement les avoir vécus.

Le grand nombre de personnes racontant la même histoire est, en fait, la principale raison de douter de ces histoires. Il est tout simplement trop difficile pour autant de gens de commettre autant de crimes horribles dans le cadre d’un complot organisé. Deux ou trois personnes assassinent un couple d’enfants dans quelques communautés dans le cadre d’un rituel, et personne ne le découvre? possible. Des milliers de personnes font la même chose à des dizaines de milliers de victimes pendant de nombreuses années? Peu probable. Des centaines de communautés à tout l’Amérique sont dirigées par des maires, des services de police et des dirigeants communautaires qui pratiquent les satanistes et qui assassinent et mangent régulièrement des gens? Peu probable.

En outre, ces dirigeants communautaires et ces hauts fonctionnaires sont également censés commettre ces crimes complexes sans laisser de preuves, et en même temps fonctionner comme des leaders et des gestionnaires tout en étant fortement impliqués dans la consommation de drogues illégales. L’exemple documenté le plus proche de ce type d’activité présumée dans l’histoire américaine est probablement le Ku Klux Klan, qui a ironiquement utilisé le christianisme, et non le satanisme, pour rationaliser son activité mais qui, comme on pouvait s’y attendre, a finalement été infiltré par des informateurs et trahi par ses membres.

Comme je l’ai dit, au départ, j’étais enclin à croire les allégations des victimes. Mais au fur et à mesure que les affaires affluaient et que les mois et les années passaient, je suis devenu plus préoccupé par le manque de preuves matérielles et de corroboration pour bon nombre des allégations les plus graves. De plus en plus fréquemment, j’ai commencé à poser la question suivante : « Pourquoi les victimes allèguent-elles des choses qui ne semblent pas être vraies? » De nombreuses réponses possibles ont été envisagées.

La première réponse possible est évidente : des délinquants intelligents. Les allégations peuvent ne pas sembler vraies, mais elles le sont. Le système de justice pénale n’a pas les connaissances, les compétences et la motivation nécessaires pour aller au fond de ce complot criminel. Les auteurs de ce complot criminel sont des individus intelligents et rusés qui utilisent des techniques sophistiquées de contrôle mental et de lavage de cerveau pour contrôler leurs victimes. Les forces de l’ordre ne savent pas comment enquêter sur ces affaires.

Il est techniquement possible que ces allégations d’un complot organisé impliquant la prise en charge des garderies, l’enlèvement, le cannibalisme, le meurtre et le sacrifice humain soient vraies. Mais s’ils sont vrais, ils constituent l’un des plus grands complots criminels de l’histoire. Beaucoup de gens ne comprennent pas à quel point il est difficile de commettre un crime de complot impliquant de nombreux co-conspirateurs. Une personne intelligente et rusée a de bonnes chances de s’en tirer avec un crime interpersonnel bien planifié. Amenez un partenaire dans le crime et les chances de s’en tirer diminuent considérablement. Plus il y a de personnes impliquées dans le crime, plus il est difficile de s’en tirer à grande fin. pourquoi? La nature humaine est la réponse. Les gens se fâchent et sont jaloux. Ils en viennent à s’inddurer du fait qu’un autre conspirateur obtienne « plus » qu’eux. Ils ont des ennuis et veulent conclure un accord pour eux-mêmes en informant sur les autres.

Si un groupe d’individus dégénère au point de se livrer à des sacrifices humains, des meurtres et du cannibalisme, ce serait très probablement le début de la fin pour un tel groupe. Il y a de fortes chances que quelqu’un dans le groupe ait un problème avec de tels actes et soit incapable de maintenir le secret.

L’attrait de la théorie satanique du complot est double :

—- (1) Tout d’abord, c’est une explication simple d’un problème complexe. Rien n’est plus simple que « le diable les a fait faire ». Si nous ne comprenons pas quelque chose, nous en faisons l’œuvre d’une force surnaturelle. Au Moyen Âge, les tueurs en série étaient considérés comme des vampires et des loups-garous, et les abus sexuels sur les enfants étaient l’œuvre de démons prenant la forme de parents et de membres du clergé. Même aujourd’hui, en particulier pour ceux qui sont élevés à le croire religieusement, le satanisme offre une explication sur les raisons pour lesquelles les « bonnes » personnes font de mauvaises choses. Il peut également aider à « expliquer » les pulsions et le comportement sexuels inhabituels, bizarres et compulsifs.

—- (2) Deuxièmement, la théorie du complot est populaire. Nous avons du mal à croire qu’une personne bizarre puisse commettre un crime que nous trouvons si offensant. Les théories du complot sur les soldats portés disparus au combat (AIMM), les enlèvements par des ovnis, les observations d’Elvis Presley et l’assassinat de personnalités publiques de premier plan font l’objet de beaucoup d’attention dans ce pays. Ces théories du complot et allégations d’abus rituels ont en commun : (1) des experts autoproclamés, (2) l’intérêt des médias tabloïds, (3) la croyance que le gouvernement est impliqué dans une dissimulation, et (4) la victime ou les témoins directs et indirects émotionnellement impliqués.

Lors d’une récente émission de télévision commémorant le centième anniversaire de Jack l’Éventreur, près de cinquante pour cent des téléspectateurs qui ont appelé les numéros de téléphone du sondage ont indiqué qu’ils pensaient que les meurtres avaient été commis dans le cadre d’un complot impliquant la famille royale britannique. Les cinq experts du programme, cependant, ont convenu à l’unanimité que les crimes étaient l’œuvre d’une personne désorganisée mais chanceuse qui a reçu un diagnostic de schizophrénie paranoïde. À bien des égards, les meurtres de Jack l’Éventreur sont similaires à ceux qui auraient été commis par les satanistes aujourd’hui.

Si l’agression de votre enfant a été perpétrée par un culte satanique sophistiqué, il n’y a rien que vous auriez pu faire pour l’empêcher et donc aucune raison de ressentir de la culpabilité. J’ai été présent lorsque des parents qui croient que leurs enfants ont été rituellement maltraités dans les garderies ont dit aux autres que les sectes avaient des capteurs dans la route, des belvédères dans les airs et des informateurs partout; par conséquent, les conseils habituellement recommandés de visites inopinées à la garderie seraient impossibles.

EXPLICATIONS ALTERNATIVES

Même si seule une partie d’une allégation n’est pas vraie, quelle est alors la réponse à la question « Pourquoi les victimes allèguent-elles des choses qui ne semblent pas être vraies? » Après avoir consulté des psychiatres, des psychologues, des anthropologues, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des experts en abus pédosexuels et des enquêteurs chargés de l’application de la loi pendant plus de huit ans, je ne trouve pas de réponse unique et simple. La réponse à la question semble être un ensemble complexe de dynamiques qui peuvent être différentes dans chaque cas. Malgré le fait que certains sceptiques continuent de le chercher, il ne semble pas y avoir une seule réponse à la question qui convienne à tous les cas. Chaque cas est différent, et chaque cas peut impliquer une combinaison différente de réponses.

J’ai identifié une série d’autres réponses possibles à cette question. Les réponses alternatives n’excluent pas non plus la possibilité que des délinquants intelligents soient parfois impliqués. Je n’essaierai pas d’expliquer complètement ces réponses alternatives parce que je ne peux pas. Ils sont présentés simplement comme des domaines à examiner et à évaluer par les intervenants en matière d’abus sexuels d’enfants, à élaborer plus avant par des experts dans ces domaines et à effectuer des recherches par des spécialistes des sciences sociales objectifs. La première étape, cependant, pour trouver les réponses à cette question est d’admettre la possibilité que certaines des choses décrites par les victimes ne se soient pas produites. Certains défenseurs des droits des enfants ne semblent pas disposés à le faire.

DISTORSION PATHOLOGIQUE

La première réponse possible à la raison pour laquelle les victimes allèguent des choses qui ne semblent pas être vraies est la distorsion pathologique. Les allégations peuvent être des erreurs dans le traitement de la réalité influencées par des troubles mentaux sous-jacents tels que les troubles dissociatifs, les troubles de la personnalité limite ou histrionique, ou la psychose. Ces distorsions peuvent se manifester dans de faux récits de victimisation afin d’obtenir des avantages psychologiques tels que l’attention et la sympathie (trouble factitoire). Lorsque ces personnes vont à plusieurs reprises d’un endroit à l’autre ou d’une personne à l’autre faisant ces fausses déclarations de leur propre « victimisation », on parle de syndrome de Munchausen.

Lorsque les fausses déclarations abrogées concernent la « victimisation » de leurs enfants ou d’autres personnes qui leur sont liées, on parle de syndrome de Munchausen par procuration. Je suis étonné quand certains thérapeutes déclarent qu’ils croient les allégations parce qu’ils ne peuvent pas penser à une raison pour laquelle la « victime », dont les échecs sont maintenant expliqués et excusés ou qui est maintenant le centre d’attention à une conférence ou à une émission de télévision nationale, mentirait. Si on peut vous pardonner d’avoir mutilé et tué des bébés, on peut vous pardonner n’importe quoi.

De nombreuses « victimes » peuvent développer des pseudo-souvenirs de leur victimisation et finir par croire que les événements se sont réellement produits. Park E. Dietz, psychiatre légiste réputé (communication personnelle, novembre 1991), déclare :

« Les pseudo-souvenirs ont été acquis par les rêves (en particulier si l’on est encouragé à tenir un journal ou un journal de rêve et à considérer le contenu des rêves comme des « indices » sur le passé ou comme des extraits de l’histoire), des états de conscience altérés induits par la substance (alcool ou autres drogues), l’influence du groupe (en particulier entendre des récits vivants d’événements survenant à d’autres personnes auxquelles on s’identifie émotionnellement, tels que ceux qui se produisent dans les groupes de survivants de l’inceste ,) lire des récits vivants d’événements survenant à d’autres personnes auxquelles on s’identifie émotionnellement, regarder de tels récits dans des films ou à la télévision, et hypnose. Le moyen le plus efficace d’induire des pseudo-souvenirs est l’hypnose.

« Il est caractéristique des pseudo-souvenirs que les souvenirs d’événements complexes (par opposition à une simple unité d’information, comme un numéro d’étiquette) soient incomplets et sans séquence chronologique. Souvent, la personne signale une certaine incertitude parce que les pseudo-souvenirs sont vécus d’une manière qu’ils décrivent comme « brumeux », « flou » ou « vague ». Ils sont souvent perplexes qu’ils se souviennent vivement de certains détails, mais d’autres vaguement.

« Les pseudo-souvenirs ne sont pas des illusions. Lorsqu’ils parlent pour la première fois aux autres de pseudo-souvenirs, ces individus n’ont pas la conviction inébranlable mais irrationnelle que les sujets trompés ont, mais avec un soutien social, ils viennent souvent défendre vigoureusement la véracité des pseudo-souvenirs.

« Les pseudo-souvenirs ne sont pas des fantasmes, mais peuvent incorporer des éléments de fantasmes vécus dans le passé. Même lorsque les événements décrits sont invraisemblables, les auditeurs peuvent les croire parce qu’ils sont rapportés avec un effet si intense (c’est-à-dire avec tellement d’émotion attachée à l’histoire) que l’auditeur conclut que les événements doivent s’être produits parce que personne ne pouvait « simuler » les aspects émotionnels de la narration. Il se produit également, cependant, que les personnes rapportent des pseudo-souvenirs d’une manière si simple et sans émotion que les professionnels de la santé mentale concluent que la personne a « dissocié » la connaissance intellectuelle des événements de l’appréciation émotionnelle de leur impact.

MÉMOIRE TRAUMATIQUE

La deuxième réponse possible est la mémoire traumatique. La peur et les traumatismes graves peuvent amener les victimes à déformer la réalité et à confondre les événements. Il s’agit d’un fait bien documenté dans les cas impliquant des personnes prises en otage ou dans des situations de vie ou de mort. Les distorsions peuvent faire partie d’un mécanisme de défense élaboré de l’esprit appelé « division » – Les victimes créent une manifestation claire du bien et du mal de leur victimisation complexe qui est alors psychologiquement plus gérable.

Grâce au mécanisme de défense de la dissociation, la victime peut échapper aux horreurs de la réalité en traitant incorrectement cette réalité. Dans un état dissociatif, un jeune enfant qui connaîtrait normalement la différence pourrait mal interpréter un film ou une vidéo comme une réalité.

Un autre mécanisme de défense peut dire à la victime que cela aurait pu être pire, et donc sa victimisation n’était pas si mauvaise. Ils ne sont pas les seuls à être victimés – d’autres enfants ont également été maltraités. Leur père qui les a maltraités n’est pas différent des autres personnes éminentes de la communauté qui, selon eux, les ont également maltraités. Le satanisme peut aider à expliquer pourquoi leurs parents extérieurement bons et religieux leur ont fait des choses si terribles dans l’intimité de leur foyer. Leur formation religieuse peut les convaincre que de tels actes inqualifiables commis par des personnes soi-disant « bonnes » doivent être l’œuvre du diable. Le sacrifice humain décrit peut être symbolique de la « mort » de leur enfance.

Il se peut que nous devrions nous attendre à ce que les personnes gravement maltraitées lorsqu’elles étaient de très jeunes enfants par de multiples délinquants, la peur étant la principale tactique de contrôle, déforment et embellissent leur victimisation. Peut-être qu’un récit horrifyable mais inexact de la victimisation n’est pas seulement un contre-indicateur de la violence, mais est en fait un indicateur corroborant de la violence physique, psychologique et /ou sexuelle extrême. Je ne crois pas que ce soit une coïncidence ni le résultat d’une planification délibérée par des satanistes que, dans presque tous les cas d’abus rituels qui ont été portées à mon attention, les abus auraient commencé avant l’âge de sept ans et auraient été perpétrés par de multiples délinquants.

Il se peut fort bien que de tels abus, commis à un jeune âge par des délinquants multiples, soient les plus difficiles à rappeler avec précision avec les détails précis et précis dont le système de justice pénale a besoin, et les plus susceptibles d’être déformés et exagérés lorsqu’ils sont rappelés. Dans son livre _Too Scared to Cry_ (1990), la pédopsychiatre Lenore Terr, une experte de premier plan sur les traumatismes psychiques dans l’enfance, déclare « qu’une série de chocs de la petite enfance pourrait ne pas être entièrement et précisément « reconstruite » à partir des rêves et des comportements de l’adulte » (p. 5.)

PEURS ET FANTAISIE NORMALES DE L’ENFANCE

La troisième réponse possible peut être les peurs normales de l’enfance et le fantasme. La plupart des jeunes enfants ont peur des fantômes et des monstres. Même à l’âge adulte, de nombreuses personnes se sentent mal à l’aise, par exemple, à l’idée de se pant les bras sur le côté de leur lit. Ils se souviennent encore du « monstre » sous le lit depuis l’enfance. Bien que les jeunes enfants puissent rarement inventer des histoires sur l’activité sexuelle, ils peuvent décrire leur victimisation en termes de mal comme ils l’en comprennent. À l’église ou à la maison, on peut dire aux enfants que l’activité satanique est la source du mal. Les enfants peuvent « déverser » toutes leurs peurs et leurs inquiétudes à un auditeur attentif et encourageant.

Les enfants fantasment. Peut-être que tout ce qui amène un enfant à alléguer quelque chose d’impossible (comme être découpé et remis ensemble) est similaire à ce qui amène un enfant à alléguer quelque chose de possible mais d’improbable (comme voir un autre enfant être coupé et mangé.)

MAUVAISE PERCEPTION, CONFUSION ET RUSE

Une mauvaise perception, de la confusion et de la ruse peuvent être une quatrième réponse. Il n’est pas raisonnable de s’attendre à ce que les jeunes enfants donnent des comptes rendus exacts d’activités sexuelles pour lesquelles ils ont peu de cadre de référence. La pièce de Broadway _Madame Butterfly_ est l’histoire vraie d’un homme qui a eu une liaison de 15 ans, y compris la « naissance » d’un bébé, avec une « femme » qui s’avère avoir été un homme tout au long. Si un homme adulte ne sait pas quand il a eu des rapports vaginaux avec une femme, comment pouvons-nous nous attendre à ce que les jeunes enfants ne soient pas confondus?

En outre, certains délinquants intelligents peuvent délibérément introduire des éléments de satanisme et d’occultisme dans l’exploitation sexuelle simplement pour confondre ou intimider les victimes. La magie simple et d’autres techniques peuvent être utilisées pour tromper les enfants. Les drogues peuvent également être délibérément utilisées pour semer la confusion chez les victimes et déformer leurs perceptions. De tels actes seraient alors M.O., pas rituel.

Comme il a été mentionné précédemment, les perceptions des jeunes victimes peuvent également être influencées par tout traumatisme vécu. C’est l’explication alternative la plus populaire, et même les croyants les plus zélés des allégations d’abus rituels l’utilisent, mais seulement pour expliquer des événements évidemment impossibles.

INTERVENANTS TROP ZÉLÉS

Des intervenants trop zélés, causant la contagion d’intervenants, peuvent être une cinquième réponse. Ces intervenants peuvent comprendre des parents, des membres de la famille, des parents d’accueil, des médecins, des thérapeutes, des travailleurs sociaux, des agents d’application de la loi, des procureurs et toute combinaison de ces deux éléments. Les victimes ont été subtilement et officiellement récompensées et soudoyées par des intervenants généralement bien intentionnés pour avoir fourni plus de détails. De plus, une partie de ce qui ne semble pas s’être produit peut avoir été produite en raison du fait que les intervenants ont fait des hypothèses ou ont mal interprété ce que les victimes disent. Les intervenants répètent ensuite, et peut-être embellissent, ces hypothèses et ces interprétations erronées, et finalement les victimes sont « forcées » d’être d’accord avec cette version « officielle » de ce qui s’est passé ou d’en venir à l’accepter.

Le jugement des intervenants peut être influencé par leur zèle à découvrir les abus sexuels sur les enfants, les activités sataniques ou les complots. Aussi « bien intentionnés » soient-ils, ces intervenants trop zélés doivent accepter divers degrés de responsabilité dans les poursuites infructueuses dans les cas où des abus criminels ont eu lieu. C’est la plus controversée et la moins populaire des explications alternatives.

LÉGENDES URBAINES

Les allégations et la connaissance d’abus rituels ou sataniques peuvent également être diffusées à travers les légendes urbaines. Dans _The Vanishing Hitchhiker_ (1981), le premier de ses quatre livres sur le sujet, le Dr Jan Harold Brunvand définit les légendes urbaines comme des « histoires réalistes concernant des événements récents (ou des événements présumés) avec une tournure ironique ou surnaturelle » (p. xi.) Les livres du Dr Brunvand expliquent de façon convaincante que ce n’est pas parce que des personnes de partout au pays qui ne se sont jamais rencontrées racontent la même histoire que c’est vrai.

Des légendes urbaines absurdes sur les logos corporatifs de Proctor and Gamble et Liz Claiborne étant des symboles sataniques persistent malgré tous les efforts pour les réfuter avec la réalité. Certaines légendes urbaines sur les enlèvements d’enfants et d’autres menaces pour les citoyens ont même été diffusées sans le savoir par les forces de l’ordre. De telles légendes ont toujours existé, mais aujourd’hui, les médias participent activement à leur diffusion rapide et plus efficace.

Beaucoup d’Américains croient à tort que les émissions de télévision tabloïd vérifient et vérifient les détails de leurs histoires avant de les mettre à l’antenne. L’hystérie de masse peut partiellement expliquer un grand nombre de victimes décrivant les mêmes symptômes ou expériences.

Des conférences de formation pour toutes les disciplines impliquées dans l’abus sexuel des enfants peuvent également jouer un rôle dans la propagation de cette contagion. Lors d’une conférence sur la maltraitance des enfants à laquelle j’ai assisté, un exposant vendait plus de 50 livres différents traitant du satanisme et de l’occultisme. À la fin de la conférence, il les avait presque tous vendus. Lors d’une autre conférence nationale sur l’abus sexuel d’enfants, j’ai vu plus de 100 participants copier les 29 « Symptômes caractérisant l’abus rituel satanique » largement diffusés chez les enfants d’âge préscolaire. La « préoccupation d’un enfant de quatre ans pour l’urine et les matières fécales » est-elle une indication d’abus rituel satanique ou fait-elle partie du développement normal?

combinaison

La plupart des cas multidimensionnels de réseaux sexuels d’enfants impliquent probablement une combinaison des réponses énoncées précédemment, ainsi que d’autres explications possibles que je ne peux pas m’en prendre à l’heure actuelle. De toute évidence, les cas de survivants adultes sont plus susceptibles de comporter certaines de ces réponses que ceux impliquant de jeunes enfants. Chaque cas de victimisation sexuelle doit être évalué individuellement selon ses propres mérites, sans aucune explication préconçu. Toutes les possibilités doivent être explorées, ne serait-ce que pour la raison que les avocats de la défense de tous les sujets accusés le feront presque certainement.

La plupart des gens seraient d’accord que ce n’est pas parce qu’une victime vous dit un détail qui s’avère être vrai que chaque détail est vrai. Mais beaucoup de gens semblent croire que si vous pouvez réfuter une partie de l’histoire d’une victime, alors toute l’histoire est fausse. Comme je l’ai déjà dit, l’une de mes principales préoccupations dans ces cas est que les gens s’en sortent en abusant sexuellement d’enfants ou en commettant d’autres crimes parce que nous ne pouvons pas prouver qu’ils sont membres de sectes organisées qui assassinent et mangent des gens.

J’ai découvert que le sujet des réseaux sexuels multidimensionnels avec les enfants est une question très émotionnelle et polarisante. Tout le monde semble exiger que l’on choisisse un camp. D’un côté de la question se trouvent ceux qui disent que rien ne s’est vraiment passé et qu’il s’agit d’une grande chasse aux sorcières menée par des fanatiques trop zélés et des « experts » incompétents. L’autre côté dit, en substance, que tout s’est passé; les victimes ne mentent jamais au sujet de l’abus sexuel d’enfants, et cela doit donc être vrai.

Il y a un juste milieu. C’est le travail de l’enquêteur professionnel d’écouter toutes les victimes et de mener une enquête appropriée dans le but de découvrir ce qui s’est passé, en considérant toutes les possibilités. Tous les traumatismes de l’enfance ne sont pas de la violence. Tous les mauvais traitements infligés aux enfants ne sont pas un crime. La grande frustration de ces cas est le fait que vous êtes souvent convaincu que quelque chose de traumatisant est arrivé à la victime, mais que vous ne savez pas avec certitude exactement ce qui s’est passé, quand cela s’est produit ou qui l’a fait.

LES VICTIMES MENTENT-ELLES AU SUJET DE L’ABUS ET DE L’EXPLOITATION SEXUELS?

La question centrale cruciale dans l’évaluation d’une réponse aux cas de réseaux sexuels multidimensionnels d’enfants est la déclaration « Les enfants ne mentent jamais au sujet de l’abus ou de l’exploitation sexuels. S’ils ont des détails, cela doit être arrivé. Cette déclaration, simplifiée à l’excès par beaucoup, est la prémisse de base sur laquelle certains croient que le mouvement d’abus et d’exploitation sexuels des enfants est basé. Il n’est presque jamais remis en question ou débattu lors de conférences de formation. En fait, au cours des années 1970, il y a eu une croisade réussie pour éliminer les lois exigeant la corroboration des déclarations des enfants victimes dans les cas d’abus sexuels d’enfants. La meilleure façon de condamner les agresseurs d’enfants est de faire témoigner les enfants victimes devant le tribunal. Si nous les croyons, le jury les croira. Toute remise en question de cette prémisse de base a été considérée comme une menace pour le mouvement et un déni de l’existence du problème.

Je crois que les enfants mentent rarement au sujet de l’abus ou de l’exploitation sexuels, si un mensonge est défini comme une déclaration délibérément et malicieusement destinée à tromper. Le problème est la simplification excessive de l’énoncé. Ce n’est pas parce qu’un enfant ne ment pas qu’il dit nécessairement la vérité. Je crois que dans la majorité de ces cas, les victimes ne mentent pas. Ils vous disent ce qu’ils en sont venus à croire qui leur est arrivé. De plus, l’hypothèse selon laquelle les enfants mentent rarement au sujet des abus sexuels ne s’applique pas nécessairement à tout ce qu’un enfant dit au cours d’une enquête sur les abus sexuels. Les histoires de mutilation, de meurtre et de cannibalisme ne concernent pas vraiment les abus sexuels.

Les enfants mentent rarement au sujet de l’abus ou de l’exploitation sexuelle, mais ils fantasment, fournissent de fausses informations, fournissent des informations trompeuses, des événements mal interprétés, essaient de plaire aux adultes, répondent à des questions suggestives et répondent à des récompenses. Les enfants ne sont pas des adultes dans de petits corps et passent par des stades de développement qui doivent être évalués et compris. À bien des égards, cependant, les enfants ne sont ni meilleurs ni pires que les autres victimes ou témoins d’un crime. Il ne faut pas les croire automatiquement, ni les incrédulité automatiquement.

La deuxième partie de la déclaration – si les enfants peuvent fournir des détails, le crime doit avoir eu lieu – doit également être soigneusement évaluée. Les détails en question dans la plupart des cas de réseaux sexuels multidimensionnels ont peu à voir avec l’activité sexuelle. Les forces de l’ordre et les travailleurs sociaux doivent faire plus que tenter de déterminer comment un enfant aurait pu être au courant des actes sexuels. Il s’agit de déterminer comment une victime aurait pu être au courant d’une grande variété d’activités bizarres et rituelles. Les jeunes enfants peuvent en savoir peu sur des actes sexuels spécifiques, mais ils peuvent en savoir beaucoup sur les monstres, la torture, l’enlèvement et le meurtre.

Les victimes peuvent fournir des détails sur les actes sexuels et autres à l’aide de renseignements provenant de sources autres que leur propre victimisation directe. Ces sources doivent être soigneusement évaluées par l’enquêteur des réseaux sexuels multidimensionnels d’enfants.

CONNAISSANCES PERSONNELLES

La victime peut avoir une connaissance personnelle des actes sexuels ou rituels, mais pas à la suite de la victimisation alléguée. Les connaissances pourraient provenir de la pornographie, de l’éducation sexuelle ou du matériel occulte; être témoin d’une activité sexuelle ou rituelle à la maison; ou être témoin d’abus sexuels sur autrui. Elle pourrait aussi provenir du fait d’avoir été victime de violence sexuelle ou physique, mais par d’autres personnes que les auteurs présumés et d’une manière autre que l’infraction alléguée.

AUTRES ENFANTS OU VICTIMES

Les jeunes enfants d’aujourd’hui interagissent socialement plus souvent et à un plus jeune âge que jamais auparavant. De nombreux parents sont incapables de fournir des explications simples pour les histoires de leurs enfants parce qu’ils n’étaient pas avec les enfants lorsque les événements se sont produits. Ils ne savent même pas quelles bandes vidéo leurs enfants ont pu voir, quels jeux ils ont pu jouer ou quelles histoires ils ont pu être racontés ou entendus. Les enfants sont placés dans des garderies pendant huit, dix ou douze heures par jour dès l’âge de six semaines. Les enfants partagent leurs expériences en jouant à la maison, à l’école ou chez le médecin. Les fonctions corporelles telles que la miction et la défécation sont au centre de l’attention de ces jeunes enfants. Dans une certaine mesure, chaque enfant partage les expériences de tous les autres enfants.

Les chances sont assez élevées que dans n’importe quelle garderie typique, il puisse y avoir des enfants qui sont victimes d’inceste; les victimes de violence physique; les victimes de violence psychologique; les enfants de membres de la secte (même les satanistes); les enfants de parents sexuellement ouverts; les enfants de parents sexuellement aveugles; les enfants de parents obsédés par la victimisation; les enfants de parents obsédés par les maux du satanisme; les enfants sans conscience; les enfants dont le frère adolescent ou la mère est enceinte; les enfants qui ont de la musique et de la littérature heavy metal à la maison; les enfants avec des jouets bizarres, des jeux, des bandes dessinées et des magazines; les enfants avec un magnétoscope et des films de slasher dans leur maison; les enfants ayant accès à la pornographie, aux lignes de fête ou à la pornographie; ou les enfants victimes d’un membre du personnel de la garderie.

Les effets possibles de l’interaction de ces enfants avant la divulgation de l’abus présumé doivent être évalués, les survivants adultes peuvent obtenir des détails des séances de thérapie de groupe, des réseaux de soutien, des groupes religieux ou des groupes d’entraide. La volonté et la capacité des frères et sœurs de corroborer les récits de survivants adultes de violence rituelle varient. Certains appuieront et corroboreront partiellement les allégations de la victime. D’autres les renieront avec véhémence et soutiendront leurs parents ou proches accusés.

média

La quantité de matériel sexuellement explicite, occulte, anti-occulte ou axé sur la violence disponible pour les adultes et même les enfants dans le monde moderne est écrasante. Cela comprend les films, les bandes vidéo, la télévision, la musique, les jouets et les livres. Il y a aussi des documentaires sur le satanisme, la sorcellerie et l’occultisme qui sont disponibles sur bande vidéo. La plupart des télévangélistes ont des bandes vidéo sur les sujets qu’ils vendent sur leurs programmes.

La National Coalition on Television Violence News (1988) estime que 12% des films produits aux États-Unis peuvent être classés comme des films d’horreur sataniques. La télévision par câble et le magnétoscope domestique rendent tout ce matériel facilement accessible même aux jeunes enfants. Les diffuseurs religieux et presque tous les tabloïds et magazines de télévision ont fait des émissions sur le satanisme et l’occultisme. La musique heavy metal et black metal, qui a souvent un thème satanique, est facilement disponible et populaire. En plus des jeux de rôle fantastiques très débattus, il existe de nombreux jouets populaires sur le marché avec un thème occulte, bizarre ou violent.

Les livres sur le satanisme et l’occultisme, fiction et non fiction, sont facilement disponibles dans la plupart des librairies, en particulier les librairies chrétiennes. Plusieurs livres récents traitent spécifiquement de la question de la maltraitance rituelle des enfants. Évidemment, les très jeunes enfants ne lisent pas ce matériel, mais leurs parents, leurs proches et leurs thérapeutes pourraient ensuite en discuter devant ou avec eux. Une grande partie du matériel destiné à lutter contre le problème alimente en fait le problème et nuit à l’efficacité des poursuites.

SUGGESTIONS ET QUESTIONS CLÉS

Ce problème est particulièrement important dans les cas découlant de différends relatifs à la garde et aux visites impliquant au moins un enfant de moins de sept ans. Je suis d’avis que l’interrogatoire le plus suggestif et le plus suggestif des enfants par les intervenants se fait par inadvertance dans le cadre d’un effort de bonne foi pour apprendre la vérité. Ce ne sont pas tous les intervenants qui sont sur un pied d’égalité pour influencer potentiellement les allégations des victimes. Les parents et les membres de la famille, en particulier, sont en mesure d’influencer subtilement leurs jeunes enfants pour qu’ils décrivent leur victimisation d’une certaine manière. Les enfants peuvent également entendant leurs parents discuter des détails de l’affaire. Les enfants disent souvent à leurs parents ce qu’ils croient que leurs parents veulent ou ont besoin d’entendre.

Certains enfants peuvent instinctivement tenter de fournir une « thérapie » à leurs parents en leur disant ce qui semble les satisfaire et les fait se sentir mieux. Dans un cas, un père a remis à la police un enregistrement pour « prouver » que les déclarations de son enfant étaient des révélations spontanées et non le résultat de questions suggestives suggestives. L’enregistrement sur bande indiquait exactement le contraire. Pourquoi alors le père l’a-t-il volontairement donné à la police? Probablement parce qu’il croyait vraiment qu’il n’influençait pas les déclarations de son enfant – mais il l’était.

Les thérapeutes sont probablement les mieux placés pour influencer les allégations des survivants adultes. L’exactitude et la fiabilité des récits des survivants adultes qui ont été hypnotisés pendant la thérapie sont certainement sujettes à doute. Un thérapeute de renommée nationale m’a personnellement dit que la raison pour laquelle la police ne peut pas se renseigner sur les activités sataniques ou rituelles des enfants victimes est qu’ils ne savent pas comment poser des questions principales.

Des livres et des images très suggestifs dépeignant l’activité « satanique » ont été développés et commercialisés auprès des thérapeutes pour une utilisation pendant l’évaluation et le traitement. Les types et les styles d’interaction verbale utiles en thérapie peuvent créer des problèmes importants dans une enquête criminelle. Il convient toutefois de noter que lorsqu’un thérapeute fait une mauvaise entrevue d’enquête dans le cadre d’une enquête criminelle, c’est la faute du système de justice pénale qui l’a permis et non du thérapeute qui l’a fait.

La nature extrêmement sensible, émotionnelle et religieuse de ces cas rend les problèmes avec les questions principales plus probables que dans d’autres types de cas. Les intervenants motivés par la ferveur religieuse et/ou des préoccupations exagérées au sujet de la violence sexuelle à l’égard des enfants sont plus susceptibles de perdre leur objectivité.

PERCEPTION ERRONÉE ET CONFUSION

Dans un cas, la description par un enfant de l’acte apparemment impossible de marcher à travers un mur s’est avérée être l’acte très possible de marcher entre les poteaux d’un mur inachevé dans une pièce en construction. Dans un autre cas, les pièces d’un cent dans l’anus se sont avérées être des suppositoires recouverts de feuilles de cuivre. Les enfants peuvent décrire ce qu’ils croient s’être passé. Ce n’est pas un mensonge, mais ce n’est pas non plus un compte rendu exact de ce qui s’est passé.

PROGRAMMES D’ÉDUCATION ET DE SENSIBILISATION

Certains programmes de sensibilisation bien intentionnés conçus pour prévenir les abus sexuels sur les enfants, alerter les professionnels ou lutter contre le satanisme peuvent en fait augmenter de manière irréaliste les craintes des professionnels, des enfants et des parents et créer des prophéties auto-réalisatrices. Une partie de ce que les enfants et leurs parents disent aux intervenants peut avoir été apprise ou alimentée par de tels programmes. Les programmes religieux, les livres et les brochures qui mettent l’accent sur le pouvoir et la force maléfique de Satan peuvent ajouter au problème. En fait, la plupart des garderies dans lesquelles des abus rituels auraient eu lieu sont des centres affiliés à l’église, et beaucoup de survivants adultes qui affirmant qu’ils viennent de familles apparemment religieuses.

POINT DE VUE DE L’APPLICATION DE LA LOI

La perspective avec laquelle on regarde le crime satanique, occulte ou rituel est extrêmement importante. Comme nous l’avons dit, les sociologues, les thérapeutes, les chefs religieux, les parents et les citoyens ordinaires ont chacun leurs propres préoccupations et points de vue valables sur cette question. Toutefois, cette discussion porte principalement sur l’application de la loi ou la justice pénale. Lorsque vous combinez une question émotionnelle comme l’abus sexuel d’enfants avec une question encore plus émotionnelle comme les croyances religieuses des gens, il est difficile de maintenir l’objectivité et de se souvenir de la perspective de l’application de la loi. Certains policiers peuvent même penser que tout crime est causé par le mal, tout le mal est causé par Satan, et donc, tout crime est un crime satanique. Il s’agit peut-être d’une perspective religieuse valable, mais elle n’est pas pertinente pour les enquêtes criminelles aux fins de poursuites.

Beaucoup de policiers qui donnent des conférences sur les crimes sataniques ou occultes n’enquêtent même pas sur de tels cas. Leurs présentations sont davantage le reflet de leurs croyances religieuses personnelles que des renseignements d’enquête documentés. Ils ont tout à fait le droit d’avoir leurs croyances, mais se présenter comme des policiers actuels ou anciens et ensuite parler en tant que défenseurs religieux crée de la confusion. Aussi difficile que cela puisse être, les policiers doivent séparer les perspectives religieuses et celles de l’application de la loi lorsqu’ils font des conférences ou enquêtent en leur qualité officielle d’agents d’application de la loi. De nombreux agents d’application de la loi commencent leurs exposés en déclarant qu’ils ne s’adressent pas aux croyances religieuses de qui que ce soit ou ne les jugent pas, puis ils font exactement cela.

Certains policiers ont démissionné plutôt que de réduire ou de limiter leur participation à cette question, comme l’ont ordonné leur ministère. Ces agents méritent peut-être d’être félicités d’avoir reconnu qu’ils ne pouvaient plus garder les points de vue séparés.

Les agents d’application de la loi et tous les professionnels dans ce domaine devraient éviter la « paranoïa » qui s’est glissée dans cette question et dans certaines des conférences de formation. Les systèmes de croyance de type paranoïaque sont caractérisés par le développement graduel de systèmes de pensée complexes, complexes et élaborés basés sur et procédant souvent logiquement à partir d’une mauvaise interprétation des événements réels. La paranoïa implique généralement une hypervigilance sur la menace perçue, la croyance que le danger est à chaque coin de rue et la volonté de relever le défi et de faire quelque chose à ce sujet. Un autre aspect très important de cette paranoïa est la croyance que ceux qui ne reconnaissent pas la menace sont mauvais et corrompus. Dans cette vision extrême, vous êtes soit avec eux, soit contre eux. Vous faites partie de la solution ou du problème.

Un zèle et une exagération motivés par la véritable ferveur religieuse des personnes impliquées sont plus acceptables que ceux motivés par l’ego ou le profit.

Il y a ceux qui déforment et font la part de cette question à des fins de notoriété personnelle et de profit. Le crime satanique et occulte et l’abus rituel des enfants sont devenus une industrie en croissance. Les frais de parole, les livres, les bandes vidéo et audio, le matériel de prévention, les apparitions à la télévision et à la radio apportent tous des récompenses égoïstes et financières.

Le crime bizarre et le mal peuvent se produire sans activité satanique organisée. La perspective professionnelle exige que nous faisons la distinction entre ce que nous savons et ce dont nous ne sommes pas sûrs.

Les faits sont les suivants :

Certaines personnes croient et sont impliquées dans quelque chose communément appelé satanisme et l’occultisme.
Certains de ces individus commettent des crimes.
Certains groupes d’individus partagent ces croyances et leur implication dans ce satanisme et l’occultisme.
Certains membres de ces groupes commettent des crimes ensemble.
Les questions sans réponse sont les suivantes :

Quel est le lien entre le système de croyances et les crimes commis? Existe-t-il un complot organisé de croyants sataniques et occultes responsables de crimes graves interreliés (p. ex. attentat à la pudeur, meurtre)?

Une fois que tout le battage médiatique et l’hystérie sont mis de côté, la prise de conscience s’installe dans le fait que la plupart des activités sataniques / occultes impliquent la commission d’aucun crime, et ce qui implique généralement la commission de crimes relativement mineurs tels que l’intrusion, le vandalisme, la cruauté envers les animaux ou le vol mineur.

Les problèmes d’application de la loi le plus souvent liés à une activité satanique ou occulte sont:

a – Vandalisme.
b – Profanation d’églises et de cimetières.
c – Vols dans les églises et les cimetières.
d –

Bandes d’adolescents e – Mutilations animales.
f – Suicide chez les adolescents.
g – Mauvais traitements infligés aux enfants.
h – Enlèvement.
i – Meurtre et sacrifice humain

Des preuves valables montrent un certain « lien » entre le satanisme et l’occultisme et les six premiers problèmes (#a-f) énoncés ci-dessus. Le « lien » avec les trois derniers problèmes (#g-i) est beaucoup plus incertain.

Même lorsqu’il semble y avoir un « lien », la nature du lien doit être explorée. Il est facile de blâmer l’implication dans le satanisme et l’occultisme pour des comportements qui ont des motivations complexes. L’implication excessive d’un adolescent dans le satanisme et l’occultisme est généralement un symptôme d’un problème et non la cause d’un problème. Blâmer le satanisme pour le vandalisme, le vol, le suicide ou même l’acte de meurtre d’un adolescent revient à blâmer les infractions d’un criminel sur ses tatouages: les deux sont souvent des signes de la même rébellion et du même manque d’estime de soi qui contribuent à la commission de crimes.

Le groupe de rock Judas Priest a récemment été poursuivi pour avoir prétendument incité deux adolescents au suicide par des messages subliminaux dans leurs enregistrements. En 1991, Anthony Pratkanis, de l’Université de Californie à Santa Cruz, qui a servi de témoin expert pour la défense, a déclaré que les garçons en question « vivaient des vies troublées, des vies d’abus de drogues et d’alcool, des démêlés avec la justice… la violence familiale et le chômage chronique. Sur quelles questions le procès et la couverture médiatique qui a suivi ont-ils mis l’accent? Certainement pas la nécessité de centres de traitement de la toxicomanie; il n’y a pas eu d’évaluation des avantages et des inconvénients du système américain de justice pour mineurs, pas d’enquête sur les écoles, pas d’enquête sur la façon de prévenir la violence familiale, pas de discussion sur les effets du chômage sur une famille. Au lieu de cela, notre attention a été fascinée par une tentative de compter le nombre de démons subliminaux qui peuvent danser sur le bout d’une aiguille d’enregistrement » (p.1.)

L’enquêteur chargé de l’application de la loi doit évaluer objectivement l’importance juridique des croyances spirituelles de tout criminel. Dans la plupart des cas, y compris ceux impliquant des satanistes, il aura peu ou pas de signification juridique. Si un crime est commis dans le cadre d’un système de croyances spirituelles, cela ne devrait pas faire de différence de quel système de croyance il s’agit. Le crime est le même qu’un enfant soit maltraité ou assassiné dans le cadre d’un système de croyance chrétien, hare krishna, musulman ou tout autre système de croyance. Nous n’étiquetons généralement pas les crimes avec le nom de la religion de l’auteur. Pourquoi alors les crimes des agresseurs d’enfants, des violeurs, des sadiques et des meurtriers qui se trouvent être impliqués dans le satanisme et l’occultisme sont-ils étiquetés comme des crimes sataniques ou occultes? Si les criminels utilisent un système de croyances spirituelles pour rationaliser et justifier ou pour faciliter et améliorer leurs activités criminelles, les organismes d’application de la loi devraient-ils mettre l’accent sur le système de croyances ou sur l’activité criminelle?

Plusieurs meurtres documentés ont été commis par des individus impliqués d’une manière ou d’une autre dans le satanisme ou l’occultisme. Dans certains de ces meurtres, l’auteur a même introduit des éléments de l’occulte (par exemple, des symboles sataniques sur la scène du crime). Est-ce que cela fait automatiquement de ces meurtres sataniques ? Je pense que la réponse est non. Les meurtres rituels commis par des tueurs en série ou des sadiques sexuels ne sont pas nécessairement des meurtres sataniques ou occultes. Les meurtres rituels commis par des tueurs psychotiques qui entendent la voix de Satan ne sont pas plus des meurtres sataniques que les meurtres commis par des tueurs psychotiques qui entendent la voix de Jésus sont des meurtres chrétiens.

Un meurtre satanique devrait plutôt être défini comme un meurtre commis par deux personnes ou plus qui planifient rationnellement le crime et dont la motivation principale est d’accomplir un rituel satanique prescrit appelant au meurtre. Par cette définition, j’ai été incapable d’identifier ne serait-ce qu’un seul meurtre satanique documenté aux États-Unis. Bien que de tels meurtres aient pu et puissent se produire, ils semblent peu nombreux. En outre, la commission de tels meurtres serait probablement le début de la fin pour un tel groupe. Il est très peu probable qu’ils puissent continuer à tuer plusieurs personnes, chaque année, année après année, et ne pas être découverts.

Une brève typologie des praticiens sataniques et occultes est utile pour évaluer quelle relation, le cas échéant, de telles pratiques ont avec les crimes faisant l’objet d’une enquête. La typologie suivante est adaptée de l’expérience d’enquête de l’agent Sandi Gallant du département de police de San Francisco, qui a commencé à étudier les aspects criminels de l’activité occulte bien avant qu’elle ne devienne populaire. Aucune typologie n’est parfaite, mais j’utilise cette typologie parce qu’elle est simple et offre des informations d’investigation. La plupart des praticiens appartiennent à l’une des trois catégories suivantes, dont chacune peut être pratiquée seul ou en groupe :

« SOUS-CULTURE DES JEUNES ».

« La plupart des adolescents impliqués dans des jeux de rôle fantastiques, de la musique heavy metal ou du satanisme et de l’occultisme traversent une étape de développement adolescent et ne commettent aucun crime important. Les adolescents qui ont des problèmes plus graves sont généralement ceux de familles dysfonctionnelles ou ceux qui ont une mauvaise communication au sein de leur famille. Ces adolescents troublés se tournent vers le satanisme et l’occultisme pour surmonter un sentiment d’aliénation, pour se rebeller, pour obtenir le pouvoir ou pour justifier leur comportement antisocial.

Pour ces adolescents, c’est le symbolisme, et non la spiritualité, qui est le plus important. C’est soit l’adolescent psychopathe, soit l’adolescent solitaire bizarre qui est le plus susceptible d’avoir de graves ennuis. L’implication extrême dans l’occulte est un symptôme d’un problème, pas la cause. Il ne s’agit pas de nier, cependant, que le satanisme et l’occultisme peuvent être des influences négatives pour un adolescent troublé. Mais avertir hystériquement les adolescents d’éviter cette chose « mystérieuse, puissante et dangereuse » appelée satanisme poussera plus d’adolescents à y aller. Certains adolescents rebelles feront ce qui choquera et scandalisera le plus la société pour afficher leur rejet des normes adultes.

DABBLERS (AUTOPROCPROCMÉS)

« Pour ces praticiens, il y a peu ou pas de motivation spirituelle. Ils peuvent mélanger le satanisme, la sorcellerie, le paganisme et tous les aspects de l’occultisme en fonction de leurs objectifs. Les symboles signifient ce qu’ils veulent ou croient qu’ils signifient. Les agresseurs, les violeurs, les trafiquants de drogue et les meurtriers peuvent s’enliquer dans l’occultisme et peuvent même commettre leurs crimes de manière cérémonielle ou rituelle. Cette catégorie a le potentiel d’être la plus dangereuse, et la plupart des tueurs « sataniques » tombent dans cette catégorie. Leur implication dans le satanisme et l’occultisme est un symptôme d’un problème, et une rationalisation et une justification du comportement antisocial. Les pratiques sataniques/occultes (ainsi que celles d’autres systèmes de croyances spirituelles) peuvent également être utilisées comme mécanisme pour faciliter la réalisation d’objectifs criminels.

TRADITIONNEL (ORTHODOXE)

« Ce sont les soi-disant vrais croyants. Ils se méfient souvent des étrangers. En raison de cela et de questions constitutionnelles, ces groupes sont difficiles à pénétrer pour les forces de l’ordre. Bien qu’il y ait peut-être beaucoup de choses que nous ne savons pas sur ces groupes, à l’heure actuelle, il y a peu ou pas de preuves tangibles qu’en tant que groupe, ils sont impliqués dans de graves activités criminelles organisées. En outre, au lieu d’être des conspirateurs du crime qui se perpétuent, les « vrais croyants » ont probablement un problème similaire avec leurs adolescents qui se rebellent contre leur système de croyance. Dans une certaine mesure, même ces satanistes traditionnels sont auto-stylisés. Ils pratiquent ce qu’ils en sont venus à croire être du « satanisme ». Il y a peu ou pas de preuves des satanistes multigénérationnels très discutés dont les croyances et les pratiques ont soi-disant été transmises à travers les siècles. Beaucoup ont admis que des satanistes adultes ont en fait été élevés dans des foyers chrétiens conservateurs.

L’éditeur de _Washington Post_ Walt Harrington a rapporté dans un article de 1986 sur Anton LaVey et son Église de Satan que « les sociologues qui ont étudié l’église de LaVey disent que ses membres ont souvent eu de graves problèmes d’enfance comme des parents alcooliques ou des maisons brisées, ou qu’ils ont été traumatisés par une éducation fondamentaliste rongée par la culpabilité, se tournant vers le satanisme comme un moyen dramatique de purger leur culpabilité débilitante. » (p. 14.)

Certains ont affirmé que les récits des victimes d’abus rituels coïncident avec les archives historiques de ce que les satanistes traditionnels ou multigénérationnels sont connus pour avoir pratiqué à travers les âges. Jeffrey Burton Russell, professeur d’histoire à l’Université de Californie à Santa Barbara et auteur de nombreux ouvrages savants sur le diable et le satanisme, croit que le consensus universel des historiens modernes sur le satanisme est (communication personnelle, novembre 1991):

1) des incidents d’orgie, d’infanticide, de cannibalisme et d’autres comportements de ce type se sont produits du monde antique jusqu’à nos jours; (2) ces incidents étaient isolés et limités aux groupes antisociaux locaux; (3) pendant la période de domination chrétienne dans la culture européenne, ces groupes étaient associés au Diable dans l’esprit des autorités; (4) dans certains cas, les sectaires croyaient qu’ils adoraient Satan ; (5) aucun culte organisé de satanistes n’a existé à l’époque chrétienne au-delà des localités, et en aucun cas il n’y a jamais eu d’organisation ou de conspiration sataniste généralisée ; (6) aucune source historique fiable n’indique l’existence de telles organisations; (7) la masse noire n’apparaît qu’une seule fois dans les sources avant la fin du XIXe siècle.

De nombreux policiers demandent ce qu’il faut rechercher lors de la fouille de la scène d’activité satanique présumée. La réponse est simple : cherchez des preuves d’un crime. Un pentagramme n’a pas plus d’importance criminelle qu’un crucifix à moins qu’il ne corrobore un crime ou un complot criminel. Si la description par une victime de l’emplacement ou des instruments du crime comprend un pentagramme, alors le pentagramme serait une preuve. Mais il en irait de même si la description incluait un crucifix. Dans de nombreux cas d’abus rituels sataniques présumés, l’enquête peut trouver des preuves que les contrevenants présumés ne sont membres que des églises traditionnelles et sont souvent décrits comme très religieux.

Il n’y a aucun moyen pour un agent d’application de la loi de connaître tous les symboles et rituels de tout système de croyances spirituelles qui pourraient faire partie d’une enquête criminelle. L’agent n’a qu’à être formé pour reconnaître la signification possible de ces signes, symboles et rituels. Des érudits religieux bien informés, des universitaires et d’autres véritables experts de la communauté peuvent être consultés si une analyse plus détaillée est nécessaire.

Toute analyse, cependant, peut n’avoir qu’une application limitée, en particulier dans les cas impliquant des adolescents, des barboteurs et d’autres praticiens autoprocproc dits. Le fait est que les signes, les symboles et les rituels peuvent signifier tout ce que les praticiens veulent qu’ils signifient et / ou tout ce que les observateurs les interprètent comme signifiant.

La signification des symboles peut également changer au fil du temps, du lieu et des circonstances. Une croix gammée peinte à la bombe sur un mur est-elle un ancien symbole de prospérité et de bonne fortune, un symbole récent du nazisme et de l’antisémitisme, ou un symbole actuel de haine, de paranoïa et de défiance adolescente ? Le signe de paix qui, dans les années 1960, était un symbole antiguerre familier est maintenant censé être un symbole satanique. Certains symboles et fêtes deviennent « sataniques » uniquement parce que les antisatanistes disent qu’ils le sont. Alors ceux qui veulent être « satanistes » les adoptent, et maintenant vous avez la « preuve » qu’ils sont sataniques.

Malgré ce qui est parfois dit ou suggéré lors des conférences de formation sur l’application de la loi, la police n’a pas le pouvoir de saisir tout attirail satanique ou occulte qu’elle pourrait voir lors d’une fouille. Il doit exister une raison juridiquement valable de le faire. Ce n’est pas le travail des forces de l’ordre d’empêcher les satanistes de s’engager dans un enseignement non pénal, des rituels ou d’autres activités.

ENQUÊTE SUR LES RÉSEAUX SEXUELS MULTIDIMENSIONNELS D’ENFANTS

Les réseaux sexuels multidimensionnels sur les enfants peuvent être parmi les cas les plus difficiles, frustrants et complexes sur lesquels tout agent d’application de la loi enquêtera jamais. L’enquête sur les allégations d’activités récentes de plusieurs jeunes enfants de moins de sept ans présente un ensemble de problèmes et doit commencer rapidement, les entretiens avec toutes les victimes potentielles étant terminés dès que possible. L’enquête sur les allégations d’activités faites dix ans ou plus plus par des survivants adultes pose d’autres problèmes et devrait se poursuivre, à moins que les victimes ne soient en danger immédiat, de façon plus délibérée, avec des ressources qui augmentent progressivement selon les faits corroborés.

En dépit de tout scepticisme, les allégations d’abus rituels devraient faire l’objet d’enquêtes agressives et approfondies. Cette enquête devrait tenter de corroborer les allégations d’abus rituels. mais devrait également tenter d’identifier d’autres explications. Le seul débat porte sur la quantité d’enquête suffisante. Tout organisme d’application de la loi doit être prêt à défendre et à justifier ses actions lorsqu’il est examiné par le public, les médias, les représentants élus ou les tribunaux. Cela ne signifie toutefois pas qu’un organisme chargé de l’application de la loi a l’obligation de prouver que les crimes allégués n’ont pas été commis. C’est presque toujours impossible à faire et les enquêteurs devraient être vigilants et éviter ce piège.

Un problème majeur dans l’enquête sur les réseaux sexuels multidimensionnels d’enfants est le dilemme de reconnaître assez tôt que vous en avez un. Les enquêteurs doivent être vigilants pour les cas susceptibles d’avoir une dynamique de base : a) plusieurs jeunes victimes, b) plusieurs délinquants, c) la peur comme tactique de contrôle et d) des activités bizarres ou rituelles. Les techniques suivantes s’appliquent principalement à l’enquête sur ces réseaux sexuels multidimensionnels :

MINIMISER L’ASPECT SATANIQUE /OCCULTE

Il y a ceux qui prétendent que l’une des principales raisons pour lesquelles plus de ces affaires n’ont pas été poursuivies avec succès est que l’aspect satanique / occulte n’a pas été poursuivi agressivement. Un État a même introduit une législation créant des peines supplémentaires lorsque certains crimes sont commis dans le cadre d’un rituel ou d’une cérémonie. Quelques États ont adopté des lois spéciales sur les crimes rituels. Je ne suis pas du tout d’accord avec une telle approche. Peu importe le système de croyances spirituelles qui a été utilisé pour améliorer, faciliter ou rationaliser et justifier un comportement criminel. Il ne sert à rien de « prouver » que quelqu’un est sataniste. En fait, s’il est allégué que le sujet a commis certains actes criminels sous l’influence ou dans le but d’évoquer des esprits ou des forces surnaturels, cela peut très bien être le fondement d’une défense d’aliénation mentale ou de capacité réduite, ou peut nuire à l’aspect intentionnel d’un crime à motivation sexuelle. La défense pourrait très bien être plus intéressée par toutes les « preuves d’activité satanique ». Certains des « experts » du crime satanique qui forment les forces de l’ordre finissent par travailler ou témoigner pour la défense dans ces affaires.

Il est préférable de se concentrer sur le crime et toutes les preuves pour corroborer sa commission. Les informations sur les activités sataniques ou occultes locales n’ont de valeur que si elles sont basées sur des renseignements spécifiques d’application de la loi et non sur des généralités vagues et non étayées de groupes religieux. Les cas ne sont pas résolus en décodant des signes, des symboles et des dates à l’aide de « manuels » de crimes sataniques non documentés. Dans un cas, un organisme d’application de la loi exécutant un mandat de perquisition n’a saisi que l’attirail satanique et a laissé derrière lui les autres éléments de preuve qui auraient corroboré les déclarations des victimes. Les cas sont résolus par une enquête axée sur les personnes et le comportement. La preuve d’une activité satanique ou occulte peut aider à expliquer certains aspects de l’affaire, mais même les délinquants qui commettent des crimes dans un contexte spirituel sont généralement motivés par le pouvoir, le sexe et l’argent.

SÉPARER L’ENQUÊTE ET LES CROYANCES RELIGIEUSES

Je crois que l’une des plus grandes erreurs qu’un enquêteur puisse faire dans ces affaires est d’attribuer des pouvoirs surnaturels aux délinquants. Au cours d’une enquête, un bon enquêteur peut parfois être en mesure d’utiliser les croyances et les superstitions des délinquants à son avantage. L’inverse se produit si l’enquêteur croit que les délinquants possèdent des pouvoirs surnaturels. Les pratiquants sataniques/occultes n’ont pas plus de pouvoir que les autres êtres humains. Les agents des forces de l’ordre qui croient que l’enquête sur ces affaires les met en conflit avec les forces surnaturelles du mal ne devraient probablement pas leur être assignés. Les croyances religieuses des agents devraient leur apporter une force spirituelle et un soutien, mais ne devraient pas nuire à l’objectivité et au professionnalisme de l’enquête.

Il est facile de se laisser prendre par ces cas et de commencer à voir du « satanisme » partout. Une hypersensibilisation à cette menace perçue peut amener un enquêteur à « voir » le satanisme dans un crime alors qu’il n’est vraiment pas là (quasi-satanisme). Souvent, l’œil voit ce que l’esprit perçoit. Cela peut également amener un enquêteur à ne pas reconnaître une scène de crime mise en scène délibérément semée d’« indices sataniques » afin d’induire la police en erreur (pseudo-satanisme). En de rares occasions, un enquêteur ou un intervenant trop zélé peut même être tenté de planter des « preuves de satanisme » afin de corroborer de telles allégations et croyances. Les superviseurs doivent être attentifs à ces réactions et les surveiller chez leurs enquêteurs.

ÉCOUTEZ LES VICTIMES

Il n’appartient pas à l’enquêteur de croire les victimes; c’est son travail d’écouter et d’être un chercheur de faits objectif. Les entretiens avec les jeunes enfants devraient être effectués par des enquêteurs formés et expérimentés dans le cas de ces entretiens. Les enquêteurs doivent avoir un accès direct aux victimes présumées à des fins d’entrevue. Les thérapeutes d’un survivant adulte veulent parfois servir d’intermédiaires dans l’entrevue de leur patient. Cela devrait être évité dans la mesure du possible. Les entrevues avec les survivants adultes sont souvent difficiles et extrêmement longues. L’enquêteur doit cependant se rappeler que presque tout est possible. Plus important encore, l’enquêteur doit se rappeler qu’il y a beaucoup de terrain d’entente. Ce n’est pas parce qu’un événement s’est produit que tous les événements signalés se sont produits, et ce n’est pas parce qu’un événement ne s’est pas produit que tous les autres événements ne se sont pas produits. Ne devenez pas un tel zélote que vous croyez tout cela ni un tel cynique que vous ne croyez rien. Des montants et des parties variés de l’allégation peuvent être factuels. Tenter de trouver des preuves de ce qui s’est passé est le grand défi de ces affaires. Toute interaction d’enquête avec les victimes doit être soigneusement et minutieusement documentée.

ÉVALUER LES DÉCLARATIONS DES VICTIMES

z C’est la partie du processus d’enquête dans les cas de victimisation sexuelle des enfants qui semble avoir été perdue. La victime décrit-elle des événements et des activités qui sont compatibles avec un comportement criminel documenté par les organismes d’application de la loi, ou qui sont compatibles avec des comptes rendus médiatiques déformés et des perceptions erronées du public à l’égard du comportement criminel? Les chercheurs devraient appliquer le « modèle de probabilité ». Les récits de victimisation sexuelle des enfants qui ressemblent davantage à des livres, à la télévision et à des films (p. ex. grands complots, esclaves sexuels d’enfants, réseaux de pornographie organisée) et qui ressemblent moins à des cas documentés devraient être considérés avec scepticisme, mais faire l’objet d’une enquête approfondie. Examinez et étudiez toutes les explications possibles des événements. C’est le travail de l’enquêteur, et les informations apprises seront inestimables pour contrer les avocats de la défense lorsqu’ils soulèveront les explications alternatives.

Par exemple, le récit d’une victime rituelle par un survivant adulte peut s’expliquer par l’une ou l’autre des quatre possibilités suivantes : premièrement, les allégations peuvent être un compte rendu assez exact de ce qui s’est réellement passé. Deuxièmement, il peut s’agir de mensonges délibérés (malingering)) racontés pour les raisons habituelles que les gens mentent (par exemple, argent, vengeance, jalousie).) Troisièmement, il peut s’agir de mensonges délibérés (trouble factieux) racontés pour des raisons atypiques (p. ex. attention, pardon). Les mensonges ainsi motivés sont moins susceptibles d’être reconnus par l’enquêteur et plus susceptibles d’être maintenus de manière rigide par le menteur, à moins et jusqu’à ce qu’ils soient confrontés à des preuves irréfutables du contraire. Quatrièmement, les allégations peuvent être un compte rendu très inexact de ce qui s’est réellement passé, mais la victime le croit vraiment (pseudo-mémorie) et ne ment donc pas. Un examen polygraphique d’une telle victime serait d’une valeur limitée. D’autres explications ou combinaisons de ces explications sont également possibles. Seule une enquête approfondie indiquera l’explication correcte ou la plus probable.

Les enquêteurs ne peuvent pas compter sur des thérapeutes ou des experts du crime satanique comme raccourci vers l’explication. Dans un cas, les « experts » ont confirmé et validé le récit d’une femme qui prétendait être une sourde-muette de 15 ans enlevée et détenue pendant trois ans par un culte satanique et forcée de participer à des rituels bizarres avant de s’échapper récemment. L’enquête active a toutefois permis de déterminer qu’il s’agissait d’une femme de 27 ans qui s’entendait et parlait, qui n’avait été kidnappée par personne et qui avait de longs antécédents de problèmes mentaux et au moins trois autres rapports similaires de fausse victimisation. Ses récits « exacts » de ce que font les « vrais satanistes » étaient simplement le résultat d’avoir lu, alors qu’ils étaient dans des hôpitaux psychiatriques, les mêmes livres que les « experts ». Un thérapeute peut avoir des idées importantes sur la question de savoir si une personne a été traumatisée, mais connaître la cause exacte de ce traumatisme est une autre question. Il y a eu des cas où l’enquête a découvert que les personnes diagnostiquées par les thérapeutes comme souffrant du syndrome post-Vietnam n’ont jamais été au Vietnam ou n’ont vu aucun combat.

À l’inverse, dans un autre cas, un « expert » des forces de l’ordre en matière de crimes sataniques a dit à un thérapeute que les récits d’un patient sur les meurtres sataniques dans une ville rurale du Nord-Ouest du Pacifique étaient probablement vrais parce que la communauté était un foyer d’une telle activité satanique. Lorsque le thérapeute a expliqué qu’il n’y avait presque aucun crime violent signalé dans la collectivité, l’agent a expliqué que c’est ainsi que vous savez que ce sont les satanistes. Si vous connaissiez les meurtres ou si vous trouviez les corps, ce ne serait pas des satanistes. Comment faites-vous valoir ce genre de logique?

La première étape de l’évaluation des déclarations des victimes consiste à déterminer l’ordre de divulgation, y compris le temps qui s’est écoulé depuis que la divulgation a été faite pour la première fois et que l’incident a été signalé à la police ou aux services sociaux. Plus le délai est long, plus le risque de problèmes est grand. L’étape suivante consiste à déterminer le nombre et le but de toutes les entrevues préalables de la victime concernant les allégations. Plus il y a d’entrevues menées avant l’entrevue d’enquête, plus le risque de problèmes est grand. Bien qu’il n’y ait rien de mal à admettre des lacunes et à demander de l’aide, les organismes d’application de la loi ne devraient jamais renoncer à leur contrôle sur l’entrevue d’enquête. Lorsqu’une entrevue d’enquête est menée par ou avec un travailleur social ou un thérapeute en utilisant une approche d’équipe, les organismes d’application de la loi doivent diriger le processus. Des problèmes peuvent également être créés par des entrevues menées par divers intervenants après l’entrevue d’enquête.

L’enquêteur doit évaluer de près et soigneusement les événements survenus dans la vie de la victime avant, pendant et après les mauvais traitements allégués.

Les événements à évaluer avant l’abus allégué comprennent :

Antécédents de la victime.
Abus de drogues à la maison.
Pornographie à la maison.
Le jeu, la télévision et les habitudes de magnétoscope.
Attitudes à l’égard de la sexualité à la maison.
Étendue de l’éducation sexuelle à la maison.
Activités des frères et sœurs.
Besoin ou envie d’attention.
Croyances religieuses et formation.
Peurs de l’enfance.
Différends relatifs à la garde et aux visites.
Victimisation des membres de la famille ou par ceux-unis.
Interaction entre les victimes.

Les événements qui doivent être évalués au cours de l’abus allégué comprennent :

Utilisation de tactiques de peur ou de peur.
Degré de traumatisme.
Utilisation de la tromperie magique ou de la ruse.
Utilisation de rituels.
Utilisation de drogues.
Utilisation de pornographie.

Les événements qui seront évalués après l’abus allégué comprennent :

Séquence de divulgation.
Antécédents des intervieweurs précédents.
Antécédents des parents.
Co-mésentente des victimes.
Type de traitement reçu.

ÉVALUER LA CONTAGION

Les déclarations concordantes obtenues de différentes victimes multiples sont de puissants éléments de preuve corroborants – c’est-à-dire tant que ces déclarations n’ont pas été « contaminées ». L’enquête doit évaluer soigneusement la contagion avant et après la divulgation, ainsi que la contagion entre les victimes et les intervenants. Les différentes déclarations des victimes sont-elles cohérentes parce qu’elles décrivent des expériences ou des événements communs, ou parce qu’elles reflètent la contamination ou des légendes urbaines?

Les sources de contagion potentielle sont très répandues. Les victimes peuvent communiquer entre elles avant et après leur divulgation. Les intervenants peuvent communiquer entre eux et avec les victimes. Les concepts d’enquête de l’équipe ou de la cellule sont des tentatives pour faire face à la contagion potentielle de l’investigateur. Toutes les victimes ne sont pas interrogées par les mêmes personnes, et les intervieweurs ne partagent pas nécessairement l’information directement entre eux. Les équipes relèvent d’un responsable ou d’un superviseur qui évalue l’information et décide de ce que les autres enquêteurs doivent savoir.

La documentation de la contagion existante et l’élimination de la contagion supplémentaire sont essentielles au succès des enquêtes et des poursuites dans ces cas. Il n’y a cependant aucun moyen d’effacer ou d’annuler la contagion. Le mieux que vous puissiez espérer est de l’identifier et de l’évaluer et d’essayer de l’expliquer. Les professionnels de la santé mentale invités à évaluer les victimes présumées doivent être soigneusement sélectionnés. Le fait qu’une victime soit évaluée par l’un des experts autoproclamés sur les abus rituels sataniques ou par un autre intervenant trop zélé peut nuire gravement à la crédibilité du témoignage de cette victime.

Afin d’évaluer l’élément de contagion, les enquêteurs doivent enquêter méticuleusement et agressivement sur ces cas. La séquence précise de divulgation de la victime doit être soigneusement identifiée et documentée. Les enquêteurs doivent vérifier, au moyen d’une enquête active, la nature exacte et le contenu de chaque tollé ou déclaration de divulgation faite par la victime. Les informations de seconde main sur la divulgation ne sont pas suffisantes.

Dans la mesure du possible, des visites personnelles devraient être effectuées dans tous les lieux où les sévices présumés ont été commis et au domicile de la victime. Les événements antérieurs à l’abus allégué doivent être soigneusement évalués. Les enquêteurs peuvent avoir à visionner des émissions de télévision, des films et des bandes vidéo vus par les victimes. Il peut être nécessaire de mener une enquête sur les antécédents et une évaluation de toutes les personnes, professionnelles et non professionnelles, qui ont interrogé les victimes au sujet des allégations avant et après l’entrevue d’enquête.

Les enquêteurs doivent être au courant de l’information sur les mauvais traitements rituels infligés aux enfants qui est diffusée dans les magazines, les livres, les émissions de télévision, les bandes vidéo et les conférences. Toutes les manières possibles pour une victime d’avoir appris les détails de l’abus doivent être explorées, ne serait-ce que pour les éliminer et contrer les arguments de la défense.

Ces facteurs de contagion peuvent toutefois être valables. Ils peuvent expliquer certains des aspects « incroyables » de l’affaire et aboutir à une poursuite réussie du fond de l’affaire. La cohérence des déclarations devient plus importante si la contagion est identifiée ou réfutée par une enquête indépendante. Les cas les plus faciles sont ceux où il y a une seule source identifiable de contagion. La plupart des cas, cependant, semblent impliquer de multiples facteurs de contagion.

Le syndrome de Munchausen et le syndrome de Munchausen par procuration sont des questions complexes et controversées dans ces cas. Aucune tentative ne sera faite pour les discuter en détail, mais il s’agit de faits documentés (Rosenberg, 1987). La plupart de la littérature à leur sujet se concentre sur leur manifestation dans le cadre médical comme maladie ou blessure fausse ou auto-infligée. Elles se manifestent également dans le cadre de la justice pénale par des actes criminels faux ou auto-infligés. Si les parents empoisonnent leurs enfants pour prouver une maladie, ils pourraient abuser sexuellement de leurs enfants pour prouver un crime. On sait que les « victimes » détruisent des biens, fabriquent des preuves et se mutilent pour convaincre les autres de leur victimisation.

La motivation est le gain psychologique (c’est-à-dire l’attention, le pardon, etc.) et pas nécessairement l’argent, la jalousie ou la vengeance. Telles sont les réalités impopulaires, mais documentées, du monde. Reconnaître leur existence ne signifie pas que l’abus sexuel et l’agression sexuelle d’enfants ne sont pas des problèmes réels et graves.

ÉTABLIR UNE COMMUNICATION AVEC LES PARENTS

L’importance et la difficulté de cette technique dans les cas extrafamilial impliquant de jeunes enfants ne peuvent pas être surestimées. L’enquêteur doit maintenir une communication continue avec les parents des victimes dans ces cas de violence. Tous les parents ne réagissent pas de la même façon aux mauvais traitements présumés infligés à leurs enfants. Certains sont très favorables et coopératifs. D’autres réagissent de manière excessive et certains nient même la victimisation. Parfois, il y a de l’animosité et de la méfiance parmi les parents avec des réactions différentes. Une fois que les parents perdent confiance dans la police ou le procureur et commencent à interroger leurs propres enfants et à mener leur propre enquête, l’affaire peut être perdue à jamais. Les parents d’un cas communiquent les résultats de leur « enquête » entre eux, et certains ont même contacté les parents dans d’autres cas. Une telle activité parentale est une source évidente de contamination potentielle.

Il faut faire comprendre aux parents que la crédibilité de leurs enfants sera compromise lorsque et si les renseignements obtenus s’avèrent non fondés ou faux. Pour minimiser ce problème, dans les limites de la loi et sans compromettre les techniques d’enquête, les parents doivent être informés régulièrement de l’évolution de l’affaire. Les parents peuvent également se voir attribuer des choses constructives à faire (p. ex. faire pression pour obtenir une nouvelle loi, travailler sur des programmes de sensibilisation et de prévention) afin de canaliser leur énergie, leurs préoccupations et leur « culpabilité ».

ÉLABORER UN PLAN D’URGENCE

Si un ministère attend d’être confronté à un cas avant d’élaborer une réponse, il peut être trop tard. Dans les cas de mauvais traitements continus à l’égard d’enfants, les ministères doivent réagir rapidement, ce qui nécessite une planification préalable. Il y a d’autres problèmes pour les petits et moyens ministères dont le personnel et les ressources sont limités. Pour enquêter efficacement sur ces cas, il faut planifier, identifier les ressources et, dans de nombreux cas, des accords d’aide mutuelle entre les organismes. Le Département de la défense des États-Unis a organisé une formation spécialisée et élaboré un tel plan pour les affaires de réseaux sexuels impliquant des installations et du personnel militaires. Une fois qu’un cas est contaminé et hors de contrôle, j’ai peu de conseils sur la façon de sauver ce qui aurait pu être une infraction criminelle passible de poursuites. Quelques-uns de ces cas ont même été perdus en appel après une condamnation en raison de problèmes de contamination.

GROUPES DE TRAVAIL MULTIDISCIPLINAIRES

La sergente Beth Dickinson, du département du shérif du comté de Los Angeles, était présidente du sous-comité multi-victimes et multi-suspects d’abus pédosexuels. Le sergent Dickinson déclare (communication personnelle, novembre 1989) :

« L’un des plus grands obstacles que les enquêteurs doivent surmonter est la réticence des responsables de l’application de la loi à consacrer des ressources suffisantes dès le début à une enquête qui a le potentiel d’être un réseau sexuel multidimensionnel sur les enfants. Il est important d’entrer et de prendre le dessus sur l’enquête en temps opportun – pour qu’elle fasse l’objet d’une enquête en temps opportun afin d’évaluer le risque pour les enfants et d’éviter l’hystérie, le sensationnalisme médiatique et la contamination croisée de l’information. L’approche d’équipe réduit le stress des enquêteurs individuels, ce qui permet un soutien par les pairs et minimise le sentiment d’être dépassé.

L’approche d’équipe et le travail en commun ne signifient pas, cependant, que chaque discipline oublie son rôle et commence à faire le travail de l’autre.

résumé

L’enquête sur les réseaux sexuels d’enfants peut être difficile et prendre beaucoup de temps. Toutefois, la probabilité d’un grand nombre d’éléments de preuve corroborants dans une affaire multivictim/multioffrements augmente les chances de succès des poursuites si le crime a été commis. Parce qu’il y a encore tellement de choses que nous ne savons pas ou ne comprenons pas sur la dynamique des réseaux sexuels multidimensionnels sur les enfants, les techniques d’enquête sont moins certaines. Chaque nouveau cas doit être soigneusement évalué afin d’améliorer les procédures d’enquête.

Étant donné que les professionnels de la santé mentale semblent incapables de déterminer, avec un certain degré de certitude, l’exactitude des déclarations des victimes dans ces cas, les organismes d’application de la loi doivent procéder en utilisant le processus de corroboration. Si une partie de ce que la victime décrit est exacte, une partie mal persévée, une autre déformée et d’autres contaminées, qu’est-ce que le jury est censé croire? Jusqu’à ce que les professionnels de la santé mentale puissent trouver de meilleures réponses, on devrait demander au jury de croire ce que l’enquête peut corroborer. Même si seulement une partie de ce que ces victimes allèguent est factuelle, cela peut tout de même constituer une activité criminelle importante.

conclusion

Il existe de nombreuses réponses alternatives possibles à la question de savoir pourquoi les victimes allèguent des choses qui ne semblent pas être vraies. La première étape pour trouver ces réponses est d’admettre la possibilité que certaines des choses décrites par les victimes ne se soient pas produites. Certains experts ne semblent même pas disposés à l’envisager. La plupart de ces victimes ne mentent probablement pas et en sont venues à croire que ce qu’elles prétendent avoir réellement eu lieu. Il existe d’autres explications pour expliquer pourquoi des gens qui ne se sont jamais rencontrés peuvent raconter la même histoire.

Je crois qu’il y a un juste milieu – un continuum d’activités possibles. Certains de ce que les victimes allèguent peuvent être vrais et exacts, d’autres peuvent être mal interprétés ou déformés, d’autres peuvent être examinés ou symboliques, et d’autres peuvent être « contaminés » ou faux. Le problème et le défi, en particulier pour les forces de l’ordre, est de déterminer lequel est lequel. Cela ne peut se faire que par le biais d’une enquête active. Je crois que la majorité des victimes alléguant des abus « rituels » sont en fait des victimes d’une forme quelconque d’abus ou de traumatisme. Cet abus ou ce traumatisme peut être ou non de nature criminelle. Après une longue discussion sur diverses explications alternatives et le continuum d’activités possibles, une mère m’a dit que pour la première fois depuis la victimisation de son jeune fils, elle se sentait un peu mieux. Elle avait pensé que ses seuls choix étaient que soit son fils était un menteur pathologique, soit, d’autre part, elle vivait dans une communauté contrôlée par les satanistes.

Les organismes d’application de la loi ont le problème évident de tenter de déterminer ce qui s’est réellement passé aux fins de la justice pénale. Les thérapeutes, cependant, pourraient également être intéressés par ce qui s’est réellement passé afin d’évaluer et de traiter correctement leurs patients. Comment et quand confronter les patients au scepticisme est un problème difficile et sensible pour les thérapeutes.

Tout professionnel évaluant les allégations de violence « rituelle » des victimes ne peut ignorer ou rejeter systématiquement l’absence de preuves matérielles (aucun corps ou preuve physique laissé par des meurtres violents); la difficulté de commettre avec succès un crime de complot à grande échelle (plus il y a de personnes impliquées dans un complot criminel, plus il est difficile de s’en tirer); et la nature humaine (les conflits intragroupe entraînant des divulgations individuelles intéressées sont susceptibles de se produire dans tout groupe impliqué dans l’enlèvement organisé, l’élevage de bébés et les sacrifices humains.) Si et quand les membres d’une secte destructrice commettent des meurtres, ils sont tenus de faire des erreurs, de laisser des preuves et éventuellement de faire des aveux afin de se vanter de leurs crimes ou de réduire leur responsabilité légale. La découverte des meurtres à Matamoros, au Mexique, en 1989, et les résultats de l’enquête qui a suivi sont de bons exemples de cette dynamique.

Les intervenants trop zélés doivent accepter le fait que certaines de leurs activités bien intentionnés contaminent et nuisent au potentiel de poursuite des cas où des actes criminels ont été commis. Nous devons tous (c.-à-d. les médias, les églises, les thérapeutes, les défenseurs des droits des victimes, les forces de l’ordre et le grand public) se demander si nous avons créé un environnement où les victimes sont récompensées, écoutées, réconfortées et pardonnés en proportion directe de la gravité de leur violence. Encourageons-nous les personnes dans le besoin ou traumatisées à raconter de plus en plus d’histoires scandaleuses de leur victimisation? Sommes-nous en train de rattraper des siècles de déni en acceptant maintenant aveuglément toute allégation de maltraitance d’enfants, aussi absurde ou improbable soit-elle?

Augmentons-nous la probabilité que des individus rebelles, antisociaux ou en quête d’attention gravitent vers le « satanisme » en le faisant connaître et en réagissant de manière excessive? La réaction excessive au problème peut être pire que le problème.

L’ampleur de la violence « rituelle » faite aux enfants dans ce pays dépend de la façon dont vous définissez le terme. Un exemple documenté de ce que je pourrais appeler la violence « rituelle » envers les enfants est l’horreur racontée dans le livre _A Death in White Bear Lake_ (Siegal, 1990). L’abus en l’espèce, cependant, n’avait pas grand-chose à voir avec le système de croyances spirituelles de quiconque. Il y a beaucoup d’enfants aux États-Unis qui, dès le début de leur vie, sont sévèrement traumatisés psychologiquement, physiquement et sexuellement par des parents en colère et sadiques ou d’autres adultes. De tels abus, cependant, ne sont pas perpétrés uniquement ou principalement par des satanistes. Les probabilités statistiques sont que ces agresseurs sont membres des religions dominantes. Si 99,9% des satanistes et 0,1% des chrétiens abusent des enfants dans le cadre de leur système de croyance spirituelle, cela signifie toujours que la grande majorité des enfants ainsi maltraités ont été maltraités par les chrétiens.

Jusqu’à ce que des preuves tangibles soient obtenues et corroborées, le public ne devrait pas avoir peur de croire que des bébés sont élevés et mangés, que 50 000 enfants disparus sont assassinés lors de sacrifices humains, ou que les satanistes s’emportent sur les garderies ou les institutions américaines. Personne ne peut prouver avec une certitude absolue qu’une telle activité ne s’est pas déclarée. Toutefois, la charge de la preuve, comme ce serait le cas dans le cadre d’une poursuite pénale, incombe à ceux qui prétendent que cela s’est produit.

L’explication selon laquelle les satanistes sont trop organisés et que les forces de l’ordre sont trop incompétentes ne va que jusqu’à expliquer le manque de preuves. Depuis au moins huit ans, les forces de l’ordre américaines enquêtent de manière agressive sur les allégations de victimes d’abus rituels. Il y a peu ou pas de preuves pour la partie de leurs allégations qui traite de l’élevage de bébés à grande échelle, des sacrifices humains et des conspirations sataniques organisées. Maintenant, c’est aux professionnels de la santé mentale, et non aux forces de l’ordre, d’expliquer pourquoi les victimes allèguent des choses qui ne semblent pas s’être produites. Les professionnels de ce domaine doivent accepter le fait qu’il y a encore beaucoup de choses que nous ne savons pas sur la victimisation sexuelle des enfants et que ce domaine a désespérément besoin d’études et de recherches de la part de spécialistes des sciences sociales rationnels et objectifs.

Si l’on veut que les coupables soient poursuivis avec succès, si l’on veut que les innocents soient innocentés et si l’on veut que les victimes soient protégées et traitées, il faut mettre au point ou identifier de meilleures méthodes d’évaluation et d’explication des allégations de sévices « rituels » à l’égard des enfants. Tant que cela ne sera pas fait, la controverse continuera de jeter une ombre sur la validité et la réalité de l’abus sexuel d’enfants et d’alimenter la réaction contre elle.

références

American Psychiatric Association, _Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders_ (3rd Ed., Rev.) Washington, DC: 1987.
Breiner, S.J., _Slaughter of the Innocents: Child Abuse Through the Ages and Today_. New York: Plenum Press, 1990.
Brown, R., _Prepare for War_.
Chino, CA: Chick Publications, 1987.
Brunvand, J.H., _The Hitchhiker_. New York: Norton, 1981.
Harrington, Walt, « The Devil in Anton LaVey. » Washington, D.C.: _The Washington Post Magazine_, 23 février 1986, pages #6-17.
Lanning, K.V., _Child Molesters: A Behavioral Analysis_ (2nd Ed.)
Washington, D.C.: National Center for Missing and Exploited Children, 1987.
Lanning, K.V. (1989.) Child sex rings: Une analyse comportementale. Washington,

DC: National Center for Missing and Exploited Children.
Anton LaVey, _The satanique Bible_. New York: Avon Books, 1969.
Mayer, R.S., _Satan’s Children_. New York: Putnam, 1991.
Michigan Department of State Police, _Occult Survey_. East Lansing, Michigan, 1990.
_National Coalition on Television Violence (NCTV) News_, juin-octobre 1988, page #3.
_National Incidence Studies on Missing, Abducted, Runaway, and Thrownaway Children in America_. Washington, D.C.: U.S. Department of Justice, 1990.
Prattanis, A., « Messages cachés », _Wellness Letter_. Berkeley, California:

University of California, janvier 1991, pages #1-2.
Rosenberg, D.A., « Web of Deceit: A Literature

Review of Munchausen Syndrome by Proxy, » _Child Abuse and Neglect_ #2, 1987, pages #547- 563.
Rush, E., _The Best Kept Secret: Sexual Abuse of Children_. New York: McGraw-Hill, 1980.
Smith, M., &Pazder, L., _Michelle Remembers_. New York: Congdon and Lattis, 1980.
Siegal, B., _A Death in White Bear Lake_. New York: Bantam, 1990.
« Homicides d’enfants par enlèvement par un étranger », _Juvenile justice Bulletin_.
Washington, D.C.: U. S. Department of Justice, 1989.
Stratford. L., Underground_ de _Satan. Eugene, Oregon: Harvest House, 1988.
Terr, L., _Too Peur de Cry_. New York: Harper &Row, 1990.
Timnik, L., « The Times Poll », _Los Angeles Times_, 25-26 août 1985.
Virginia Crime Commission Task Force, _Final Report of the Task Force Studying Ritual Crime_. Richmond(Virginie).

LECTURE

SUGGÉRÉE — a. Cooper, John Charles, _The Black Mask: Satanism in America Today_. Old Tappen, N.J.: Fleming H. Revell Company, 1990. Probablement le meilleur du grand nombre de livres disponibles principalement dans les librairies chrétiennes et écrits du point de vue chrétien. Celui-ci, cependant, est écrit sans l’hystérie et le sensationnalisme de la plupart. Recommandé pour les enquêteurs qui veulent de l’information de ce point de vue.

— b. Hicks, Robert D., _In Pursuit of Satan: The Police and the Occult_. Buffalo, NY: Prometheus Books, 1991. Sans aucun doute le meilleur livre écrit à ce jour sur le sujet du satanisme et de l’occultisme du point de vue de l’application de la loi. Robert D. Hicks est un ancien policier qui est actuellement employé comme analyste de la justice pénale pour l’État de Virginie. Doit lire pour tout professionnel de la justice pénale impliqué dans cette question. Malheureusement, dans le chapitre sur « l’abus satanique des enfants », l’auteur semble avoir été trop influencé par des sceptiques extrêmes avec des références minimales ou douteuses dans ce domaine. Le livre est facile à lire, logique et fortement recommandé.

— c. Richardson, James T.; Best, Joël; &Bromley, David G.; Eds, _The Satanism Scare_. NY: Aldine de Gruyter, 1991. Le meilleur livre maintenant disponible sur la controverse actuelle sur le satanisme écrit du point de vue académique, Les éditeurs et de nombreux auteurs de chapitres sont des professeurs d’université et ont écrit un livre objectif et bien documenté. L’une des grandes forces de ce livre est le fait que les éditeurs abordent une variété de questions controversées d’une variété de disciplines (c.-à-d. sociologie, histoire, folklore, anthropologie, justice pénale.) En raison de sa perspective académique, il est parfois plus difficile à lire, mais en vaut la peine.
Le chapitre sur « L’application de la loi et le lien avec le crime satanique » contient les résultats d’une enquête sur les « flics de la secte » et doit être lu pour les agents d’application de la loi. Le chapitre sur « Satanisme et pédophilie: construire la peur de l’abus rituel » a été écrit, cependant, par un journaliste indépendant qui semble prendre la position que ces cas impliquent peu ou pas de violence réelle envers les enfants.

— d. Terr, Lenore, _Too Scared to Cry: Psychic Trauma in Childhood_. New York: Harper and Row, 1990. Un excellent livre écrit par un psychiatre qui fournit des informations importantes sur la nature et la rappelabilité des traumatismes psychiques précoces. Pour moi, les recherches et les conclusions du Dr Terr dans la tristement célèbre affaire de l’enlèvement de Chowchilla ont jeté un éclairage considérable sur la controverse sur les abus « rituels ».


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Un avis sur « Rapport du FBI – Abus rituel satanique »

  1. Je ne suis pas étonnée. Cette fausse pandémie a permis de faire les pires horreurs et enrichi certains. Il faut arrêter cela le plus rapidement possible. Je me demande pourquoi, ils attendent. Les vacances devraient passer après. Je recommence à douter. heureusement que je suis assez forte, que j’ai de la mémoire pour contrer certains. Je le fais surtout pour aider Mohamed et tous ceux qui se sont enfin réveillés. Bonne nuit Mohamed et merci pour la marionnette de Macron, cela faisait trop longtemps que je n’avais pas eu affaire à eux.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :