La pandémie de Covid-19 a augmenté le nombre de personnes menacées par la traite des êtres humains, selon un rapport du département d’État


Washington (CNN)La pandémie de Covid-19 a augmenté le nombre de personnes menacées par la traite des êtres humains alors que les trafiquants ont profité de la crise sociale et économique créée par l’épidémie mondiale, a déclaré le département d’État dans un rapport publié jeudi.La pandémie a également amené les gouvernements à détourner des ressources des efforts de lutte contre la traite, a constaté le département d’État, « ce qui a entraîné une diminution des mesures de protection et de la fourniture de services aux victimes, une réduction des efforts de prévention et des obstacles aux enquêtes et aux poursuites des trafiquants ».« S’il y a une chose que nous avons apprise au cours de l’année dernière, c’est que la traite des êtres humains ne s’arrête pas pendant une pandémie », a écrit Kari Johnstone, directrice par intérim du Bureau de surveillance et de lutte contre la traite des personnes, dans son introduction au rapport annuel sur la traite des personnes. Rapport sur les personnes (TIP).

Le rapport 2021, qui couvre la période du 1er avril 2020 au 31 mars 2021, a identifié quels gouvernements dans le monde satisfont aux normes minimales pour éliminer la traite des êtres humains en vertu de la loi de 2000 sur la protection des victimes de la traite qui se sont améliorées ou détériorées, et qui ont échoué dans leurs efforts de lutte contre la traite des êtres humains et ne s’efforcent pas de le faire.

Le rapport, dévoilé lors d’un événement jeudi avec le secrétaire d’État Antony Blinken, a spécifiquement souligné l’impact négatif de la désinformation sur la traite – y compris la manière dont les groupes extrémistes et les suprémacistes blancs ont utilisé de faux récits sur la traite comme outil de recrutement – ainsi que les liens entre le racisme systémique et la traite des êtres humains aux États-Unis et à l’étranger.« Parce que les trafiquants s’attaquent à ceux qui sont vulnérables, ceux qui sont moins susceptibles d’avoir accès à de bons emplois ou à des opportunités d’éducation, qui sont moins susceptibles d’être traités sur un pied d’égalité dans le système judiciaire et qui sont moins susceptibles d’être crus lorsqu’ils signaler qu’ils sont ciblés ou maltraités », a déclaré Blinken. « Si nous voulons vraiment mettre fin à la traite des personnes, nous devons également travailler à éliminer le racisme systémique, le sexisme et d’autres formes de discrimination et à construire une société plus équitable dans toutes les dimensions. »

« Chaque pays… peut faire plus »

Bien que le rapport note que « chaque pays, y compris les États-Unis, peut faire plus », il a révélé que 17 pays appartenaient à la catégorie Tier 3, ce qui signifie qu’ils ne respectaient pas pleinement les normes minimales pour lutter contre la traite des êtres humains et « ne font pas d’efforts importants. faire cela. » Il s’agit notamment de l’Afghanistan, de la Chine, de Cuba, de l’Iran, du Nicaragua, de la Corée du Nord, de la Russie, de la Syrie et du Venezuela. En vertu de la loi sur la protection des victimes de la traite, les pays de cette catégorie de niveau 3 « peuvent être soumis à certaines restrictions en matière d’aide étrangère », selon le rapport.Le rapport a également identifié 15 gouvernements pour « avoir des forces armées gouvernementales, la police ou d’autres forces de sécurité, ou des groupes armés soutenus par le gouvernement qui recrutent ou utilisent des enfants soldats ».Parmi ces gouvernements figurait la Turquie, marquant la première fois qu’un membre de l’OTAN était inclus dans la loi sur la prévention des enfants soldats, selon un haut responsable du département d’État.

Les forces américaines en Syrie ont essuyé des tirs de roquettes, un jour après que les États-Unis ont effectué des frappes aériennes contre des milices soutenues par l'Iran

Les forces américaines en Syrie ont essuyé des tirs de roquettes, un jour après que les États-Unis ont effectué des frappes aériennes contre des milices soutenues par l’Iran« En tant que leader régional respecté et membre de l’OTAN, la Turquie a l’opportunité d’aborder cette question du recrutement et de l’utilisation d’enfants soldats en Syrie et en Libye », a déclaré le responsable.Le rapport a nommé 11 pays où les gouvernements eux-mêmes étaient impliqués dans le trafic, appelant spécifiquement le gouvernement chinois à « la politique ou le mode de travail forcé généralisé » des Ouïghours et d’autres minorités ethniques et religieuses détenues au Xinjiang. »Le gouvernement chinois a détenu plus d’un million de personnes dans pas moins de 1200 camps d’internement gérés par l’État à travers le Xinjiang », a déclaré Blinken dans des remarques lors de l’événement. « De nombreux détenus sont soumis à des violences physiques, à des abus sexuels et à la torture pour les inciter à travailler dans la production de vêtements, d’électronique, d’équipements solaires et de produits agricoles.« Et bien que les pratiques soient les plus flagrantes au Xinjiang, le rapport de cette année note que la Chine a également soumis ses citoyens à des pratiques de travail coercitives dans d’autres parties du pays », a-t-il déclaré.

Les défis « monumentaux » posés par le Covid-19

Le rapport de 2021 a mis en évidence les défis « monumentaux » mis à nu par la pandémie de Covid-19, notant qu’ils « peuvent être de longue durée, nécessitant une collaboration soutenue entre les gouvernements, les organisations de la société civile, les dirigeants du secteur privé, les dirigeants des survivants et d’autres acteurs de la lutte contre la traite des êtres humains. s’adapter et réagir de manière appropriée pour surmonter ces défis. » »La détresse économique et sociale générée par la pandémie et les efforts d’atténuation connexes ont exacerbé les risques pour les populations vulnérables et marginalisées », indique le rapport. « Ceux-ci comprenaient des femmes et des enfants, des personnes touchées par des restrictions de voyage et des ordonnances de séjour à domicile, des communautés dans des zones d’insécurité alimentaire et des survivants de la traite, ainsi que des personnes directement et indirectement touchées par la perturbation des activités économiques et des moyens de subsistance réduits. . »Blinken a noté que « dans de nombreux endroits, alors que les gouvernements détournent des ressources pour essayer de contrôler la pandémie et lutter contre les impacts secondaires, les trafiquants d’êtres humains saisissent l’opportunité de développer leurs opérations ».« Les personnes qui ont été poussées dans des circonstances économiques désastreuses par la pandémie sont devenues plus vulnérables à l’exploitation », a-t-il décrit. « Et comme de plus en plus de personnes passent des heures en ligne pour l’école et le travail, les trafiquants utilisent Internet pour préparer et recruter des victimes potentielles. » »Donc, la pandémie a eu un impact réel sur cette lutte. C’est une autre raison pour laquelle il est si important d’arrêter la pandémie le plus rapidement possible et d’aider les communautés du monde entier. Plus cela prendra de temps, plus les gens deviendront vulnérables à trafic », a déclaré le plus haut diplomate américain.

La désinformation « a des impacts réels et néfastes »

Le rapport a également révélé que « les idées fausses persistantes sur la traite des êtres humains ont contribué à la désinformation et aux rumeurs sur le crime à se répandre rapidement dans les communautés et à travers les médias sociaux, en particulier aux États-Unis ». »Ces dernières années, les participants à des forums en ligne ont diffusé un certain nombre d’affirmations fausses et trompeuses sur le trafic sexuel d’enfants, trompant parfois délibérément le public par des efforts de désinformation liés à des théories du complot sans rapport avec le trafic d’êtres humains », a-t-il déclaré.Il a noté que « cette diffusion de désinformation a des impacts réels et préjudiciables sur la capacité de la communauté anti-traite à protéger ceux qui ont subi ou subissent actuellement la traite des êtres humains et à traduire les trafiquants en justice », car les défenseurs doivent prendre le temps de lutter contre les rumeurs. , les ressources des forces de l’ordre sont utilisées pour traquer les fausses pistes et les appels et astuces sans fondement « peuvent submerger les systèmes d’intervention et de soins ». »Les défenseurs et les prestataires de services doivent prendre au sérieux tous les signalements de traite des êtres humains, ce qui signifie que l’augmentation des signalements basés sur de fausses informations rend plus difficile pour les intervenants de fournir un soutien aux victimes de la traite des êtres humains », indique le rapport.Selon le rapport, « des ONG ont également signalé avoir subi des cyberattaques et des menaces sur les réseaux sociaux lorsqu’elles publient des déclarations démystifiant la désinformation » et « certains employés d’ONG qui aident à identifier et à fournir des services aux survivants de la traite des êtres humains ont même fait face à des menaces de violence de la part des adeptes de ces théories. »

« Ce qui est encore plus préoccupant, les experts ont identifié la production stratégique et la diffusion de faux récits sur le trafic sexuel par des suprémacistes blancs et d’autres extrémistes, y compris des extrémistes violents, aux États-Unis comme un moyen de recruter de nouveaux membres », a-t-il déclaré. « Ces groupes ont réussi à exploiter les préoccupations du public concernant le trafic sexuel d’enfants, en utilisant de fausses informations comme passerelle pour radicaliser leurs membres. » »Ainsi, il est impératif d’arrêter la propagation de la désinformation, y compris les théories du complot, à la fois pour lutter contre le trafic sexuel et de main-d’œuvre et pour prévenir l’extrémisme violent et contrer les menaces à la sécurité nationale des États-Unis », indique le rapport.

Maia Noah de CNN a contribué à ce rapport.


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

2 commentaires sur « La pandémie de Covid-19 a augmenté le nombre de personnes menacées par la traite des êtres humains, selon un rapport du département d’État »

    1. Ce n’est pas de la la honte, c’est pire. Cela a démontré à quel point., l’être humain est pire qu’un animal. Assassiner d’autres humains pour y arriver, ne les dérange 3.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :