1 00 7 minutes 5 mois 44
A hand holding an mRNA vaccine vial. (Spencer Davis / Unsplash)

Safety and Health Administration est une agence gouvernementale fédérale des États-Unis dont la mission est la prévention des blessures, maladies et décès dans le cadre du travail. Pour ce faire, elle émet des règlements pour la sécurité et la santé au travail. L’OSHA a été établie par l’Occupational Safety and Health Act de 1970, l’une des lois majeures sur la sécurité au travail aux États-Unis.


Afin d’encourager les travailleurs américains à se faire vacciner, l’Occupational Safety and Health Administration (OSHA) a suspendu l’obligation légale pour les employeurs de déclarer les accidents du travail résultant des vaccinations visant à combattre le virus PCC (Parti Communiste Chinois) à l’origine de la maladie COVID-19.

Cette suspension de la loi par l’OSHA ne change rien au fait que les employeurs peuvent être tenus responsables en vertu des lois sur l’indemnisation des travailleurs ou des lois civiles sur les dommages corporels, selon le groupe à but non lucratif Liberty Counsel.

Au début du mois de mai, le site web de l’OSHA, une agence du ministère américain du travail (DOL), indiquait que les employeurs pouvaient être tenus pour responsables s’ils exigeaient de leurs employés qu’ils reçoivent des injections liées au COVID-19 comme condition d’emploi et que ces derniers subissaient ensuite des réactions indésirables.

Une section « Foire aux questions » (FAQ) du site Web de l’OSHA indique que « si vous exigez de vos employés qu’ils soient vaccinés comme une condition d’emploi (c’est-à-dire pour des raisons liées au travail), toute réaction indésirable au vaccin COVID-19 est liée au travail. L’effet indésirable doit être enregistré s’il s’agit d’un nouveau cas au sens du 29 CFR 1904.6 et s’il répond à un ou plusieurs des critères généraux d’enregistrement du 29 CFR 1904.7 », selon Liberty Counsel.

Mais les visiteurs de la section FAQ du même site Web voient maintenant un message différent, qui se lit comme suit :

« Le DOL et l’OSHA, ainsi que d’autres agences fédérales, travaillent avec diligence pour encourager la vaccination par le COVID-19. L’OSHA ne souhaite pas donner l’impression de décourager les travailleurs de se faire vacciner contre le COVID-19, et ne souhaite pas non plus décourager les efforts de vaccination des employeurs. Par conséquent, l’OSHA n’appliquera pas les exigences d’enregistrement du 29 CFR 1904 pour exiger de tout employeur qu’il enregistre les effets secondaires de la vaccination COVID-19 sur les travailleurs jusqu’en mai 2022. Nous réévaluerons la position de l’agence à ce moment-là afin de déterminer le meilleur plan d’action pour l’avenir. »

Liberty Counsel a déduit de la modification des orientations que la Maison Blanche a influencé la décision d’abandonner l’application de l’obligation de déclaration d’un an.

« Recevant sans doute des pressions de la part de l’administration Biden, l’OSHA a suspendu l’application de l’obligation d’enregistrer les blessures ou les décès dus aux injections de COVID jusqu’en mai 2022 afin de pousser les injections de COVID. Ce changement à motivation politique de l’OSHA est sans précédent », a déclaré le groupe dans un communiqué de presse.

Le fondateur et président de Liberty Counsel, Mat Staver, a critiqué la décision de modifier les directives de l’OSHA.

« Les employeurs qui obligent leurs employés à faire une piqûre de COVID peuvent être tenus pour responsables des blessures et des décès. Le fait que l’OSHA n’appliquera pas les exigences d’enregistrement ne modifie pas la responsabilité légale des employeurs qui exigent, contraignent ou incitent leurs employés à faire des piqûres de COVID », a-t-il déclaré dans un communiqué.

« La suspension par l’OSHA de l’obligation d’enregistrement afin de ne pas décourager les injections expérimentales de COVID révèle que l’administration Biden se fiche complètement des dommages collatéraux causés par les injections de COVID. Les gens peuvent voir cet agenda biaisé. Ils ne sont pas stupides ».

Aucune des injections de COVID-19 disponibles n’est approuvée ou autorisée par la Food and Drug Administration américaine, note Liberty Counsel. Elles relèvent de ce que l’on appelle une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA), ce qui signifie que leur utilisation ne peut être exigée.

La FDA reconnaît sur son site web qu’elle « doit veiller à ce que les personnes recevant le vaccin dans le cadre d’une EUA soient informées, dans la mesure du possible compte tenu des circonstances applicables … qu’elles ont la possibilité d’accepter ou de refuser le vaccin, et de toute alternative disponible au produit ».

L’autorité de l’EUA en vertu de la section 564 de la loi fédérale sur les aliments, les médicaments et les cosmétiques permet à la FDA de prendre des mesures pour protéger la santé publique contre « les menaces chimiques, biologiques, radiologiques et nucléaires (CBRN), y compris les maladies infectieuses, en facilitant la disponibilité et l’utilisation des contre-mesures médicales (MCM) nécessaires en cas d’urgence de santé publique ».

Lorsque le département américain de la santé et des services sociaux (HHS) déclare qu’une EUA est nécessaire, comme il l’a fait le 27 mars 2020, concernant la pandémie en cours, la FDA peut autoriser des produits médicaux autrement non approuvés ou des utilisations non approuvées de produits médicaux approuvés à être utilisés « en cas d’urgence pour diagnostiquer, traiter ou prévenir des maladies ou des conditions graves ou mortelles causées par des agents de menace CBRN lorsque certains critères sont remplis, notamment l’absence d’alternatives adéquates, approuvées et disponibles ».

L’Epoch Times a contacté l’OSHA pour un commentaire le jour du Memorial Day mais n’avait pas reçu de réponse à l’heure de la presse.


Une réflexion sur “ L’OSHA suspend la publication des accidents liés aux vaccins par les fabricants.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.