Davantage de décès signalés après la prise de vaccins par J&J et AstraZeneca, et des chercheurs établissent un lien entre AstraZeneca et des accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes

AstraZeneca and J&J COVID vaccines came under scrutiny again this week.

Les vaccins AstraZeneca et Johnson & Johnson COVID ont de nouveau fait l’objet d’un examen minutieux cette semaine, alors que de nouveaux cas de décès – principalement dus à des troubles de la coagulation sanguine – ont été signalés en Belgique, au Canada et en Grèce, et qu’un nouveau rapport a établi un lien entre le vaccin AstraZeneca et des accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes.



Les vaccins COVID d’AstraZeneca et de Johnson & Johnson (J&J) ont de nouveau fait l’objet d’un examen minutieux cette semaine, alors que de nouveaux cas de décès – principalement dus à des troubles de la coagulation sanguine – ont été signalés en Belgique, au Canada et en Grèce.

Pour ajouter aux difficultés des fabricants de vaccins, un nouveau rapport publié à Londres par des chercheurs a identifié les premiers cas d’accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes ayant reçu le vaccin d’AstraZeneca, qui a été développé conjointement avec l’Université d’Oxford au Royaume-Uni.

La Belgique suspend l’utilisation du vaccin de J&J

La Belgique a déclaré mercredi qu’elle suspendait les vaccinations avec le vaccin J&J, pour les personnes de moins de 41 ans, suite au décès d’une femme dû à des caillots sanguins après avoir reçu le vaccin. C’est la deuxième fois que la Belgique met en pause ce vaccin à injection unique.

« La conférence interministérielle a décidé d’administrer temporairement le vaccin de Janssen à la population générale à partir de l’âge de 41 ans, dans l’attente d’une analyse bénéfices-risques plus détaillée de l’EMA », indique une déclaration publiée par le ministre fédéral belge de la santé et ses sept homologues régionaux.

La femme, âgée de moins de 40 ans, est décédée le 21 mai après avoir été admise à l’hôpital en raison d’une thrombose grave et d’un déficit en plaquettes, rapporte Reuters.

Le gouvernement a demandé un avis urgent de l’Agence européenne des médicaments (EMA), l’organisme de réglementation des médicaments de l’Union européenne, avant d’envisager la levée de la suspension.

L’EMA a déclaré qu’elle examinait le décès de la femme en Belgique, ainsi que d’autres rapports de caillots sanguins, avec les agences belge et slovène des médicaments, et a demandé à J&J de mener une série d’études supplémentaires pour aider à évaluer un lien possible entre l’injection et des caillots sanguins rares.

J&J a déclaré le 20 avril qu’il reprendrait le déploiement dans l’UE de son vaccin COVID, commercialisé par la filiale Janssen de la société – avec un avertissement sur son étiquette – après que plusieurs pays, dont la Belgique, aient d’abord mis le vaccin en pause en raison de préoccupations quant à son lien possible avec des troubles de la coagulation sanguine.

L’EMA a confirmé l’existence d’un « lien possible », mais a conclu que les avantages du vaccin l’emportaient sur les risques. Le comité de sécurité de l’organisme de réglementation des médicaments (PRAC) a déclaré qu’un avertissement devait être ajouté à l’étiquette du produit, mais que les troubles liés à la coagulation sanguine devaient figurer parmi les effets secondaires « très rares » du vaccin.

Le 23 avril, les Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) ont voté en faveur de la reprise de l’utilisation du vaccin de J&J sans restrictions, après que le vaccin ait été mis en pause pour enquêter sur des rapports de caillots sanguins rares. La recommandation du groupe consultatif des CDC indique que le lien entre les caillots sanguins et le vaccin COVID de J&J est « plausible », mais conclut que les avantages du vaccin l’emportent sur les risques et recommande son utilisation pour les personnes âgées de 18 ans et plus aux États-Unis en vertu de l’autorisation d’utilisation d’urgence de la FDA.

J&J a déclaré qu’aucune relation de cause à effet claire n’a été établie entre son vaccin et les caillots sanguins.

Des chercheurs identifient des accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes après le vaccin d’AstraZeneca

Les premiers cas d’accidents vasculaires cérébraux par occlusion artérielle de gros vaisseaux chez de jeunes adultes liés au vaccin d’AstraZeneca ont été décrits en détail pour la première fois dans une lettre publiée en ligne dans le Journal of Neurology Neurosurgery & Psychiatry.

Les trois cas, dont l’un a été fatal, sont survenus chez deux femmes et un homme âgés de 30 ou 40 ans qui ont développé les caractéristiques de la thrombocytopénie immunitaire thrombotique induite par le vaccin (TITV), une réaction associée au vaccin d’AstraZeneca.

« Il s’agit des premiers rapports détaillés d’accident vasculaire cérébral (AVC) artériel censé être causé par la TIV après le vaccin COVID d’AstraZeneca, bien que l’AVC ait été mentionné précédemment dans les données sur la TIV », a déclaré à Medscape Medical News l’auteur principal, le Dr David Werring, professeur de neurologie clinique au Stroke Research Centre, University College London Queen Square Institute of Neurology.

« La TIV est plus souvent présentée comme une TVC (thrombose du sinus veineux cérébral), qui est un accident vasculaire cérébral causé par une thrombose veineuse ; ces cas montrent qu’elle peut également provoquer un accident vasculaire cérébral causé par une thrombose artérielle », a expliqué le Dr Werring.

M. Werring a fait remarquer que ces rapports n’ajoutent rien au rapport risques/bénéfices global du vaccin, puisqu’ils ne décrivent que trois cas. « Bien que le TIV soit très grave, les avantages du vaccin l’emportent toujours sur ses risques », a-t-il déclaré.

Le premier cas, une femme de 35 ans, a ressenti des maux de tête intermittents sur le côté droit et autour des yeux pendant six jours après la vaccination. Cinq jours plus tard, elle s’est réveillée avec une sensation de somnolence et une faiblesse au niveau du visage, du bras et de la jambe gauche.

L’imagerie a révélé que la femme avait une artère cérébrale moyenne droite bloquée avec infarctus cérébral et des caillots dans la veine porte droite. Elle a subi une chirurgie cérébrale pour réduire la pression dans son crâne, un prélèvement et un remplacement du plasma, et un traitement par anticoagulant et fondaparinux, mais elle a souffert d’une mort du tronc cérébral et est décédée par la suite.

Le deuxième cas, une femme de 37 ans, a présenté des maux de tête, une confusion, une faiblesse dans le bras gauche et une perte de vision du côté gauche 12 jours après la vaccination par AstraZeneca. L’imagerie a montré une occlusion des deux artères carotides, ainsi que des caillots sanguins dans ses poumons et son cerveau. Son état clinique s’est amélioré sous traitement.

Le troisième cas est survenu chez un homme de 43 ans qui s’est présenté 21 jours après la vaccination avec des problèmes d’élocution. L’imagerie a montré un caillot dans l’artère cérébrale moyenne gauche. Il a été traité et reste stable.

Les chercheurs ont déclaré que les jeunes patients présentant un accident vasculaire cérébral ischémique après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca devraient être évalués de toute urgence pour le TIV.

Un homme de l’Ontario meurt d’un caillot sanguin « rare mais réel » après sa première dose d’AstraZeneca

Un homme de l’Ontario âgé d’une quarantaine d’années est décédé après avoir reçu sa première dose du vaccin AstraZeneca, ont confirmé mardi les responsables de la santé publique.

Le Dr Barbara Yaffe, médecin-hygiéniste en chef adjointe de l’Ontario, a déclaré que le décès faisait l’objet d’une enquête, mais que l’homme souffrait d’un TIV.

« Bien que l’enquête soit en cours et que la cause finale du décès n’ait pas encore été officiellement déterminée, il a été confirmé que l’individu était atteint du VITT au moment de son décès », a déclaré Mme Yaffe mardi. « Les risques associés à ce vaccin sont [rares], mais ils sont réels ».

Le médecin en chef, le Dr David Williams, a restreint les vaccinations AstraZeneca pour les personnes qui n’ont pas encore reçu la première dose à partir du 11 mai, en raison d’un taux de caillots sanguins plus élevé que prévu.

La Grèce enquête sur quatre cas de caillots sanguins après la vaccination par AstraZeneca

Α une femme de 63 ans originaire de Grèce est décédée de caillots sanguins après avoir été vaccinée par AstraZeneca. Ce cas était l’un des quatre faisant l’objet d’une enquête de l’Organisation nationale des médicaments (EOF) pour une corrélation potentielle entre le vaccin d’AstraZeneca et des caillots sanguins rares, selon le Greek City Times.

Toujours en Grèce, une femme de 44 ans est dans un état grave après avoir subi un TIV. Son cas est le deuxième incident que l’EOF a trouvé lié au vaccin, selon le Greek Reporter.

Un troisième incident de coagulation sanguine concerne un homme de 35 ans originaire de Crète qui a souffert de deux caillots sanguins après avoir reçu le vaccin d’AstraZeneca. L’homme a été hospitalisé après avoir souffert d’un caillot dans sa jambe quelques jours après avoir été vacciné. Il a souffert d’un second caillot de sang dans son cerveau pendant son hospitalisation.

Comme l’a rapporté The Defender le 7 avril, les autorités européennes de réglementation ont déclaré qu’elles avaient confirmé l’existence d’un « lien possible » entre le vaccin COVID d’AstraZeneca et de « très rares » caillots sanguins, mais ont conclu que les avantages du vaccin l’emportaient toujours sur les risques.

L’EMA n’a pas recommandé de restreindre l’utilisation du vaccin en fonction de l’âge, du sexe ou d’autres facteurs de risque, mais a déclaré que les cas de coagulation sanguine après la vaccination « devraient être » répertoriés comme un effet secondaire possible, selon une déclaration publiée par le comité de sécurité de l’agence.

L’utilisation du vaccin d’AstraZeneca n’est pas encore autorisée aux États-Unis.


Megan Redshaw est journaliste indépendante. Elle a une formation en sciences politiques, un diplôme de droit et une formation approfondie en santé naturelle.

Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Un avis sur « Davantage de décès signalés après la prise de vaccins par J&J et AstraZeneca, et des chercheurs établissent un lien entre AstraZeneca et des accidents vasculaires cérébraux chez de jeunes adultes »

  1. Tous les vaccins sont dangereux et ne protègent pas les personnes. Ils sont toujours malades, ont un variant. Tout cela, ce GVT NAZI, le sait, pousse les gens à se faire vacciner avec un chantage, que ces personnes malheureusement pour eux, bien que les moutons, je ne les plains plus, nous en ayant fait voir et continuent de toutes les couleurs, disant que c’est de notre faute, refusant ce vaccin. Pourquoi vacciner une personne qui a une immunité naturelle depuis des année qui reconnaît le virus, pour se faire faire un vaccin dont on ne sait pas comment il est fait.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :