0 00 3 minutes 6 mois 42

En octobre 2015, 1 200 migrants avec Pilosité importante  sont entrés à Stockholm, en Suède, en une seule journée, affirmant être des «enfants réfugiés».


Les migrants portaient des pancartes suppliant les habitants d’aider les enfants réfugiés. (Exponerat)


En Autriche, les fonctionnaires ont constaté en 2016 que la MOITIÉ des réfugiés prétendant être des enfants étaient des adultes.


En Suède, en 2017, des fonctionnaires ont découvert que 83 % des « enfants » réfugiés étaient en réalité des adultes.
Le dentiste à l’origine de cette étude a été licencié après avoir publié ses résultats.

En 2019, une étude allemande a révélé qu’au moins 40% des migrants prétendant être des enfants étaient en réalité des adultes.


Et maintenant, la police française a découvert que 78% des « enfants » non accompagnés sont en fait des adultes.

Rapporté par ReMix via Religion of Peace :

La préfecture de police de Paris a donc mis en place un système innovant. Les empreintes digitales des personnes arrêtées sont envoyées via la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) et la Direction de la coopération internationale (DCI) aux autorités algériennes, marocaines et tunisiennes, qui vérifient leurs propres fichiers. Paris reçoit ensuite une réponse dans un délai de quatre à huit semaines.

Quinze mois après la mise en place de cette procédure, Le Figaro a publié un résultat intéressant : Sur 1 162 demandes, la DSPAP a déjà reçu 330 identifications formelles, établissant que 263 de ces personnes sont majeures. Cela signifie que 78,7 % de ces soi-disant mineurs étrangers ont menti sur leur âge.

Les migrants sont également fortement incités à mentir, notamment en raison de peines pénales plus clémentes pour les mineurs et de meilleures prestations de l’État. Les autorités ont également beaucoup plus de mal à expulser un mineur qu’un adulte.

Publicités

De nombreuses études ont montré que les migrants mentent sur leur âge dans toute l’Europe, notamment en Allemagne, en Suède, en Belgique et en France.

Maintenant, ayant une compréhension plus détaillée du phénomène, la police parisienne dit qu’elle va continuer à travailler sur les identifications grâce au nouveau système.


Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.