Des médecins et des chirurgiens appellent les universités à annuler les mandats relatifs aux vaccins COVID

États-Unis

Dans une lettre ouverte, l’Association of American Physicians and Surgeons a demandé aux universités d’annuler les mandats «avant que davantage d’étudiants ne soient blessés» et de rendre les vaccins «à juste titre facultatifs».

Dans une lettre ouverte, l'AAPS a énuméré 15 raisons pour lesquelles les universités devraient reconsidérer les mandats de vaccination.
Etudiant

Le Défenseur subit une censure sur de nombreux canaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à notre top des nouvelles du jour. C’est gratuit.

L’Association des médecins et chirurgiens américains (AAPS) demande aux collèges et universités des États-Unis de permettre aux étudiants de suivre des cours en présentiel sans exiger qu’ils soient vaccinés contre le COVID.

Dans une lettre ouverte, l’AAPS énumère 15 raisons pour lesquelles les universités devraient reconsidérer les mandats de vaccination.

« Bien que, à première vue, cette politique puisse sembler prudente, elle contraint les étudiants à prendre des risques inutiles et inconnus et est, au fond, contraire au principe médical fondamental du consentement éclairé », indique la lettre.

Selon son site web, l’AAPS est une association professionnelle non partisane de médecins de tous types de pratiques et de spécialités à travers le pays. L’organisation a été fondée en 1943 pour préserver « le caractère sacré de la relation patient-médecin et la pratique de la médecine privée ».

Comme The Defender l’a rapporté la semaine dernière, plus de 100 collèges à travers le pays exigeront des étudiants qu’ils se fassent vacciner pour pouvoir assister aux cours en personne, bien que la plupart d’entre eux autorisent des exemptions médicales et religieuses.

Children’s Health Defense fournit cette lettre que les étudiants peuvent envoyer aux universités pour expliquer qu’en vertu de la loi fédérale, les vaccins d’autorisation d’utilisation d’urgence ne peuvent être imposés.

Lire la lettre ouverte de l’AAPS :

Chers doyens, conseils d’administration et fiduciaires,

Au nom de l’Association of American Physicians and Surgeons, je vous écris pour vous demander de reconsidérer votre nouvelle politique rendant obligatoire la vaccination des étudiants par le COVID-19 avant leur retour sur le campus.

Les établissements d’enseignement supérieur sont divisés sur cette question. Bien que, à première vue, cette politique puisse sembler prudente, elle contraint les étudiants à prendre des risques inutiles et inconnus et est, au fond, contraire au principe médical fondamental du consentement éclairé.

Il y a de multiples raisons d’inverser votre politique. Je vous demande de considérer les suivantes :

Voici la lettre:

Les jeunes adultes constituent un groupe en bonne santé, immunologiquement compétent et dynamique qui présente « un risque extraordinairement faible de morbidité et de mortalité liées au COVID-19 ».
Les étudiants des collèges et des universités, cependant, subissent déjà une pression importante sur leur santé mentale en raison des craintes liées au COVID-19, des circonstances, des problèmes d’apprentissage à distance et de l’imposition de restrictions par les politiques de santé gouvernementales.
Même si la FDA a accordé une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour trois vaccins COVID-19, ils ne sont pas approuvés par la FDA pour traiter, guérir ou prévenir une quelconque maladie à l’heure actuelle. Les essais cliniques se poursuivront pendant au moins deux ans avant que la FDA ne puisse même envisager d’approuver ces vaccins comme étant efficaces et sûrs.
Les vaccins COVID-19 commercialisés aux Etats-Unis, à savoir le mRNA (Moderna et Pfizer) et le DNA (Johnson & Johnson – Janssen), ont provoqué des effets secondaires notables, des pathologies et même des décès (>2300 décès selon VAERS au 20 avril). Ces effets indésirables entraînent des absences à l’école et au travail, des visites à l’hôpital et même des pertes de vie.
Les femmes en âge d’aller à l’université peuvent être particulièrement exposées à des effets indésirables après l’administration des vaccins expérimentaux COVID actuellement disponibles. Selon le CDC, tous les cas de caillots sanguins menaçant le pronostic vital, consécutifs à l’administration du vaccin J&J, signalés jusqu’à présent aux États-Unis, sont survenus chez des femmes jeunes. La grande majorité des cas d’anaphylaxie sont également survenus chez des femmes. En outre, « les femmes déclarent avoir des cycles menstruels irréguliers après avoir reçu le vaccin contre le coronavirus » et 95 fausses couches ont été signalées au système américain VAERS (Vaccine Adverse Effects Reporting System) à la suite de la vaccination par COVID au 24 avril 2021.
Des données de recherche récentes démontrent que la protéine spike, présente sur le virus SRAS-CoV-2 et le principal mécanisme d’action induit des vaccins COVID-19, sont la principale cause de maladie, d’infirmité, d’hospitalisation et de décès.
Les étudiants qui ont eu des cas autolimités de COVID-19 possèdent déjà des anticorps, des cellules B activées, des cellules T activées (détectables par des tests en laboratoire). Cette immunité durable et à long terme les empêcherait non seulement de contracter le COVID-19 de manière récurrente, mais représenterait également une immunité de groupe pour protéger les autres membres de la communauté collégiale ou universitaire.
Les étudiants convalescents du COVID-19 pourraient être lésés par la politique des collèges et universités exigeant des vaccins contre le COVID-19. Ils bénéficient déjà d’une immunité étendue et seraient probablement lésés par une confrontation forcée avec la protéine de pointe induite par le vaccin COVID-19, provoquant des réactions auto-immunes menant à la maladie et éventuellement à la mort.
Les étudiants et leurs familles peuvent à juste titre penser que ces politiques sont discriminatoires à l’égard des personnes qui ne sont pas candidates à ce vaccin, qui ont des maladies préexistantes, qui ont déjà été atteintes par le COVID-19, qui invoquent des objections religieuses ou qui exercent leur libre arbitre en choisissant de ne pas participer à cette expérience vaccinale facultative. Référez-vous au code de Nuremberg de la Seconde Guerre mondiale, qui exige que les individus « puissent exercer leur libre arbitre, sans l’intervention d’aucun élément de force… ».
Les politiques institutionnelles qui permettent au corps enseignant de choisir ou de refuser la vaccination, mais qui n’offrent pas les mêmes options aux étudiants, soulèvent des problèmes constitutionnels de protection égale.
L’ADA, Americans with Disabilities Act, exige que des « aménagements raisonnables » soient fournis en fonction de la situation de santé unique d’une personne. Cela inclut le rejet d’une intervention vaccinale expérimentale susceptible d’exacerber des problèmes de santé connus et donc de causer un préjudice.
Les collèges et universités doivent se demander s’ils peuvent être tenus responsables des dommages, des mauvais résultats en matière de santé et des pertes de vie dus aux politiques de vaccination obligatoire contre le COVID-19.
 » Les cas positifs « , tels que définis par les seuls tests de laboratoire, peuvent être des erreurs de test faussement positives ou une infection asymptomatique dont il n’est pas cliniquement prouvé qu’elle propage la maladie.
Le traitement ambulatoire précoce de l’infection par le SRAS-CoV-2 / COVID-19 a été démontré efficace chez les adultes.
Le consentement éclairé est la norme pour toutes les interventions médicales. Dans la fiche d’information de la FDA destinée au prestataire de soins, on peut lire : « Le bénéficiaire ou son soignant a la possibilité d’accepter ou de refuser le vaccin (Pfizer-BioNTech). »
Veuillez revenir sur votre décision d’imposer les vaccins expérimentaux COVID-19 avant que d’autres étudiants ne subissent des préjudices et rendez les vaccins légitimement facultatifs. Les étudiants vaccinés et non vaccinés devraient être autorisés sur le campus. Nous vous remercions de votre temps et de votre attention. Nous vous remercions de votre réponse dans les plus brefs délais et nous nous réjouissons de poursuivre la discussion avec vous et d’autres responsables de votre institution.

Je vous prie d’agréer, Madame, Monsieur, l’expression de mes sentiments distingués,

Paul M. Kempen, M.D., Ph.D. – Président de l’AAPS (2021)




Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :