1 11 12 minutes 2 semaines 8007

Mise à jour (1505ET): Alors que de plus en plus d’informations sortent des documents militaires divulgués par le projet Veritas, il semble y avoir une section accablante en faveur de l’ivermectine en tant que traitement Covid-19. « L’ivermectine (identifiée comme curative en avril 2020) fonctionne dans toutes les phases de la maladie car elle inhibe à la fois la réplication virale et module la réponse immunitaire. »

Écrit par Sundance via The Last Refuge, Le projet Veritas a obtenu des documents militaires cachés sur un système classifié [ICI – et ICI – et ICI] montrant comment EcoHealth Alliance a approché la DARPA en mars 2018, cherchant un financement pour mener des recherches sur le gain de fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris. La proposition, appelée Projet Defuse, a été rejetée par la DARPA pour des raisons de sécurité et l’idée qu’elle violait le moratoire sur l’obtention d’un moratoire sur la recherche fonctionnelle. Cependant, selon les documents, le NIAID, sous la direction du Dr Fauci, a poursuivi la recherche à Wuhan, en Chine et sur plusieurs sites à travers les États-Unis.

[ZH – et pas plus tard qu’aujourd’hui, Twitter a interdit Eric Spracklen de Project Veritas…] [WASHINGTON, D.C. – 10 janvier 2022] Le projet Veritas a obtenu des documents surprenants jamais vus auparavant concernant les origines de la COVID-19, le gain de la recherche fonctionnelle, les vaccins, les traitements potentiels qui ont été supprimés et les efforts du gouvernement pour dissimuler tout cela. Les documents en question proviennent d’un rapport de la Defense Advanced Research Projects Agency, mieux connue sous le nom de DARPA, qui étaient cachés dans un lecteur partagé top secret. La DARPA est une agence relevant du département de la Défense des États-Unis chargée de faciliter la recherche en technologie ayant des applications militaires potentielles. Project Veritas a obtenu un rapport séparé à l’inspecteur général du ministère de la Défense rédigé par le major de la U.S. Marine Corp, Joseph Murphy, un ancien membre de la DARPA. Le rapport indique qu’EcoHealth Alliance a approché la DARPA en mars 2018, cherchant du financement pour mener des recherches sur la fonction des coronavirus transmis par les chauves-souris. La proposition, nommée Projet Defuse, a été rejetée par la DARPA pour des raisons de sécurité et l’idée qu’elle viole le gain fondamental du moratoire sur la recherche fonctionnelle. Selon les documents, le NIAID, sous la direction du Dr Fauci, a poursuivi la recherche à Wuhan, en Chine et sur plusieurs sites à travers les États-Unis ( lire la suite)

Voici ma réponse à la question posée par James O’Keefe. Dans le guide pdf original pour la pause de recherche de 2014 sur la militarisation des virus du SRAS, il y avait une note de bas de page importante [LIEN]:

[FN¹ SOURCE – U.S. Government Gain-of-Function Deliberative Process and Research Funding Pause on Selected Gain-of-Function Research Involving Influenza, MERS, and SARS Viruses – pdf, page 2 – 17 octobre 2014]

Chronologie :

♦ 17 octobre 2014 – Le financement américain du SRAS pour créer une arme biologique a été suspendu en raison du risque extrême de pandémie. Cependant, la pause a permis aux agences au sein du gouvernement américain de continuer à financer si elles déterminaient «que la recherche est nécessaire de toute urgence pour protéger la santé publique ou la sécurité nationale». [LIEN]

♦ 2014 à 2020, le Pentagone a continué à financer la recherche à Wuhan, en Chine. La peur de la découverte expliquerait pourquoi de nombreux hauts responsables du département de la Défense des États-Unis étaient contre l’administration Trump[avec une gravité accrue après le début de la pandémie de COVID]. [LIEN]

♦ mai 2016 – [Une année électorale] – «après des délibérations approfondies et des contributions approfondies des parties prenantes nationales et internationales, le NSABB [National Science Advisory Board for Biosecurity] a publié ses recommandations. La principale conclusion du NSABB était que les études qui devraient améliorer les agents pathogènes pandémiques potentiels (PPP) ont des avantages potentiels pour la santé publique, mais comportent également des risques importants. Le NSABB a recommandé que de telles études méritent un examen plus approfondi avant d’être financées.» Anthony Fauci est sur le NSABB.

♦ 9 janvier 2017 – [Quatre jours après la réunion du Bureau ovale de Susan Rice avec Obama, Biden, Comey et al] – L’administration Obama réautorise le financement de la création d’armes biologiques contre le SRAS. «L’adoption de ces recommandations satisfera aux exigences relatives à la levée du moratoire actuel sur certaines recherches en sciences de la vie qui pourraient améliorer la virulence et/ou la transmissibilité d’un agent pathogène pour produire un agent pathogène pandémique potentiel (un PPP amélioré).» [LIEN] Compte tenu des solutions de contournement, des exceptions et du déni plausible des conséquences, intégrés dans les directives initiales sur le moratoire en 2014, le ministère de la Défense a été autorisé à continuer à financer la recherche sur les armes biologiques à Wuhan, en Chine. L’interdiction de 2014 était un moratoire de financement de nom seulement; cependant, il semble que le financement de la recherche américaine en Caroline du Nord ait été arrêté. Ce qui a été réautorisé en 2017, juste avant l’entrée en fonction du président Trump, c’est la nécessité d’utiliser la « sécurité nationale » comme excuse pour poursuivre les recherches. Il semble également que le financement du SRAS en tant qu’arme biologique aux États-Unis (Caroline du Nord) était à nouveau autorisé. RÉFÉRENCES JUSQU’À PRÉSENT: – 2017 – Lignes directrices politiques de l’administration Obama – 2014 – lien pdf de La pause pour le financement de la recherche – Conseil consultatif national des sciences (Wiki) – Financement du Pentagone pour la recherche sur le SRAS de 2013 à 2020. Si vous acceptez que le Pentagone ne dépenserait jamais pour développer une arme biologique en Chine (Wuhan Lab) à moins qu’ils n’aient déjà développé cette arme par eux-mêmes (North Carolina Lab), alors la question de la libération de cette arme commence à prendre forme. Rappelez-vous, le département d’État examinait l’origine jusqu’à ce que Joe Biden les ferme et redirige l’objectif vers la communauté du renseignement. En substance, Biden a remis la mission à la quatrième branche du gouvernement. Sans surprise, après quelques mois, le CI a déclaré que ses résultats n’étaient « pas concluants ».

♦ [Extrait] – […] Lors d’une réunion du département d’État, des responsables cherchant à exiger de la transparence de la part du gouvernement chinois ont déclaré que leurs collègues leur avaient explicitement dit de ne pas explorer la recherche sur le gain de fonction de l’Institut de virologie de Wuhan, car cela attirerait une attention indésirable sur le financement du gouvernement américain. Dans une note interne obtenue par Vanity Fair, Thomas DiNanno, ancien secrétaire adjoint par intérim du Bureau du contrôle des armements, de la vérification et de la conformité du département d’État, a écrit que le personnel de deux bureaux, le sien et le Bureau de la sécurité internationale et de la non-prolifération, « avertissait » les dirigeants de son bureau « de ne pas poursuivre une enquête sur l’origine du COVID-19 » parce que cela « ouvrirait une boîte de Pandore » si cela continuait. […] Fin mars, l’ancien directeur des Centers for Disease Control, Robert Redfield, a reçu des menaces de mort de la part de collègues scientifiques après avoir déclaré à CNN qu’il pensait que la COVID-19 provenait d’un laboratoire. « J’ai été menacé et ostracisé parce que j’ai proposé une autre hypothèse », a déclaré Redfield à Vanity Fair. « Je m’y attendais de la part des politiciens. Je ne m’y attendais pas de la part de la science. » (lire la suite)

♦ Washington (CNN) – « L’équipe du président Joe Biden a mis fin à un effort étroitement détenu par le département d’État lancé tard dans l’administration Trump pour prouver que le coronavirus provenait d’un laboratoire chinois en raison de préoccupations concernant la qualité de son travail, selon trois sources proches du dossier. L’existence de l’enquête du département d’État et sa fin ce printemps par l’administration Biden – dont aucune n’a été signalée auparavant – est révélée au milieu d’un regain d’intérêt pour savoir si le virus aurait pu s’échapper d’un laboratoire de Wuhan ayant des liens avec l’armée chinoise. L’administration Biden fait également face à un examen minutieux de ses propres efforts pour déterminer si le gouvernement chinois était responsable du virus.

♦ « Mercredi, Biden a publié une déclaration selon laquelle il a ordonné à la communauté du renseignement américain de redoubler d’efforts pour enquêter sur les origines de la pandémie de Covid-19 et de lui faire rapport dans 90 jours ». (LIEN)

♦ [WASHINGTON DC] – La communauté du renseignement n’a pas réussi à identifier de manière concluante l’origine du coronavirus à la suite d’une enquête de 90 jours ordonnée par le président Biden, mais les experts sont divisés sur les raisons. Un rapport du Bureau du directeur du renseignement national (ODNI) a révélé que les responsables étaient incapables de décider si le virus s’était échappé d’un laboratoire ou s’il s’était propagé à l’homme par l’intermédiaire d’un animal infecté. Mais la conclusion finale à laquelle est parvenue la communauté de 85 milliards de dollars par an était qu’elle serait incapable de déterminer l’origine du virus si la Chine ne coopérait pas pleinement. (LIEN) Lisez la suite du rapport ici.

Une réflexion sur “ L’ivermectine « fonctionne à travers toutes les phases » de la COVID selon des documents militaires divulgués. Véran nous voulons des explications !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.