1 20 51 minutes 1 semaine 1714

The Voices Of Silenced Okanagan Health Professionals présente douze questions au premier ministre de la Colombie-Britannique, John Horgan, ainsi qu’à l’agent de santé de la province, la Dre Bonnie Henry, et au ministre de la Santé, Adrian Dix.( Vaccine Choice Canada ) – Lettre ouverte au Dr Bonnie Henry, Adrian Dix et au premier ministre John Horgan. Nous sommes un groupe de professionnels de la santé extrêmement préoccupés de la vallée de l’Okanagan, en Colombie-Britannique. Alors que la discussion sur les traitements complémentaires et alternatifs sûrs et efficaces est étouffée, les politiques de vaccins expérimentaux obligatoires et de passeports vaccinaux sont imposées à notre province, notre pays et de nombreux autres pays dans le monde. S’adressant au Dr Henry, à M. Dix et à M. Horgan : Nous – en tant que professionnels de la santé et citoyens – attendons et méritons des réponses qui répondent directement à ces préoccupations. Proclamer que les thérapies vaccinales sont « sûres et efficaces » est trompeur et sloganiste. Les rapports de blessures liées au vaccin augmentent chaque jour, mais sont pourtant ignorés. Nous assistons à une augmentation de la maladie COVID survenant chez des individus entièrement vaccinés et, irrationnellement, cela est suivi d’une promesse de rappels obligatoires . Le manque de réponses et les informations vagues fournies au cours des 18 derniers mois et plus n’inspirent pas confiance aux Britanno-Colombiens. Ce manque de transparence a entraîné des divisions sans précédent parmi les citoyens, les familles et les amis. Il y a des individus qui sont fâchés que certains citoyens concernés ne se conforment pas et comparent notre situation actuelle à l’Holocauste. Bien que cela puisse sembler extrême, l’Holocauste a également commencé avec le petit retrait des libertés, comme nous le voyons aujourd’hui. Cette atrocité historique a commencé comme une suppression lente et apparemment innocente des droits par le gouvernement, mais s’est rapidement transformée en un contrôle des médias, une division entre des groupes de personnes et des limitations à ce qu’une partie sélectionnée de la société pouvait faire. De cette façon, le citoyen ordinaire devenait facilement un ennemi de l’État. Aujourd’hui, un récit unilatéral et politique, alimenté par les politiciens et les médias, provoque une division similaire. Lorsqu’un seul côté de l’histoire est mis à la disposition du public, il est facile de comprendre comment des individus peuvent devenir mécontents d’autres citoyens qui se battent pour maintenir leur liberté et leur autonomie corporelle. Un agenda politique est clairement mis en avant ici, et le refus de répondre aux questions et aux préoccupations des professionnels de la santé et des citoyens de la Colombie-Britannique en dit long. Nous espérons que toute la Colombie-Britannique et le Canada examineront attentivement les informations contenues dans ce document et se joindront à nous pour exiger des réponses claires, directes et véridiques. Vous devez reconnaître et reconnaître les problèmes auxquels notre pays est confronté avec nos médias et avec nos supposés dirigeants. Nous sommes sur une trajectoire dangereuse et nous devons nous ARRÊTER — MAINTENANT ! Le contrôle de l’information par les médias et la censure des médecins, scientifiques et avocats bien informés et expérimentés empêchent l’accès aux deux côtés de l’histoire. L’introduction de « vérificateurs de faits » – qui appartiennent à 100 % à Big Tech, Big Pharma et Big Media – sont payés pour censurer quiconque ne soutient pas le discours du gouvernement. Les outils d’intimidation, de coercition et de corruption sont utilisés pour diviser notre société, et tout cela se passe sous nos yeux. Évidemment, ce type de comportement n’est pas le reflet de bonnes personnes avec de bonnes idées ; au contraire, il s’agit d’une activité criminelle. Des groupes de médecins forment des réseaux internationaux pour enquêter sur les mesures de santé publique et pour soulever des questions et des préoccupations. Nous appelons tous les Canadiens à se joindre au mouvement en croissance rapide des citoyens ordinaires qui se dressent contre la tyrannie et la violation de nos droits et libertés humains ! Veuillez répondre directement, clairement et honnêtement aux 12 questions ci-dessous, en faisant référence aux données de la recherche scientifique sur lesquelles vous fondez vos décisions et politiques :

1.) Perspective de décès – Il y a actuellement ZÉRO décès dus à COVID-19 pour les 12-19 ans en Colombie-Britannique, et 12 décès chez TOUS les enfants âgés de 0 à 19 ans dans TOUT le Canada  Question : Pourquoi faites-vous pression agressivement sur des enfants de 12 à 19 ans pour qu’ils reçoivent le vaccin expérimental COVID-19 alors qu’AUCUN DÉCÈS n’est survenu dans ce groupe d’âge en raison de COVID-19 en Colombie-Britannique à ce jour, selon le BC Center for Disease Control ? Contexte : En général, nous avons observé une mortalité extrêmement faible en Colombie-Britannique et à travers le Canada à cause de la COVID-19. Comme indiqué dans le lien précédent, seuls deux décès liés à la  COVID-19 sont survenus au cours des 18 derniers mois dans la tranche d’âge de 0 à 11 ans en Colombie-Britannique. Aucun décès n’est survenu dans la tranche d’âge de 12 à 19 ans. Dans ces décès d’enfants, l’influence des comorbidités n’a pas été révélée. Sur le site Web du BCCDC , dans le rapport de situation indiqué ci-dessous dans les notes de bas de page, ces statistiques peuvent être consultées à la page 9. Avec seulement 2 décès survenant chez le million d’enfants et d’adolescents âgés de 0 à 19 ans qui résident en Colombie-Britannique, pourquoi envisageons-nous même d’imposer les vaccinations, les masques, l’isolement et les restrictions à l’école ? La Colombie-Britannique a une population de 5,17 millions de personnes. Au 21 août 2021, il y avait eu un total de 1 804 décès dus ou liés à COVID-19. Ces décès sont survenus au cours d’une période de plus de 18 mois face à COVID-19 dans notre province. Un calcul supplémentaire démontre que cela représente un taux de mortalité annuel COVID-19 de 0,023 % pour l’ensemble de la population de la Colombie-Britannique. Un risque de décès annuel de 0,023 %, fortement biaisé en faveur des personnes âgées présentant des comorbidités, justifie-t-il une politique vaccinale obligatoire et un passeport vaccinal ? De plus, dans la tranche d’âge de 0 à 59 ans, il y a eu 127 décès liés à ou à cause de COVID-19 dans l’ensemble de la Colombie-Britannique sur une durée de plus de 18 mois. Pourquoi cette information n’est-elle pas ouvertement partagée ? Ces données ne représentent-elles pas une réalité bien différente de ce que l’on est amené à croire dans les médias et dans vos conférences de presse ? Le nombre total de personnes qui, selon le gouvernement du Canada, sont décédées de la COVID-19 (pas nécessairement de la COVID-19) depuis le début de la pandémie est de 26 873 au 3 septembre 2021. Vous pouvez consulter ces chiffres directement sur le gouvernement du Canada InfoBase , en utilisant le lien (trouver la figure 7, et changer la liste déroulante en « décédé »). Vous y trouverez la répartition des 26 873 décès totaux dus au COVID-19 par groupe d’âge au Canada. Pour voir ces chiffres ici, nous montrons à la fois le nombre total de décès en Colombie-Britannique et au CANADA, dits AVEC COVID-19, ventilés par âge, et le pourcentage de ces décès par âge, au cours des 18 derniers mois :

  • 0-19 ans = 2 (0 %) C.-B. 12 (0 %) Canada
  • 20-29 ans = 0 (0 %) C.-B. 68 (0,3 %) Canada
  • 30-39 ans = 2 (0 %) C.-B. 152 (0,6 %) Canada
  • 40-49 ans = 16 (0,8 %) C.-B. 354 (1,3 %) Canada
  • 50-59 ans = 30 (0,16 %) C.-B. 1 033 (3,8 %) Canada
  • 60-69 ans = 77 (0,4 %) C.-B. 2 620 (9,7 %) Canada
  • 70-79 ans = 178 (9,8 %) C.-B. 5 747 (20,5 %) Canada
  • 80 ans et plus = 1 117 (62 %) C.-B. 17 160 (63,9 %) Canada
  •  Total des décès = 1 804 (100 %) C.-B. 26 872 (100 %) Canada
  •  Population totale = 5 145 851 C.-B. 38 067 903 Canada

Cela devrait surprendre tous les Canadiens qu’il y ait eu un total de 12 enfants âgés de 0 à 19 ans dans l’ensemble du pays qui sont morts AVEC (pas nécessairement DE) COVID-19 en 18 mois et plus. Les comorbidités n’ont pas été rendues publiques. Avec ces données, il est raisonnable de se demander pourquoi le gouvernement cherche à vacciner tous les enfants pour les « protéger » ? Il est évident qu’ils n’ont pas besoin de protection. Si nous comparons cela au nombre de 0-19 ans au Canada qui meurent généralement de la grippe (la grippe) chaque année, la pression de la santé publique sur les enfants pour qu’ils se fassent vacciner devient encore plus troublante. La seule ventilation indiquée pour la pédiatrie (en supposant l’âge de 0 à 16 ans) au Canada a montréque 10 enfants sont morts de la grippe en 2018 sur une période de 12 mois. Les données sur les décès d’enfants dus à la grippe âgés de 0 à 19 ans n’ont pas été présentées, ce qui rend difficile la comparaison précise, mais les chiffres sont toujours révélateurs. Selon le gouvernement du Canada, dix enfants de 0 à 16 ans sont morts de la grippe en 12 mois contre 12 enfants qui sont morts de la COVID-19 au cours des 18 derniers mois (proportionnellement 8 enfants par 12 mois). Cela signifie que COVID-19 est moins dangereux que la grippe pour ce groupe d’âge. Pourquoi alors le gouvernement fait-il pression sur les enfants pour qu’ils se fassent vacciner ? Étant donné que 84,3% de toutes les personnes qui seraient décédées  avec  COVID-19 ont 70 ans et plus, et 94% de toutes les personnes qui seraient décédées  avec  COVID-19 ont 60 ans et plus, comment justifiez-vous une demande publique restrictions sanitaires sur le reste de la population ?

2.) Test PCR – Test non valide utilisé pour créer la peur sur la base de plus de 90 % de faux positifs 

Question : Pourquoi utilisons-nous toujours des tests de réaction en chaîne par polymérase (PCR) pour détecter les cas de COVID-19 en Colombie-Britannique ? Contexte : L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a initialement déclaré que les tests PCR étaient le « gold standard » pour les tests COVID-19, le recommandant comme test universel (en date du 21 mars 2020, recommandations de stratégie de test en laboratoire pour les directives provisoires COVID-19) . Maintenant, l’OMS admet ce que les scientifiques disent depuis le début de la pandémie, que le test PCR n’est pas un outil de diagnostic précis, et recommande en fait un protocole de test complètement différent . En outre, le Center for Disease Control (CDC) des États-Unis a déclaré qu’il demanderait à la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis de retirer son autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) du test PCR à compter du 31 décembre 2021. L’ensemble de la pandémie et les restrictions associées sont basées sur le nombre de « cas » ; cependant, le nombre de « cas » est basé sur un résultat positif au test PCR. Ces tests PCR gonflent faussement le nombre de « cas » de personnes malades du COVID-19. Cela crée de la peur et des statistiques trompeuses. Il est important de noter que l’inventeur du test PCR, Kary Mullis, a déclaré à plusieurs reprises que « les tests PCR ne peuvent pas être utilisés pour détecter des virus ». Il est maintenant admis que la PCR ne peut pas faire la différence entre un rhume, la grippe ou tout autre virus ou variante. De plus, la PCR ne peut pas différencier la matière vivante de la matière morte, ce qui signifie si quelque chose est infectieux ou non. De plus, l’ancien vice-président de Pfizer et directeur scientifique, le Dr Michael Yeadon a annoncé « … ce n’est rien d’autre qu’une campagne de peur basée sur la science indésirable et la fraude ». Lui aussi affirme que « presque tous » les tests effectués pour le coronavirus de Wuhan (COVID-19) sont des « faux positifs », un phénomène qui a été observé en Floride et dans le monde. Pourtant, nous continuons à utiliser des tests PCR pour fabriquer la peur et la conformité. Depuis qu’il s’est exprimé, le Dr Yeadon a été censuré et diffamé afin d’empêcher la distribution et de discréditer les informations critiques qu’il partage. Il a risqué sa réputation, sa carrière et sa vie pour partager cette information. Le Dr Yeadon s’est associé à un groupe de 160 médecins, qui sont d’accord avec les questions concernant le récit COVID-19. Pourquoi ces professionnels hautement qualifiés se mettraient-ils volontairement dans cette position, où il y a tant à perdre et rien à gagner, à part essayer de sauver les gens du mal ? Les références du Dr Yeadon sont impressionnantes et comprennent : BSc (avec distinction en biochimie et toxicologie) PhD (pharmacologie), anciennement vice-président et directeur scientifique des allergies et des voies respiratoires, Pfizer Global R&D ; Co-fondateur et PDG, Ziarco Pharma Ltd.; Consultant indépendant (scientifique) (Royaume-Uni). Il est interdit en vertu de la  Loi sur la non-discrimination génétique du Canada d’exiger qu’une personne passe un test génétique tel que le test PCR comme condition d’emploi ou comme condition pour fournir des biens ou des services à cette personne. Il est également interdit à toute personne de recueillir, d’utiliser ou de divulguer les résultats d’un test génétique d’un individu sans le consentement écrit de l’individu. Toute personne impliquée dans une infraction à cette loi est passible d’une amende pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison et jusqu’à 1 000 000 $ d’amende. Nous notons que toutes vos ordonnances sanitaires contreviennent à cette loi et que vous encouragez les employeurs et les propriétaires d’entreprise à faire de même. Pourquoi n’informez-vous pas le public de la responsabilité légale et des conséquences en vertu de la GNDA ?

3.) Cas – Un terme et un nombre galvaudés qui ne signifient rien dans le diagnostic réel de la maladie 

Question : Qu’est-ce qui constitue réellement un cas légitime de COVID-19 ? Contexte : Vous déclarez qu’un cas est confirmé sur la base d’un test PCR positif ; cependant, conformément à la question n°2, nous savons que ces tests se sont révélés inexacts (90 % de faux positifs). De plus, le cycle des tests PCR (souvent au-delà de 35+ amplifications) est mal utilisé pour la détection de ce virus. Avec la connaissance de ces faux positifs gonflés , nous ne devrions absolument pas les compter comme des « cas ».

4.) Propagation – Les individus vaccinés propagent le COVID-19 autant ou plus que les individus non vaccinés 

Question : Sur quelle science ou information vous appuyez-vous lorsque vous dites dans vos ordonnances sanitaires que les personnes non vaccinées sont plus à risque que les personnes vaccinées d’être infectées et de transmettre la COVID-19, ou que la présence d’un membre du personnel non vacciné constitue un danger pour la santé en vertu de la Loi sur la santé publique? Contexte : Plusieurs études ainsi que les données du CDC démontrent que les personnes vaccinées ont un potentiel élevé de propagation de la variante COVID-19 Delta. Il a été bien documenté que les personnes vaccinées peuvent propager le virus et le font. Une étude médicale récemment publiée a révélé que l’infection par COVID-19 confère une protection considérablement plus durable et plus forte contre la variante delta que les vaccins actuels. Les personnes vaccinées ont été trouvés être 27 fois plus susceptibles d’avoir une infection Covid-19 symptomatique que ceux qui ont une immunité naturelle de Covid 19. Pourquoi sommes – nous de la discrimination contre les personnes non vaccinées, lorsque l’écart se produit clairement aussi parmi les personnes vaccinées? De plus, il a été prouvé que ceux qui ont eu une infection naturelle au COVID-19 ont une protection à plus long terme et plus robuste par rapport à ceux avec le vaccin.

5.) Variantes – Les vaccins sont à l’origine des variantes, et les vaccinés sont plus affectés par les souches variantes que ceux qui ont une immunité naturellement conférée 

Question : Quelle source regardez-vous lorsque vous déclarez que la ou les variantes sont causées par des individus non vaccinés ? Contexte : le Dr Byram W. Bridle (professeur d’immunologie virale à l’Université de Guelph) explique que, de la même manière que la résistance aux antibiotiques, les variantes de COVID-19 sont causées par le fait qu’elles ne tuent pas complètement le virus, ce qui permet une mutation. Par conséquent, seules les personnes vaccinées peuvent créer les variantes. Comme pour toute variante, comme l’indiquent également les CDC et l’OMS, les mutations conduisent à une souche virale plus faible et plus transmissible. C’est pourquoi la variante Delta n’aura pas le même potentiel de décès que la souche COVID-19 d’origine. Comme en témoigne le Dr Bridle, l’application continue des vaccinations COVID 19, et en outre des rappels, exacerbera le développement de plus de variantes. Enfin, il n’y a pas de preuve actuelle cela suggère que les individus non vaccinés sont à l’origine d’une augmentation des cas.

6.) Efficacité des vaccins – Exposer le taux d’efficacité réel des vaccins et les problèmes d’approbation 

Question : Pourquoi la réduction du risque relatif (RRR) gonflée de 94,0 % est-elle utilisée dans les rapports sur l’efficacité du vaccin au lieu de la réduction du risque absolu (ARR) de moins de 1,0 % ? Sur quelles informations vous appuyez-vous lorsque vous dites que les vaccins préviennent ou réduisent le risque d’infection par COVID-19 ? Contexte : La promotion du RRR au lieu du ARR induit la population en général en erreur, exacerbant le concept non factuel selon lequel ces vaccins empêchent de contracter et de propager le COVID-19. La Bibliothèque nationale du site de médecine liés états « … l’absence de l’ARR dans les essais Covid-19 peut conduire à un biais de rapports sur les résultats qui influe sur l’interprétation de l’ efficacité du vaccin. » Dire que les vaccinations sont efficaces de 94,0 à 95,0 % est très trompeur , car les gens supposent souvent que cela signifie qu’ils ont 94,0 % de chances de ne pas tomber malades à cause de COVID-19. Ce n’est pas vrai. Expliquer comment RRR et ARR fonctionnent en termes simples nécessite beaucoup de détails. En simplifiant cette information, RRR signifie le risque qu’un événement de santé se produise dans un groupe d’individus vaccinés par rapport à un groupe d’individus non vaccinés. Ce nombre est incorrectement interprété pour représenter que 94 personnes vaccinées sur 100 seront protégées contre le COVID-19. Bien que ce nombre soit convaincant, il s’agit d’une déclaration incorrecte concernant ce que signifie 94%. Ce nombre ne vous dit pas quelles sont vos chances de tomber malade si vous vous faites vacciner. La valeur la plus précieuse et la plus précise qui doit être utilisée est celle de l’ARR. L’ARR représente la probabilité réelle de  risque de maladie entre les groupes placebo (individus non vaccinés) et traitement (individus vaccinés). Les données ARR directement de Pfizer et Moderna ont été calculées à 0,7 % et 1,1 % respectivement. En revanche, le RRR calculé comme étant de 95,0% et 94,0% pour Pfizer et Moderna, respectivement. Voir le résumé dans ce document du NIH qui présente les données RRR/ARR du vaccin provenant directement de Pfizer et Moderna. Si les individus savaient que les vaccinations actuelles ne confèrent qu’une réduction de 0,7% à 1,1% des chances de tomber malade avec COVID-19, auraient-ils quand même pris le vaccin compte tenu de ses risques ? Il est impératif de préciser que les vaccins COVID-19 n’empêchent PAS COVID-19, ni n’arrêtent la transmission de COVID-19. Les vaccins ont été conçus uniquement pour réduire la gravité des symptômes chez la personne qui reçoit le vaccin. Comme discuté précédemment, le virus est toujours transmissible par les individus vaccinés et non vaccinés. Des cas révolutionnaires se produisent régulièrement chez des individus complètement vaccinés à un rythme croissant, ce qui pousse à l’exigence de vaccinations de rappel. La pression exercée par le gouvernement pour exiger des vaccinations de rappel à ce stade précoce ne sert qu’à confirmer que le programme de vaccination d’origine est un échec.

7.) Sécurité des vaccins, statistiques sur les blessures – Il manque des détails complets sur l’ampleur des blessures et des décès liés au vaccin  

Question :  Où est la transparence des statistiques et des détails actuels concernant le nombre de blessures et de décès liés au vaccin en Colombie-Britannique ? Contexte : Les statistiques et les données sur les effets indésirables sont impératives pour s’assurer que les Britanno-Colombiens peuvent exercer leur droit constitutionnel au consentement éclairé libre et volontaire. Ces informations doivent être présentées quotidiennement, à côté des numéros de « cas » COVID-19, afin que les gens puissent décider s’ils souhaitent accepter librement les vaccinations expérimentales. Le site Web du gouvernement du Canada sur les blessures causées par les vaccins indiquait au 3 septembre 2021 que 14 101 effets indésirables avaient été signalés. Sur ces 14 101 rapports d’effets indésirables, 3 768 ont actuellement été signalés comme étant graves. Les effets indésirables « graves » comprennent la mort ; cependant, les nombres de décès ne sont pas enregistrés séparément dans cette base de données. Pourquoi ce manque de transparence ? Plus précisément, le 3 septembre, un rapport publié discrètement par Santé publique Ontario a signalé que 106 jeunes de moins de 25 ans avaient été hospitalisés pour une inflammation cardiaque à la suite d’une vaccination par l’ARNm.

Ces blessures et décès liés au vaccin ne surviennent pas seulement au Canada, mais partout dans le monde : (UE Blessure due au vaccin : 1,9 million, Décès dus au vaccin : 20 595)27 (US Vaccine blessure signalée dans VAERS : 650 075, Vaccine deaths : 13 911) pourtant, les vrais chiffres ne sont pas divulgués avec précision, voire pas du tout. Les enquêtes montrent que très peu de blessures et de décès liés au vaccin sont réellement approuvés et signalés aux agences d’information gouvernementales. Un article de Harvard déclare que « les fabricants de vaccins doivent se conformer aux exigences plus étendues du §600.80 du CFR. Parce que le VAERS est un système de notification passif, de nombreuses réactions indésirables aux vaccins peuvent ne pas être signalées ». Enfin, l’ étude Harvard Pilgrim  déclare : « De même, moins de 1 % des événements indésirables liés aux vaccins sont signalés. Les faibles taux de notification empêchent ou ralentissent l’identification des médicaments et vaccins « à problèmes » qui mettent en danger la santé publique. » Le Dr Patrick Phillips, médecin urgentiste en Ontario, a déclaré que les formulaires ne sont pas faciles à remplir et qu’ils sont très lourds. Le Dr Phillips a également reçu quelques rapports marqués comme « invalides ». Il est essentiel de comparer correctement le risque de COVID-19 au risque de blessure due au vaccin sachant qu’ils ne sont pas entièrement divulgués. C’est encore plus important quand on voit les pharmacies inclure plus d’ avertissements sur les vaccins. Un véritable essai clinique de ce vaccin inclurait la transparence où les agents de santé fourniraient clairement les détails des blessures causées par le vaccin et suivraient pleinement ces événements sans hésitation. Sans ces informations et données, un consentement libre et éclairé ne peut pas être obtenu. Les liens inclus ci-dessus ne sont que quelques-uns des systèmes de signalement, mais les chiffres sont toujours très élevés et montrent beaucoup plus de blessures que ce qui devrait être acceptable pour n’importe quel PHO ou gouvernement.

8.) Passeports  – Ne seront PAS temporaires et bientôt les 2 injections ne seront PAS suffisants pour obtenir un passeport valide 

Question : Vous avez récemment déclaré que les passeports vaccins seraient temporaires, expirant à la fin janvier 2022. Cependant, avec 1 milliard de dollars offert comme incitatif par le gouvernement du Canada aux provinces qui mettent en place ce système, il est difficile d’imaginer cela. système sera mis au rebut d’ici le 31 janvier 2022, après seulement 5 mois d’utilisation. Il est difficile de se fier à votre déclaration compte tenu de ce que vous avez dit le 25 mai 2021 à la télévision (voir 2h52 dans la vidéo). « … il n’y a aucun moyen que nous recommandions que les inégalités soient augmentées par l’utilisation de choses comme les passeports vaccinaux pour les services, pour l’accès public ici en Colombie-Britannique, et c’est mon conseil et j’ai le soutien du premier ministre et j’en ai parlé Ministre Dix et d’autres. Le premier ministre Trudeau a pris un engagement similaire envers les Canadiens le 14 janvier 2021 (voir 3:30 dans la même vidéo). Les études actuelles (liées précédemment) montrent que les individus vaccinés propagent également le COVID-19. Cela soulève la question suivante : si toutes les personnes propagent le virus, pourquoi ségrégeons-nous les gens ? S’il est compréhensible que les personnes entièrement vaccinées aient hâte d’obtenir leur passeport afin que la vie « puisse reprendre son cours normal » ou qu’elles « puissent voyager », elles doivent être informées qu’une fois qu’un rappel est obligatoire, leur passeport ne sera plus considérés comme valables jusqu’à leur publication 7 jours après avoir reçu un rappel. Les pays du monde qui sont ! La mise en œuvre de programmes de rappel indique déjà que des rappels seront nécessaires pour maintenir un passeport vaccinal valide et à jour. Le système de rappel veillera à ce que ce cercle vicieux ne se termine jamais et il faudra des rappels réguliers du vaccin pour garder son passeport valide.

9.) Traitements – Il existe de meilleurs traitements pour les patients hospitalisés et à domicile qui peuvent réduire la gravité de la maladie et le décès 

Question : Pourquoi n’utilisons-nous pas d’antiviraux approuvés et bien documentés comme l’ivermectine approuvée par la FDA ? Pourquoi ne fournissons-nous aucun traitement ambulatoire à domicile alors que d’autres médecins dans de nombreux pays le font avec succès ? Contexte : Les médecins évitent ou sont interdits de prescrire des produits pharmaceutiques connus pour soulager les symptômes du COVID-19 sans danger, tels que l’ivermectine. La tournure négative donnée à l’ivermectine par les médias grand public, selon laquelle elle n’est utilisée que chez les chevaux, n’est pas vraie. Ces déclarations faites à propos de l’ivermectine sont malveillantes et fausses car elle est utilisée de manière sûre et efficace depuis des années chez l’homme. En 2015, William C. Campbell, chercheur émérite à l’Université Drew de Madison, New Jersey et Satoshi Omura, professeur émérite à l’Université Kitasato au Japon, ont conjointement reçu la moitié du prix Nobel pour leurs travaux sur l’ivermectine découverte en 1975 et approuvée. pour une utilisation sûre chez l’homme en 1987. En prononçant sa conférence du prix Nobel le 7 décembre 2015, le Dr Campbella confirmé l’innocuité et l’efficacité de l’utilisation de l’ivermectine chez l’homme, et a noté qu’une partie de la recherche révolutionnaire a été réalisée en partenariat avec l’OMS, la Banque mondiale et d’autres. Il a été noté qu’en raison de son excellent profil d’innocuité et de son large spectre d’activité, l’ivermectine a été cataloguée par l’Organisation mondiale de la santé comme un médicament essentiel et est considérée par beaucoup comme une « solution miracle » pour la santé mondiale. Le 9 février 2021, le président de l’Association médicale de Tokyo, Haruo Ozaki, a annoncé que l’ivermectine semblait être efficace pour arrêter le COVID-19 et a publiquement recommandé à tous les médecins du Japon de commencer immédiatement à utiliser l’ivermectine pour traiter le COVID-19. Il est intéressant de noter que ce n’est que depuis le début de la pandémie de COVID-19 que l’OMS a changé sa position sur l’efficacité de l’ivermectine. Alors que l’OMS admet toujours que l’ivermectine figure sur sa liste de médicaments essentiels (et donc sans danger), l’OMS dit maintenant simplement que les preuves à l’appui de l’utilisation de l’ivermectine comme traitement efficace pour le COVID-19 ne sont pas concluantes et que le groupe d’élaboration de lignes directrices qu’ils convoquée n’a pas examiné l’utilisation de l’ivermectine pour prévenir le COVID-19. On ne peut que spéculer sur les raisons pour lesquelles ce groupe n’a pas été invité à se pencher sur cette question essentielle. L’OMS dit seulementque cette question sortait du cadre des lignes directrices actuelles. Il semblerait que ces vaccins expérimentaux beaucoup plus chers qui ont été mis sur le marché en vertu d’une autorisation d’utilisation d’urgence uniquement, sans tests et contrôles appropriés, seraient au moins aussi peu concluants que l’ivermectine sûre et éprouvée. De plus, l’hydroxychloroquine est un traitement approuvé et bien connu. Les professionnels de la santé ont été contraints et contraints de prescrire des médicaments moins efficaces, voire nocifs. Les décès associés aux événements indésirables liés aux médicaments (c’est-à-dire liés à l’utilisation du Remdesivir ) doivent être considérés comme un décompte distinct des décès liés au COVID-19, car ces décès auraient pu être évités si ces produits pharmaceutiques efficaces avaient été mis en œuvre en temps opportun. Des remèdes maison simples tels que le zinc, la vitamine D, la vitamine C, la N-acétylcystéine et la quercétine sont également bien connus et  efficaces pour aider les patients COVID-19 à se rétablir. Le Dr Vladimir Zelenko a ouvert la voie avec ces traitements. En revanche, de nombreux médecins renvoient toujours des patients atteints de COVID-19 chez eux sans aucune de ces options de traitement. Pourquoi n’avez-vous pas promu d’autres traitements efficaces en dehors des vaccins expérimentaux, ou même des choix de vie sains et de la vitamine D, puisqu’il est clair que l’obésité, l’hypertension artérielle et l’inactivité étaient en grande partie responsables des décès liés au COVID-19 ? Le contraire s’est produit avec vos politiques de verrouillage, de fermeture de parcs, de gymnases, de programmes sportifs et de création de peur et d’anxiété par le biais de messages médiatiques constants. Ceux-ci abaissent tous la fonction du système immunitaire et augmentent la pression artérielle, ce qui est un résultat indésirable.

10.) Définition et nombre de vaccinés vs non vaccinés

Question : Pourquoi avez-vous rendu la définition de vacciné et non vacciné dans vos ordonnances de santé publique si trompeuse et contraire à l’entendement commun ? Pourquoi utilisez-vous des définitions différentes de ce que signifie être « vacciné » dans vos différents ordres de santé qui sont toujours en vigueur ? Contexte : Dans votre ordonnance sanitaire provinciale du 20 août 2021, qui a déjà disparu du site Web du gouvernement de la Colombie-Britannique, vous définissez « vacciné » comme toute personne qui est 14 jours après la réception de la série complète d’un vaccin approuvé par l’OMS, ou une combinaison de vaccins approuvés par l’OMS. Cela signifie que toute personne malade ou hospitalisée avec COVID-19 dans les 13 jours suivant sa 2e injection est considérée comme « non vaccinée ». C’est exactement comme les gens qui ont eu une injection et qui sont comptés dans les statistiques que vous mettez en avant. Ces définitions sont très trompeuses et contribuent à promouvoir le faux récit selon lequel les non vaccinés sont à l’origine de la tendance à la hausse des « cas ». Vous avez fait allusion au fait que des rappels seront probablement nécessaires en Colombie-Britannique, du moins pour certaines populations. Comme nous assistons au déploiement dans d’autres pays, nous prévoyons que le plan sera d’exiger que tout le monde ait un ou plusieurs boosters à terme. Une fois que 2 injections ne sont plus ce qui est recommandé comme une série complète de vaccins COVID-19 approuvés par l’OMS, alors aucun Britanno-Colombien ne sera considéré comme « vacciné » jusqu’à ce qu’un vaccin de rappel soit pris. En outre, il a été noté que l’OMS n’approuve pas le mélange et l’appariement des vaccins. Ceci est contraire à votre définition de « vacciné » dans votre ordre de santé actuel dans lequel vous approuvez cette pratique. L’OMS dit que cela ne devrait pas être fait à moins que des preuves à l’appui ne soient disponibles. Sur quelles preuves vous appuyez-vous pour dire aux Britanno-Colombiens que le mélange et l’appariement des vaccins COVID-19 sont acceptables ou sûrs ? L’OMS recommande que si quelqu’un a mélangé et apparié 2 vaccins différents, aucune dose supplémentaire de l’un ou l’autre vaccin ne doit être administrée à cette personne. Pourquoi ignorez-vous ce conseil ? Sur quelle science vous appuyez-vous ? Enfin, Dr Bonnie Henry, vous avez discrètement émis un arrêté sanitaire supplémentaire le 31 août 2021, remplaçant l’arrêté sanitaire du 20 août 2021. Le nouvel arrêté émis le 31 août 2021 a supprimé certains termes et en a ajouté d’autres, notamment la modification de la définition de « vacciné » de 14 jours après une série complète de vaccination approuvée par l’OMS, à 7 jours après la vaccination d’une série complète approuvée des vaccins approuvés par l’OMS. Votre ordonnance sanitaire du 2 septembre 2021 relative aux mesures préventives du personnel de soins en établissement Covid-19  utilise la même période de 7 jours. Sur quelle science vous appuyez-vous pour justifier ce changement, car vous avez déjà déclaré qu’il faut 14 jours pour que les vaccins fonctionnent ?

11.) Tests uniquement pour les personnes non vaccinées — 20 août 2021, 31 août 2021 et 2 septembre 2021 Ordonnances sanitaires  

Question : Dans votre arrêté de santé publique du 20 août 2021 — et maintenant du 31 août 2021 et du 2 septembre 2021 — vous n’exigez que des personnes non vaccinées qu’elles subissent un test rapide d’antigène et un test PCR. Cela survient malgré les preuves et les recherches scientifiques montrant que les individus vaccinés sont nettement plus susceptibles de contracter la variante Delta que les individus non vaccinés. Vous dites également dans votre ordonnance sanitaire du 2 septembre 2021 que vous n’autoriserez l’embauche d’aucun membre du personnel après le 11 octobre 2021 à moins qu’il ne réponde à votre définition de « vacciné ». Sur quelle science vous appuyez-vous pour justifier cette politique de dépistage et de discrimination à l’encontre des citoyens non vaccinés ? Contexte : Vous continuez à déclarer que vous suivez la science, cependant, vous n’avez encore fourni AUCUNE référence à la science que vous suivez bien qu’on vous ait demandé cette information à plusieurs reprises au cours des 18 derniers mois et plus. Nous exigeons que vous soyez transparent et honnête avec le public que vous servez en publiant les études scientifiques et les données sur lesquelles vous vous appuyez pour soutenir vos politiques et vos ordonnances de santé sur le site Web du gouvernement de la Colombie-Britannique aux côtés de vos ordonnances de santé publique afin que nous puissions examiner ces informations.

12.) Masques – sous serment, le Dr Bonnie Henry a admis qu’il y a peu de preuves que les masques sont efficaces pour empêcher la propagation du virus de la grippe, mais a estimé que cela peut être un outil coercitif efficace lorsque le personnel refuse d’accepter un vaccin 

Question : Où est la preuve que votre masque prescrit dans vos ordonnances sanitaires fonctionne réellement ? Vous définissez les « couvre-visages » dans votre ordonnance sanitaire du 2 septembre 2021 comme incluant un masque médical, ou un masque non médical, ou un tissu tissé serré, mais n’incluant pas un écran facial en plastique transparent. Où est la preuve qu’un masque non médical, ou un morceau de tissu tissé serré, est un moyen efficace de prévenir la propagation d’un virus ? Contexte : Le témoignage sous serment du Dr Henry en 2015 lors d’une audience d’arbitrage en Ontario en tant que témoin expert pour le Sault Area Hospital (SAH) et l’Ontario Hospital Association (OHA) contre l’Ontario Nurses Association (ONA) est instructif. Le problème dans cet arbitrage était que l’hôpital exigeait que les travailleurs de la santé portent des masques chirurgicaux/d’intervention chaque année tout au long de la saison grippale de 5 à 6 mois s’ils n’avaient pas été vaccinés contre la grippe. Le Syndicat des infirmières a allégué que la politique était un exercice déraisonnable des droits de gestion et une violation des droits à la vie privée des employés. Au moment où le Dr Henry a plaidé en faveur de la politique, elle était l’administratrice provinciale adjointe de la santé pour la Colombie-Britannique. Le témoignage du Dr Henry lors de cette audience d’arbitrage est étrangement similaire au récit qu’elle a raconté aux Britanno-Colombiens au sujet du virus COVID-19. Le Dr Henry était un ardent partisan de la propagation asymptomatique, du fait que les infirmières et les travailleurs de la santé non vaccinés devraient porter des masques, et a soutenu l’obligation de forcer les employés à porter des masques en raison du choix de ne pas se faire vacciner. En contre-interrogatoire, le Dr Henry a admis à contrecœur (au paragraphe 161 de la décision arbitrale) qu’il n’y avait pas beaucoup de preuves pour soutenir la suggestion que l’excrétion asymptomatique conduit en fait à une transmission efficace du virus. Au paragraphe 178 de la décision arbitrale, l’arbitre note que le Dr Henry a conclu après avoir admis que « je ne suis pas un grand fan de la pièce de masquage », qu’« il n’y a pas beaucoup de preuves pour soutenir l’utilisation du masque… » Au paragraphe 219, le témoignage du Dr Henry est résumé en partie comme suit : C’est une question difficile et nous nous y sommes débattus. Je ne suis pas un grand fan de la pièce de masquage. Je pense qu’il s’agissait d’une alternative raisonnable lorsqu’il y avait un besoin de faire pour sentir que nous faisions de notre mieux pour essayer de réduire les risques. J’ai essayé d’être assez clair dans mon rapport sur le fait que les preuves à l’appui du masquage ne sont pas aussi importantes et ce n’est certainement pas une aussi bonne mesure. Dans l’arbitrage, le Syndicat des infirmières et infirmiers a soutenu que le Dr Henry avait joué un rôle déterminant dans l’introduction de la politique « vacciner ou masquer » en Colombie-Britannique (paragraphe 256) et que, par conséquent, l’objectivité du Dr Henry était suspecte. L’arbitre a préféré le témoignage d’autres experts au témoignage du Dr Henry et de ses collègues. L’arbitre a noté que le Dr Henry a défendu les politiques de vaccins ou de masques comme moyen de prévenir la transmission des travailleurs de la santé non vaccinés à leurs patients avant l’apparition des symptômes ou en cas d’infection asymptomatique (paragraphe 287). Cependant, l’arbitre a également noté (au paragraphe 294) que, bien que le Dr Henry ait déclaré qu’il y avait « des preuves que les personnes se sont excrétées avant d’être symptomatiques et des preuves de transmission », mais « il n’y a pas beaucoup de preuves autour de ces éléments ». Deux autres experts qui ont témoigné au nom de l’hôpital, dont l’un a reconnu son expertise, ont tous deux admis que les preuves d’une propagation asymptomatique étaient « rares ». L’arbitre a statué (au paragraphe 297), tout en « gardant à l’esprit les concessions faites au sujet de la qualité de la preuve par le Dr McGeer et le Dr Henry », que l’opinion suivante d’un autre expert était plus exacte : Bien que les personnes asymptomatiques puissent excréter le virus de la grippe, les études n’ont pas déterminé si ces personnes transmettent efficacement la grippe… Sur la base de la littérature disponible, nous avons constaté qu’il y a peu de preuves, voire aucune, que les personnes asymptomatiques ou pré-symptomatiques jouent un rôle important dans la transmission.  » L’arbitre a statué que le but et l’effet du masquage sur la sécurité des patients n’étaient pas établis sur la base de la preuve et que l’exigence de « vaccin ou masque » était réduite à un « outil coercitif », une situation qui serait troublante si elle était établie. L’arbitre a également noté (au paragraphe 326) la reconnaissance par le Dr Henry que le port d’une masse pouvait raisonnablement être considéré comme une « conséquence » du refus de consentir à la vaccination. L’arbitre a conclu (paragraphe 327) que la politique de vaccins ou de masques n’offrait pas un objectif d’accommodement légitime pour les travailleurs de la santé qui s’opposent consciencieusement à la vaccination, mais ressemblait plutôt à un choix inacceptable de Hobson (libre choix). L’arbitre n’a pas accepté l’argument selon lequel obliger le personnel non vacciné à porter un masque peut encourager une vaccination véritablement volontaire, et l’arbitre n’a pas accepté non plus que le maintien du groupe d’employés minoritaires qui choisissent de porter un masque réfute l’aspect effectivement coercitif d’une politique de vaccin ou de masque. L’arbitre a noté qu’une des infirmières a dit à ses gestionnaires que « j’avais l’impression d’être exposée publiquement pour avoir choisi de ne pas me faire vacciner contre la grippe. Je lui ai dit que j’avais l’impression d’être victime d’intimidation et de harcèlement. L’arbitre a conclu que la politique relative aux vaccins ou aux masques était déraisonnable et contrevenait aux principes de KVP. Semblables  conclusions ont été faites par un autre arbitre en 2018 impliquant l’Hôpital St. Michael et l’Association des hôpitaux de l’ Ontario c. L’Association des infirmières et infirmiers de l’ Ontario. La politique sur les vaccins ou les masques en cause dans les arbitrages des infirmières et infirmiers de l’Ontario est très similaire à ce qui se passe en Colombie-Britannique avec la COVID-19. Tout comme l’arbitre a conclu qu’une politique de masquage équivalait à un outil coercitif troublant, vos politiques exigeant des tests antigéniques rapides, des tests PCR et le masquage comme condition d’emploi, n’est rien de plus qu’un outil coercitif pour faire pression sur les gens pour qu’ils acceptent le test expérimental. vaccin. Comme l’arbitre l’a jugé en 2015, une politique à cet effet est « troublante ». Vous avez déclaré à plusieurs reprises dans vos briefings télévisés en 2020 que les masques n’étaient pas efficaces pour empêcher la propagation du virus COVID-19. Maintenant, vous prétendez que les masques fonctionnent et que vous n’avez jamais dit qu’ils ne fonctionnaient pas. Il y a un écart flagrant entre les déclarations que vous avez faites sous serment en 2015 et dans vos briefings télévisés en 2020, par rapport à ce que vous dites maintenant dans vos ordonnances sanitaires actuelles en 2021. Veuillez vous référer aux études supplémentaires publiées confirmant que les masques ne sont pas efficaces . De plus, la vidéo du Dr Byram Bridle  démontre également que même le port de 5 masques n’empêche pas les gouttelettes de s’échapper et n’empêche certainement pas le virus COVID-19 de passer à travers un masque non médical ou des vêtements tissés serrés. Exiger que les gens portent des masques nuit à l’utilisateur en réduisant la disponibilité de l’oxygène, en augmentant la croissance bactérienne dans le tissu des masques, entraîne des problèmes sociaux pour les personnes qui ne peuvent pas se masquer pour des raisons médicales, crée des déchets de matériaux et d’argent, et contribue à davantage de pollution et impact environnemental négatif. Veuillez fournir les preuves sur lesquelles vous vous appuyez pour prouver que les masques fonctionnent.

Appel à l’action :

Dr Henry, M. Dix et M. Horgan, les citoyens de cette province vous demandent de répondre à ces questions, directement et honnêtement. Les Britanno-Colombiens ne toléreront plus le piétinement de nos droits, la ségrégation et la division entre voisins et familles Nous respectons les différentes perspectives et opinions; Cependant, tout le monde mérite de voir les preuves scientifiques sur lesquelles vous vous appuyez pour justifier vos ordonnances de santé publique. Tous les Britanno-Colombiens vous remercient d’avance de votre réponse tant attendue. À nos concitoyens de la Colombie-Britannique, vous êtes nos amis et notre famille, et nous avons besoin que vous examiniez attentivement les informations ci-dessus et que vous soyez ouvert à ce qui se dit. Nous vous exhortons à vous joindre à nous pour lutter pour le rétablissement de nos libertés et mettre fin aux restrictions qui n’ont aucun fondement scientifique et qui ne visent qu’à promouvoir la peur et la division et à donner au gouvernement le contrôle de nos vies. Il est maintenant temps de prendre position, avant qu’il ne soit trop tard. Veuillez partager ceci avec tous vos amis, votre famille, les médias et tous ceux auxquels vous pouvez penser. Sincèrement,

Voix de professionnels de la santé de l’Okanagan réduits au silence  The Voices of Silenced Okanagan Health Professionals est un groupe concerné de professionnels de la santé qui choisissent de rester anonymes en raison de menaces de discipline et de licenciement, par nos divers organes directeurs professionnels, pour tous ceux qui osent remettre en question le récit du gouvernement de la Colombie-Britannique sur les politiques COVID-19 . Toute la documentation et les sites Web liés dans l’article ont été archivés pour préserver leur contenu.

Une réflexion sur “ Les médecins exigent des réponses du gouvernement de la Colombie-Britannique au sujet de l' » agenda politique Klaus Schwab  » des plans d’action de COVID

  1. La vérité, nous la connaissons. Personne n’en parle, les medias sont tous payés pour taire la vérité sur ce virus qui a permis de commettre des assassinats avec un vaccin qui n’en est pas vraiment un et a permis à de nombreux pays à de venir des dictatures en maltraitant des personnes avec des masques entre autres. Ce sois disant vaccin qui, comme l’a dit Bill Gates sera donné et redonné toute leur vie à certaines personnes qui veulent avoir un pass pour vivre normalement, ils ne savent pas qu’ils sont malades et dangereux pour les autres ne vivant pas une vie normale. En lisant tout, je me suis sentie très mal, ne croyant plus à la fin du tunnel. Je préfère mourir, je l’avoue. J’aurais préféré une 3ème guerre mondiale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.