6 00 5 minutes 1 mois 261

 

Un nourrisson du Nouveau-Mexique est tombé inexplicablement malade avec une forte fièvre et est décédé des semaines après que sa mère a reçu le vaccin COVID-19 de Pfizer.

Le service de déclaration des événements indésirables des Centers for Disease Control and Prevention a enregistré le décès du nourrisson deux semaines seulement après que sa mère, 36 ans, a reçu sa première dose de vaccin Pfizer le 17 juillet.

Le bébé de six semaines avait développé des caillots sanguins dans ses «artères gravement enflammées», selon un registre du Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS) .

 

Données sur les effets indésirables du Vaccine Adverse Event Reporting System. (Capture d’écran via The BL/MedAlerts.org)

La mère savait que quelque chose n’allait pas après que son fils ait développé de la fièvre. Son médecin soupçonnait une infection bactérienne d’avoir causé les symptômes du bébé et lui a prescrit des antibiotiques par voie intraveineuse.

« Ils n’ont jamais trouvé de bactéries spécifiques, [et ont appelé son diagnostic] septicémie à culture négative », a déclaré la mère dans le rapport du VAERS . « À la fin de son séjour à l’hôpital, il a été testé positif au rhinovirus. »

Cependant, le médicament n’a pas empêché divers « symptômes étranges », notamment des paupières enflées, des éruptions cutanées étranges et des vomissements.

« Je l’ai ramené à l’hôpital le 15 juillet, où il s’est présenté avec ce qu’ils ont appelé une maladie de Kawasaki atypique », a déclaré la mère selon la publication.

Elle a été horrifiée de découvrir que son paquet de joie est décédé peu de temps après de multiples caillots de sang dans ses artères gravement enflammées.

La maladie de Kawasaki affecte principalement les jeunes enfants et survient rarement lorsque le système immunitaire attaque accidentellement les vaisseaux sanguins. Les vaisseaux sanguins deviennent enflammés et peuvent devenir plus étroits ou entièrement fermés selon LifeSite News .

La mère en deuil a remis en question sa décision médicale éclairée de se faire vacciner contre la maladie mortelle à plusieurs reprises. Elle se demande si les protéines de pointe auraient pu se retrouver dans son lait maternel et écourter la vie de son fils après l’avoir nourri.

« Je suis curieuse de savoir si la protéine de pointe aurait pu passer par le lait maternel et provoquer une réponse inflammatoire chez mon enfant », a-t-elle déclaré. « Ils disent que la maladie de Kawasaki se présente de manière très similaire au syndrome inflammatoire multi systémique chez les enfants qu’ils voient dans les infections post COVID. »

Moderna, Johnson & Johnson, Pfizer Laboratoires et d’autres vaccins à acide ribonucléique messager (ARNm) sont généralement injectés dans la partie supérieure du bras. Une fois que l’ARNm est à l’intérieur du corps, les cellules musculaires suivent des instructions génétiques qui leur indiquent comment produire des protéines de pointe. Ces morceaux microscopiques du virus COVID-19 génèrent théoriquement des anticorps contre le virus.

« S’ils savent que les anticorps passent par le lait maternel comme une bonne chose, alors pourquoi la protéine de pointe ne passerait-elle pas également par le lait maternel et pourrait-elle causer des problèmes ? » elle a dit.

Une étude d’échantillon en juillet n’a trouvé aucune trace d’ARNm dans le lait maternel. Cependant, les mêmes chercheurs disent que davantage de données sont nécessaires pour mieux déterminer l’effet des vaccins sur la lactation.

« Aucun des échantillons n’a montré de niveaux détectables d’ARNm du vaccin dans aucun composant du lait », ont conclu les chercheurs après avoir analysé 13 échantillons de lait maternel de sept femmes vaccinées.

L’Organisation mondiale de la santé recommande toujours aux mères qui allaitent de se faire vacciner contre le COVID-19. Il ne recommande pas d’interrompre l’allaitement après avoir reçu le vaccin.

De nombreuses mères ont refusé de se faire vacciner ou ont cessé d’allaiter par crainte que le vaccin n’altère le lait maternel.

6 commentaires sur « Un bébé de 6 semaines tombe malade et meurt après la vaccination Pfizer de sa mère »

  1. personnellement, j’éprouve beaucoup d’empathie pour cette situation. J’essaie d’imaginer comment nous, la collectivité humaine devrions réagir pour sortir de cette situation de toujours : dominants / dominés. S’il y a des dominants, c’est que certaines personnes ont besoin d’un ascendant, d’une emprise, d’une captation des moyens financiers d’autrui et, en contre partie, il faut que la masse des citoyens se méprisent eux-mêmes, pour passer sous le joug des autres : cesser de réfléchir pour ne pas se casser la tête, être optimisme dans le sens où l’optimisme paraît à priori un comportement plus facile, mais plus lâche, alors que la vie est un combat.
    Je propose à chacun quelque chose de difficile mais qui, in fine, au bout d’une quarantaine d’années, j’en ai 78, me donne plutôt satisfaction sur le plan éthique. C’est : respect – lucidité – positivité. Ce n’est certainement pas facile tous les jours mais, au moins et même avec une conscience délicate, peut-on se regarder dans une glace.
    Mais mon but, croyez-moi, c’est que la situation désastreuse de ces deux personnes : mère et bébé tende à ne plus jamais se reproduire. J’aimerais vos idées pour une démarche agissante.

    Je vois la philosophie/ mentalité orientale, du Japon par exemple, qui apprécie la Responsabilité avec d’autres yeux que nous. Exemple : une voiture est volée. Nous, occidentaux voyons le voleur comme étant le responsable. Mais s’il s’agit par exemple d’une belle décapotable au bord du trottoir et que les clés sont au volant, les japonais voient l’automobiliste comme étant le responsable du vol.

    1. Vous avez raison sur tout. Comment pouvons nous faire quelque chose, nous ne sommes pas arrivés à convaincre au début, pourtant nous avons continué. Tant que ces vaccinés seront contre nous, voulu par Macron, on ne peut rien faire.

    1. Cela est une bonne question. Si elle a vu qu’il était malade et avait pensé à cela, je pense qu’il aurait pu être sauvé si cela été fait avant le drame. Ce bébé était malade. Pour la mère, cela doit être horrible de savoir que sans le vouloir, elle a tué son bébé. Je ne comprends pas pourquoi elle s’est faite vacciner. Je pense qu’elle a cru le protéger du virus et c’est l’inverse que cela a fait

  2. C’est ce que je craignais pour les bébés. Une mère qui fait vacciner son bébé sans réfléchir, ne m’étonne nullement. Combien y en aura t-il comme cela puisque personne ne bouge

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.