1 00 6 minutes 2 mois 248

Selon un récent rapport de Reuters, Pfizer devrait tirer des avantages financiers considérables de ses ventes de vaccins alors que la société devient le jab préféré.

Selon les résultats du premier trimestre publiés par Pfizer cette semaine, son vaccin contre le coronavirus a généré des revenus de 3,5 milliards de dollars pour le géant biopharmaceutique au cours des trois premiers mois de 2021.

Les résultats financiers ont également révélé que Pfizer a largement dépassé ses prévisions de ventes de vaccins Covid-19 de 15 milliards de dollars, et s’attend désormais à ce que le jab rapporte plus de 30 milliards de dollars de revenus en 2021 – une augmentation de 73% par rapport aux chiffres précédemment anticipés.

« Pfizer Inc a  augmenté ses prévisions de ventes pour 2021 pour son vaccin COVID-19 de 29% à 33,5 milliards de dollars et a déclaré qu’il pensait que les gens auraient besoin d’une troisième dose du vaccin développé avec le partenaire allemand BioNTech pour maintenir une protection élevée contre le virus.

La société a déclaré qu’elle pourrait demander une autorisation d’utilisation d’urgence (EUA) pour une dose de rappel dès août. »

Pfizer travaille également apparemment sur des traitements pour COVID-19, tandis que plus de 700 études montrent déjà qu’il existe actuellement sur le marché plusieurs traitements approuvés par la FDA extrêmement efficaces.

Pfizer a été extrêmement agressif en essayant de protéger les détails de ses accords internationaux sur le vaccin COVID19. Cependant, l’un de leurs contrats aurait fuité .

L’ accord divulgué provenait du gouvernement albanais, et il couvre non seulement la fabrication de vaccins, mais aussi pour « tout dispositif, technologie ou produit utilisé dans l’administration.

L’accord montre que les pays ne sont pas autorisés à échapper à leur contrat, qui stipule que même si un médicament est trouvé pour traiter COVID19, le contrat ne peut pas être annulé.

De nombreux utilisateurs de Twitter affirment que c’est pourquoi l’ivermectine et d’autres traitements, dont l’ efficacité a été prouvée scientifiquement , ont été supprimés par les gouvernements et les médias.

Les pays ne sont pas non plus autorisés à retourner le produit, pour quelque raison que ce soit.

« Pfizer n’acceptera, en aucune circonstance, aucun retour de produit (ou de dose)… aucun retour de produit ne peut avoir lieu en aucune circonstance. »

Le document révèle également que le pays d’Albanie payait 12 $ par dose pour environ 250 000 unités.

Un haut dirigeant de Pfizer a déclaré en février que le fabricant de médicaments visait à facturer plus après «l’environnement de prix pandémique», et un analyste influent a déclaré que la société pourrait viser des prix 3 à 4 fois plus élevés.

Lors d’un  appel aux résultats  plus tôt ce mois-ci, le directeur financier Frank D’Amelio a déclaré qu’« évidemment », la société « obtiendra davantage de prix » après « l’environnement de tarification pandémique ».

D’Amelio a expliqué que Pfizer s’attend à ce que ses marges de vaccin COVID s’améliorent. Dans le cadre d’un accord d’approvisionnement en cas de pandémie, Pfizer facturait 19,50 $ US par dose, soit plus de 7 $ de plus par dose que ce que l’Albanie paie.

 

 

Les pays n’ont pas non plus le droit « de retenir, de compenser, de récupérer ou de débiter tout montant dû à Pfizer, que ce soit en vertu du présent Accord ou autrement, contre tout autre montant qui lui est dû (ou qui lui est dû et dû) par Pfizer ou un Affilié de Pfizer.

DailyVeracity a récemment documenté la chute de l’efficacité des vaccins Pfizer dans le monde, ainsi que la recrudescence des événements indésirables et des décès liés aux vaccins.

L’accord porte sur les effets potentiels à long terme et l’efficacité.

« L’acheteur reconnaît… que les effets à long terme et l’efficacité du vaccin ne sont pas actuellement connus et qu’il peut y avoir des effets indésirables du vaccin qui ne sont pas actuellement connus. »

Le contrat stipule également que les pays ne peuvent pas tenir Pfizer pour responsable en cas de problème avec les vaccins, et si des poursuites judiciaires surviennent, les gouvernements doivent défendre Pfizer et payer pour leur défense.

« L’acheteur accepte par la présente d’indemniser, de défendre et de dégager de toute responsabilité Pfizer, BioNTech (et) leurs sociétés affiliées…  »

« (Pfizer) informera l’Acheteur des Pertes pour lesquelles il demande une indemnisation… Dès cette notification, l’Acheteur assumera rapidement la conduite et le contrôle de la défense de ces Réclamations indemnisées au nom de (Pfizer) »

Cependant, « Pfizer aura le droit d’assumer le contrôle de cette défense… et l’Acheteur devra payer toutes les Pertes, y compris, sans s’y limiter, les honoraires d’avocat raisonnables et autres dépenses encourues. »

Le contrat doit rester confidentiel pendant 10 ans selon l’accord.

« Les dispositions de la présente section 10 (Informations confidentielles) survivront à la résiliation ou à l’expiration du présent accord pendant une période de dix (10) ans »

 

 

 

Comme ce poste ?

 

 

Une réflexion sur “ Une fuite présumée d’un contrat Pfizer montre pourquoi les pays suppriment d’autres traitements pour le COVID

  1. Je connaissais l’existence de ce contrat étant dit aussi sur Facebook. Je ne comprends pas qu’on puisse accepter et garde run tel contrat illégal et ne pas l’attaquer, étant clair et net que leur vaccin tue. Quel pouvoir ont ils vraiment pour qu’on les laisse faire cette magouille au dépens des personnes que l’on vaccine par obligation ? Pourquoi Macron aurait signé ce contrat ? Normal, il fait parti des actionnaires de PFIZER. Cela veut dire que Pfizer continuera à nous vendre des vaccins dangereux que l’on forcera à accepter sans bouger ? Il n’en est pas question pas, préfèrant mourir normalement et naturellement.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.