7 00 34 minutes 4 mois 378

Un groupe de 57 scientifiques, médecins et experts politiques de premier plan a publié un rapport remettant en question la sécurité et l’efficacité des vaccins COVID-19 actuels et appelle désormais à l’arrêt immédiat de tous les programmes de vaccination. Nous vous invitons à lire et à partager ce rapport accablant.

Il y a deux certitudes concernant la distribution mondiale des vaccins Covid-19. La première est que les gouvernements et la grande majorité des médias grand public poussent de toutes leurs forces pour que ces médicaments expérimentaux soient administrés au plus grand nombre de personnes possible. La seconde est que ceux qui sont prêts à faire face au mépris qui accompagne le fait de poser des questions sérieuses sur les vaccins sont des acteurs essentiels dans notre effort permanent pour diffuser la vérité.

Vous pouvez lire une copie avancée de ce manuscrit en préimpression ci-dessous. Il a été préparé par près de cinq douzaines de médecins, de scientifiques et d’experts en politique publique très respectés à travers le monde pour être envoyé de toute urgence aux dirigeants mondiaux ainsi qu’à tous ceux qui sont associés à la production et à la distribution des différents vaccins Covid-19 en circulation aujourd’hui.

Il y a encore beaucoup trop de questions sans réponse concernant la sécurité, l’efficacité et la nécessité des vaccins Covid-19. Cette étude est une bombe qui devrait être entendue par tous, quelle que soit leur opinion sur les vaccins. Il n’y a pas assez de citoyens qui posent des questions. La plupart des gens se contentent de suivre les ordres des gouvernements mondiaux, comme s’ils avaient gagné notre entière confiance. Ce n’est pas le cas. Ce manuscrit est un pas en avant en termes de responsabilité et de libre circulation de l’information sur ce sujet crucial. Veuillez prendre le temps de le lire et de le partager largement.

Vaccination de masse contre le SRAS-CoV-2 : Des questions urgentes sur la sécurité des vaccins qui exigent des réponses de la part des agences sanitaires internationales, des autorités réglementaires, des gouvernements et des concepteurs de vaccins.


Roxana Bruno1, Peter McCullough2, Teresa Forcades i Vila3, Alexandra Henrion-Caude4, Teresa García-Gasca5, Galina P. Zaitzeva6, Sally Priester7, María J. Martínez Albarracín8, Alejandro Sousa-Escandon9, Fernando López Mirones10, Bartomeu Payeras Cifre11, Almudena Zaragoza Velilla10, Leopoldo M. Borini1, Mario Mas1, Ramiro Salazar1, Edgardo Schinder1, Eduardo A Yahbes1, Marcela Witt1, Mariana Salmeron1, Patricia Fernández1, Miriam M. Marchesini1, Alberto J. Kajihara1, Marisol V. de la Riva1, Patricia J. Chimeno1, Paola A. Grellet1, Matelda Lisdero1, Pamela Mas1, Abelardo J. Gatica Baudo12, Elisabeth Retamoza12, Oscar Botta13, Chinda C. Brandolino13, Javier Sciuto14, Mario Cabrera Avivar14, Mauricio Castillo15, Patricio Villarroel15, Emilia P. Poblete Rojas15, Bárbara Aguayo15, Dan I. Macías Flores15, Jose V. Rossell16, Julio C. Sarmiento17, Victor Andrade-Sotomayor17, Wilfredo R. Stokes Baltazar18, Virna Cedeño Escobar19, Ulises Arrúa20, Atilio Farina del Río21, Tatiana Campos Esquivel22, Patricia Callisperis23, María Eugenia Barrientos24, Karina Acevedo-Whitehouse5,*.

  • 1 Epidemiólogos Argentinos Metadisciplinarios. République d’Argentine.
  • 2 Baylor University Medical Center. Dallas, Texas, États-Unis.
  • 3 Monestir de Sant Benet de Montserrat, Montserrat, Espagne.
  • 4 INSERM U781 Hôpital Necker-Enfants Malades, Université Paris Descartes-Sorbonne Cité, Institut Imagine, Paris, France.
  • 5 School of Natural Sciences. Université autonome de Querétaro, Querétaro, Mexique.
  • 6 Professeur retraité d’immunologie médicale. Universidad de Guadalajara, Jalisco, Mexique.
  • 7 Médicos por la Verdad Puerto Rico. Centre médical Ashford. San Juan, Porto Rico.
  • 8 Professeur retraité de processus de diagnostic clinique. Université de Murcie, Murcie, Espagne
  • 9 Urologue Hôpital Comarcal de Monforte, Université de Saint-Jacques-de-Compostelle, Espagne.
  • 10 Biólogos por la Verdad, Espagne.
  • 11 Biologiste à la retraite. Université de Barcelone. Spécialisé en microbiologie. Barcelone, Espagne.
  • 12 Centre de médecine intégrative MICAEL (Medicina Integrativa Centro Antroposófico Educando en Libertad). Mendoza, République d’Argentine.
  • 13 Médicos por la Verdad Argentina. République d’Argentine. ‘
  • 14 Médicos por la Verdad Uruguay. República Oriental del Uruguay.
  • 15 Médicos por la Libertad Chile. República de Chile.
  • 16 Médecin, spécialiste en orthopédie. République du Chili.
  • 17 Médecins pour la Vérité Pérou. República del Perú.
  • 18 Médecins pour la Vérité Guatemala. République du Guatemala.
  • 19 Concepto Azul S.A. Équateur.
  • 20 Médicos por la Verdad Brasil. Brésil.
  • 21 Médicos por la Verdad Paraguay.
  • 22 Médicaments pour le Costa Rica.
  • 23 Médecins pour la vérité Bolivie.
  • 24 Médicos por la Verdad El Salvador.

Correspondance : Karina Acevedo-Whitehouse, karina.acevedo.whitehouse@uaq.mx

Résumé


Depuis le début de l’épidémie de COVID-19, la course aux essais de nouvelles plateformes conçues pour conférer une immunité contre le SRAS-CoV-2, a été effrénée et sans précédent, conduisant à l’autorisation d’urgence de divers vaccins. Malgré les progrès réalisés en matière de polychimiothérapie précoce pour les patients atteints du COVID-19, le mandat actuel consiste à immuniser la population mondiale le plus rapidement possible. L’absence de tests approfondis sur les animaux avant les essais cliniques, et l’autorisation basée sur des données de sécurité générées lors d’essais qui ont duré moins de 3,5 mois, soulèvent des questions quant à la sécurité de ces vaccins. Le rôle récemment identifié de la glycoprotéine Spike du SRAS-CoV-2 dans l’induction de lésions endothéliales caractéristiques du COVID-19, même en l’absence d’infection, est extrêmement pertinent étant donné que la plupart des vaccins autorisés induisent la production de la glycoprotéine Spike chez les receveurs. Compte tenu du taux élevé de survenue d’effets indésirables et du large éventail de types d’effets indésirables signalés à ce jour, ainsi que du potentiel de renforcement de la maladie induit par le vaccin, de l’immunopathologie Th2-, de l’auto-immunité et de l’évasion immunitaire, il est nécessaire de mieux comprendre les avantages et les risques de la vaccination de masse, en particulier dans les groupes qui ont été exclus des essais cliniques. Malgré les appels à la prudence, les risques de la vaccination contre le SRAS-CoV-2 ont été minimisés ou ignorés par les organismes de santé et les autorités gouvernementales. Nous appelons à la nécessité d’un dialogue pluraliste dans le contexte des politiques de santé, en mettant l’accent sur les questions critiques qui nécessitent des réponses urgentes si nous voulons éviter une érosion mondiale de la confiance du public dans la science et la santé publique.


Introduction


Depuis que le COVID-19 a été déclaré pandémie en mars 2020, plus de 150 millions de cas et 3 millions de décès ont été signalés dans le monde. Malgré les progrès réalisés en matière de polychimiothérapie ambulatoire précoce pour les patients à haut risque, qui ont permis de réduire de 85 % les hospitalisations et les décès dus au COVID-19 [1], le paradigme actuel de contrôle est la vaccination de masse. Bien que nous reconnaissions les efforts déployés pour le développement, la production et l’autorisation d’urgence des vaccins contre le SRAS-CoV-2, nous sommes préoccupés par le fait que les risques ont été minimisés ou ignorés par les organisations de santé et les autorités gouvernementales, malgré les appels à la prudence [2-8].

Les vaccins contre d’autres coronavirus n’ont jamais été approuvés pour les humains, et les données générées lors du développement de vaccins contre les coronavirus conçus pour susciter des anticorps neutralisants montrent qu’ils peuvent aggraver la maladie COVID-19 par le biais d’un renforcement dépendant des anticorps (ADE) et d’une immunopathologie Th2, quelle que soit la plateforme vaccinale et le mode d’administration [9-11]. On sait que l’aggravation de la maladie induite par le vaccin chez les animaux vaccinés contre le SRAS-CoV et le MERS-CoV se produit après une provocation virale, et elle a été attribuée aux complexes immuns et à la capture virale médiée par le Fc par les macrophages, qui augmentent l’activation des lymphocytes T et l’inflammation [11-13].

En mars 2020, des immunologistes spécialisés dans les vaccins et des experts en coronavirus ont évalué les risques liés au vaccin contre le SRAS-CoV-2 en se fondant sur les essais de vaccins contre le SRAS-CoV effectués sur des modèles animaux. Le groupe d’experts a conclu que les EIM et l’immunopathologie constituaient une réelle préoccupation, mais a déclaré que leur risque était insuffisant pour retarder les essais cliniques, même si une surveillance continue serait nécessaire [14]. Bien qu’il n’y ait pas de preuve évidente de la survenue d’un EIM et d’une immunopathologie liée au vaccin chez des volontaires immunisés avec des vaccins contre le SRAS-CoV-2 [15], les essais de sécurité menés jusqu’à présent n’ont pas abordé spécifiquement ces effets indésirables graves (EIG). Étant donné que le suivi des volontaires n’a pas dépassé 2 à 3,5 mois après la deuxième dose [16-19], il est peu probable que de tels EIG aient été observés. Malgré92 erreurs de déclaration, on ne peut ignorer que, même en tenant compte du nombre de vaccins administrés, selon le US Vaccine Adverse Effect Reporting System (VAERS), le nombre de décès par million de doses de vaccin administrées a été multiplié par plus de 10. Nous pensons qu’il est urgent d’engager un dialogue scientifique ouvert sur la sécurité des vaccins dans le contexte de l’immunisation à grande échelle. Dans cet article, nous décrivons certains des risques de la vaccination de masse dans le contexte des critères d’exclusion des essais de phase 3 et discutons des EIG signalés dans les systèmes nationaux et régionaux d’enregistrement des effets indésirables. Nous soulignons les questions restées sans réponse et attirons l’attention sur la nécessité d’une approche plus prudente de la vaccination de masse.


Critères d’exclusion de l’essai de phase 3 sur le SRAS-CoV-2


À quelques exceptions près, les essais de vaccination contre le SRAS-CoV-2 excluaient les personnes âgées [16-19], ce qui rend impossible l’identification de l’éosinophilie et de l’inflammation accrue post-vaccinales chez les personnes âgées. Des études sur les vaccins contre le SRAS-CoV ont montré que les souris âgées immunisées présentaient un risque particulièrement élevé d’immunopathologie Th2 potentiellement mortelle [9,20]. Malgré ces preuves et les données extrêmement limitées sur l’innocuité et l’efficacité des vaccins contre le SRAS-CoV-2 chez les personnes âgées, les campagnes de vaccination de masse se sont dès le départ concentrées sur ce groupe d’âge. La plupart des essais ont également exclu les volontaires enceintes et allaitantes, ainsi que les personnes souffrant de maladies chroniques et graves telles que la tuberculose, l’hépatite C, l’auto-immunité, les coagulopathies, le cancer et l’immunodépression [16-29], bien que ces personnes se voient aujourd’hui proposer le vaccin sous prétexte de sécurité.

Un autre critère d’exclusion de presque tous les essais était l’exposition préalable au SRAS-CoV-2. Cette situation est regrettable, car elle a empêché d’obtenir des informations extrêmement pertinentes sur l’EIM post-vaccinale chez les personnes qui ont déjà des anticorps anti-SARS-Cov-2. À notre connaissance, l’EAD ne fait pas l’objet d’une surveillance systématique pour tous les groupes d’âge ou d’état de santé auxquels le vaccin est actuellement administré. De plus, malgré le fait qu’une proportion importante de la population possède déjà des anticorps [21], les tests visant à déterminer le statut des anticorps anti-SRAS-CoV-2 avant l’administration du vaccin ne sont pas effectués de façon systématique.

Les effets indésirables graves des vaccins contre le SRAS-CoV-2 passeront-ils inaperçus ?


Le COVID-19 englobe un large spectre clinique, allant d’une pathologie pulmonaire très légère à une pathologie pulmonaire grave, en passant par une maladie multi-organique mortelle accompagnée d’une dysrégulation inflammatoire, cardiovasculaire et de la coagulation sanguine [22-24]. En ce sens, les cas d’EIM ou d’immunopathologie liés aux vaccins seraient cliniquement indiscernables des cas graves de COVID-19 [25]. En outre, même en l’absence du virus SRAS-CoV-2, la glycoprotéine Spike seule provoque des lésions endothéliales et de l’hypertension in vitro et in vivo chez le hamster syrien en régulant à la baisse l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2) et en altérant la fonction mitochondriale [26]. Bien que ces résultats doivent être confirmés chez l’homme, les implications de cette découverte sont stupéfiantes, car tous les vaccins autorisés en cas d’urgence sont basés sur la délivrance ou l’induction de la synthèse de glycoprotéines de l’épi. Dans le cas des vaccins à ARNm et des vaccins vectorisés par adénovirus, aucune étude n’a examiné la durée de la production de Spike chez l’homme après la vaccination. En vertu du principe de précaution, il est parcimonieux de considérer que la synthèse du Spike induite par le vaccin pourrait provoquer des signes cliniques de COVID-19 sévères et être comptabilisée à tort comme de nouveaux cas d’infections par le SRAS-CoV-2. Si tel est le cas, les véritables effets indésirables de la stratégie de vaccination mondiale actuelle pourraient ne jamais être reconnus, à moins que des études n’examinent spécifiquement cette question. Il existe déjà des preuves non causales d’une augmentation temporaire ou durable138 des décès dus au COVID-19 après la vaccination dans certains pays (Fig. 1) et, compte tenu de la pathogénicité du Spike, ces décès doivent être étudiés en profondeur pour déterminer s’ils sont liés à la vaccination.

Effets indésirables imprévus des vaccins contre le SRAS-CoV-2


L’auto-immunité est une autre question cruciale à prendre en compte étant donné l’ampleur mondiale de la vaccination contre le SRAS-CoV-2. Le SRAS-CoV-2 possède de nombreuses protéines immunogènes, et tous ses épitopes immunogènes, sauf un, présentent des similitudes avec des protéines humaines [27]. Ces protéines peuvent constituer une source d’antigènes et entraîner une auto-immunité [28]. S’il est vrai que les mêmes effets pourraient être observés lors d’une infection naturelle par le SRAS-CoV-2, la vaccination est destinée à la majorité de la population mondiale, alors qu’on estime que seulement 10 % de la population mondiale a été infectée par le SRAS-CoV-2, selon le Dr Michael Ryan, responsable des urgences à l’Organisation mondiale de la santé. Nous n’avons pas été en mesure de trouver des preuves qu’un des vaccins actuellement autorisés a trié et exclu les épitopes immunogènes homologues afin d’éviter une auto-immunité potentielle due à un amorçage pathogène.

Certains effets indésirables, notamment des troubles de la coagulation sanguine, ont déjà été signalés chez des personnes vaccinées jeunes et en bonne santé. Ces cas ont conduit à la suspension ou à l’annulation de l’utilisation des vaccins ChAdOx1-nCov-19 et Janssen à vecteur adénoviral dans certains pays. Il a maintenant été proposé que la vaccination avec le ChAdOx1-nCov-19 puisse entraîner une thrombocytopénie thrombotique immunitaire (TTIP) médiée par des anticorps activant les plaquettes contre le facteur plaquettaire 4, qui imite cliniquement la thrombocytopénie auto-immune induite par l’héparine [29]. Malheureusement, ce risque a été négligé lors de l’autorisation de ces vaccins, bien que la thrombocytopénie induite par les adénovirus soit connue depuis plus de dix ans et qu’il s’agisse d’un événement constant avec les vecteurs adénoviraux [30]. Le risque de TIV serait vraisemblablement plus élevé chez les personnes déjà exposées à un risque de caillots sanguins, notamment les femmes qui utilisent des contraceptifs oraux [31], d’où la nécessité pour les cliniciens de conseiller leurs patients en conséquence.

Au niveau de la population, il pourrait également y avoir des répercussions liées aux vaccins. Le SRAS-CoV-2 est un virus à ARN à évolution rapide qui a produit jusqu’à présent plus de 40 000 variantes [32,33], dont certaines affectent le domaine antigénique de la glycoprotéine Spike [34,35]. Compte tenu des taux de mutation élevés, la synthèse d’anticorps anti-SARS-CoV-2-Spike induite par le vaccin pourrait théoriquement entraîner des réponses sous-optimales contre des infections ultérieures par d’autres variantes chez les personnes vaccinées [36], un phénomène connu sous le nom de  » péché antigénique originel  » [37] ou d’amorçage antigénique [38]. On ne sait pas dans quelle mesure les mutations qui affectent l’antigénicité du SRAS-CoV-2 se fixent au cours de l’évolution virale [39], mais il est plausible que les vaccins agissent comme des forces sélectives à l’origine de variants plus infectieux ou plus transmissibles. Compte tenu de la grande similitude entre les variants connus du SRAS-CoV-2, ce scénario est peu probable [32,34], mais si les futurs variants devaient différer davantage au niveau des épitopes clés, la stratégie de vaccination mondiale pourrait avoir contribué à façonner un virus encore plus dangereux. Ce risque a récemment été porté à l’attention de l’OMS dans une lettre ouverte [40].

Discussion


Les risques décrits ici constituent un obstacle majeur à la poursuite de la vaccination mondiale contre le SRAS-CoV-2. Il est nécessaire d’obtenir des preuves de l’innocuité de tous les vaccins contre le SRAS-CoV-2 avant d’exposer un plus grand nombre de personnes au risque de ces expériences, car la mise sur le marché d’un vaccin candidat sans que l’on ait le temps de comprendre pleinement son impact sur la santé pourrait conduire à une exacerbation de la crise mondiale actuelle [41]. La stratification des risques des destinataires du vaccin est essentielle. Selon le gouvernement britannique, les personnes âgées de moins de 60 ans ont un risque extrêmement faible de mourir du COVID-191 187 . Cependant, selon Eudravigillance, la plupart des effets indésirables graves consécutifs à la vaccination contre le SRAS-CoV-2 surviennent chez les personnes âgées de 18 à 64 ans. Le calendrier de vaccination prévu pour les enfants âgés de 6 ans et plus aux États-Unis et au Royaume-Uni est particulièrement préoccupant. Le Dr Anthony Fauci a récemment prévu que les adolescents de tout le pays seront vaccinés à l’automne et les enfants plus jeunes au début de 2022, et le Royaume-Uni attend les résultats d’essais pour commencer la vaccination de 11 millions d’enfants de moins de 18 ans. Il n’y a aucune justification scientifique à soumettre des enfants en bonne santé à des vaccins expérimentaux, étant donné que les Centers for Disease Control and Prevention estiment qu’ils ont un taux de survie de 99,997 % s’ils sont infectés par le SRAS-CoV-2. Non seulement le COVID-19 n’est pas une menace pertinente pour ce groupe d’âge, mais il n’existe aucune preuve fiable de l’efficacité des vaccins dans cette population ou de l’absence d’effets secondaires nocifs de ces vaccins expérimentaux. En ce sens, lorsque les médecins conseillent à leurs patients l’administration élective du vaccin COVID-19, il y a un grand besoin de mieux comprendre les avantages et les risques de l’administration, en particulier dans les groupes peu étudiés.

En conclusion, dans le contexte de l’autorisation précipitée de l’utilisation d’urgence des vaccins contre le SRAS-CoV-2, et des lacunes actuelles dans notre compréhension de leur innocuité, les questions suivantes doivent être soulevées :

  • Sait-on si les anticorps à réaction croisée provenant d’infections antérieures par des coronavirus ou les anticorps induits par le vaccin206 peuvent influencer le risque de pathogenèse involontaire après la vaccination par COVID-19 ?
  • Le risque spécifique d’EIM, d’immunopathologie, d’auto-immunité et d’effets indésirables graves a-t-il été clairement divulgué aux personnes vaccinées afin de respecter la norme d’éthique médicale de compréhension du patient pour le consentement éclairé ? Si ce n’est pas le cas, quelles en sont les raisons, et comment cela pourrait-il être mis en œuvre ?
  • Quelle est la raison d’être de l’administration du vaccin à chaque individu alors que le risque de mourir du COVID-19 n’est pas le même pour tous les groupes d’âge et toutes les conditions cliniques et que les essais de phase 3 ont exclu les personnes âgées, les enfants et les conditions spécifiques fréquentes ?
  • Quels sont les droits légaux des patients s’ils sont lésés par un vaccin contre le SRAS-CoV-2 ? Qui couvrira les coûts du traitement médical ? Si les réclamations devaient être réglées avec des fonds publics, le public a-t-il été informé que les fabricants de vaccins ont obtenu l’immunité et que leur responsabilité d’indemniser les personnes lésées par le vaccin a été transférée aux contribuables ?
  • Dans le contexte de ces préoccupations, nous proposons d’arrêter la vaccination de masse et d’ouvrir d’urgence un dialogue pluraliste, critique et scientifique sur la vaccination contre le SRAS-CoV-2 entre les scientifiques, les médecins, les agences internationales de santé, les autorités réglementaires, les gouvernements et les concepteurs de vaccins. C’est la seule façon de combler le fossé actuel entre les preuves scientifiques et la politique de santé publique concernant les vaccins contre le SRAS-CoV-2. Nous sommes convaincus que l’humanité mérite une compréhension plus approfondie des risques que ce qui est actuellement présenté comme la position officielle. Un dialogue scientifique ouvert est urgent et indispensable pour éviter l’érosion de la confiance du public dans la science et la santé publique et pour garantir que l’OMS et les autorités sanitaires nationales protègent les intérêts de l’humanité pendant la pandémie actuelle. Il est urgent de ramener la politique de santé publique à une médecine fondée sur des preuves, en s’appuyant sur une évaluation minutieuse des recherches scientifiques pertinentes. Il est impératif de suivre la science.

1 https://www.gov.uk/government/publications/covid-19-reported-sars-cov-2-deaths-in-england/covid-19-confirmed-deaths-in-england-report

Déclaration de conflit d’intérêts


Les auteurs déclarent que la recherche a été menée en l’absence de toute relation commerciale ou financière qui pourrait être interprétée comme un conflit d’intérêts potentiel.

Références

  1. McCullough PA, Alexander PE, Armstrong R, et al. Traitement séquentiel multi-médicamenteux hautement ciblé de l’infection ambulatoire précoce à haut risque du SRAS-CoV-2 (COVID-19). Rev Cardiovasc Med (2020) 21:517-530. doi:10.31083/j.rcm.2020.04.264
  2. Arvin AM, Fink K, Schmid MA, et al. A perspective on potential antibody- dependent enhancement of SARS-CoV-2. Nature (2020) 484:353-363. doi:10.1038/s41586-020-2538-8
  3. Coish JM, MacNeil AJ. De la poêle à frire au feu ? Diligence raisonnable justifiée pour l’ADE dans COVID-19. Microbes Infect (2020) 22(9):405-406. doi:10.1016/j.micinf.2020.06.006
  4. Eroshenko N, Gill T, Keaveney ML, et al. Implications of antibody-dependent enhancement of infection for SARS-CoV-2 countermeasures. Nature Biotechnol (2020) 38:788-797. doi:10.1038/s41587-020-0577-1
  5. Poland GA. Tortues, lièvres et vaccins : Une mise en garde pour le développement du vaccin contre le SRAS-CoV-2. Vaccine (2020) 38:4219-4220. doi:10.1016/j.vaccine.2020.04.073
  6. Shibo J. Ne vous précipitez pas pour déployer les vaccins et les médicaments COVID-19 sans garanties de sécurité suffisantes. Nature (2000) 579,321. doi:10.1038/d41586-020-00751-9
  7. Munoz FA, Cramer JP, Dekker CL, et al. Vaccine-associated enhanced disease : Définition de cas et directives pour la collecte, l’analyse et la présentation des données sur la sécurité de la vaccination. Vaccine (2021) https://doi.org/10.1016/j.vaccine.2021.01.055
  8. Cardozo T, Veazey R. Informed consent disclosure to vaccine trial subjects of risk of COVID-19 vaccines worsening clinical disease. Int J Clin Pract (2020) 28:e13795. doi : 10.1111/ijcp.13795
  9. Bolles D, Long K, Adnihothram S, et al. Un vaccin à double inactivation contre le coronavirus du syndrome respiratoire aigu sévère offre une protection incomplète chez la souris et induit une réponse pulmonaire proinflammatoire éosinophile accrue lors de la provocation. J Virol (2001) 85:12201-12215. doi:10.1128/JVI.06048-11
  10. Weingartl H, Czub M, Czub S, et al. Immunization with modified vaccinia virus Ankarabased recombinant vaccine against severe acute respiratory syndrome is associated with enhanced hepatitis in ferrets. J Virol (2004) 78:12672-12676. doi:10.1128/JVI.78.22.12672-12676.2004272
  11. Tseng CT, Sbrana E, Iwata-Yoshikawa N, et al. L’immunisation avec des vaccins contre le coronavirus du SRAS entraîne une immunopathologie pulmonaire lors de la provocation par le virus du SRAS. PLoS One (2012) 7(4):e35421. doi : 10.1371/journal.pone.0035421
  12. Iwasaki A, Yang Y. Le danger potentiel des réponses anticorps suboptimales dans COVID-19. Nat Rev Immunol (2020) 20:339-341. doi:10.1038/s41577-020-0321-6
  13. Vennema H, de Groot RJ, Harbour DA, et al. Mort précoce après une provocation par le virus de la péritonite infectieuse féline due à une immunisation par le virus de la vaccine recombinant. J Virol (1990) 64:1407-1409
  14. Lambert PH, Ambrosino DM, Andersen SR, et al. Rapport de synthèse consensuel pour la réunion du CEPI/BC des 12-13 mars 2020 : Évaluation du risque de renforcement de la maladie avec les vaccins COVID-19. Vaccine (2020) 38(31):4783-4791. doi:10.1016/j.vaccine.2020.05.064
  15. de Alwis R, Chen S, Gan S, et al. Impact du renforcement immunitaire sur la thérapie par globuline hyperimmune polyclonale Covid-19 et le développement de vaccins. EbioMedicine (2020) 55:102768. doi:10.1016/j.ebiom.2020.102768
  16. Folegatti PM, Ewer KJ, Aley PK, et al. Sécurité et immunogénicité du vaccin ChAdOx1 nCoV287 19 contre le SRAS-CoV-2 : rapport préliminaire d’un essai contrôlé randomisé de phase 1/2, en simple aveugle. Lancet (2020) 396:467-783. doi:10.1016/S0140-6736(20)31604-4
  17. Polack FP, Thomas SJ, Kitchin N. Sécurité et efficacité du vaccin Covid-19 à ARNm BNT162b2. N Engl J Med (2020) 383:2603-2615. doi:10.1056/NEJMoa2034577
  18. Ramasamy MN, Minassian AM, Ewer KJ, et al. Innocuité et immunogénicité du vaccin ChAdOx1 nCoV-19 administré selon un schéma prime-boost chez les adultes jeunes et âgés (COV002) : un essai en simple aveugle, randomisé, contrôlé, de phase 2/3. Lancet (2021) 396:1979-93. doi : 10.1016/S0140-6736(20)32466-1
  19. Chu L, McPhee R, Huang W, et al. mRNA-1273 Study Group. Rapport préliminaire d’un essai randomisé contrôlé de phase 2 sur l’innocuité et l’immunogénicité du vaccin mRNA-1273 contre le SRAS-CoV-2. Vaccine (2021) S0264-410X(21)00153-5. doi:10.1016/j.vaccine.2021.02.007
  20. Liu L, Wei Q, Lin Q, et al. Les IgG anti-spike provoquent des lésions pulmonaires aiguës graves en biaisant les réponses des macrophages pendant l’infection aiguë par le SRAS-CoV. JCI Insight (2019) 4(4):e123158. doi:10.1172/jci.insight.123158.
  1. Ioannidis PA. Taux de létalité de l’infection à COVID-19 déduit des données de séroprévalence. Bull WHO (2021) 99:19-33F. http://dx.doi.org/10.2471/BLT.20.265892
  2. Martines RB, Ritter JM, Matkovic E, et al. Pathologie et pathogenèse du SRAS-CoV-2 associé à une maladie mortelle à coronavirus, États-Unis Emerg Infect Dis (2020) 26:2005-2015. doi:10.3201/eid2609.202095
  3. Wu Z, McGoogan JM. Caractéristiques et leçons importantes de l’épidémie de coronavirus 2019 (COVID-19) en Chine : Résumé d’un rapport de 72 314 cas du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies. JAMA (2020) 323:1239-1242. doi:10.1001/jama.2020.2648
  4. Xu Z, Shi L, Wang Y, et al. Pathological findings of COVID-19 associated with acute respiratory distress syndrome. Lancet Respiratory Med (2020) 8:420-422 doi:10.1016/S2213-2600(20)30076-X
  5. Negro F. Le renforcement dépendant des anticorps joue-t-il un rôle dans la pathogenèse du COVID-19 ? Swiss Medical Weekly (2020) 150:w20249. doi:10.4414/smw.2020.20249317
  6. Lei Y, Zhang J, Schiavon CR et al., Spike Protein Impairs Endothelial Function via Downregulation of ACE 2. Circulation Res (2021) 128:1323-1326. https://doi.org/10.1161/CIRCRESAHA.121.318902
  7. Lyons-Weiler J. Pathogenic priming likely contributes to serious and critical illness and mortality in COVID-19 via autoimmunity, J Translational Autoimmunity (2020) 3:100051. doi:10.1016/j.jtauto.2020.100051
  8. An H, Park J. Molecular Mimicry Map (3M) of SARS-CoV-2 : Prediction of potentially immunopathogenic SARS-CoV-2 epitopes via a novel immunoinformatic approach. bioRxiv [Preprint]. 12 novembre 2020 [cité le 19 avril 2020] https://doi.org/10.1101/2020.11.12.344424
  9. Greinacher A, Thiele T, Warkentin TE, Weisser K, Kyrle PA, Eichinger S. Thrombotic Thrombocytopenia after ChAdOx1 nCov-19 Vaccination. N Engl J Med (2021). doi : 10.1056/NEJMoa2104840
  10. Othman M, Labelle A, Mazzetti I et al. Adenovirus-induced thrombocytopenia : the role of von Willebrand factor and P-selectin in mediating accelerated platelet clearance. Blood (2007) 109:2832-2839. doi:10.1182/blood-2006-06-032524
  11. Ortel TL. Facteurs de risque thrombotiques acquis dans le cadre des soins intensifs. Crit Care Med (2010) 38(2 Suppl):S43-50. doi:10.1097/CCM.0b013e3181c9ccc8
  12. Grubaugh ND, Petrone ME, Holmes EC. Nous ne devrions pas nous inquiéter quand un virus mute pendant les épidémies. Nat Microbiol (2020) 5:529-530. https://doi.org/10.1038/s41564-020-0690-4
  13. Greaney AJ, Starr TN, Gilchuk P, et al. Complete Mapping of Mutations to the SARS-CoV339 2 Spike Receptor-Binding Domain that Escape Antibody Recognition. Cell Host Microbe (2021) 29:44-57.e9. doi:10.1016/j.chom.2020.11.007.
  14. Lauring AS, Hodcroft EB. Variantes génétiques du SRAS-CoV-2 – Que signifient-elles ? JAMA (2021) 325:529-531. doi:10.1001/jama.2020.27124
  15. Zhang L, Jackson CB, Mou H, et al. La mutation D614G de la protéine spike du SRAS-CoV-2 réduit l’excrétion S1 et augmente l’infectivité. bioRxiv [Preprint]. 12 juin 2020 [cité le 2021 avril 19] https://doi.org/10.1101/2020.06.12.148726
  16. Korber B, Fischer WM, Gnanakaran S et al. Sheffield COVID-19 Genomics Group. Suivi des changements dans le pic du SRAS-CoV-2 : preuve que D614G augmente l’infectivité du virus COVID-19. Cell (2020) 182:812-827.e19. doi:10.1016/j.cell.2020.06.043
  17. Francis T. On the doctrine of original antigenic sin. Proc Am Philos Soc (1960) 104:572-578.
  18. Vibroud C, Epstein SL. La première grippe est éternelle. Science (2016) 354:706-707. doi:10.1126/science.aak9816.
  19. Weisblum Y, Schmidt F, Zhang F, et al. Échapper aux anticorps neutralisants par les variantes de la protéine de pointe du CoV-2 du SRAS354. Elife (2020) 9:e61312. doi:10.7554/eLife.61312
  20. Vanden Bossche G (6 mars 2021) https://dryburgh.com/wp-356content/uploads/2021/03/Geert_Vanden_Bossche_Open_Letter_WHO_March_6_2021.pdf
  21. Coish JM, MacNeil AJ. De la poêle à frire au feu ? Diligence raisonnable justifiée pour l’ADE dans COVID-19. Microbes Infect (2020) 22(9):405-406. doi:10.1016/j.micinf.2020.06.006

Légendes des figures

Figure 1. Nombre de nouveaux décès dus au COVID-19 par rapport au nombre de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccin pour les pays sélectionnés. Le graphique montre les données du début de la vaccination au 3 mai 365 2021. A) Inde (9,25 % de la population vaccinée), B) Thaïlande (1,58 % de la population vaccinée), C) Colombie (6,79 % de la population vaccinée), D) Mongolie (31,65 % de la population vaccinée), E) Israël (62,47 % de la population vaccinée), F) Monde entier (7,81 % de la population vaccinée). Les graphiques ont été construits à partir des données de Our World in Data (consulté le 4 mai 2021) https :// github . com / owid / covid – 19 – données / arbre / maître /public / données / vaccinations


Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

7 commentaires sur « 57 scientifiques et médecins de renom publient une étude choquante sur les vaccins COVID et demandent l’arrêt immédiat de toutes les vaccinations. »

    1. Moi. Je ne vous aurais pas permis de faire ce commentaire qui n’a aucun sens. Ce sont les vaccins qui tuent. Ce sont eux que l’on appelle des variants et c’est prouvé. Donc aucun variants en réalité. BYE BYE

  1. Noos savons que ces vaccins sont dangereux, Ceux qui les fabriquent n’en veulent pas pour eux. Bill Gates a bien dit que sa famille ne serait pas vaccinée. Les variants viennent du vaccin, cela est sûr, peuvent ils infecter les non vaccinés, j’en doute sinon ceux qui ne le veulent pas, comme les élites ne risqueraient pas leur vie. Si c’est vrai, comme aucun médicament et vaccin n’est prévus par eux, ils en subiraient les conséquences, eux aussi.. FIN DE L’HUMANITE, sûrement, il y en a qui n’en mourront pas. Quel l’avenir auront ces gens là ????

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.