Comment la Big Tech s’inscrit dans la compétition géopolitique entre les États-Unis et la Chine ?

How Big Tech factors into the US-China geopolitical competition

PAR EMILY DE LA BRUYÈRE ET NATHAN PICARSIC, CONTRIBUTEURS D’OPINION — 22/10/20 16H00 EDT LES OPINIONS EXPRIMÉES PAR LES CONTRIBUTEURS SONT LES LEURS ET NON CELLES DE THE HILL


Le 6 octobre, le comité judiciaire de la Chambre a publié un rapport appelant à de nouvelles réglementations antitrust pour freiner Big Tech. Ce rapport intervient après une enquête antitrust de 15 mois sur les entreprises technologiques Google, Apple, Amazon, Twitter et Facebook – et avec lui, les conclusions que les géants de la technologie détiennent tous un pouvoir de monopole.

Le Congrès fait le mauvais choix – pas à cause de ce qui était dans le rapport de la Chambre, mais à cause de ce qui ne l’était pas : ces 450 pages, l’enquête antitrust et la conversation nationale sur Big Tech au sens large ignorent le contexte stratégique. Ils supposent que le système américain est dans le vide ; que l’alternative à la Big Tech est une technologie plus petite ou plus petite. 

Ce n’est pas. L’alternative à la Big Tech américaine est la Big Tech chinoise . 

En fait, Big Tech est la chose la plus proche que les États-Unis ont d’une réponse stratégique à l’offensive mondiale asymétrique de la Chine ; à la quête du Parti communiste chinois (PCC) pour la domination internationale de l’information, son autoritarisme numérique et sa stratégie de fusion militaire-civile alimentée par la technologie.

Pékin a diagnostiqué que les progrès des technologies de l’information entraînent un nouvel ordre mondial : un nouvel ensemble de réseaux, de normes et de plates-formes qui définiront l’échange mondial de biens, d’idées et de personnes. Le PCC veut établir ces normes, construire ces plateformes et superviser ces réseaux. La Chine poursuit des objectifs commerciaux, informationnels et militaires, tous fusionnés dans une vision globale de la puissance nationale – et du contrôle international. « Quiconque contrôle le flux des ressources, des marchés et de l’argent », a écrit le commandant à la retraite de l’Armée populaire de libération Wang Xiangsui en 2017, « est l’hégémonie du monde ».

Ce n’est pas une menace abstraite. L’architecture globale de Pékin est bien établie. En 2019, Pékin a promulgué avec succès 83 normes par le biais de l’Organisation internationale de normalisation (ISO), couvrant tout, de l’aviation et du transport maritime à la pétrochimie. L’Organisation mondiale de développement et de coopération pour l’interconnexion énergétique (GEIDCO) soutenue par Pékin a signé des accords avec plus de 30 gouvernements nationaux . AliPay d’Alibaba compte 1,3 milliard d’ utilisateurs . WeChat aurait été installé sur plus de 100 millions d’appareils en dehors de la Chine à partir du seul Google Play Store. TikTok a un profil similaire aux États-Unis, avec des projections de plus de 100 millions d’utilisateurs ; l’application de partage de vidéos appartenant à ByteDance dépasse les 2 milliards de téléchargements dans le monde. 

Ce ne sont pas des acteurs commerciaux cloisonnés. Ils contribuent à une plateforme géopolitique qui propulse une nouvelle forme de pouvoir coercitif. Le potentiel de cette stratégie d’information est évident dans la plate-forme nationale de logistique des transports de la Chine, connue sous le nom de LOGINK à l’ échelle internationale – bien que LOGINK elle-même ne soit qu’un exemple de la géopolitique de plate-forme plus vaste de Pékin. 

Gouvernée par le ministère chinois des Transports, LOGINK pourrait être considérée comme une « super application » pour la logistique internationale. Il s’arrime aux systèmes et infrastructures d’information internationaux – y compris 14 des 20 plus grands ports du monde – en agrégeant leurs données dans ce qu’il décrit comme un « guichet unique ». LOGINK collecte des données sur la logistique, le stockage, le transport, l’emballage, le chargement et le déchargement, la transformation et la distribution. LOGINK fournit aux utilisateurs un accès à ces informations, ainsi qu’à des logiciels de logistique, des portails de communication, la coordination de la chaîne d’approvisionnement, la surveillance des transports et d’autres services construits sur sa base de données.PUBLICITÉ

Les informations et systèmes logistiques internationaux sont, à l’heure actuelle, cloisonnés et fragmentés. Les utilisateurs affluent vers LOGINK pour la même raison qu’ils le font vers Facebook ou Gmail : parce qu’il fournit un service précieux. Sauf que cette plateforme est contrôlée par un gouvernement autoritaire . LOGINK soutient explicitement la stratégie internationale du CCP. 

Pékin a l’intention de développer la plate-forme fondamentale de la logistique et des échanges modernes . Si elle réussit, la Chine revendiquera des informations supérieures sur le mouvement des marchandises et les opérations d’infrastructure, à l’échelle internationale. Cette information promet des récompenses commerciales. Il promet également des avantages militaires.

Et les systèmes informatiques d’aujourd’hui ne donnent pas seulement accès à l’information. Comme le reconnaît le débat sur la Big Tech, les plateformes modernes offrent également la possibilité de façonner l’information et les incitations. Sur la plate-forme LOGINK, les applications et les fournisseurs chinois peuvent être les plus promus et les mieux notés, à la « choix d’Amazon », quelle que soit leur qualité. Des chaînes d’approvisionnement ou des routes maritimes intégrant des acteurs chinois peuvent être recommandées, qu’elles soient ou non les plus efficaces. L’intégration avec les agences douanières que supervise LOGINK pourrait, pour certains acteurs, négliger le transport de marchandises contrôlées ou illicites. 

L’inverse est également valable. L’accès à l’information pourrait être bloqué pour un pays qui, par exemple, reconnaît Taiwan . Un port expédiant les éléments de terres rares nécessaires aux États-Unis ou au Japon pourrait se déconnecter en raison de tensions géopolitiques.

Pékin fait la promotion de LOGINK en tant que norme internationale pour la logistique de l’information. Grâce à des partenariats avec d’autres pays, des organisations internationales et des entreprises, y compris la grande entreprise chinoise, Pékin s’est assuré que LOGINK sera presque certainement approuvé en tant que tel.  

LOGINK constitue un exemple de la menace stratégique de Pékin. La géopolitique de la plate-forme de Pékin s’étend plus largement et à travers d’autres réseaux, normes et plates-formes. Comme LOGINK, ceux-ci ont tendance à réussir parce qu’ils répondent à la demande du marché pour des informations agrégées, avec l’imprimatur de la légitimité et de l’échelle du gouvernement. Cette échelle est effectivement inégalée, grâce à l’intégration avec le marché chinois par ailleurs opaque et protégé. 

L’US Navy ne peut pas se défendre contre cette menace informationnelle, militaire et civile, à grande échelle. Une multitude de petites et moyennes entreprises technologiques ne peuvent pas non plus se disputer des parts du gâteau. Mais les grandes entreprises technologiques le peuvent. 

Il y a un concours de grandes puissances en cours pour définir l’architecture internationale, bien que les États-Unis ne l’aient peut-être pas reconnu. Ce concours décidera de l’idéologie, de l’économie et de la sécurité mondiales. Le concours sera décidé par échelle. Nous n’aimons peut-être pas Big Tech, mais nous en avons besoin. C’est un concours pour toute la tarte.  

Emily de La Bruyère et Nathan Picarsic sont senior fellows à la Fondation pour la défense des démocraties (FDD) avec un accent sur la politique chinoise, et les co-fondateurs d’Horizon Advisory, un cabinet de conseil axé sur les implications de l’approche concurrentielle de la Chine en géopolitique.

MOTS CLÉS

GRANDE TECHNOLOGIE

L’INDUSTRIE DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE EN CHINE

Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :