5 00 11 minutes 4 mois 83

Communiqué de presse de Politique de Vie. 28 mars 2021. 

Prophétie humoristique et fake news de Christian Cotten. Texte et auteur sont placés sous la  protection formelle de la Déclaration sur les défenseurs des droits de l’homme de l’ONU de  1998. 

Des bandes criminelles organisées, sous contrôle de mafias internationales, ont désormais  investi au plus haut niveau les institutions de la République Française et utilisent les  fonctionnaires de l’État pour faire exécuter des milliers d’assassinats au sein même de la  population française, au nom d’une prétendue politique sanitaire qui serait nécessaire pour  faire face à une fausse pandémie mondiale. 

Ainsi, des dizaines de milliers de français ont été privés de soins médicaux depuis début  2020, alors que plusieurs traitements efficaces, peu onéreux et sans danger sont utilisés dans  nombre de pays étrangers et par certains privilégiés, politiques ou agents de l’État, pour  guérir les malades touchés par la Covid-19.  

Des milliers d’entre nous parmi les plus âgés ont été empoisonnés à mort en Ehpad plutôt  que conduits en hôpital, suite à la suppression volontaire de milliers de lits et à l’absence de  soins médicaux ambulatoires.  

Plusieurs milliers de morts sont ainsi directement imputables à l’interdiction faite aux médecins  depuis début 2020 de prescrire les différents traitements préventifs et thérapeutiques dont  l’efficacité a pourtant été largement démontrée par des centaines de scientifiques du monde  entier, dont nombre de médecins français qui ont su mériter la confiance de leurs  compatriotes. 

Il est à ce jour démontré rationnellement et raisonnablement par les professionnels intègres  et indépendants que les faux vaccins auxquels sont soumis par contrainte, chantage ou  pression psychologique et sans consentement libre et éclairé plusieurs millions de français  ont déjà entraîné nombre de morts, de malades, de handicapés à vie, sans compter tous  ceux dont le système immunitaire et la génétique seront altérés dans les mois et années à  venir par des soupes de poisons autorisées en urgence comme prétendus vaccins. 

La santé de toute la population, notamment celle des enfants, est notoirement mise en danger  par l’obligation d’un couvre-feu, d’un confinement et de masques inefficaces, inutiles et  dangereux pour le bien-être physique et psychologique. Les suicides ou tentatives de suicides  d’adolescents, d’étudiants, de professionnels ruinés, sont en augmentation exponentielle  depuis 2020. 

L’interdiction des traitements connus et disponibles, la contrainte vaccinale qui cause de  nouveaux malades, les limitations totalitaires des libertés publiques et des droits  fondamentaux, la destruction du tissu socio-économique sont constitutifs d’un ensemble  d’actes mis en œuvre intentionnellement, par ordonnances administratives et médicales 

contradictoires et mensongères, dans le but de servir des intérêts étrangers ou  internationaux, financiers et politiques. Et ce, en utilisant de multiples moyens de propagande  et de manipulation de l’opinion publique, désinformée et rendue confuse volontairement  pour la soumettre à des peurs irrationnelles et infondées. 

Ces actes politiques, ordonnés au plus haut niveau de l’appareil administratif qui a ôté tout  pouvoir au Parlement, ont été et continuent à être mis en œuvre par des milliers de  fonctionnaires de l’État et des Collectivités Territoriales, eux-mêmes contraints d’appliquer  des ordres manifestement illégaux, avec l’intense complicité de prétendus journalistes aux  ordres de leurs commanditaires de la finance mafieuse.  

Ces ordonnances politiques et médicales prises dans leur ensemble ont directement causé  depuis début 2020 à ce jour, la mort de milliers de français, faute de soins médicaux ou par  empoisonnement vaccinal et contraintes psychosociales relevant du harcèlement. 

Les recherches, les dossiers et les interventions publiques de dizaines de médecins du monde  entier, intègres et indépendants des mafias internationales qui ordonnent les politiques de  notre pays, expliquent et démontrent de façon irréfragable le présent exposé : les dites élites  de notre pays mettent en œuvre un plan mondial de réduction des populations, pour des 

motifs idéologiques et financiers, au moyen de l’assassinat sur ordonnances de dizaines de  milliers de français. 

Le présent exposé est aussi largement développé dans les nombreuses plaintes faites tant en  France qu’auprès de la justice internationale par des associations d’avocats, de médecins et  de citoyens souverains, pour mettre en accusation les auteurs de ces assassinats. 

L’ensemble de ces crimes est largement documenté par les journalistes, les réalisateurs de  cinéma et les avocats qui mettent en scène et en justice la parole de vérité des meilleurs de  nos médecins et scientifiques de toutes disciplines.  

Ces crimes se comparent historiquement aux évènements de la période 1940-1945, lorsque  policiers et conducteurs de train emmenaient vers la mort tant de nos compatriotes. 

De ces terribles années est né le Code de Nuremberg, l’un des piliers du droit international  et fondement des législations nationales relatives à l’éthique médicale et aux droits de la  santé. 

Ces crimes sont constitutifs d’une violation majeure du Code de Nuremberg, en ce qu’ils  mettent en œuvre un ensemble d’expérimentations médicales largement dangereuses sans  aucun consentement libre et éclairé des victimes cobayes. 

Parmi les auteurs de ces crimes, sont aisément identifiables les responsables politiques  suivants. 

Emmanuel Macron, occupant illégitimement et par fraude la fonction de Président de la  République. Et les Ministres ou hauts fonctionnaires que celui-ci a nommés. Édouard Philippe. Jean Castex. Agnès Buzyn. Olivier Véran. Jérôme Salomon. Christophe  Castaner. Gérald Darmanin. 

Au regard de tout citoyen sain d’esprit et disposant du niveau culturel suffisant pour faire  preuve du discernement nécessaire à une vision réaliste de la situation exceptionnelle que  nous vivons depuis 2020, le FLAGRANT DÉLIT est parfaitement constitué au regard du  nombre de morts imputables aux auteurs.

Assassinats sur ordonnances : flagrant délit. Code de Nuremberg et article 73 du CPP : arrestations. 28 03 2021 

Les peuples de France, sous la menace des assassinats mis en œuvre depuis 2020 et  l’apparition du virus Sars Cov-2, doivent aujourd’hui faire face à l’extrême violence de  délinquants et criminels de droit commun. Ceux-ci ne peuvent plus se prévaloir d’une  quelconque immunité au regard de l’ampleur des crimes commis et du nombre de morts  assassinés sur ordonnances. 

Les peuples de France ne sauraient attendre face au danger actuel pour leur vie d’éventuels  procès qui ne pourront pas avoir lieu avant de nombreuses années. Des millions de Français  l’ont déjà compris : Ils n’arrêteront que lorsque nous les arrêterons. 

L’article 73 du Code de Procédure Pénale stipule : Dans les cas de crime flagrant ou de délit  flagrant puni d’une peine d’emprisonnement, toute personne a qualité pour en appréhender  l’auteur et le conduire devant l’officier de police judiciaire le plus proche. 

Au regard de l’ensemble du Droit International relatif à la protection des Droits  Fondamentaux, au regard des principes généraux des services publics, dont la mission  première reste celle de la protection des populations et de la poursuite de l’intérêt général,  il est du devoir moral et juridique pour tout fonctionnaire de l’État et des Collectivités  Territoriales, ainsi que pour tout élu de la République, de mettre fin dans les meilleurs délais  aux crimes perpétrés au dépens de la population par les différentes expérimentations  médicales de couvre-feu et de confinement des personnes en bonne santé, des masques 

obligatoires, de l’interdiction des soins médicaux ambulatoires efficaces et de l’injection de  faux vaccins dangereux et de thérapies géniques potentiellement délétères. 

J’en appelle donc solennellement avec force et vigueur à la conscience des fonctionnaires  de la santé, de l’ensemble des soignants, des fonctionnaires de police, des magistrats et des  militaires : votre devoir est d’appliquer l’article 73 du Code de Procédure Pénale et donc de  procéder à l’arrestation immédiate des auteurs des crimes désignés ci-dessus ainsi qu’à celle  de leurs complices les plus actifs que vous identifierez.  

Et ce aux fins de les faire comparaitre devant l’autorité compétente qui fera procéder à leur  mise en détention provisoire avant procès devant un tribunal tout autant militaire que  judiciaire et que populaire. 

J’ai dit. 

Et je remercie chaque citoyen de dire non à la dictature des gangsters des mafias pharmaceutiques et de partager, republier, copier ou plagier de façon créative ce texte et  la vidéo qui y est jointe afin de le faire connaître au plus grand nombre. Merci tout  particulièrement aux médias de la résistance de leurs partages. 



Assassinats sur ordonnances : flagrant délit. Code de Nuremberg et article 73 du CPP : arrestations. 28 03 2021 

Christian Cotten, 

psychosociologue, 

Président de Politique de Vie.



Votre Magnet pour dire non à la vaccination.

https://francemediasnumerique.com/2021/06/03/badge-no-vaccine/

5 commentaires sur « Assassinats sur ordonnances : le flagrant délit est constitué. Code de Nuremberg et article 73 du Code Procédure Pénale : arrestations. Message aux élus et fonctionnaires. »

  1. C’est bien beau tout ca, et je suis entierement d’accord avec ce monsieur, mais quelle suite y aura-t-il, qui va réagir ? Certainement pas les fonctionnaires de santé, de police, les soignants, les magistrats corrompus, les soldats. On a bien vu qu’ils ne bougent pas, qu’ils ne parlent pas par couardise et par lacheté. ce ne serait en effet qu’avec leur intervention qu’on pourrait s’en sortir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.