Pas de certificat européen d’autorisation pour les vaccins COVID chez les enfants de 5 à 11 ans : le dossier n’a pas été validé.

COVID-19, Vaccine, EUA, Emergency Use Authorization

Paul Elias Alexander, PhD ; Howard Tenenbaum, DDS, PhD ; Parvez Dara, MD, MBA

Nous écrivons ce bref appel à la FDA des États-Unis et aux citoyens, dans l’espoir que nous pourrons demander une pause dans la demande d’autorisation de mise sur le marché des vaccins COVID-19 chez les enfants (jusqu’à 11 ans). Nous pensons qu’il s’agit d’une erreur catastrophique qui mettra en danger la vie de nos enfants, d’autant plus que les données de sécurité appropriées n’auraient pas encore été collectées pour déterminer la sécurité (effets à court et à long terme). Nous appelons à un arrêt définitif du processus d’octroi de cette autorisation européenne, étant donné que la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis avance rapidement pour envisager une autorisation européenne pour ce groupe d’âge d’enfants. Selon certains rapports, la réunion pourrait envisager des âges aussi bas que 2 ans. Mais les données ne sont pas assez développées ou complètes et manquent particulièrement de sécurité en ce qui concerne ces vaccins.

Nous sommes d’accord sur le fait que le corps de preuves sous-jacent n’est pas suffisamment mûr pour permettre un jugement optimal des avantages et des inconvénients de ce vaccin chez les enfants. Nous ne voyons absolument aucun avantage de ces vaccins (pas de vaccin COVID chez les enfants), même s’il existait des données, car il n’y a aucun risque pour les enfants. C’est une décision de gestion du risque aussi simple que cela pour les parents. Pourquoi injecter à votre enfant une substance étrangère (une plateforme nouvellement développée) qui ne lui confère aucun avantage, aucun, et qui peut avoir de graves inconvénients ? Le seuil pour l’octroi d’un AUE n’a pas été atteint chez ces enfants. Il ne s’agit pas d’une « urgence » pour ces enfants et avec un risque aussi faible de mauvais résultats, ils peuvent être autorisés à développer une immunité « d’exposition naturelle » beaucoup plus large, robuste et durable. Ce serait un abus de la procédure EUA par la FDA que d’accorder cela.

Nous demandons l’immunité d’exposition naturelle chez les enfants et ils seraient effectivement immunisés potentiellement à vie et il ne s’agit pas de savoir si leur immunité sera durable, alors que nous avons la preuve que l’immunité d’exposition naturelle au virus respiratoire est si durable qu’elle peut durer 100 ans. « Ces études révèlent que les survivants de la pandémie de grippe de 1918 possèdent des anticorps hautement fonctionnels, neutralisant le virus, contre ce virus d’une virulence unique, et que les humains peuvent conserver des cellules à mémoire B circulantes contre les virus pendant plusieurs décennies après l’exposition – bien au-delà de la dixième décennie de vie ». Alors pourquoi risquer une substance étrangère dont nous ne savons pas comment elle se comporte en termes de sécurité et à long terme ? Pourquoi ? Vous faites confiance aux agences gouvernementales pour vous conseiller ? Après ce qui s’est passé pour COVID au cours des 1,5 dernières années ? Ils se sont trompés sur tous les aspects de COVID, qu’il s’agisse des fermetures d’écoles, des mandats de masques, de la distanciation sociale ou du masquage en général.

Nous demandons donc ouvertement à la FDA d’arrêter ce passage à l’EUA (et de le retirer s’ils le font prématurément) car nous pensons que c’est très hâtif et irréfléchi étant donné le risque infime pour les enfants de séquelles graves ou de décès dus au COVID-19, et les rapports alarmants sur les effets néfastes des vaccins COVID chez les adultes et les adolescents (voir le système de notification des effets indésirables des vaccins VAERS du CDC). Ces rapports vont d’effets indésirables légers à l’anaphylaxie, à la coagulation sanguine, aux troubles de la coagulation, et jusqu’à la mort. Nous ne demandons pas une pause, nous demandons un arrêt définitif. Il n’y a absolument aucune raison valable de se précipiter pour accorder un AUE pour ce groupe d’âge. Aucune raison valable.

« Dans ce que l’on peut décrire comme un geste monumental et très positif, la commission scientifique allemande de vaccination (STIKO) a décidé de déclarer « pas de vaccination des enfants en bonne santé contre le COVID-19, seulement des enfants gravement pré-malades ». Nous cherchons à obtenir plus de détails pour vérifier et nous espérons que la FDA verra cela et sera influencée dans cette direction, car c’est la seule façon optimale d’avancer ».

La santé et le bien-être de nos enfants restent toujours notre priorité. Heureusement, le COVID a épargné nos enfants et n’a pas causé de dommages, comme c’est le cas chaque année avec la grippe saisonnière. Nous savons, sur la base de données mondiales établies, que les enfants courent un risque extrêmement faible (proche de zéro et nous dirons même statistiquement nul) de contracter l’infection par le SAR-CoV-2 en premier lieu (moins d’expression des récepteurs ACE 2 dans les épithéliums nasaux et une possible protection croisée avec des coronavirus de rhume antérieurs), de la transmettre à d’autres enfants, de la transmettre à des adultes, de la ramener à la maison, de tomber gravement malade ou de mourir de la maladie COVID.

Nous estimons donc que la pression agressive exercée par le Dr Anthony Fauci, le NIH et le CDC, ainsi que par les experts médicaux de la télévision, pour faire vacciner nos enfants est très imprudente, dangereuse et sans l’exclusion requise de tout préjudice. En tant que parents et scientifiques, nous la trouvons répréhensible et très peu sûre. Ils n’ont pas réussi à justifier la raison pour laquelle les enfants doivent se voir offrir cette vaccination. Nous sommes en faveur de la vaccination une fois qu’elle est correctement développée, mais ces vaccins ne présentent aucun avantage et seulement des inconvénients potentiels. Les récentes déclarations du CDC sur l’augmentation des hospitalisations d’adolescents non vaccinés suscitent même des inquiétudes. Le CDC a apparemment utilisé des données et des graphiques trompeurs qui vont à l’encontre de ses propres données. Ainsi, le CDC utilise des déclarations trompeuses pour susciter la peur chez les parents et les inciter à vacciner leurs adolescents, alors que ces jeunes présentent un risque extrêmement faible de contracter la maladie du COVID.

En outre, les vaccins existants sont sous EUA, ce qui indique qu’ils sont expérimentaux et n’ont pas satisfait à l’évaluation réglementaire rigoureuse (méthodes appropriées, durée de suivi adéquate pour permettre l’évaluation de la sécurité) qu’un vaccin doit subir pour obtenir l’approbation réglementaire BLA complète. Ils n’ont pas fait l’objet des tests appropriés sur les animaux et des tests de sécurité nécessaires pour exclure tout préjudice. Nous avons cherché ces données et n’en avons trouvé aucune. Nous trouvons cela très inquiétant et soumettre des enfants à ce type de vaccin risqué est inacceptable et grossièrement imprudent et irresponsable de la part de toutes les personnes impliquées.

Ils n’ont aucune responsabilité car ils sont indemnisés et c’est très injuste pour les vaccinés (enfants) et les parents car il n’y a aucun risque pour les développeurs de vaccins et la FDA, etc. Nous leur avons demandé d’accepter le risque et de retirer l’exemption de responsabilité de la table. Nous leur avons demandé d’accepter le risque et de supprimer l’exemption de responsabilité. Ils ont jusqu’à présent refusé, mais nous pensons qu’ils doivent être tenus pour responsables et accepter le risque, des personnes comme le Dr Fauci, le Dr Collins du NIH, le Dr Walensky du CDC, la FDA, le CDC et toutes les sociétés de développement de vaccins qui soumettent des enfants à ces vaccins. Si des enfants sont blessés ou meurent à cause du vaccin, ces personnes doivent être tenues responsables, car si elles disent de vacciner nos enfants, alors le vaccin doit être sûr. Nous nous interrogeons sur les avantages par rapport aux risques, ainsi que sur toutes les questions relatives aux méthodes de recherche qui sont inquiétantes et en suspens. Pourquoi ne pas attendre 2022/2023, lorsque les données sont censées être complètes ? Au moins deux ans de données complètes (et non partielles ou provisoires) sur la sécurité. Ils parlent de sécurité mais ne fournissent aucun résultat en la matière, et se précipitent pour vacciner les enfants. Cela n’a aucun sens et c’est très dangereux s’il y a des risques.

Nous avons également appris que le COVID-19 est autant une maladie vasculaire qu’une maladie respiratoire et nous constatons que de nombreux symptômes catastrophiques ont une chose en commun, à savoir une altération et un endommagement de la circulation sanguine. Les chercheurs ont découvert que le virus SRAS-CoV-2 infecte les cellules endothéliales qui tapissent l’intérieur des vaisseaux sanguins. Le glycocalyx et la couche endothéliale sont endommagés, ce qui est potentiellement dangereux. « Le concept qui émerge est qu’il ne s’agit pas d’une maladie respiratoire seule, c’est une maladie respiratoire au départ, mais c’est en fait une maladie vasculaire qui tue les gens par son implication dans le système vasculaire ». Il a été démontré que le SRAS-CoV-2 peut infecter directement des organoïdes de vaisseaux sanguins humains fabriqués in vitro (en laboratoire).

Nous assistons à des milliers de cas d’effets indésirables (troubles hémorragiques, coagulation sanguine, décès) qui surviennent presque immédiatement après la vaccination et cette relation temporelle étroite nous amène à penser que le contenu du vaccin est à l’origine de ces effets. Les effets indésirables sont enregistrés dans la base de données VAERS des CDC ainsi que dans la base de données européenne sur les événements indésirables, comme nous l’avons mentionné, et nous avons appris que la déclaration, qui est volontaire, ne concerne qu’environ 1 % des événements, du moins dans la base de données VAERS. Cela suggère une sous-déclaration élevée.

Nous demandons l’arrêt de l’administration de ces vaccins aux enfants (dans le cadre d’une étude ou d’un EUA) jusqu’à ce que les questions de sécurité soient clarifiées, mais nous ne voyons aucune raison de vacciner les enfants. Nous demandons un moratoire complet sur la vaccination des enfants. Il n’y a pas de données de sécurité ni de preuves de la nécessité de vacciner les enfants. Notre principale préoccupation reste le fait que l’analyse de la sécurité de ces vaccins n’a pas été faite et que le temps de suivi nécessaire pour vérifier la sécurité de ce vaccin a été limité à une médiane de 2 mois dans les essais initiaux. C’est de notoriété publique et c’est très inquiétant.

En décembre 2020, le Dr J. Patrick Whelan, rhumatologue pédiatrique, a averti la FDA que les vaccins à ARNm pourraient causer des lésions microvasculaires au cerveau, au cœur, au foie et aux reins de manière NON évaluée dans les essais de sécurité. Whelan a déclaré : « Est-il possible que la protéine spike elle-même provoque les lésions tissulaires associées au Covid-19 ? Nuovo et al (sous presse) ont montré que dans 13/13 cerveaux de patients atteints de COVID-19 mortel, des pseudovirions (protéines de pointe, d’enveloppe et de membrane) sans ARN viral sont présents dans l’endothélium des micro-vaisseaux cérébraux.

Whelan rapporte en outre que « l’expression des récepteurs ACE-2 est la plus élevée dans la microvasculature du cerveau et de la graisse sous-cutanée, et à un moindre degré dans le foie, les reins et le cœur. Ils ont également démontré que le coronavirus se réplique presque exclusivement dans les cellules endothéliales des capillaires septaux des poumons et du nasopharynx, et que la lyse virale et la destruction immunitaire de ces cellules libèrent des protéines de la capside virale (ou pseudo-virions) qui voyagent dans la circulation et se lient aux récepteurs ACE- 2 dans ces autres parties du corps, entraînant l’activation de la voie du complément de la lectine liant le mannane qui non seulement endommage l’endothélium microvasculaire mais induit également la production de nombreuses cytokines pro-inflammatoires. Meinhardt et al. (Nature Neuroscience 2020, sous presse) montrent que la protéine spike dans les cellules endothéliales du cerveau est associée à la formation de microthrombi (caillots), et comme Magro et al. ne trouvent pas d’ARN viral dans l’endothélium du cerveau. En d’autres termes, les protéines virales semblent causer des dommages aux tissus sans que le virus ne se réplique activement ». Cela implique que le pic, à lui seul, pourrait agir comme un agent pathogène, provoquant une morbidité et une mortalité dévastatrices.

Le Dr Bryam Bridle, virologue de renommée mondiale, a déclaré : « Nous avons fait une grosse erreur, dont nous ne nous étions pas rendu compte jusqu’à présent, nous pensions que la protéine spike était un excellent antigène cible, mais nous ne savions pas que la protéine spike elle-même était une toxine potentielle. En vaccinant les gens, nous leur inoculons par inadvertance une toxine. » « C’était une grave erreur de croire que la protéine spike ne s’échapperait pas dans la circulation sanguine, selon Bridle. « Maintenant, nous avons des preuves claires et nettes que les vaccins qui fabriquent les cellules de nos muscles deltoïdes fabriquent cette protéine – que le vaccin lui-même, plus la protéine – passe dans la circulation sanguine », a-t-il dit. Selon M. Bridle, la communauté scientifique « a découvert que la protéine spike, à elle seule, est presque entièrement responsable des dommages causés au système cardiovasculaire, si elle entre en circulation ».

De récentes données FOIA sur les animaux en provenance du Japon montrent qu’elle (nanoparticules lipidiques/ARN/spike) s’accumule dans divers organes à des concentrations très élevées. Comme nous l’avons mentionné, si la protéine pénètre dans la circulation sanguine, elle peut potentiellement circuler dans le sang de manière systémique et s’accumuler dans des tissus tels que la rate, la moelle osseuse, le foie, les glandes surrénales et les ovaires. Nos spéculations sont maintenant confirmées par les données de biodistribution. Les données de biodistribution montrent de manière alarmante et suggèrent potentiellement que les protéines de pointe chez l’homme ne restent pas (et ne resteront pas) au site d’injection et peuvent se déplacer dans tout le corps. Il s’agit d’un développement majeur. Il est urgent de l’examiner de près pour le clarifier. La FDA est-elle consciente de ces données alors qu’elle pousse à la vaccination de nos enfants ? Nous avons besoin de toute urgence que Moderna, Pfzier, J & J et AstraZeneca fournissent les données de biodistribution et l’étude des séquelles lorsque l’ARNm subit une traduction dans des cellules et des tissus éloignés. Il a été démontré que les nanoparticules lipidiques, et donc l’ARNm qui les constitue et le pic qui en résulte, sont susceptibles de se retrouver dans des tissus éloignés où ils ne se retrouveraient normalement pas. Avec des résultats catastrophiques possibles de coagulation, de saignement et d’attaque du système immunitaire (lymphocytes NK, etc.).

Cette pièce supplémentaire au puzzle qui explique pourquoi nous observons ces événements indésirables problématiques et ces décès après la vaccination, en termes de déplacement de la protéine spike du site d’injection, est également soutenue par une publication très récente qui a fait état de 13 jeunes travailleurs de la santé (dans CID/Ogata et al.) qui ont reçu le vaccin Moderna. Les chercheurs ont trouvé des niveaux détectables de la protéine SRAS-CoV-2 chez 11 des 13 participants un jour après la première vaccination. « La protéine spike était détectable chez trois des 13 participants en moyenne 15 jours après la première injection… pour un individu (le participant n°8), un spike a été détecté au jour 29″, circulant dans le sang. Bien que naissants, ces résultats méritent une clarification urgente.

Avec ces connaissances émergentes qui ont sans doute besoin d’être clarifiées, si tout cela est vrai, alors nous avons un désastre potentiel en cours de réalisation pour nos enfants. Pourquoi ? Pourquoi la FDA n’a-t-elle pas tenu compte de la preuve émergente que le pic est potentiellement délétère, en particulier pour l’endothélium du système vasculaire ?

Nous soulevons une hypothèse selon laquelle les enfants ont des récepteurs ACE 2 limités dans leur épithélium nasal, ce qui leur confère une protection contre les maladies graves et nous avons vu qu’ils sont largement immunisés contre les séquelles du COVID. Mais en vaccinant dans le muscle deltoïde (épaule), et sachant maintenant que le pic et le vaccin (nanoparticules lipidiques) se retrouvent dans des parties éloignées de la circulation systémique, y compris en traversant la barrière hémato-encéphalique, les implications pourraient être très sérieuses en termes de caillots sanguins et de saignements, etc. Nous provoquerions essentiellement l’apparition de maladies à des niveaux observés chez les adultes et qui ne sont normalement pas observés chez les enfants, mais qui apparaissent maintenant chez les enfants en raison de la pression de la vaccination. Nous contournerions une barrière protectrice naturelle (l’ACE 2 limitée dans l’épithélium nasal) avec des conséquences potentiellement graves et mortelles, si cela se vérifie. Cela n’a aucun sens et est très dangereux.

Les médecins ont commencé à s’inquiéter car ils constatent dans le monde entier une sorte d’insouciance et de dérèglement en ce qui concerne la vaccination des enfants. Comment se fait-il que le Dr Fauci ne sache pas cela à propos de la protéine spike ? Ou les données troublantes de bio distribution ? Ou n’a pas envisagé ce risque ? Pourquoi pas ? Est-ce que quelque chose d’autre que la science est en jeu ici ? Où sont les données de sécurité que la FDA examine ? Les fabricants de vaccins recueillent-ils des données de sécurité ? Nous soulevons des questions très troublantes. En tant que tels, compte tenu de tout ce que nous avons soulevé, nous demandons un arrêt définitif et aucune délivrance d’un EUA par la FDA pour les enfants de moins de 11 ans. Ils ne doivent pas être soumis à ces vaccins. Il y a tout simplement trop d’inconnues et leur risque de base est faible et les méfaits possibles des vaccins sont potentiellement très élevés.

Je termine en demandant à POTUS Trump de se lever maintenant et de dire NON à la vaccination de nos enfants. J’appelle le POTUS Biden à faire de même. J’appelle les premiers ministres du Canada, du Royaume-Uni, de l’Australie, de l’Inde, de la France, de l’Italie, etc. et tous les dirigeants mondiaux à faire de même. J’appelle les gouvernements des Caraïbes, d’Amérique du Sud, d’Afrique, d’Europe et d’Asie à faire de même. Tous les gouvernements du monde à ne pas soumettre nos enfants à ces vaccins potentiellement dangereux. Il n’y a aucune justification à la vaccination de nos enfants avec ces vaccins. Il n’y a aucun avantage et seulement des inconvénients possibles qui pourraient les laisser avec 70 à 80 ans d’invalidité ou même la mort. COVID les a épargnés, remercions Dieu et laissons-les tranquilles !

Notez que les opinions exprimées dans cet article d’opinion sont les opinions personnelles de l’auteur et pas nécessairement celles de France médias numérique.


00223-3

Magnet » Pas de vaccin » Aucun vaccin

MAGNET PERSONNALISÉ ÉPINGLE 32MM Brillant fond blanc Texte: rouge et bleu Ce format possède de nombreuses avantages. En effet, il est à la fois visible et discret. Tous nos badges personnalisés ronds sont en métal. Grâce à ce matériau très solide, ils ne s’abîment pas et restent en bon état. Livraison gratuit en France métropolitaine sous 5 jours.

10,95 €


Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

2 commentaires sur « Pas de certificat européen d’autorisation pour les vaccins COVID chez les enfants de 5 à 11 ans : le dossier n’a pas été validé. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :