Un expert en vaccins : « Toute personne qui reçoit le vaccin COVID détruit son système immunitaire inné ».


Le Dr Geert Vanden Bossche est un expert de renommée mondiale en matière de vaccins. Si vous ouvrez son site Web, vous trouverez :

Geert Vanden Bossche a obtenu son diplôme de vétérinaire de l’Université de Gand, en Belgique, et son doctorat en virologie de l’Université de Hohenheim, en Allemagne. Il a occupé des postes de professeur auxiliaire dans des universités belges et allemandes. Après sa carrière dans le monde universitaire, Geert a rejoint plusieurs entreprises de vaccins (GSK Biologicals, Novartis Vaccines, Solvay Biologicals) pour occuper divers rôles dans la R&D sur les vaccins ainsi que dans le développement tardif des vaccins. Geert a ensuite rejoint l’équipe Global Health Discovery de la Fondation Bill & Melinda Gates à Seattle (USA) en tant que Senior Program Officer ; il a ensuite travaillé avec l’Alliance mondiale pour les vaccins et la vaccination (GAVI) à Genève en tant que Senior Ebola Program Manager. À GAVI, il a suivi les efforts de développement d’un vaccin contre le virus Ebola. Il a également représenté GAVI dans des forums avec d’autres partenaires, dont l’OMS, afin d’examiner les progrès de la lutte contre Ebola et d’élaborer des plans de préparation à une pandémie mondiale. En 2015, Geert a examiné et remis en question la sécurité du vaccin contre le virus Ebola utilisé dans les essais de vaccination en anneau menés par l’OMS en Guinée. Son analyse scientifique critique et son rapport sur les données publiées par l’OMS dans le Lancet en 2015 ont été envoyés à toutes les autorités sanitaires et réglementaires internationales impliquées dans le programme de vaccination contre Ebola. Après avoir travaillé pour GAVI, Geert a rejoint le Centre allemand de recherche sur les infections à Cologne en tant que chef du bureau de développement des vaccins. À l’heure actuelle, il est principalement consultant en biotechnologie et vaccins, tout en menant ses propres recherches sur les vaccins à base de cellules tueuses naturelles.

Je suppose que c’est lui que nous devrions écouter.

Dans ce cas, il tire la sonnette d’alarme sur les dangers d’un déploiement mal géré du coronavirus !



Ce n’est pas tout ! Nous en avons d’autres.

Maintenant, nous allons vous montrer son avertissement urgent concernant la piqûre du coronavirus, tiré de son site web.

L’annulation immédiate de toutes les campagnes de vaccination de masse Covid-19 en cours devrait maintenant devenir LA plus grave urgence sanitaire de portée internationale.
mis à jour le 17 mars 2021

Introduction
Jusqu’à présent, personne n’a fourni la moindre preuve scientifique ou le moindre raisonnement permettant d’affirmer qu’une intervention humaine massive (c’est-à-dire la mise en œuvre à l’échelle mondiale de mesures de prévention des infections et la vaccination de masse) dans la pandémie de Covid-19 entraînera une diminution des taux de mortalité et de morbidité dans la population humaine. Ces interventions humaines à grande échelle ont été lancées sans tenir compte de la dynamique de population d’une pandémie naturelle causée par des infections virales aiguës (autolimitées). Le meilleur exemple d’une telle pandémie naturelle est probablement la pandémie de grippe H1N1 qui s’est produite pendant la première guerre mondiale (voir figure 1). L’évolution naturelle de cette pandémie de grippe n’a pas été perturbée par la mise en œuvre à grande échelle de mesures de prévention des infections ou de programmes de vaccination de masse. La pandémie a été caractérisée par 3 vagues avant que le virus ne devienne endémique.

Comment pouvons-nous envisager d’intervenir dans une pandémie naturelle sans avoir une compréhension de base de l’interaction évolutive entre le virus et le statut immunitaire de la population ? Les interventions non informées en matière d’hygiène, de confinement et d’immunité risquent de perturber la dynamique naturelle d’une pandémie et donc d’empêcher le virus et les défenses immunitaires de la population de parvenir à un compromis « viable » pour le virus et le système immunitaire, qui suit naturellement les trois vagues de mortalité et de morbidité. Lorsque le virus finit par s’entendre avec le système immunitaire, l’immunité collective empêchera le virus de provoquer une nouvelle série de vagues de morbidité et de mortalité, tout en étant suffisamment « fuyante » pour ne pas éradiquer le virus. Toute intervention qui augmente la pression immunitaire de la population sur le virus sans l’éradiquer conduira inévitablement à une fuite immunitaire virale sélective (voir ci-dessous).

L’échappement immunitaire viral sélectif est, par exemple, connu pour se produire lorsque la capacité de neutralisation des anticorps sériques (Abs) spécifiques de l’Ag (antigène) ne suffit pas à éliminer complètement les virus hautement mutables (par exemple, Coronavirus ; CoV) par manque de concentration ou d’affinité. En raison des mesures de prévention des infections à grande échelle mises en œuvre dès le début de la pandémie, la réplication et la propagation virales se sont produites de plus en plus dans un contexte de pression immunitaire élevée et ont donc conduit à un échappement immunitaire viral. Les variantes infectieuses qui ont commencé à apparaître fin 2020 sont une conséquence directe des mesures prises pour empêcher la propagation du virus.

Évolution naturelle d’une pandémie causée par une infection virale aiguë
La première vague de maladie (1) (et de mortalité) touche principalement les personnes âgées (ou, plus généralement, les sujets à faible immunité innée). La propagation virale croissante fait passer cette vague à une deuxième vague plus sévère dans les groupes d’âge plus jeunes. Par la suite, la baisse des titres Ab chez les sujets séropositifs (c’est-à-dire ceux qui ont récupéré d’une maladie contractée lors de la première vague) et l’augmentation de la pression infectieuse vont déclencher une troisième vague affectant les deux groupes d’âge. Cette troisième vague de maladie (et de mortalité) s’achève lorsque les personnes qui se remettent de la maladie vont mettre en place des Abs fonctionnelles contre la souche virale en circulation. Le virus n’a, en effet, aucune chance de provoquer une nouvelle vague de morbidité et de mortalité chez les personnes déjà infectées dont les titres d’anticorps ont entre-temps commencé à diminuer. En raison de la mémoire immunologique, la séroconversion dans ce segment de la population se produira désormais très rapidement tandis que les personnes ayant une immunité innée suffisante continueront à résister à la maladie. En d’autres termes, après la troisième vague d’une pandémie naturelle, la propagation virale diminuera considérablement grâce à une forte immunité collective composée d’une immunité adaptative et innée. Il est intéressant de noter que pendant une pandémie naturelle (c’est-à-dire sans intervention humaine), le virus n’a pas besoin de sélectionner des mutations qui le rendent plus infectieux.

Il est raisonnable de supposer que le CoV peut persister dans la population malgré l’immunité collective. Les sujets précédemment infectés de façon symptomatique peuvent propager le virus lors d’une réinfection lorsque leurs titres d’anticorps séroneutralisants ne sont plus suffisamment élevés pour freiner la réplication virale au niveau de la porte d’entrée des muqueuses. De même, les sujets infectés asymptomatiques (2) (c’est-à-dire la grande majorité des personnes jeunes et d’âge moyen) peuvent également transmettre le virus lors de la (ré)infection. Ainsi, après la fin de la pandémie, le virus continue à se propager dans la population, provoquant ainsi une infection endémique. Toutefois, tant que la majorité de la population dispose de titres d’anticorps spécifiques de S suffisamment élevés ou d’anticorps naturels (c’est-à-dire l’immunité collective !), les vagues de mortalité et de morbidité ne se produiront plus.

Porteurs asymptomatiques
L’infection par le CoV chez les porteurs asymptomatiques est abrogée après une courte période d’excrétion virale. La clairance virale chez ces sujets est probablement due à l’activation des cellules NK. Ces dernières sont capables de reconnaître les motifs associés au CoV, non spécifiques de l’Ag, à la surface des cellules épithéliales cibles infectées par le CoV. Comme la destruction par les cellules NK n’est pas spécifique de l’Ag, ce mécanisme immunitaire n’est pas susceptible d’échapper à l’immunité sélective (voir ci-dessous).

Pression immunitaire sélective et échappement immunitaire résultant d’une intervention humaine à grande échelle dans la pandémie
Toute intervention dans la pandémie qui, directement (par exemple, par le biais de campagnes de vaccination de masse) ou indirectement (par le biais de mesures de prévention de l’infection), exerce une pression importante sur le pouvoir infectieux du virus (et donc une pression sélective sur la protéine spike [S]) permettra au virus de s’échapper chaque fois qu’il sera exposé à des Abs spécifiques de la protéine S dont la concentration ou l’affinité est sous-optimale. Cela permettra inévitablement au virus de développer rapidement des variantes d’échappement immunitaire plus infectieuses. Les campagnes de vaccination de masse menées après une période prolongée de mesures de prévention de l’infection augmenteront considérablement la pression sur l’infectiosité virale en raison d’une large pression immunitaire sélective sur la protéine S (due aux Abs spécifiques de S). Cette pression de sélection immunitaire supplémentaire, surtout lorsqu’elle est exercée pendant la deuxième vague d’une pandémie de CoV, est susceptible de précipiter et d’amplifier l’échappement immunitaire viral. On peut raisonnablement supposer que la pression sélective cumulative sur l’infectiosité virale peut entraîner une augmentation spectaculaire des deuxième et troisième vagues de la pandémie et leur fusion en une vague encore plus importante de maladies et de décès qui finira par toucher toutes les couches de la population (éventuellement, à l’exception des jeunes enfants).

Vous trouverez plus de détails dans la vidéo suivante.


Source: https://www.geertvandenbossche.org/post/immediate-cancellation-of-all-ongoing-covid-19-mass-vaccination-campaigns


Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

2 commentaires sur « Un expert en vaccins : « Toute personne qui reçoit le vaccin COVID détruit son système immunitaire inné ». »

  1. quand j’entends ma voisine parlé de ce COVID et qu’elle a eu sa 1ère dose de vaccin, je ne me sus pas approchée d’elle. Les gens sont devenus complètement FOU, ne sachant pas la vérité. Tous les médias sont des MENTEURS

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :