2 00 5 minutes 5 mois 65

Des nouvelles formidables et accueillantes !

Beaucoup pensaient que le gouvernement travaillait main dans la main avec Big Pharma, en mettant en avant le vaccin comme seul choix, sans proposer de solutions moins coûteuses et de traitements médicamenteux.

Cependant, la dernière étude publiée par l’American Journal of Therapeutics demande que l’ivermectine soit à nouveau déployée pour traiter le COVID 19.

Dans l’article intitulé « Review of the Emerging Evidence Demonstrating the Efficacy of Ivermectin in the Prophylaxis and Treatment of COVID-19 », les chercheurs affirment ce qui suit :

« Les auteurs de l’étude ont constaté des réductions importantes et statistiquement significatives de la mortalité et du temps de récupération, en plus d’une « réduction significative des risques de contracter le COVID-19 avec l’utilisation régulière de l’ivermectine. »

Dans l’étude, ils citent également de nombreux exemples de « campagnes de distribution d’ivermectine entraînant une diminution rapide de la morbidité et de la mortalité à l’échelle de la population », ce qui les amène à conclure qu’en tant qu’agent oral, l’ivermectine est « efficace dans toutes les phases du COVID-19. »

Selon les auteurs, l’efficacité de l’ivermectine dans COVID-19 est étayée par les éléments suivants :

Depuis 2012, de multiples études in vitro ont démontré que l’ivermectine inhibe la réplication de nombreux virus, notamment la grippe, le Zika et la dengue.

  1. L’ivermectine inhibe la réplication du SRAS-CoV-2 et sa liaison aux tissus de l’hôte par plusieurs mécanismes observés et proposés.
  2. L’ivermectine possède de puissantes propriétés anti-inflammatoires, avec des données in vitro démontrant une inhibition profonde à la fois de la production de cytokines et de la transcription du facteur nucléaire-κB (NF-κB), le médiateur le plus puissant de l’inflammation.
  1. L’ivermectine diminue significativement la charge virale et protège contre les lésions organiques dans de multiples modèles animaux lors d’une infection par le SRAS-CoV-2 ou des coronavirus similaires.
  2. L’ivermectine prévient la transmission et le développement de la maladie COVID-19 chez les personnes exposées à des patients infectés.
  3. L’ivermectine accélère le rétablissement et prévient la détérioration chez les patients atteints d’une maladie légère à modérée et traités tôt après les symptômes.
  4. L’ivermectine accélère le rétablissement et évite l’admission en soins intensifs et le décès chez les patients hospitalisés.
  5. L’ivermectine réduit la mortalité chez les patients gravement malades atteints de COVID-19.
  6. L’ivermectine entraîne des réductions associées dans le temps des taux de mortalité dans les régions après des campagnes de distribution d’ivermectine.
  7. La sécurité, la disponibilité et le coût de l’ivermectine sont presque inégalés étant donné sa faible incidence d’interactions médicamenteuses importantes ainsi que ses effets secondaires légers et rares observés en près de 40 ans d’utilisation et des milliards de doses administrées.
  8. L’Organisation mondiale de la santé a depuis longtemps inscrit l’ivermectine sur sa « Liste des médicaments essentiels ».

« Dans le contexte de l’innocuité de longue date de l’ivermectine, de son faible coût et de sa grande disponibilité, ainsi que de la cohérence, de la reproductibilité et de la grande ampleur des résultats sur les taux de transmission, le besoin d’hospitalisation et la mortalité, un déploiement généralisé à la fois dans la prévention et le traitement a été proposé », notent les auteurs.
« Sur la base de la totalité des essais et des preuves épidémiologiques présentés dans cette revue, » concluent-ils, « l’ivermectine devrait être déployée globalement et systématiquement dans la prévention et le traitement du COVID-19. »

Quel serait votre choix personnel, si vous aviez la possibilité de choisir entre l’ivermectine et la vaccination ?


2 commentaires sur « RAPPORT MEDICAL : « L’ivermectine doit être déployée de manière globale et systématique ». »

  1. Mon choix est vite fait, le remède est plus sur qu’un vaccin qui est inutile qu’en cas de non remède.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.