RÉVÉLATIONS : Facebook finance une formation au « journalisme marxiste » liée au PCC pour former des propagandistes du régime plus efficaces.

Le « projet de journalisme » de Facebook a versé des millions de dollars dans des partenariats avec le Centre international pour les journalistes, principal sponsor d’une école de journalisme « marxiste » basée à Pékin et formant des personnes qui travailleront pour les médias d’État du Parti communiste chinois.


Le « projet de journalisme » de Facebook a injecté des millions de dollars dans des partenariats avec le Centre international des journalistes (ICFJ), principal sponsor d’une école de journalisme « marxiste » basée à Pékin et formant des personnes qui travailleront pour les médias d’État du Parti communiste chinois.
Le Facebook Journalism Project – qui a également injecté des centaines de millions de dollars dans des organes de presse et des opérations de vérification des faits – est associé au Centre international des journalistes (ICFJ) dans le cadre de diverses initiatives.

Les deux entités ont financé des organes basés en Afrique, en Amérique latine et au Moyen-Orient afin d’accroître et de façonner la couverture de COVID-19, tout en formant les journalistes à la « vérification des faits », que Facebook décrit comme « la lutte efficace et sûre contre la désinformation rampante sur les médias sociaux ».

Dans leur grande majorité, les « vérifications des faits » de la plateforme sont utilisées pour faire taire les articles critiquant les démocrates et le Parti communiste chinois.

Marxisme d’entreprise.
Aujourd’hui, The National Pulse peut révéler comment le partenaire de Facebook, l’ICFJ, finance également l’une des meilleures écoles de journalisme « marxistes » du Parti communiste chinois : l’École mondiale de journalisme d’affaires de l’Université de Tsinghua.
Facebook a envoyé ses cadres, dont la vice-présidente Lori Goler, pour donner des conférences dans cet établissement marxiste.


Parmi les collaborateurs de cette entreprise figurent Merrill Lynch, Bloomberg, Deloitte et la Knight Foundation, qui finance de nombreux outils de vérification des faits utilisés par des plateformes telles que Facebook.


LES PARTENAIRES DE TSINGHUA.
Une lettre d’introduction à l’école de journalisme Global Business de Tsinghua décrit son objectif explicite : accomplir les « tâches des médias d’information » définies par le Comité central du gouvernement chinois.

Afin de « former des professionnels talentueux » capables « d’atteindre ces objectifs », le doyen de l’école contrôlée par le parti communiste chinois cherche à appliquer le marxisme – surnommé « l’orientation politique correcte » – au journalisme :

« Nous devons nous engager à adopter une orientation politique ferme et correcte. Notre école explore activement la théorie et les pratiques du journalisme marxiste, à savoir l’application de la théorie marxiste à l’observation du monde, à la sélection et à la gestion de la production d’informations. »

La mission de l’école basée à Pékin consiste essentiellement à former des journalistes qui « prennent en charge l’opinion publique », plutôt que de mettre l’accent sur des reportages factuels et objectifs.

En conséquence, les anciens élèves du programme travaillent souvent pour des médias tels que la télévision centrale chinoise, l’agence de presse Xinhua, le China Daily et le People’s Daily. Ces médias sont les principaux acteurs du paysage médiatique d’État chinois, qui ont été identifiés comme une « arme de longue date dans l’arsenal répressif de Pékin » dont la « mission est d’attaquer les ennemis désignés du Parti communiste ».

L’ICFJ a également souligné qu’elle avait facilité la collaboration entre l’école de journalisme et l’East-West Institute, partenaire de longue date et bénéficiaire du financement de la China-United States Exchange Foundation (CUSEF). La CUSEF a été fondée par le vice-président de « l’entité la plus haut placée pour superviser » le Front uni de la Chine, que la Commission d’examen de la sécurité et de l’économie des États-Unis et de la Chine considère comme cherchant à « coopter et neutraliser les sources d’opposition potentielle aux politiques et à l’autorité du Parti communiste chinois au pouvoir » et à « influencer les communautés chinoises d’outre-mer, les gouvernements étrangers et d’autres acteurs pour qu’ils prennent des mesures ou adoptent des positions favorables à Pékin ».

Avec l’aide de sociétés de lobbying occidentales, CUSEF a entrepris de « diffuser efficacement des messages positifs aux médias, aux personnes influentes et aux leaders d’opinion, ainsi qu’au grand public » concernant la Chine, selon les documents déposés auprès du ministère de la justice en vertu de la loi FARA (Foreign Agent Registration Act).

La collaboration avec Tsinghua est également flagrante étant donné que l’université aurait lancé des cyberattaques contre le gouvernement américain, qu’elle a un « lien clair » avec le gouvernement chinois sur les questions de technologie et de sécurité nationale, selon le département d’État américain, et qu’elle est l’alma mater du président Xi Jinping.

Xi Jinping conserve un lien étroit avec l’université, ayant récemment rencontré le conseil consultatif de l’institution au Grand Hall du Peuple du Parti communiste chinois.


La France n’est-elle pas affectée par le Parti Communiste Chinois piloter par le sionismes !


Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Un avis sur « RÉVÉLATIONS : Facebook finance une formation au « journalisme marxiste » liée au PCC pour former des propagandistes du régime plus efficaces. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :