1 00 21 minutes 7 mois 343
Bill Gates insists synthetic beef is a necessary strategy to address climate change.
Bill Gates veut vous faire croire que manger du bœuf synthétique est une stratégie nécessaire pour lutter contre le changement climatique, mais lui, ainsi que le fondateur d’Amazon, Jeff Bezos, Google et d’autres ont un grand intérêt financier à vous faire passer à un régime composé à 100 % de bœuf synthétique.

Le France médias numérique subit une censure sur de nombreux canaux sociaux. Assurez-vous de rester en contact avec les nouvelles qui comptent en vous abonnant à notre top des nouvelles du jour. C’est gratuit.

L’histoire en un clin d’œil :

Bill Gates, qui a cofinancé le démarrage de l’entreprise d’imitation de viande Impossible Foods, insiste désormais sur le fait que le bœuf synthétique est une stratégie nécessaire pour lutter contre le changement climatique.
Gates souhaite que les Américains et les autres pays occidentaux adoptent un régime alimentaire composé à 100 % de bœuf synthétique. Par coïncidence, l’Oregon propose actuellement une initiative de vote pour les élections générales de 2022 qui interdirait effectivement la plupart des ventes et de la consommation de viande dans l’État.
La pétition d’initiative 13 transformerait l’Oregon en un « État sanctuaire pour les animaux » en supprimant les exemptions pour les bonnes pratiques d’élevage, en criminalisant l’élevage et l’abattage d’animaux destinés à la consommation et en reclassant les pratiques traditionnelles d’élevage telles que l’insémination artificielle comme « agression sexuelle ».
Cela s’inscrit dans le cadre des objectifs d’émissions nettes zéro annoncés par l’administration Biden, qui vise à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005, et à atteindre des émissions nulles au plus tard en 2050.
Forcer les gens à réduire ou à éliminer leur consommation de viande bovine fait partie de l’agenda climatique. Gates l’explique dans son livre, et le Forum EAT, qui collabore avec près de 40 gouvernements dans le monde pour transformer le système alimentaire, travaille en étroite collaboration avec des entreprises de viande d’imitation, dont Impossible Foods.


Comme vous l’avez peut-être entendu, Bill Gates a acheté des terres agricoles dans 18 États américains par le biais de diverses filiales. Au total, il possède maintenant environ 242 000 acres de terres agricoles. Il est également un promoteur de longue date des organismes génétiquement modifiés (OGM) et a récemment commencé à appeler à une transition complète de la viande vers la viande cultivée en laboratoire et d’autres sources alimentaires fausses et non naturelles, telles qu’un microbe riche en protéines trouvé dans un geyser de Yellowstone.

Étant donné que Gates promeut toujours des solutions et des industries dans lesquelles il a des investissements financiers, il n’est pas surprenant qu’il insiste sur le fait que le bœuf synthétique est une stratégie nécessaire pour lutter contre le changement climatique, ayant cofinancé le démarrage de l’entreprise de viande d’imitation Impossible Foods. Parmi les autres investisseurs figurent Jeff Bezos, fondateur de Google et d’Amazon.com.

L’appel à remplacer le bœuf par de la fausse viande est lancé dans le livre de M. Gates intitulé « How to Avoid a Climate Disaster : The Solutions We Have and the Breakthroughs We Need », qui a été publié en février 2021.


L’idée est qu’en éliminant le bétail, on réduirait les émissions de méthane, un gaz à effet de serre. Cependant, l’idée que le bétail est une source importante de méthane ne s’applique qu’aux animaux élevés dans des exploitations d’alimentation animale concentrées, où ils sont nourris avec un régime inapproprié de céréales OGM – et non aux animaux en pâturage élevés avec un régime d’herbes adapté à leur espèce.

Ainsi, en réalité, une réponse beaucoup plus durable et saine consisterait à abandonner les exploitations d’alimentation animale concentrée et à revenir aux systèmes de gestion intégrée des troupeaux, qui constituent un élément important de l’agriculture régénérative, car le pâturage du bétail optimise la qualité du sol et améliore la qualité et la quantité des cultures.

Publicités

Un projet de loi de l’Oregon vise à interdire la viande.

M. Gates ne suggère pas que les États-Unis réduisent un tant soit peu leur consommation de viande. Il veut que les Américains et les autres nations occidentales passent à un régime composé à 100 % de bœuf synthétique. Mi-février 2021, il a déclaré à Technology Review :

« Je pense vraiment que tous les pays riches devraient passer à du bœuf 100% synthétique. On peut s’habituer à la différence de goût, et on prétend que le goût sera encore meilleur avec le temps. Au bout du compte, cette prime verte est suffisamment modeste pour que l’on puisse modifier le [comportement] des gens ou utiliser la réglementation pour modifier totalement la demande. »

Gates n’est pas étranger à la promotion de réglementations qui modifient la demande des consommateurs. C’est donc une curieuse coïncidence qu’un État américain – l’Oregon – propose maintenant une initiative de vote pour les élections générales de 2022 qui interdirait effectivement la vente et la consommation de viande dans l’État.

Sur l’échelle de la folie, c’est une idée folle qui semble tout droit sortie du site satirique « The Onion ». Mais si, comme Gates, vous essayez d’imposer une transition vers le bœuf synthétique et d’autres sources alimentaires brevetées, c’est une étape logique, voire nécessaire.

Comme l’explique la vidéo de Ice Age Farmer ci-dessus, l’Initiative Petition 1310 (IP13) transformerait l’Oregon en un « État sanctuaire pour les animaux » en supprimant les exemptions pour les bonnes pratiques d’élevage, en criminalisant l’élevage et l’abattage d’animaux destinés à la consommation dans l’État et en reclassant les pratiques traditionnelles d’élevage telles que l’insémination artificielle et la castration comme « agression sexuelle ».

Le seul type de viande naturelle dont la transformation et la consommation seraient autorisées serait un animal ayant vécu au moins un quart de sa durée de vie naturelle ou mort de causes naturelles, ce qui signifie généralement que la viande est immangeable en raison de son âge ou d’une maladie. La mise à mort d’un animal ne serait légale qu’en cas de « légitime défense humaine ». Comme le rapporte Farm Progress :

« Les groupes d’éleveurs disent que l’initiative a des implications dangereuses pour leur industrie. Ils font remarquer que le texte de la proposition vise spécifiquement le transport du bétail, la production de volaille et les méthodes d’abattage communément acceptées, ainsi que la pêche, la chasse, le piégeage, la gestion de la faune et d’autres activités liées aux animaux…

La directrice exécutive de l’Oregon Cattlemen’s Association, Tammy Dennee, a déclaré à Farm Progress : « Si l’on résume vraiment la situation, on parle de production alimentaire locale… Les consommateurs sont très sensibilisés à l’achat local et à la compréhension de l’approvisionnement alimentaire local, et il n’y a pas de meilleure production alimentaire locale qu’avec un producteur de bœuf local ».


Remplacer le bœuf par de la fausse nourriture fait partie de l’agenda climatique.

S’il était adopté, le projet de loi entraînerait l’élimination d’une grande majorité des 12 000 producteurs de viande bovine de l’Oregon, qui élèvent en moyenne 1,3 million de têtes de bétail chaque année. L’industrie ne survivrait tout simplement pas aux règles proposées qui exigeraient que les bovins soient nourris et soignés pendant au moins cinq ans avant d’être abattus. En bref, à quelques exceptions près, l’élevage serait fermé, laissant la viande synthétique brevetée comme seule option.

Comme l’a noté Ice Age Farmer, cette initiative s’inscrit dans le cadre des objectifs d’émissions nettes zéro annoncés par l’administration Biden, qui vise à réduire de moitié les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2005, et à atteindre des émissions zéro au plus tard en 2050.

Les médias grand public se sont empressés de rejeter les allégations selon lesquelles le plan d’émissions nettes zéro aurait un rapport quelconque avec la disponibilité de la viande ou aurait un impact quelconque sur celle-ci, pour la simple raison que personne au sein de l’administration n’a jamais mentionné les mots « bœuf » ou « viande ».

Cependant, une analyse du Daily Mail suggère que la réduction de la consommation de viande à 4 livres par personne et par an (0,18 once par jour, ou un hamburger de taille moyenne par mois) devrait faire partie de ce plan, en plus du changement des voitures que nous conduisons et de la façon dont nous chauffons nos maisons.

Le fait est que M. Biden n’a donné aucun détail sur la manière dont les réductions d’émissions seront réalisées, et il semble donc prématuré de rejeter d’emblée une réduction de la consommation de viande. Il ne fait aucun doute que forcer les gens à réduire ou à éliminer leur consommation de viande fait partie de l’agenda climatique. Gates l’explique clairement dans son livre, il ne s’agit donc pas d’une théorie de la conspiration sans fondement.

Les dons sont déductibles des impôts dans toute la mesure permise par la loi.

https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=LWBLAPVEAC5M6


Poussée mondiale pour réinventer le système alimentaire pour le pire.

Une autre source officielle prouvant que le bœuf synthétique nous sera imposé, de gré ou de force, est le Forum EAT, qui se décrit comme le « Davos de l’alimentation ». L’EAT Forum est cofondé par le Wellcome Trust (une organisation financée par et stratégiquement liée à GlaxoSmithKline, un fabricant de vaccins dans lequel Gates est financièrement investi), et collabore avec près de 40 gouvernements municipaux en Europe, en Afrique, en Asie, en Amérique du Nord, en Amérique du Sud et en Australie.

Le Forum EAT aide également le Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), financé par Gates, à élaborer des directives diététiques actualisées. La restructuration des politiques alimentaires mondiales par le Forum fait partie intégrante de la Grande Réinitialisation, qui vise à « réinitialiser » tous les aspects imaginables de la vie et de la société.

La plus grande initiative du Forum EAT s’appelle FReSH, dont l’objectif est de transformer le système alimentaire dans son ensemble. Parmi les partenaires de ce projet figurent Bayer, Cargill, Syngenta, Unilever et Google. Comme le rapporte The Defender :

« Selon Frederic Leroy, professeur de science alimentaire et de biotechnologie à l’Université de Bruxelles, le réseau EAT travaille en étroite collaboration avec certaines des plus grandes entreprises de viande d’imitation, dont Impossible Foods et d’autres sociétés de biotechnologie, afin de remplacer les aliments nutritifs sains par les concoctions de laboratoire génétiquement modifiées de Gates. »

De même, le ministère irlandais de l’agriculture a annoncé qu’il devait « réduire la taille du cheptel national pour diminuer les émissions de méthane. » Comme l’a noté Ice Age Farmer, il n’existe pas de « troupeau national », ou un troupeau qui appartient à la nation dans son ensemble, donc ce qu’ils disent vraiment est « nous allons éliminer les éleveurs et les agriculteurs pour atteindre nos objectifs climatiques. »

Que le président Biden prononce ou non le mot « bœuf » dans le cadre de son programme climatique n’a donc aucune importance. Il est clair qu’un effort coordonné est en cours pour pousser à une restructuration globale de notre système alimentaire, dans le but de se débarrasser de l’indépendance alimentaire et de forcer les gens à dépendre de sources alimentaires brevetées, y compris des produits animaux synthétiques brevetés comme le « bœuf » cultivé en laboratoire – le tout sous le faux drapeau de la correction climatique et du sauvetage de la planète.

La vérité est que ce n’est rien d’autre qu’une gigantesque prise de pouvoir. Celui qui contrôle la nourriture contrôle la nation, et ce soi-disant programme climatique n’a rien à voir avec la réduction des émissions et tout à voir avec la déresponsabilisation des gens, en nous empêchant de cultiver de la nourriture, et en nous forçant à entrer dans un système contrôlé où nous devons compter sur des aliments brevetés pour survivre. Il est difficile d’imaginer un programme plus néfaste.


Une loi californienne pourrait provoquer une pénurie de porc

Les démocrates californiens se battent également pour une loi visant à augmenter les espaces de vie des porcs, qui passeraient d’une moyenne de 13 à 16 pieds carrés à un minimum de 24 pieds carrés par animal. Cette loi, si elle est appliquée, entraînerait une hausse des coûts pour les producteurs de porc dans tout le pays.

Si les agriculteurs n’ont pas les moyens d’agrandir leurs installations, une pénurie de porc pourrait s’ensuivre en Californie, car l’État n’autoriserait pas les agriculteurs non conformes à vendre sur son territoire. S’ils se conforment à la norme californienne et se développent, le porc deviendra plus cher dans tout le pays.

Le National Pork Producers Council intente actuellement une action en justice afin d’empêcher l’entrée en vigueur de la loi. Une décision est attendue vers le milieu de l’été 2021. Si le tribunal tranche en faveur des législateurs, la loi entrera en vigueur en 2022. Comme le rapporte la California Political Review :

« Les habitants de la Californie mangent environ 15 % de la viande de porc consommée aux États-Unis, mais la plupart de cette viande provient de producteurs du Midwest et du Sud-Est. Et à l’heure actuelle, seuls 4 % environ des porcs reproducteurs américains … vivent dans un espace aussi vaste, selon Christine McCracken, analyste principale des protéines animales chez Rabobank.

« L’essentiel est que les producteurs de porcs … devront soit changer leur mode d’élevage, soit ne pas vendre de viande sur un marché important … En d’autres termes, les grandes entreprises agroalimentaires vont tuer le petit agriculteur en Californie – c’est vraiment ce dont il s’agit. »

La production alimentaire traditionnelle de plus en plus criminalisée.

Comme l’a noté l’agriculteur de l’âge de glace, les lois de l’Oregon et de la Californie ne sont que deux exemples d’une liste croissante d’efforts législatifs dans le monde entier qui « déplacent le poteau de but sur la façon dont vous êtes autorisé à créer de la nourriture ».

Rendre l’agriculture plus difficile et plus coûteuse par l’ajout de réglementations difficiles à respecter est clairement une stratégie efficace pour éliminer les petits producteurs alimentaires, et la tendance est claire.

Pour ne citer qu’un exemple, les règles britanniques de protection de l’eau pour les agriculteurs introduites en 2018 vont maintenant être appliquées, ce qui finira par empêcher de nombreux agriculteurs d’épandre leur propre fumier sur leurs propres terres pendant la saison des jachères (automne et hiver), comme cela se fait depuis des générations. Au lieu de cela, ils doivent maintenant trouver un moyen de stocker le fumier jusqu’à la saison de croissance, ou payer pour s’en débarrasser d’une autre manière.

Pendant ce temps, l’Australie a récemment reclassé le fumier, qui n’avait pas de classification spécifique, en « déchets industriels dangereux », et dans l’UE, une nouvelle loi sur les semences criminalise la conservation traditionnelle des semences.

La réglementation vise les pratiques agricoles régénératrices.

En avril 2021, la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis a averti que les exploitations agricoles cultivant des légumes verts à feuilles devaient « mettre en œuvre des mesures préventives fondées sur la science et les risques » pour prévenir une éventuelle contamination par E. coli provenant d’élevages bovins voisins.

« Ne vous méprenez pas, cependant, le message de la FDA ne s’adresse pas seulement aux fermes, mais à toute entité impliquée dans la production commerciale, la transformation et la vente de légumes verts à feuilles provenant de la région de culture de la côte centrale de Californie. Le message est que, sans mesures préventives efficaces, ces légumes verts à feuilles sont en violation des normes réglementaires fédérales en matière de sécurité alimentaire », écrit Food Safety News.

Pour être clair, il est évident que nous voulons tous et avons tous besoin d’une production alimentaire propre et sûre. Le problème est que cet objectif bienveillant est mis à profit pour imposer des règles qui ont un but totalement différent, à savoir l’élimination des petits producteurs alimentaires et des producteurs d’aliments complets naturels.

En substance, la FDA trace une ligne qui peut, à terme, empêcher les agriculteurs de cultiver des légumes verts à feuilles et du bétail ensemble, ce qui est le cœur même de l’agriculture régénérative. Vous avez besoin de cultures et d’animaux de pâturage ensemble. C’est ainsi que l’on optimise à la fois le rendement et la sécurité. L’objectif est de nous pousser vers un système alimentaire de faux aliments brevetés, il est donc crucial d’interpréter toutes les nouvelles règles en gardant cela à l’esprit.

Appel à l’action.

Comme le souligne Ice Age Farmer, nous devons nous unir et lutter contre cette tendance à tous les niveaux. Nous devons demander à nos représentants politiques de voter non aux projets de loi qui restreignent la liberté alimentaire, et refuser de manière non violente de se conformer à des règles alimentaires draconiennes comme l’interdiction du partage des semences.

Si vous vivez en Oregon et que vous pouvez voter lors des élections générales de 2022, assurez-vous de voter NON à l’IP13. Vous pouvez également soutenir la sécurité alimentaire locale et un système alimentaire sain et sûr en achetant de la nourriture à vos agriculteurs locaux et en les encourageant à passer au bio, à la biodynamie ou à la régénération s’ils ne le font pas déjà.

Permettre aux technocrates de prendre le contrôle du système alimentaire – ce qu’ils essaient de faire en criminalisant et en rendant toujours plus difficile la culture et l’élevage – est un coup fatal dont l’humanité ne pourra peut-être pas se remettre. Le bœuf synthétique est un aliment ultra-transformé, et il a été démontré à plusieurs reprises que les aliments transformés augmentent le risque de maladies chroniques et de mort précoce. La vraie nourriture est une nécessité pour la santé, et doit être protégée et combattue à tout prix.


Publicités


Une réflexion sur “ La véritable raison pour laquelle Bill Gates, Jeff Bezos et Google veulent que vous mangiez de la « viande » cultivée en laboratoire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.