GRANDE NOUVELLE : Un juge fédéral indique qu’il pourrait mettre fin à la couverture médiatique de Twitter dans l’affaire Dr. Shiva – La police de la parole panique – Regardez l’audience en direct le 20 mai.

twitter censure

Un juge fédéral du Massachusetts va obliger Twitter à expliquer s’il s’agit ou non d’un « acteur étatique » ou d’une véritable entreprise privée, et les effets pourraient être importants pour mettre un terme à l’oppression des opinions conservatrices par Big Tech.

Le Dr Shiva Ayyadurai, l’homme qui a inventé le courrier électronique, s’est présenté au Sénat américain dans le Massachusetts en tant que républicain et a fait des allégations de fraude électorale sur Twitter. Ces tweets ont ensuite été supprimés par le géant technologique d’extrême-gauche. On a découvert plus tard qu’ils avaient été supprimés sur ordre d’employés du bureau du secrétaire d’État du Massachusetts.

En découvrant cela, le Dr Ayyadurai a déposé lui-même un procès fédéral, alléguant que ses droits civils fédéraux ont été violés lorsque le gouvernement a réduit au silence son discours politique afin d’affecter une élection.

Le juge fédéral Mark L. Wolf, nommé par Reagan en 1985, a fixé une audience sur les requêtes en cours pour le 20 mai 2021 à 9h30 HNE. Ses ordonnances montrent clairement qu’il prend cette affaire au sérieux et le tribunal met en lumière plusieurs affaires pertinentes qui devraient donner à Twitter et à ses copains de l’industrie des grandes technologies un peu de répit.

TRENDING : GRANDE NOUVELLE : Un juge fédéral signale qu’il pourrait mettre fin à l’immunité de Twitter dans l’affaire Dr. Shiva – La police de la parole panique – Regardez l’audience en direct le 20 mai.

En citant ces deux affaires, les observateurs juridiques notent que le juge signale que les jours où Twitter prétend être une entreprise privée afin d’éviter d’opprimer clairement les discours conservateurs, de bannir des dizaines de journalistes conservateurs et de promouvoir des opinions libérales, pourraient toucher à leur fin :


« Une entité privée peut être qualifiée d’acteur étatique dans quelques circonstances limitées – y compris, par exemple, […] lorsque le gouvernement oblige l’entité privée à prendre une mesure particulière… »

Blum v. Yaretsky, 457 U.S. 991, 1004 (1982)

« un État ne peut normalement être tenu responsable d’une décision privée que lorsqu’il a exercé un pouvoir coercitif ou a fourni un encouragement si important, que ce soit ouvertement ou secrètement, que le choix doit en droit être considéré comme celui de l’État ».

Cette affaire pourrait signifier la fin de la CDA 230.
La CDA 230 est la disposition de la loi sur la décence des communications de 1996 qui accorde aux entreprises de l’internet et des médias sociaux une immunité juridique contre les poursuites en raison du contenu qu’elles publient.


Cette disposition légale donne aux entreprises comme Facebook et Twitter un moyen de rejeter les poursuites judiciaires, mais elle leur donne aussi la possibilité d’agir en toute impunité, de sorte que leurs actions ne peuvent être contestées juridiquement. Ces entreprises ont, selon leurs détracteurs, abusé de cette immunité en supprimant les opinions, les points de vue et le journalisme dissidents, et plus particulièrement conservateurs.

Comme le Dr Ayyadurai n’a pas débattu des « conditions de service » de Twitter, tout dépendra plutôt du degré d’interaction entre Twitter et le gouvernement de l’État du Massachusetts.

Et selon le Dr. Ayyadurai, ces liens ont déjà été prouvés dans les témoignages, puisque Twitter a construit un portail spécial offert à certaines entités gouvernementales afin que les représentants du gouvernement puissent signaler et supprimer les contenus qu’ils n’apprécient pas pour quelque raison que ce soit, dans le cadre de ce qu’ils appellent le « statut de partenaire de Twitter ».


Cela pose la question de savoir si la CDA 230 peut être utilisée pour violer les droits civils de quelqu’un en permettant au gouvernement de faire quelque chose par le biais d’une société privée qu’il ne pourrait pas faire autrement : réduire au silence leur discours politique. Le Dr Ayyadurai affirme que la Constitution l’emporte sur la CDA 230 et que le gouvernement ne peut pas confier à des acteurs privés le soin de réduire au silence les discours des personnes avec lesquelles il n’est pas d’accord, et que le gouvernement et Twitter agissent ensemble comme un seul homme : Twitter est essentiellement un acteur étatique.

Le journaliste conservateur Charles Johnson a été le premier journaliste banni de Twitter en 2015. Le journaliste conservateur James O’Keefe a été le premier à révéler que Twitter « bannissait à l’ombre » les opinions politiques avec lesquelles il n’était pas d’accord en 2018, O’Keefe a ensuite été banni définitivement de Twitter.

L’éditeur de Gateway Pundit, Jim Hoft, a été définitivement banni de Twitter après avoir publié des preuves vidéo de la fraude électorale lors de l’élection de 2020 dans le Michigan en février de cette année.

Presque tous les tribunaux qui se sont penchés sur l’immunité au titre de la CDA 230 depuis 2001 ont préservé l’immunité des entreprises de médias sociaux. C’est la première fois en plus de 20 ans qu’il existe une possibilité de l’annuler ou de suggérer que la Constitution est supérieure à la loi et qu’un fournisseur d’accès à Internet, en vertu de la loi, pourrait être un « acteur étatique » aux fins de la législation sur les droits civils.

Selon les observateurs juridiques, il s’agit de la première affaire de ce type à avoir une chance.

Certains craignent que Twitter et Facebook ne se réjouissent de la fin de la CDA 230, afin d’éliminer toute concurrence pour la domination des médias sociaux en renforçant la réglementation de l’État. Cette tactique est connue dans les cercles économiques sous le nom de « recherche de rente » et de « construction de douves », lorsque des entreprises dominantes cherchent à accroître la charge réglementaire pesant sur les autres afin d’empêcher la concurrence et l’innovation parmi les nouveaux venus qui pourraient remettre en cause leur domination du marché.

L’audience est fixée au jeudi 20 mai.

** Vous pouvez regarder l’audience en direct sur Zoom le 20 mai.

** Pour vous inscrire à l’audience Zoom, visitez le site https://forms.mad.uscourts.gov/courtlist.html et sélectionnez ensuite la date du jeudi 20 mai 2021 et le juge Wolf.

** Vous pouvez faire un don pour soutenir France médias numérique

https://www.paypal.com/donate/?hosted_button_id=LWBLAPVEAC5M6


Publié par Mohamed Tahiri

Lanceur d'alerte

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :