Site icon FRANCE MEDIAS NUMERIQUE

Une nouvelle étude met en évidence les problèmes de sécurité et d’efficacité des masques faciaux


Une nouvelle étude sur les masques faciaux met en évidence leur inefficacité, leur manque de sécurité et leur capacité à provoquer des problèmes de santé physiologiques, psychologiques et à long terme, qui peuvent se traduire par une suppression immunitaire, une aggravation des maladies chroniques, un vieillissement accéléré et une mort prématurée.

Baruch Vainshelboim, qui travaille dans la division de cardiologie du Veterans Affairs Palo Alto Health Care System de Stanford, en Californie, est l’un des derniers à tirer la sonnette d’alarme sur le fait que les masques faciaux devraient être évités pour le grand public.

Il ne s’agit pas simplement de savoir s’ils « fonctionnent » ou non – bien que, comme il l’écrit, « les preuves scientifiques de l’efficacité des masques faciaux font défaut » – ou de se dire qu’il vaut mieux porter quelque chose que de ne rien porter car, comme le note Vainshelboim, « les effets physiologiques, psychologiques et sanitaires indésirables sont établis »[i].

Le paradoxe, note-t-il, est apparent depuis le début, car le SRAS-CoV-2 affecte le système respiratoire, ce qui peut entraîner une insuffisance respiratoire et la mort (bien qu’il faille noter que le taux de létalité est faible – nettement inférieur à 1 % ou, selon le Dr Anthony Fauci et ses collègues en mars 2020, les conséquences peuvent être « plus proches de celles d’une grippe saisonnière grave »[ii]).

Les masques faciaux, par leur nature même, restreignent la respiration, ce qui remet en question leur fondement clinique en tant que stratégie de protection. Les masques faciaux peuvent provoquer un faible taux d’oxygène dans le sang (hypoxémie) ainsi qu’un excès de dioxyde de carbone dans la circulation sanguine (hypercapnie), et peuvent « augmenter le risque de complications respiratoires, d’autocontamination et d’exacerbation de maladies chroniques existantes »[iii].

Quatre hypothèses contre les masques faciaux — avec un fort soutien scientifique

Vainshelboim a formulé quatre hypothèses, qui ont été publiées dans la revue Medical Hypotheses, accompagnées d’un soutien scientifique offrant une validation[iv]. Le fait que ce rapport soit publié dans Medical Hypotheses est important, car la revue existe pour faire la lumière sur des sujets qui pourraient autrement être enterrés.

« Ce n’est pas une revue conventionnelle et c’est précisément pour cela qu’elle existe », a noté l’American Institute for Economic Research (AIER). « Elle a été fondée sur la préoccupation que des observations scientifiques valables qui s’écartent des tendances actuelles ne passeront pas le processus conventionnel d’examen par les pairs avec une thèse qui est radicale ou qui brise un moule émergent. »[v]

Compte tenu des efforts continus visant à censurer la liberté d’expression et à déplafonner les sites Web de santé qui explorent des sujets en dehors du récit officiel, des revues comme celles-ci sont plus importantes que jamais. Les hypothèses de Vainshelboim comprennent :[vi]

La pratique du port de masques faciaux a compromis le profil de sécurité et d’efficacité.
Les masques médicaux et non médicaux sont inefficaces pour réduire la transmission interhumaine et l’infectivité du SRAS-CoV-2 et du COVID-19.
Le port de masques faciaux a des effets physiologiques et psychologiques négatifs.
Les conséquences à long terme du port de masques faciaux sur la santé sont néfastes
La sécurité et l’efficacité font défaut

L’hypoxémie et l’hypercapnie légères à modérées que peut provoquer le port d’un masque facial interfèrent avec les besoins de l’organisme en oxygène et l’élimination du dioxyde de carbone, ce qui entraîne une série d’effets physiologiques :[vii]


La sécurité et l’efficacité font défaut

L’hypoxémie et l’hypercapnie légères à modérées qui peuvent se produire lors du port d’un masque facial interfèrent avec les besoins de votre corps en oxygène et l’élimination du dioxyde de carbone, ce qui entraîne une série d’effets physiologiques :[vii]

Higher contribution of anaerobic energy metabolismDecrease in pH levels
Increase in cells and blood acidityToxicity
Oxidative stressChronic inflammation
ImmunosuppressionHealth deterioration


Ces risques ne sont accompagnés que d’une illusion de sécurité. Le diamètre du fil des masques faciaux médicaux et non médicaux varie de 55 micromètres (µm) à 440 µm, alors que le SRAS-CoV-2 a un diamètre de 60 nanomètres (nm) à 140 nm, soit plus de 1 000 fois plus petit. Cela signifie que le virus peut passer à travers la plupart des masques faciaux, qui ont déjà un taux de filtration à faible efficacité de 0,7 % à 26 % pour les masques non chirurgicaux en coton[viii].

Un certain nombre d’études cliniques remettent également en cause leur efficacité, notamment une étude qui n’a montré aucune différence significative dans la transmission de gouttelettes de coronavirus de particules >5 µm chez les personnes symptomatiques portant ou non un masque facial[ix].

De plus, Vainshelboim a noté que  » parmi les individus asymptomatiques, aucune gouttelette ou aérosol de coronavirus n’a été détectée chez aucun participant avec ou sans le masque, ce qui suggère que les individus asymptomatiques ne transmettent ni n’infectent d’autres personnes « [x].

Effets physiologiques et psychologiques indésirables

Le fait de restreindre la respiration pendant de longues périodes en portant un masque facial est susceptible d’aggraver les conditions cardiopulmonaires, métaboliques, vasculaires et neurologiques existantes, tout en ayant des effets indésirables importants sur le plan physique et psychologique.

Une étude réalisée en 2015 sur des travailleurs de la santé a révélé que ceux qui portaient des masques en tissu présentaient le taux le plus élevé de maladies de type grippal, les chercheurs mettant en garde contre l’utilisation de masques en tissu car la rétention d’humidité, la réutilisation des masques et la mauvaise filtration pourraient augmenter le risque d’infection[xi]. L’examen des recherches de Vainshelboim a en outre révélé les effets indésirables suivants des masques faciaux.

Comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessous, les effets physiologiques et psychologiques peuvent s’ajouter aux conséquences à long terme sur la santé, y compris les effets néfastes sur le système immunitaire, l’aggravation des maladies chroniques et le vieillissement accéléré et la mort prématurée :[xii]

Physiological EffectsPsychological EffectsHealth Consequences
HypoxemiaActivation of « fight or flight » stress responseIncreased predisposition for viral and infection illnesses
HypercapniaChronic stress conditionHeadaches
Shortness of breathFearAnxiety
Increased lactate concentrationMood disturbancesDepression
Decline in pH levelsInsomniaHypertension
AcidosisFatigueCardiovascular disease
ToxicityCompromised cognitive performanceCancer
Inflammation Diabetes
Self-contamination Alzheimer’s disease
Increase in stress hormone levels (adrenaline, noradrenaline and cortisol) Exacerbation of existing conditions and diseases
Increased muscle tension Accelerated aging process
Immunosuppression Health deterioration
  Premature mortality

Le port de masques faciaux déshumanise également les liens sociaux, qui sont un besoin humain fondamental. Selon Vainshelboim :[xiii]


« La connectivité de base entre humains par l’expression du visage est compromise et l’identité propre est en quelque sorte éliminée. Ces mouvements de déshumanisation suppriment partiellement l’unicité et l’individualité de la personne qui porte le masque facial ainsi que de la personne connectée. »

36 études montrent le manque de sécurité et d’efficacité des masques faciaux

Notre base de données GreenMedInfo.com sur les masques faciaux contient 36 études sur le manque de sécurité et d’efficacité de ce qui est devenu, dans de nombreux domaines, une forme obligatoire de politique de santé publique à ne pas remettre en question. Un professeur de l’Université de New York, Mark Crispin Miller, a même été critiqué pour avoir exhorté ses étudiants à faire preuve d’esprit critique à l’égard des allégations concernant les masques, ce qui est tout à fait approprié pour son cours sur la persuasion de masse et la propagande[xiv].

« Je crois qu’ils devraient penser par eux-mêmes et étudier les preuves de toute affirmation ou de tout mandat, au lieu de se plier à l’autorité. C’est mon obligation intellectuelle et civique, en tant qu’enseignant, quelle que soit la politique officielle de NYU ou de l’État de New York. C’est une chose d’attendre des étudiants qu’ils obéissent aux règles de leur institution, mais c’en est une autre de les inciter à ne pas y réfléchir. »


Malheureusement, c’est le même thème qui est repris par les médias grand public, qui exhortent le public à accepter la nouvelle culture des masques, alors même que l’Organisation mondiale de la santé et le CDC l’ont précédemment déconseillée. Comme l’a noté l’AIER :[xvi]

« Étant donné que le masquage de populations saines pendant de longues périodes est une nouvelle politique, il est stupéfiant que les médias et les revues scientifiques aient décidé en quelques mois que l’efficacité de cette pratique ne pouvait pas être remise en question ou étudiée, ni ses effets indésirables discutés. »


De même, M. Vainshelboim a conclu qu’étant donné les nombreux risques et défis liés à leur sécurité et à leur efficacité, les gouvernements, les décideurs et les organisations de santé devraient « utiliser une approche appropriée et fondée sur des preuves scientifiques en ce qui concerne le port de masques faciaux » avant de les rendre obligatoires en tant qu’approche préventive de santé publique.

Publicités

Références

i] Hypothèses médicales janvier 2021, volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

ii] N Engl J Med 2020 ; 382:1268-1269 https://www.nejm.org/doi/full/10.1056/nejme2002387

iii] Hypothèses Médicales Janvier 2021, Volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

iv] Hypothèses médicales Janvier 2021, Volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

v] American Institute for Economic Research 15 avril 2021 https://www.aier.org/article/medical-journal-warns-about-maskss-potentially-devastating-consequences/

vi] Hypothèses médicales janvier 2021, volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

[vii] Hypothèses médicales Janvier 2021, Volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

[viii] Hypothèses médicales janvier 2021, volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

[ix] Nature Medicine volume 26, pages676-680(2020) https://www.nature.com/articles/s41591-020-0843-2#Tab2

x] Hypothèses médicales janvier 2021, volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

[xi] BMJ Open volume 5, numéro 4 https://bmjopen.bmj.com/content/5/4/e006577

[xii] Hypothèses Médicales Janvier 2021, Volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

xiii] Hypothèses médicales Janvier 2021, Volume 146 110411 https://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0306987720333028

xiv] MSN 24 septembre 2020 https://www.msn.com/en-us/news/crime/nyu-professor-defends-anti-mask-comments-after-student-calls-for-his-firing/ar-BB19oltH

[xv] News From Underground septembre 2020 https://markcrispinmiller.com/2020/09/nyu-is-displeased-that-ive-questioned-masking-in-my-propaganda-class/

[xvi] American Institute for Economic Research 15 avril 2021 https://www.aier.org/article/medical-journal-warns-about-maskss-potentially-devastating-consequences/


Publicités


Soutenez le journalisme honnête
Merci de lire France médias numérique. Vos dons vous permettra non seulement d’obtenir des informations précises et des articles intéressants, mais aussi de contribuer au renouveau du journalisme français et de sauvegarder nos libertés et notre république pour les générations futures.

Quitter la version mobile